[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口

Publié le 4 Décembre 2017

 

Sorti en 2007

Réalisé par Alexi Tan

Ecrit par Alexi Tan, Dan Jiang & Tony Chan

Dure 1h35

 

Avec :

Daniel Wu >>> Ah Feng

Ye Liu >>> Da Gang

Shu Qi >>> Lulu

Tony Yang >>> Xiao Hu

Lu Lu >>> Su Zhen

Sun Honglei >>> Boss Hong

Chang Chen >>> Mark

 

Dontesque ?

Trois jeunes hommes, proches comme des frères, montent à la capitale pour faire fortune, mais se retrouvent engagés dans un gang, et les choses dégénèrent rapidement, une guerre des gangs se préparant, tandis que l’un des trois jeunes hommes tombe amoureux d’une chanteuse, petite-amie du boss du gang, et entretenant une relation secrète avec un tireur d’élite.

 

Fiche Ecrans d’Asie : ici

 

 

.oOo.

Pour ma Semaine Anniversaire 2017, j’avais l’intention de me pencher à la fois sur Shu Qi et Chang Chen, donc il allait de soi que je ne pouvais pas faire l’impasse sur Blood Brothers, qui les compte tous deux au casting principal (même si en vrai j'ai fait l'impasse sur Three Times qui les compte aussi tous deux au casting, mais chut). En plus, il se trouve que le film se déroule dans les années 30, et que Shu Qi y joue une chanteuse de cabaret… cabaret + années 30 = opportunités de mettre Shu Qi dans des robes superbes = MUST!WATCH!NOW! Je sais bien que c’est un peu superficiel, mais… ok, ça l’est complètement, d’autant que j’avais sélectionné le film un an avant de le regarder, et que c’est absolument tout ce que j’avais retenu… si bien que je suis rentrée dans le film en ne sachant finalement rien d’autre. Heureusement, j’ai clairement pas été perdue, parce que Blood Brothers est une histoire très familière, et il n’y a pas vraiment de quoi être surpris par le film. Ce qui ne marche pas vraiment en faveur du film, mais on va commencer par se concentrer sur les choses positives, ou plutôt, la chose positive du film : il est joli. Pas juste à regarder d’ailleurs, parce qu’il a un joli ost, mais surtout, visuellement, c’est un film agréable à regarder, et en plus :

 

 

C’est la première apparition de Shu Qi, et mes petits yeux en étaient ravis. En plus, elle chante. Alors que demander de plus. Et tout le film, est fort agréable à regarder, avec de beaux costumes, quelques décors sympas, des chapeaux que j’ai appréciés sur nos personnages masculins, et en général, de jolis plans qui faisaient plaisir à la rétine, à commencer par la scène quasi statique sous la neige du début. Le souci, c’est que la joliesse du film, de son casting (non parce qu’à côté de Shu Qi, les autres sont pas en reste non plus, en particulier Chang Chen) bloqué dans des personnages pas intéressants mais pas mauvais non plus, et de sa bande-son est à peu près le seul compliment que j’ai à adresser au film, qu’à côté de ça j’ai trouvé plutôt, pas vraiment catastrophique, mais fade, et long. Ce qui est quand même con, vu que le film ne dure en gros qu’une heure et demie, ce qui n’est vraiment pas beaucoup, surtout comparé aux moyennes actuelles. Mais je me suis rapidement ennuyée, pour plusieurs raisons, l’une d’entre elles étant que si les images étaient agréables, je n’en ai pas moins trouvé que leur agencement manquait de rythme. Alors, comme vous le savez, j’ai pas l’œil pour la réal, le montage, etc, donc prenez ce que je raconte avec des poignées de gros sel dans votre face de gens intelligents à l'esprit critique développé, mais oui, j’ai trouvé que le film se traînait un peu visuellement, et je n’ai rien contre les films qui passent lentement, mais en l’occurrence, ça ressemblait plus à un manque qu’à une intention, vu que même lors d’une scène de fusillade à la fin qui se veut clairement au moins un peu impressionnante (vu l’attitude des personnages et les actions représentées), j’ai peiné à trouver quoi que ce soit d’enthousiasmant à l’affaire, trouvant plutôt le tout assez maladroit. Ou peut-être que c’est l’usage des ralentis qui donnait cet effet poussif ? Pour le coup, vraiment, je ne sais pas. Je suis la première à reconnaître que je suis plus que limitée quand il s’agit d’analyser tout ce qui relève de la mise en scène, du montage, et pour Blood Brothers, on va dire que c’était plus un feeling général, j’ai trouvé le film joli mais pourtant pas si enthousiasmant que ça, à l’exception de quelques scènes occasionnelles. Il faudrait certainement que je le revoie si je voulais vraiment comprendre mieux les raisons de mon impression (même si rien n’est garanti, vu qu’encore une fois…) mais… j’ai pas envie o.o Parce que le reste du film ne m’a pas beaucoup enthousiasmée non plus, et là je sais pourquoi.

[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口

En premier lieu, je ne trouve pas les personnages bien intéressants. On a trois amis, qui vont de celui qui va résister à l’environnement violent, à celui qui va se laisser entraîner, en passant par celui qui va être écrasé, on a OF COURSE la copine du boss, qui est OF COURSE le fruit défendu qui OF COURSE va être convoité, etc, et bref, on connait les personnages par cœur. Ce ne serait pas un souci si le film se servait de ça comme point de départ, et leur ajoutait quelque chose d’un peu plus spécifique, ou construisait des relations profondes entre eux, mais… malheureusement Blood Brothers ne fait jamais ça. Au-delà du rôle qu’ils sont censés jouer, et, à la limite, d’un objectif précis pour deux d’entre eux, je serais complètement infoutue de vous dire quoi que ce soit sur une quelconque personnalité de ces personnages, et le film se plante également, à mes yeux, sur les liens qui les unissent, et sur leur évolution. En fait, un gros souci de Blood Brothers, à mes yeux, a été qu’on ne sentait pas assez le passage du temps. Enfin on sentait bien passer le film, mais ironiquement, dedans les choses allaient trop vite, surtout entre les personnages, si bien que leur évolution, et la façon dont est malmené leur lien (déjà pas super bien établi par le film qui balance juste deux trois scènes en se disant que, oh, c’est bon, après tout, on sait déjà qui sont ces personnages, vu que ce sont des personnages qu’on a vus cent fois, donc pas besoin de vraiment établir qui ils sont et ce qu’il y a entre eux) ne provoque pas vraiment d’émotion. Après tout, on ne ressentait déjà pas la profondeur du lien, et les évolutions paraissent assez subites. Surtout pour ce qui est du type qui change le plus, forcément, et a donc également le plus d’impact sur la relation des « frères » du titre. C’est également dur de ressentir quoi que ce soit vis-à-vis des axes romantiques du film, qui sont traités avec désinvolture par le film. Oui, les amours ont des conséquences sur le scénario, mais au final, un personnage passe d’une romance à une autre sans trop de difficulté, pouvant reprendre sur un claquement de doigt une romance telle qu’il l’avait laissée pour une autre,  ce qui fait sembler chaque axe romantique assez peu important, et fait qu’on se demande pourquoi on devrait prendre tout ça à cœur. Du coup, je n’ai rien pris à cœur. Les deux seuls personnages que j’espérais voir s’en sortir étaient ceux de Chang Chen et Shu Qi, mais ça n’avait rien à voir avec les personnages, j’étais juste attachée au casting que je connaissais.

 

Après, on peut se servir d’archétypes dans un film. Bien sûr, c’est mieux si on leur donne de la personnalité et un minimum d’identité spécifique pour aller avec le rôle qu’ils sont censés remplir, mais le film pourrait encore fonctionner s’il se servait des personnages pour représenter autre chose, qui les dépasse. En clair, l’idée serait de donner au spectateur des personnages outils parce que le film ne veut pas s’intéresser réellement à eux, mais peut-être plus à leur époque, ou aux concepts proposés… sauf que je ne vois sincèrement rien de bien remarquable à Blood Brothers à ces niveaux-là. Les personnages sont en quête d’un paradis et atterrissent dans un cabaret qui s’appelle « Paradise », justement, mais le tout tourne au bain de sang, jusqu’à ce qu’ils finissent par se demander si le paradis existe vraiment. Et on sent qu’avec le personnage de Kang qui « petit à petit » se laisse corrompre, imitant le patron du cabaret puis voulant petit à petit gravir les échelons jusqu’à le remplacer, le film veut instaurer un sentiment de fatalité, mais comme le personnage n’a pas été très bien installé et que son évolution est passée trop en accéléré, le sentiment de fatalité ne passe pas, on a du mal à se dire qu’il se dirigeait forcément dans cette direction-là. Et pour la même raison que la fatalité de son évolution ne se fait pas sentir (à savoir qu’on le connait à peine), je n’en avais rien à péter de son devenir, donc on y repassera pour la tragédie. Le film ne marche pas à l’échelle des personnages donc, et malheureusement il n’y a pas grand-chose d’autre. Je vous parlais de cette affaire de paradis, et le film aurait pu essayer de nous parler plus de son époque, par exemple. Rattacher les personnages à toute une génération en quête de quelque chose de mieux, et se servir d’eux pour parler de l’état du pays, de sa corruption, de sa violence, etc. Récemment, dans un genre tout à fait différent, j’ai vu Ode to my Father, et dedans, j’ai trouvé le personnage principal assez oubliable, mais c’est parce que le film s’en sert pour parler de l’histoire d’un homme coréen un peu lambda à travers certains évènements ayant marqué le peuple coréen. Il n’y avait peut-être (à mes yeux) pas grand-chose au personnage, il y avait quelque chose derrière. Dans Blood Brothers, je n’ai rien vu ni dans les personnages, ni derrière, et franchement les thèmes de l’ambition et du pouvoir qui corrompent, ça n’a rien de neuf, et ça a été mieux traité.

 

Mais ils ont de jolis chapeaux.

 

Et à vrai dire, le film n’est pas exécrable, je ne l’ai pas détesté. Non, j’étais contente de regarder Shu Qi, Chang Chen, et le reste du casting dans de beaux costumes, de profiter de certains plans particulièrement jolis, et d’écouter la musique. Mais il n’y avait rien de plus à mes yeux, et j’ai simplement trouvé Blood Brothers vraiment fade, et long parce que je ne ressentais rien pour ces personnages jamais étoffés. Donc personnellement, j’aurais tendance à vous dire que ce n’est pas la peine de vous poser devant, à moins que vous ayez une passion pour un membre du casting en particulier, comme c’est le cas pour moi.

[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
[Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口 [Bromance, amours contrariés, gangsters] Blood Brothers 天堂口
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :