Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diffusé en 2002 – 2003

Réalisé par Kobayashi Tsuneo

Studio Pierrot

45 épisodes

D’après le Light Novel d’Ono Fuyumi

 

 

Dontesque ?

Youko, une lycéenne qui s’efforçait autant que possible de se conformer aux attentes des autres, voit soudainement sa vie menacée par des créatures impossibles, et est entraînée, avec deux camarades de classe, dans un monde nouveau par un être fantastique à apparence humaine qui lui annonce qu’elle est censée gouverner sur l’un des Douze Royaumes dont elle ne sait strictement rien.

 

~oOo~

Lorsque Minalapinou m’en a fait la recommandation, j’avais déjà entendu parler de cet anime, car il a excellente réputation, mais je n’avais jamais vraiment pris la peine de me renseigner plus que ça, car je savais qu’il était plutôt long et que je vivais dans un monde pré-Fullmetal Alchemist Brotherhood (qui est l’anime qui m’a convaincue que je POUVAIS regarder des animes de plus de 20-24 épisodes et les finir avec plaisir). Mais dans ce monde post-FMAB où Minalapinou m’a fait sa recommandation, les étoiles se sont toutes alignées : je me savais capable d’apprécier un anime de plus de 40 épisodes, j’ai une confiance quasi-aveugle en les recommandations de Mina en matière d’animes, et en plus elle me le recommandait parce que j’avais aimé Seirei no Moribito, et vu à quel point j’ai aimé Seirei no Moribito (regardez-le, les gens !) si Les Douze Royaumes n’avait que la moitié de sa qualité, j’étais assurée d’aimer. Donc j’ai inscrit le drama sur ma liste de « choses à voir rapidement », ce qui signifie que je m’y suis mise un ou deux ans après \O/ … oui, bon bah chez moi c’est encore du domaine du « rapidement », voilà. Et du coup si « deux ans » c’est rapide, je pense qu’on peut dire que j’ai décidé que j’aimais l’anime de manière instantanée, vu que le déclic s’est fait pendant l’opening (après, évidemment, l’anime aurait pu me perdre… mais non).

L’opening, en fait, nous présente ces images qui font un peu « tapisserie », et m’ont aussitôt donné le sentiment que l’anime allait me plonger dans un monde avec une mythologie développée, prise au sérieux et ancienne. Comme s’il allait me présenter une véritable civilisation antique en fait. Par ailleurs, la musique commence comme une composition de Joe Hisaishi qui aurait sa place dans les morceaux plus mélancolique de Princesse Mononoke, puis vire Hans Zimmer avec un parfum d’aventure rappelant l’OST de Pirates des Caraïbes, et ça aussi ça me plaisait. Déjà parce que j’aime Joe Hisaishi, Hans Zimmer et les OST de Princesse Mononoke et Pirates des Caraïbes, mais aussi parce que le choix d’instrumentaux ayant une certaine majesté, plutôt que d’opter pour une chanson pop par exemple, donnait encore une fois l’impression que l’anime avait l’intention de traiter son histoire sérieusement. Bien sûr, tout ça aurait pu n’être que de la poudre aux yeux (heureusement, non), et une chanson pop au début d'un anime ne signifie pas qu'il ne sera pas pris au sérieux, mais ça m’a tout de suite mise dans les bonnes conditions, me faisant anticiper une fresque épique de fantasy. Et au passage, puisqu’on cause de l’opening, l’ending m’a plu aussi. Les images en sont moins impressionnantes (en fait y a pas beaucoup de changement quoi), mais la chanson est super plaisante et du coup je ne l’ai jamais sauté, même pas pour regarder la suite plus vite. En général, de toute façon, l’anime bénéficie vraiment d’un OST très soigné, qui a son lot de morceaux épiques et de pistes plus calmes tapant tous dans la majesté promise par l’opening.

Les Douze Royaumes est un anime à grande échelle. Dans le sens où son action se déroule sur plusieurs royaumes (malheureusement pas douze, il y en a certains qu’on ne voit pas… et ça me rend triste) et où il y a des tas de personnages. Parfois ça pourrait même devenir chaud à suivre. Pas au niveau des têtes des personnages car tout le monde a un design bien distinct des autres, mais au niveau des noms de lieus et personnes dans les dialogues. Mettons que comme il y en a beaucoup, il y a des moments au début où j’ai dû réfléchir un peu pour me souvenir de qui il était question (en même temps ma mémoire de merde n’a pas dû aider). Heureusement, l’anime fait du bon boulot, et reste quand même largement clair, on ne se sent pas perdu du tout. Et forcément ça aide que Youko, le personnage que nous suivons la plupart du temps et avec lequel nous rentrons dans l’histoire à la base, ne connaisse rien au monde dans lequel elle tombe. Elle est comme nous : elle n’a aucun repère, elle a tout à apprendre, et on peut découvrir les choses avec elle tandis qu’elle apprend les règles et, de façon compréhensible, flippe pas mal au début. Car en effet, si vous avez déjà, comme Youko, été subitement transporté dans un monde totalement différent du vôtre, vous savez que c’est un peu déstabilisant comme expérience, et qu’au début ça demande un peu d’ajustement et peut provoquer une certaine panique. Donc Youko panique, et c’est en partie ce qui fait d’elle un personnage aussi réussi, parce qu’elle a cette réaction de dépassement total et d’effroi qui font qu’on a l’impression d’avoir affaire à un être humain, à la lycéenne qu’elle est censée être. Et à la fois l’anime, sans se précipiter, la fait évoluer à un rythme naturel mais rapide, ce qui évite qu’elle commence à taper sur les nerfs du spectateur. Il y a un très bon équilibre de respecté, et le long de l’anime, elle est de plus en plus développée tandis qu’elle comprend le poids de sa destinée, apprend quels sont les devoirs d’un suzerain, et découvre qu’il n’existe ni pays idéal ni dirigeant parfait, simplement une succession de choix difficiles qu’il faut faire en essayant d’obtenir le résultat le plus juste. Elle a beaucoup à apprendre sur le monde dans lequel elle se retrouve, et on découvre tout ça avec elle tandis qu’elle multiplie les rencontres.

Oui, car j’ai bien dit qu’on la suit la plupart du temps, qu’on rentrait dans l’histoire avec elle, mais encore une fois, le cast est large, il y a des tas de personnages. Certains secondaires, mais d’autres ont des rôles de premier plan, voire deviennent carrément personnages principaux le temps de plusieurs épisodes, éclipsant le reste tandis que la série se penche sur leur axe. Il y a des épisodes où Youko n’apparaît même pas vraiment, en fait. Et tous ces personnages sont intéressants. Le cast est varié, pas manichéen pour un sou, on a envie de se pencher sur eux, et on sent qu’il y a un soin apporté aux portraits et aux bactstories. Je ne saurais vous citer tout le monde, mais parmi mes favoris on a Rakushun (la créature fantastique ayant l’apparence d’un rat qui sauve la vie de Youko, devient son premier véritable ami, et pose notamment la question du racisme dans certains royaumes où il est victime d’une bonne dose de discrimination), le souverain d’En (qui semble insouciant, mais cache bien son jeu et s’avère être quelqu’un de généreux et aussi juste que possible) et son Kirin (la créature fantastique chargée de choisir le roi, puis de lui servir, en gros, de conseiller et compas moral… les deux ont une très jolie relation qui donne notamment lieu à de très beaux moments dans l’épisode 44), Suzu (une jeune femme venue du Japon elle aussi, et qui a eu la vie très difficile car les Japonais ne sont pas appréciés là où elle est tombée, sans compter la barrière de la langue), Shoukei (la princesse qui a tout perdu et se rend compte qu’elle vivait dans son privilège, complètement coupée des problèmes du peuple que gouvernait son père), Sugimoto (la camarade de classe de Youko qui est persuadée d’avoir une grande destinée devant elle et s’entête dans une voie qui la fait s’égarer)… et puis etc, en fait, parce que je ne vais pas vous les citer tous : vous les découvrirez vous-mêmes. Tout ce que j’essaie de transmettre en fait, c’est qu’il y a beaucoup de personnages et que même si certains n’ont pas beaucoup de temps d’écran, ils apportent tous leur pierre à l’édifice et sont intéressants. Après, malheureusement, il y a un sentiment de frustration par rapport à certains, car on sent qu’il y avait plus à dire, mais l’anime les coupe un peu de l’histoire, l’exemple le plus flagrant étant clairement Taiki. Taiki, Kirin né par erreur au Japon, est le personnage central d’une série d’épisodes, et son histoire me plaisait énormément. Elle avait tout pour plaire ! De l’aventure, de l’émotion, des questions importantes, de la magie, et en plus elle permettait de développer également plus la backstory de Keiki, le Kirin de Youko ! Mais pouf, d’un coup, l’anime est passé à autre chose, laissant l’histoire de Taiki complètement en suspense. L’anime ayant été apparemment prévu pour être plus long à la base, j’imagine que l’histoire devait y revenir plus tard, mais là du coup, c’est un peu laissé en plan. Cela dit, étrangement, même si ça m’a frustrée parce que j’aimais vraiment cette histoire et avais envie d’en savoir plus, ça ne m’a pas laissé de goût amer dans la bouche. Parce qu’arrivée à peu près à la moitié de l’anime, j’ai réalisé un truc.

[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記

J’ai réalisé, en fait, que l’anime n’avait pas vraiment de direction. Pas de but final. Si vous prenez Seirei no Moribito (puisque l’un m’a été conseillé par rapport à l’autre), il y a des buts clairs : l’héroïne doit bosser à sa rédemption en protégeant un enfant, un roi doit sacrifier cet enfant pour sauver son peuple, et il y a un grand moment où tout va se jouer. Bref les motivations sont claires, et on sait jusqu’où on doit aller. Alors que dans Les Douzes Royaumes, les motivations sont claires parce que les personnages sont bien définis, mais il n’y a pas de « moment-clé », de fin désignée. L’anime pourrait s’arrêter à plusieurs endroits ou ne pas s’arrêter, parce que le « fil » de l’anime est essentiellement l’apprentissage de Youko. Son apprentissage de ce nouveau monde, de ses politiques, de son fonctionnement, et son apprentissage du poste de reine pour rendre le pays meilleur. Sauf qu’il n’y a pas de fin à ça : elle aura toujours quelque chose de neuf à apprendre, le pays ne sera jamais parfait, il y aura toujours quelque chose à améliorer, et vu que devenir reine rend immortelle dans cet univers, l’anime ne peut même pas se terminer sur la fin naturelle de son règne. C’est ce que je veux dire par « l’anime n’a pas de direction » : il ne va vers nulle part de vraiment précis. Et après avoir réalisé ça, j’ai réalisé autre chose : ça me convenait parfaitement. C’est pour ça que l’affaire Taiki, tout en me frustrant, ne m’a pas énervée : parce que je n’avais pas l’impression d’avoir perdu du temps sur quelque chose qui ne servait pas la direction de l’histoire. Non, à la place j’avais juste eu l’impression de découvrir un autre détail d’une grande tapisserie qui me plaisait. Un détail que j’aurais voulu explorer plus, mais que j’étais quand même contente d’avoir pu explorer un peu. Le monde et les personnages de cet anime sont tellement intéressants et semblent si riches, en fait, que comme Youko, j’avais le sentiment que j’aurais toujours quelque chose à découvrir, et le simple fait de découvrir (tout en voyant des axes de personnages se former, et pour certains, atteindre leur conclusion) me convenait très bien.

Inévitablement, j’ai donc été frustrée par la fin. Déjà parce qu’on sent que l’anime a été coupé à un endroit pas naturel (ça m’a fait rire mais le dernier épisode, l’épisode 45, est un long « dans les épisodes précédents », haha), mais surtout parce que de toute façon, j’aurais toujours eu le sentiment qu’il me restait encore tellement de personnages à découvrir et de royaumes à explorer ! J’aurais voulu passer encore 40 épisodes à me balader dans tous les royaumes de l’anime, à suivre Youko, l’avenir de son pays, et également à en apprendre plus sur les autres personnages existants. Bordayl, mon OTP n’a même pas eu le temps de commencer à se former ! Et on m’a pourtant assuré que c’était l’OTP et tout, mais en vérité, il n’y a pas de romance dans cet anime. Enfin ça ne manque pas du tout, il y a largement de quoi faire sans ça, mais… mon OTP T.T Okay, okay, je cesse de geindre. Mais même à côté de ça, j’aurais juste voulu rencontrer plus de personnages, plus monarques, plus de Kirin (la relation entre les Kirins et les rois qu’ils ont choisis est un des éléments qui m’ont le plus intéressée), et profiter plus longtemps des nuances de cet anime qui évite bien souvent le manichéisme, et qui est à la fois très divertissant tout en n'hésitant pas à se montrer sombre de temps en temps. La guerre fait des victimes, les révoltes aussi, et quand un personnage qu’on appréciait se perd du côté obscur, il peut se retourner et tuer un gosse. Ce qui est très bien. Enfin pas le fait de tuer un gosse, ça c’est mal et je ne vous encourage pas à le faire (VOUS REPOSEZ CETTE BATTE TOUT DE SUITE), mais j’ai apprécié que l’anime soit décidé à ne pas trop s’édulcorer, sans être non plus brutal.

Et puis d’un point de vue esthétique, la série était belle à regarder. Malheureusement, je n’y connais rien du tout en animation, et je n’ai pas une culture suffisamment étendue pour les comparaisons, mais Les Douzes Royaumes m’a fait l’effet d’être bien animé, avec des scènes de combat bien rythmées, pas de gros temps morts, et suffisamment de détails pour faire ressortir la richesse de son univers et de ses personnages. Les décors étaient très beaux, principalement les palais, j’ai aimé le design des personnages, je les ai trouvés expressifs, et les créatures fantastiques avaient l’air à leur place dans cet univers. J’ai aussi beaucoup aimé regarder les costumes. Tout l’anime m’a donné un sentiment de cohérence visuelle, j’avais l’impression que c’était un monde auquel je pouvais croire (le temps d’un anime, bien sûr… je ne suis pas folle, promis).

Vous l’avez compris, j’ai beaucoup aimé les Douzes Royaumes. Et j’aimerais vraiment que le projet renaisse de ses cendres. Donnez m’en plus, bordayl ;A ; Mais en attendant, je suis ravie de ce que j’ai eu. Oui, il y a des segments qui auraient pu être développés à termes et c’aurait été mieux, et oui, la fin est frustrante, mais j’ai apprécié chaque seconde que j’ai passée dans ce monde-là, et je ne demande qu’à y retourner, ce qui est bon signe, je trouve. J’aimerais trouver les romans d’ailleurs, mais pour le moment c’est chaud. En tout cas, je vous conseille vivement de regarder cette série ~ Quant au facteur « kyaah » (car n’oublions pas dans quelle semaine nous nous trouvons), vous avez l’embarras du choix. Perso, le mien s’est porté sur le roi d’En, Youko et Rakushun, mais le cast est large donc éclatez-vous~

[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記[Voyage initiaque dans] Les Douze Royaumes 十二国記
Tag(s) : #SA2017, #TV, #Dramas - séries et animes, #Anime, #Les douze royaumes, #2000s, #2002, #2003, #> 30 épisodes, #Ono Fuyumi, #Adaptation, #Kobayashi Tsuneo, #Studio Pierrot, #Fantastique, #Coming of age, #Female crush, #Bromance, #Amitié, #Aventure, #Epique, #Univers parallèles, #Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0