[Espionnage en famille] The Disguiser 伪装者

Publié le 1 Septembre 2017

 

 

Diffusé en 2015

Sur Hunan TV

41 épisodes (ou 48, selon les versions)

 

Réalisé par Li Xue

Écrit par Zhang Yong

D’après son roman Die Zhan Shang Hai Tan (谍战上海滩)

 

Avec :

Hu Ge >>> Ming Tai

Jin Dong >>> Ming Lou

Wang Kai >>> Ming Cheng

Liu Min Tao >>> Ming Jing

Song Yi >>> Yu Manli

Wang Ou >>> Wang Manchun

Liu Yi Jun >>> Wang Tianfeng

Wang Le Jun >>> Cheng Jinyun

 

 

Dontesque?

 

Durant l’occupation japonaise en 1939, le jeune et insouciant Ming Tai, dernier né d’une riche famille de Shanghai, se fait enrôler de force par le KuoMinTang (parti nationaliste rebelle) où il va suivre un entraînement intensif pour devenir espion et aider à la résistance anti-japonaise. Pendant ce temps son frère aîné Ming Lou devient un membre influent du gouvernement japonais, profitant secrètement de sa position pour aider le KuoMinTang, ainsi que le Parti Communiste.

 

Fiche Ecrans d’Asie : ici

 

 

.oOo.

À la base, j’ai voulu voir ce drama pour une seule raison… enfin non plusieurs : Hu Ge, Jin Dong et Wang Kai dans un drama ? Ensemble ? Comme dans Nirvana in Fire ? Produit par les mêmes personnes et avec l’un de ses réalisateurs aux manettes ? J’ai donc fait l’épouvantable erreur de le commencer juste après mon drama favori. Du coup, j’ai mis des plombes à le finir. Donc, si jamais vous venez de voir Nirvana in Fire, attendez un peu avant de commencer The Disguiser (ou inversement). Parce que c’est en grande partie le même casting et que ce drama-ci est quand même moins bien. Il a ses points forts, mais si pour vous, comme pour moi, Nirvana in Fire est ce chef d’œuvre inégalable, vous risquez d’être déçus en vous attendant à la même qualité. Du coup, il vaut peut-être mieux attendre un peu entre les deux.

 

Dans sa globalité, j’ai beaucoup aimé The Disguiser. C’est une série d’espionnage plutôt réussie, servie par d’excellents acteurs. Mais il y a une partie où la mayonnaise n’a pas pris pour moi et elle concerne le héros, Ming Tai. Entendons-nous bien, dès qu’il était en mode espion, qu’il était badass j’étais plutôt réceptive. Parce que c’est Hu Ge, quoi. Il a la classe de base, mais si en plus on le met en costard et qu’il se met à prendre des poses à la James Bond, bah je suis humaine, voyez-vous… Mais le reste du temps, je détestais son personnage, ce qui n’est pas super quand c’est le héros. Pourquoi ? Ming Tai est très immature. Par là j’entends qu’il boude, chouine et fait des caprices. Avec tout l’amour que je porte à Hu Ge depuis Nirvana in Fire, il est clairement trop vieux pour jouer ce personnage. Du coup, il est insupportable et j’ai passé la majorité du drama à vouloir qu’il disparaisse de ma vue. Au début, je disais trop rien parce que je pensais que c'était une volonté des créateurs de le rendre désagréable et que son arc engloberait une prise de maturité de sa part. Sauf que non, pas du tout. Jusqu'au bout ça reste un petit con pourri gâté.

 

De plus, il s’est avéré que j’ai misé pour la première fois de ma vie sur le mauvais ship et que je l’ai très très mal vécu. Ça m’est arrivé (rarement) de préférer les second leads au vrai love interest, mais je l’ai toujours accepté parce que quoi qu’il arrive, il y a une connexion, une construction logique de l’OTP qui va faire que malgré tout, même si j’aime pas le pairing, je vais l’accepter. Là non, je ne pouvais pas, c’était impossible. Durant la première partie du drama, on nous présente et développe ce magnifique et tragique personnage qu’est Yun Manli et sa relation avec Ming Tai, donc évidemment qu’on ship. Normal. Et sûrement très fort parce que Yun Manli est géniale et qu’on veut qu’elle soit heureuse. Sauf qu’en fait on finit par nous présenter plus tard celle qui va être le love interest de Ming Tai, Jinyun et en plus d’être véritablement présentée tard dans l’intrigue et de manière forcée, elle est fade et quasi pas développée du tout, reléguée à une place de demoiselle en détresse et de pire espionne de l’histoire. Du coup, Manli est triste. Et ça, je ne supportais pas, parce qu’elle a eu une vie de merde et qu’on veut qu’elle soit heureuse, pas triste. Surtout si ensuite le/la scénariste bloque sa progression en la coinçant dans la peau de la rivale qui regarde le héros avec l’œil humide et c’est tout. Pas merci de tenter de ruiner cette adorable machine à tuer (oui, j’ai vraiment écrit ça) en diminuant sa place dans l’histoire. C’est mon premier vrai Second Lead Syndrom féminin et y penser me fait encore mal au cœur. Pas parce que le héros ne l’aime pas, mais vraiment parce qu’elle est réduite à ses sentiments pour lui alors qu’elle était tellement plus que ça. Mais le fait qu’on se fasse autant arnaquer sur l’OTP me reste en travers de la gorge, c’est vrai. Je me console en me rappelant que Ming Tai est l’un des pires espions du monde et que du coup, faire équipe avec la pire espionne c’est en fait parfait. Et que Yun Manli est beaucoup trop bien pour lui. Mais n’empêche que…

 

 

*ronchonne*

 

Maintenant que j’ai sorti ça de mon cœur endolori, je peux me pencher sur ce qui m’a plu dans ce drama : tout le reste.

