Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Summer's End/End of Summer

 

 

Anne-So  - La raison pour laquelle j’ai attendu la sortie de ce film impatiemment était la suivante : Mitsushima Hikari. J’ai regardé une bonne partie de sa filmographie quelques années après l’avoir découverte dans le film culte de Sono Sion Love Exposure. Summer’s End (Natsu no owari) aborde l’histoire d’une femme ayant vécu pendant l’aire Showa (1926-1989), qui fut attirée par deux hommes ; le jeune Kinoshita Ryota (Ayano Go) qu’elle a rencontré lors d’un précédent mariage une décennie plus tôt, et un écrivain d’un certain âge, Kosugi Shingo (Kobayashi Kaoru) avec qui elle vit une romance extra-maritale depuis 8 ans. Notre personnage principal, une teinturière à succès nommée Aizawa Tomoko, se retrouve dans une relation routinière rythmée par les absences de son amant Shin, qui fait des allers retours entre elle et son épouse. Elle reçoit la visite de Ryota, ravivant sa mémoire et une vielle passion, celle qui lui a donné le courage de fuir son ex-mari. Ce film est tiré d’un livre semi-autobiographique publié en 1963 par Setouchi Jakucho qui d’après cet article du JapanTimes a marqué un certain courant de la littérature japonaise par la façon dont cette femme a écrit cette histoire d’amour peu conventionnelle pour son âge et son époque. En effet, ce genre d’histoire pour nous occidentaux est plutôt familier, mais il n’empêche que découvrir le parcours amoureux peu ordinaire d’une femme telle qu’Aizawa Tomoko à cette époque et dans ce contexte culturel, reste fascinant. Par ailleurs, le film fait honneur à son histoire de façon tout à fait satisfaisante. En effet, l’imagerie de l’aire Showa des années 50, entre tradition et modernité est très joliment mise en scène, en particulier dans les détails de ses ambiances contrastées. Quant à l’histoire, elle s’entrecoupe de souvenirs de la jeune femme, et se caractérise par son introspection. Ses réflexions se lisent sur le visage de Mitsushima, et dans son langage corporel. Tomoko passe d’aventure en déception amoureuse, avant de comprendre ce qu’elle veut réellement.

 

J’ai adoré retrouver Ayano Go dans ce genre de rôle, évoluant dans un environnement plutôt introspectif, c’est-à-dire là où je le préfère. Il est accompagné d’une partenaire avec laquelle il a pu créer une très jolie harmonie, en échangeant des regards passionnés. Mitsushima incarne son personnage à la perfection, et comme d’habitude je n’ai pas été déçue de sa performance.

 

Ce film m’a beaucoup plu, et je vous le recommande sans problème.

[AFF] Summer's End 夏の終り

Mila - AFF ou pas, End of Summer est un film que j'aurais très certainement fini par regarder et ce pour deux raisons très simples : Ayano Gou -pour qui j'ai une affection qui ne fait que croître avec le temps- et Mitsushima Hikari -qui est une très bonne actrice et qui a volé mon cœur avec l'excellent drama Soredemo Ikite Yuku-. Et c'est également un film que j'aurais très certainement beaucoup apprécié avec un timing différent. Malheureusement il est arrivé à une période de ma vie où ce genre de film n'était vraiment pas ce qu'il me fallait. Vous me lisez pratiquement un an après mais au moment où j'écris, je suis en pleine période morose où j'enchaine les films d'horreur et séries légères. Un drame lent comme End of Summer partait avec un gros handicap et le résultat est que je suis restée un peu en dehors du film. Je n'ai pas ressenti grand-chose et j'ai passé quasiment tout le film à observer l'écran de manière détachée. Cela dit, au moins, ça m'a permis de remarquer plein de choses.

 

Par exemple, la fixation que fait le réalisateur sur les mains de Tomoko, notre héroïne. On dit souvent que les yeux sont le miroir de l'âme mais les sentiments de Tomoko se reflètent bien plus dans la façon dont elle se sert de ses mains. Ainsi, par des gros plans, le réalisateur nous exprime l'application avec laquelle elle fait son travail -ses mains à l'ouvrage dans le générique de début-, son excitation de revoir Ryouta -ses doigts qui jouent avec le fil du téléphone lorsqu'elle l'appelle-, sa nervosité lors d'une certaine conversation -ses mains qui déchiquètent sous la table un pauvre paquet de cigarettes qui ne lui a rien fait-, etc. Les mains servent également à signifier des débuts et fins de relations : la première étincelle entre Ryouta et Tomoko est provoquée par une main qui se pose sur l'autre par accident, la première rupture symbolique de Tomoko et Shingo est représentée par une main lâchée en rêve, etc. Le choix de ce symbole n'a rien d'étonnant car les mains représentent également, en dehors du film, le sens du toucher et Tomoko, en grande partie, cherche à combler son insatisfaction par le contact avec les différents hommes de sa vie.

 

Le film fait également un usage intéressant de la lumière, des couleurs et des décors. Pendant une longue portion du film, les couleurs sont ternes, Tomoko est quasiment toujours à l'intérieur ou seulement dehors de nuit. Même lorsqu'elle est en dehors de chez elle, au restaurant par exemple, les plans sont agencés de telle façon à ce qu'elle semble comme écrasée. Plus généralement, elle semble toujours confinée par la construction des plans et les gros plans sur son visage donnent également un sentiment de claustrophobie. La première image d'un décor lumineux et large correspond à l'époque où elle rencontre Ryouta -qui, à deux reprises, lui servira d'excuse pour fuir la condition dans laquelle elle étouffe- et plus tard dans le film, un plan du ciel bleu ouvert représentera une nouvelle liberté pour Tomoko -la seconde chose qu'elle recherche donc-. La réalisation accompagne le scénario et l'excellent casting -oui, tout le monde est très bon- à la perfection, nous en disant énormément sur les sentiments des personnages et leurs relations -par exemple, si Ryouta et Tomoko ont une relation plus proche de la passion, celle de Shingo et la jeune femme est une forme d'habitude tranquille et rassurante mais immobile qui sera exprimée de façon explicite dans une scène où le monde s'arrête réellement de tourner, s'immobilise derrière les deux personnages-.

 

Ce film est très joliment construit, a de très bons acteurs, un thème intéressant et un personnage central -Tomoko- complexe, … si on ajoute à tout cela le fait que je n'ai clairement pas oublié de fangirliser sur Ayagou, j'aurais très certainement du apprécier ce film bien plus que cela n'a été le cas. Mais ce film n'est pas arrivé au bon moment et il m'a laissée indifférente, occupée à observer la réalisation plutôt qu'à ressentir quoi que ce soit. Dommage.

 

 

 

 

DISCUSSION

[AFF] Summer's End 夏の終り

/!\ Spoilers dans le reste de l'article /!\

 

 

Mila - En lisant ton avis, j'ai constaté que tu ne parlais pas beaucoup de Shinji et je me demandais ce que t'avais inspiré sa relation avec Tomoko? Parce que bien que la relation de la jeune femme avec Ryouta soit évidemment importante et très intéressante, je pense que sa relation avec Shinji l'est tout autant.

 

Anne-So - Tu as bien fait de remarquer que je ne parlais pas beaucoup de Shinji… son aventure avec Tomoko est très importante, et c'est avec lui qu'elle comprend enfin ce qu'elle veut (et je reviendrai sur ça plus loin). En fait, le problème c'est que sa relation avec Shinji ne m'inspire pas grand chose, parce que je la trouve un peu ennuyeuse. Je ne pense pas qu'elle soit ennuyeuse en vérité pour elle, c'est juste que moi je n'y adhère pas. Tomoko est, pour moi, une jeune femme (alors qu'en fait elle est censée avoir 38 ans… je reviendrai là-dessus aussi), et ça m'ennuie de voir une jeune femme vivre d'une façon qui ne m'inspire pas, personnellement, la jeunesse. Shinji pour moi, représente quelque chose de cadré, de rangé, de propre, de calme enfin… un écrivain, la 60aine peut-être, qui vit en kimono lol. Donc du coup ça m'inspire pas trop. Ce qui n'enlève pas l'importance énorme qu'il a dans la vie et l'histoire de Tomoko.

 

M - Tu vois, personnellement, je pense que la relation de Tomoko avec Shinji est censée être ennuyeuse pour elle aussi. Bien entendu il y a quelque chose de rassurant à cette routine et c'est pour cela qu'elle est restée aussi longtemps avec Shinji qu'elle n'aime plus depuis un moment -elle y est attachée oui, mas cet attachement est plus une forme d'habitude comme elle le dit à un moment donné-. En vérité une part d'elle s'ennuie et c'est pour cela, à mon avis, qu'elle tombe dans les bras de Ryouta. En fait, entre elle et Ryouta je n'ai pas réellement vu d'amour non plus mais, à chaque fois, une excuse pour Tomoko de quitter la vie dans laquelle elle est. Bien sûr, encore une fois, il y a des sentiments entre elle et Ryouta mais, à chaque fois, je pense que les sentiments de Tomoko viennent surtout de sa frustration et que si elle avait rencontré Ryouta à d'autres moments de sa vie, elle n'aurait peut-être rien fait du tout avec lui.

 

Sinon, tu dis dans ton avis qu'à la fin du film Tomoko a enfin compris ce qu'elle veut. Personellement je ne suis pas certaine que ce soit vrai -je pense qu'elle a déterminé en partie ce dont elle ne veut pas/plus mais pas ce qu'elle veut exactement- mais, donc, à ton avis, qu'a t'elle compris?

[AFF] Summer's End 夏の終り

A-So - Je pense que Tomoko a compris qu'elle peut être seule. Je pense que ces deux histoires d'amour, et sa difficulté à se séparer d'eux deux l'ont amenée à faire des efforts pour savoir être seule, ne pas dépendre de l'affection de quiconque. Elle se rend compte que la situation qu'elle vit ne la satisfait pas car elle se retrouve toujours dans cette impasse face au fait que Shinji est un homme marié, et qu'il ne divorcera pas. Qu'il aime ou pas sa femme, je ne sais pas, mais c'est une situation en tous cas qui lui échappe des mains et sur laquelle elle n'a, au final, aucun contrôle mais dont elle se sent dépendante. Elle n'arrive pas à le quitter tout le long du film, même quand elle ose déranger ces 8 années paisibles avec l'arrivée de Ryota. Ce dernier qu'elle se retrouve à supplier… quand il comprend qu'elle est engluée dans cette routine relationnelle avec Shinji. Elle n'arrive pas non plus à quitter Ryota, qui la pousse encore et encore, jusqu'à ce que leur relation se termine à la suite de son départ. Enfin, lors de sa dernière rupture avec Shinji, elle lui dit tout simplement "Je veux vous quitter tous les deux et être seule". Moi je l'entends comme "je veux apprendre à être seule". Et une fois qu'elle apprend à obtenir une certaine indépendance affective, elle est prête à rejoindre Shinji qui est peut-être celui qu'elle a toujours aimé.

 

M - Personnellement, j'ai l'impression que Tomoko est un petit peu revenue au point de départ. Elle part à nouveau en vacances et elle se retrouve à rejoindre peut-être Shinji... je n'ai pas l'impression qu'elle ait appris grand-chose finalement. J'espérais justement qu'elle apprendrait à être seule mais, à mes yeux, elle a juste une fois de plus saisi l'occasion « Ryouta » pour échapper à une relation/existence -son mari puis Shinji- qui ne la comblait plus, tout cela pour s'évader un moment et retomber dans les bras d'un homme. Oh et par rapport à cette histoire de jeunesse, je pense qu'en fait c'était caster Mitsushima Hikari qui était une erreur. J'ai ressenti cela le long du film : Mitsushima Hikari, aussi excellente soit-elle -et elle l'est- était trop jeune pour ce rôle qui demandait, justement, quelqu'un de la quarantaine qui puisse avoir eu ce genre de vécu. J'ai l'impression aussi que le personnage d'Ayano Gou aurait du être plus jeune qu'elle, ce qui aurait d'ailleurs renforcé l'impression qu'il ne lui sert que d'échappatoire.

[AFF] Summer's End 夏の終り

A-So - En fait, d'après moi, tu as tout à fait raison de questionner le casting de Mitsushima Hikari pour ce rôle-là, bien que je l'ai trouvé absolument géniale. Il est vrai qu'elle joue le personnage avec beaucoup de nuance dans ses expressions, et même sa façon d'être (ou de bouger les doigts notamment comme tu l'as remarqué grâce à l'attention particulière que le réalisateur leur accorde) colle vraiment parfaitement au personnage. Cependant, j'ai tout de même été confuse. A quel âge s'est-elle mariée pour avoir par la suite vécu tant d'années avec Shinji et être la mère d'une jeune fille? Ca m'a fait un peu "tilt" et puis je me suis rendue compte qu'effectivement, ce qu'elle vit n'est pas un amour de jeunesse, et que son comportement avec Shinji me fait plutôt penser à une dame d'un certain âge, qui a vécu beaucoup de choses… En effet, dans le livre elle s'est mariée une première fois il y a environ une qunzaine d'années je crois, a rencontré Ryota il y a 12 ans, et au moment du film, est censée vivre la fin de sa jeunesse. De plus, quand tu te rends compte que Ryota est en fait supposé être bien plus jeune qu'elle, tu comprends encore mieux les deux types de dynamique qui s'opposent et se présentent à elle. La jeunesse, aventurière avec Ryota et le calme d'une personne vieillissant avec Shinji. Elle, elle se situe entre les deux, et doit se dépatouiller avec ça. Cette histoire est introspective car elle doit réfléchir à la manière dont elle veut avancer, mais les deux hommes sont également peut-être là pour lui rappeler ces deux aspects de sa vie qui s'entrechoquent, entre réalité et fantasme.

 

Bon, mais effectivement Mitsushima a 27 ans quand elle incarne le personnage, Ayano en a 31, et cet aspect du film (qui, à mon avis, a tout de même été voulu par le réalisateur) passe un peu sous la trappe.

 

M - D'après mes calculs -qui peuvent être tout à fait faux-, Tomoko aurait du avoir 16 ans lors de la conception de sa fille pour que l'histoire fonctionne. Ce n'est pas complètement impossible mais cela paraît malgré tout invraisemblable. Bien entendu, je n'ai pas lu le livre et je ne savais pas que le livre était une adaptation avant de te lire sur la question, mais sans se préoccuper de cette affaire d'adaptation, le rôle semble simplement avoir été écrit pour une actrice plus âgée. Enfin quitte à avoir une actrice trop jeune pour le rôle, autant que ce soit Mitsushima Hikari !

[AFF] Summer's End 夏の終り

M - Pour continuer à parler de son mariage d'ailleurs, la façon dont il finit semble vraiment abrupte et du coup, je me suis posée pas mal de questions. La première est d'ordre technique : est-elle toujours mariée lorsqu'on la retrouve toutes ces années plus tard ? Le mari semble en gros la laisser au bord de la route, ont-ils divorcé ou bien est-elle toujours légalement mariée ? Ensuite, je me demande quelle était sa relation avec son mari et sa fille. On ne les voit jamais réellement interagir au delà de la scène où elle le quitte. Dans ton avis tu écrit les mots « le courage de fuir son ex-mari », ce qui sous-entend qu'il devait la traiter mal mais je ne suis pas certaine que ç'ait forcément été le cas. Assurémment, lorsqu'elle le quitte, il la giffle à deux reprises ce qui est parfaitement condamnable -note que Ryouta aussi se montre violent au cours du film, j'ai vraiment cru qu'il allait la violer!- mais doit-on forcément comprendre qu'il la maltraitait avant cela ? On ne nous dit strictement rien de leur mariage. Elle le laisse également emporter sa fille sans protester du tout. Et elle le quitte en disant « je suis amoureuse de Ryouta » mais finalement cette histoire ne semble aller nulle part. Plus tard elle dit également avoir abandonné son enfant pour devenir une artiste. Une hypothèse qui me semble donc parfaitement valable est qu'elle n'a pas trouvé le courage de fuir un mari qui la traitait mal mais s'ennuyait dans son mariage et a sauté sur une occasion d'en sortir pour aller réaliser ses rêves de devenir une artiste.

 

A-So - Je suis assez en phase avec ton hypothèse…  Sinon, j'ai vu que tu n'étais pas vraiment rentrée dans le film, peux-tu me donner des détails sur les choses qui t'ont laissé de marbre ou qui t'ont éventuellement touchées?

 

M - Question de timing... En ce moment, je ne suis juste pas d'humeur à regarder des drames ou des films lents. A moins de tomber vraiment sur LA perle de ouf qui m'hypnotiserait -et Flowers a été un peu cela- le film avait peu de chance de me faire m'impliquer. Le film ne fait rien réellement de mal, il n'était juste vraiment pas ce qu'il me fallait à ce moment-là. Du coup j'ai tout regardé comme à travers une vitre. Je comprenais les dilemmes des personnages et je les trouvais intéressants -particulièrement ceux de Tomoko, forcément- dans l'idée mais rien ne me tenait à cœur. A un autre moment de ma vie je me serais probablement vraiment impliquée dans le parcours de Tomoko, j'aurais activement souhaité qu'elle se débarasse de ses relations et aille se trouver toute seule après avoir pris le temps de faire le point. C'est pour cela que, au niveau de la note au film, je vais donner un 5,5/7 pour la qualité que je pense y voir et un 1,5/3 -je ne me suis malgré tout pas ennuyée, je regardais la réalisation- au niveau de l'appréciation. Ce qui nous donne un 7/10 au total. Je suis désolée, cela ne donne pas beaucoup de détails mais c'est le mieux que je puisse faire car cela ne vient pas vraiment du film, c'était juste pas le bon moment.

[AFF] Summer's End 夏の終り [AFF] Summer's End 夏の終り

A-So - Je vois, on a tous nos moments! Tu vois je comprend parfaitement pourquoi tu n'es pas rentrée dans le film, car je me suis dit que si je l'avais regardé à un moment inopportun, je n'aurais pas accroché non plus. Mais il se trouve que j'y ai adhéré assez facilement.

 

M - Oui, le timing c'est toujours super important ! Oh et, par ailleurs, puisque cette fois encore c'est toi qui a choisi l'image qui introduit la discussion : pourquoi cette image ? =)

 

A-So - J'ai choisi cette image parce qu'on la voit sourire joyeusement en regardant les deux hommes de sa vie. Ce sont des retrouvailles assez particulières puisqu'elle a fait une sorte de pause dans son quotidien et est partie rendre visite à sa fille il me semble. Je trouve la situation assez comique, ses deux amants ont passé du temps ensemble pour la seule et unique raison qu'ils aiment la même femme, et j'ai bien l'impression que ces séquences nous donnent l'occasion également de remarquer à quel point ces deux là se complètent, s'adaptent aux besoin de Tomoko. Par la suite, elle se retrouve avec eux un à un, et les ambiances diffèrent. Ma scène préférée reste celle où elle et Ryota se regardent droit dans les yeux avant de s'embrasser. J'ai particulièrement aimé ce duo - Mitsushima et Ayano- dans cette scène un peu électrique d'après moi lol… J'aime trop l'intensité de cette relation pour apprécier le calme ennuyeux de Shinji…

 

M - Je comprends! Comme je le disais, je ne me suis pas vraiment impliquée ni dans l'une des deux relations ni dans l'autre si bien que je n'ai pas spécialement apprécié l'une ou l'autre et je dirais tout de même que l'intensité de la relation avec Ryouta existe probablement parce que Tomoko et Shinji ont une relation aussi calme si bien que la première citée ne pourrait exister sans la seconde, mais c'est vrai qu'en tant que spectatrice, j'imagine que la relation la plus passionnée, forcément, est la plus engageante car elle semble plus vivante.

 

A-So - Oui~ Une autre remarque par rapport à Tomoko avant de donner ma note, c'est quand elle se situe dans son processus de rupture avec Shinji et que l'encre avec lequel elle travaille s'incruste dans sa peau, sur ses mains , pour finir par se transformer en vernis noir sur ses ongles. Déjà, j'aime bien la progression en phase avec l'évolution de ses émotions et de ses réflexions. Je trouve l'idée et le visuel assez inquiétants, autant que son accès de colère violent contre sa propre oeuvre. De plus, cela accentue le lien charnel qu'il y a entre son activité de teinturière et sa vie, les choses deviennent floues, autant que son esprit. Au début je ne savais pas quoi faire de ces détails, mais c'est quand j'ai pu revoir le film que j'ai pu mettre des mots sur ces séquences.

 

Je lui donne donc un 6/7 pour la qualité, un 2/3 pour l'appréciation et cela nous fait un bon 8/10

 

M - Et au total, avec ma note, cela nous donne 15/20, ce qui est un score tout à fait louable ! Un film à regarder donc~

 

 

Notes du film

 

Anne-So : Qualité 6/7 + Appréciation 2/3 = 8/10

Mila : Qualité 5,5/7 + Appréciation 1,5/3 = 7/10

Total = 15/20

 

Tag(s) : #Cinéma Asiatique, #Anne-So and Mila's Totally Random Asian Festival

Partager cet article

Repost 0