[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者

À lui tout seul, Jin Dong porte une bonne partie de ce drama sur ses épaules. Pas que les autres peinent, mais Ming Lou est un personnage sur qui repose l’essentiel de l’intrigue. C’est lui qui manipule, lui qui tire les ficelles, lui qui est le plus énigmatique de la fratrie et du coup, le plus passionnant à suivre. Je recommanderais ce drama à tout le monde, rien que pour la performance magistrale de Jin Dong et pour son personnage. Il respire la classe et c’est un acteur formidable. Et c’est aussi Ming Lou qui m’a introduite à ce concept merveilleux qu’est l’agent triple. Dans mon adolescence, j’ai un peu regardé Alias, donc j’étais assez familière avec les agents doubles. Mais triples ? Non, c’était une première. Ming Lou est assez incroyable et son sang-froid à toute épreuve l’est tout autant. Si voir deux secondes de Jin Dong faire des pirouettes dans montagnes dans Nirvana in Fire avait suffi pour qu’un coup de foudre instantané et unilatéral naisse entre nous, The Disguiser n’a fait que transformer ce crush en véritable admiration.

 

 

Aux côtés de Lou, nous avons son frère adoptif/bras droit/chauffeur et espion aussi Ah Cheng, incarné par Wang Kai et dont on retient surtout combien il est cool et badass. *regarde amoureusement sa collection de gif* Du coup, si vous n’avez vu que Nirvana in Fire avec lui, vous serez surpris·es de voir qu’il sait sourire (merveilleusement) et qu’il est aussi très expressif. Ah Cheng est sûrement le frère dont le destin m'angoissait le plus. Etant dans le position de l'enfant adopté, jamais vraiment traité comme un Ming par sa soeur ou ses frères, on a cette crainte constante qu'il finisse par leur tourner le dos. Surtout que ses talents sont très prisés par le gouvernement japonais...

 

J’ai beau avoir eu du mal avec le personnage principal, il faut avouer que les trois acteurs stars ont une alchimie d’enfer et c’est un bonheur immense de les voir ensemble à l’écran. Surtout à jouer des frères, ils ont une dynamique très attachante.

 

Je ne vais pas trop parler de la soeur aînée, Ming Jing, parce que je ne l'aimais pas des masses. Elle est très autoritaire et over-protectrice de ses frères. Elle a une position très maternelle dans leur vie et n'hésite pas à avoir recours à des châtiments corporels quand ils ne filent pas droit. Elle n'a pas forcément un très grand rôle dans l'histoire.

 

En figure ambigüe plus qu’antagoniste, nous avons l’excellent Liu Yijun en mentor du héros. C’est un acteur que j’adore, très charismatique. Wang Tianfeng est un homme qui inspire à la fois beaucoup de crainte, mais aussi de fascination. Difficile de savoir ce qu’il pense, ce qu’on sait juste, c’est quand il est impliqué dans une affaire, il est certain qu’il vous manipule d’une manière ou d’une autre. C’est assez compliqué avec lui de voir quand il est sincère. Mais on sent quand même qu'il éprouve un vrai attachement pour Tai et Manli, qu'il les considère presque comme ses enfants. Il a une manière bien à lui de le montrer par contre.

 

Sinon, la principale figure ennemie de ce drama est sûrement Wang Manchun, interprétée par la fabuleuse Wang Ou. Je n’arrive pas à croire que je réussissais à avoir de la peine pour elle, alors que c’est un monstre d’un rare sadisme. Elle et Ming Lou partagent une histoire qui a mal fini, mais ils continuent de se côtoyer et se faire confiance et… Je ne peux trop rien dire, ce serait spoiler, mais Lou est juste… C’est compliqué entre eux et assez amusant et triste à la fois de voir leurs échanges parce que vu le contexte, accorder sa confiance est une erreur. Mais bon, après je voyais Manchun torturer des gens avec un ennui affiché et je la haïssais à nouveau.

 

J’ai vraiment beaucoup aimé l’ambiance de ce drama, les séquences d’actions étaient parfois un peu kitsch, mais pas forcément dans le mauvais sens du terme. C’est-à-dire qu’on retrouve une imagerie assez commune aux fictions se déroulant à cette époque. Certes, ça manque un peu de naturel et on rend les persos cool en les faisant prendre la pose, mais ce n’est pas un procédé qui me dérange, je suis rentrée très facilement dans le jeu. Enfin, j’adore tout ce qui est costumes et coiffures de cette époque, alors cette partie de moi superficielle était aux anges et a apprécié le spectacle, que ce soit les jolies robes ou les costumes des messieurs. Parfois, la mode me rappelait tant ce que portait mes grands-parents que la nostalgie m'envahissait en les voyant porter leurs gilets en laine.

 

Alors oui, j’ai détesté certaines choses dans The Disguiser, mais j’ai quand même beaucoup aimé dans l’ensemble. C’est plus dû au casting trois étoiles qu’à l’écriture à proprement parler. Ca se regarde très facilement, on est frustré par le héros et l'OTP pourri, mais le reste passe tout seul. Donc je recommande sans peine ce drama. Faut se préparer par contre au Second Lead Syndrom, il est quasi couru d'avance et assez violent.

[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者
[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者[Espionnage en famille] The Disguiser  伪装者

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :