Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Satorare

サトラレ

 

 

Diffusé en 2002

 

10 épisodes

 

 

Avec :

 

Odagiri Joe >>> Satomi Kenichi

Tsuruta Mayu >>> Hoshino Noriko

Fubuki Jun >>> Satomi Hiroku

Sugimoto Teta >>> Toto Satoshi

Kanda Uno >>> Nakata Chiharo

 

 

Dontesque ?

 

Satomi Kenichi est un jeune médecin qui a toujours rêvé d'exercer ce métier et veut devenir chirurgien pour pouvoir directement sauver des vies. Seulement l'hôpital où il travaille ne le laisse pas opérer et il pense que c'est parce qu'il n'est pas assez bon mais la vérité est toute autre : Kenichi est un « satorare ». C'est-à-dire une personne dont les pensées peuvent être entendues par les gens qui l'entourent. Où qu'il soit, ses pensées sont un livre ouvert pour son entourage... et il ne le sait pas.

 

 

~oOo~

 

Satorare n'était pas prévu du tout. Je l'ai commencé juste sur une impulsion. J'étais sur internet, j'ai vu ce drama, j'ai lu le synopsis, je me suis dit « okay, ça a l'air cool », j'ai commencé et un peu plus de sept heures plus tard, j'ai fini le drama et me suis dit « c'était bien... » et aussi « need... dodo.... now >< ». Bref, laissez-moi vous parler de ce drama~ Comme je vous le disais, je l'ai commencé sur une impulsion. J'avais lu le casting mais honnêtement … je n'ai vu Odagiri Joe que dans Real -où il n'est absolument pas un personnage majeur-, Azumi -du moins c'est ce que me dit Asian Wiki parce que je ne le replace absolument pas dans ce film- et Dream de Kim Ki Duk -où il a le premier rôle pour le coup et, du coup, c'est le seul rôle que j'ai retenu de lui-. Quant à Tsuruta Mayu, je ne la connaissais absolument pas. Dans le casting secondaire il y avait bien Fubuki Jun et Sasaki Kuranosuke que je connais et apprécie mais … bref, j'ai commencé le drama sans trop savoir à quoi m'attendre. D'autant que le synopsis que j'avais lu disait « Satomi ne peut pas cacher ses sentiments » du coup moi je pensais qu'il était quelqu'un de très honnête, de trop franc ou bien qu'il avait un visage très expressiif ! Quand le drama a commencé à me parler du concept de « Satorare », j'ai été vraiment prise par surprise. Mais cela rendait le drama encore plus intéressant alors je ne me suis pas plainte~ C'était un drama original et touchant, aux personnages attachants et bien interprétés. Maintenant, cela ne signfie pas qu'il n'avait pas quelques défauts donc on est parti pour démêler tout cela.

 

Essentiellement le défaut du drama est sa fin. Pas parce qu'elle m'a laissé un goût amer dans la bouche mais parce que la fin prend un tournant sérieux qui était inévitable mais n'a pas été aussi bien géré qu'il aurait du l'être. Néanmoins, il fallait qu'il arrive. Dans son premier épisode, le drama nous introduit au concept de « satorare » et c'est quelque chose qu'il faut accepter très vite parce que le drama ne s'embarassera pas d'explications du tout. On nous dit « Voilà, il y a des gens dans le monde dont tout le monde à moins de 16 mètres peut entendre les pensées. Ce sont également des génies. C'est une condition reconnue et il y a une organisation qui se charge de s'assurer qu'ils ne soient pas au courant de leur propre condition, faisant jouer le jeu au monde entier ». Et c'est tout. Vous n'aurez pas droit à plus de contexte. Donc il faut accepter l'idée et essayer aussi d'ignorer les quelques failles dans le concept … mais honnêtement cela ne m'a pas demandé énormément d'effort, on rentre rapidement dedans. Bref, une fois que le concept est introduit, vous imaginez bien qu'il y a de quoi créer de bonnes situations comiques mais que ce n'est pas une condition qui facilite la vie car elle prive la personne concernée de toute intimité et handicape pas mal ses relations. En effet difficile de devenir ami avec quelqu'un dont on entend absolument toutes les pensées même les plus blessantes. Et difficile d'entamer une relation amoureuse avec quelqu'un lorsqu'on sait que notre intimité sera un livre ouvert pour tous les gens qu'il côtoit. Ainsi Satomi a t-il grandi sans ami, essuyant déception amoureuse après déception amoureuse.

[I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ
[I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ

Pendant la plupart du drama, en fait, le sérieux et le comique se côtoient. Le ton est plutôt léger mais le drama met en scène la solitude de Satomi et les conséquences qu'elle a eu sur sa personnalité -il peine à s'exprimer et a développé un complexe d'infériorité assez balèze, sans oublier que chaque gentillesse à son égard lui semble être un miracle-. Du coup on nous construit un protagoniste attachant avec lequel on compatit et auquel on s'attache. Certes parfois ses pensées semblent un peu trop scriptées mais le fait est qu'on rentre dans sa tête et qu'on a une compréhension du personnage qui nous rend proche de lui. L'interprétation particulièrement prenante d'Odagiri Joe aide aussi pas mal. Il est tout à fait désarmant et on ne peut s'empêcher de l'apprécier. Lorsqu'il arrive quelque chose de triste au protagoniste, j'étais triste avec lui. Mais, comme je le disais, j'ai aussi beaucoup ri devant ce drama. Les réactions des gens aux pensées de Satomi étaient souvent vraiment comiques. Par exemple, au début du drama, Satomi regarde des résultats d'analyse et pense qu'un patient a un cancer grave qui va le tuer. Tout l'hôpital entend ce qu'il pense et, du coup, les patients commencent à flipper, cherchant à trouver les indices dans les pensées de Satomi pour découvrir qui est le patient concerné. Au final il s'avère qu'il y avait juste de la poussière sur la radio. Satomi, bien sûr, ne peut jamais gagner aux cartes non plus et se demande pourquoi. Il essaie de prendre des gens en filature mais, forcément, cela ne marche pas très bien vu que les gens qu'ils filent l'entendent penser … bref il y a plein de situations qui m'ont fait rire et, à la fois, le drama explorait la solitude de Satomi.

 

A la fin, cependant, les choses deviennent plus sérieuses et le ton résolument plus triste. Et c'est là que le bât a commencé à blesser. Parce que la logique s'en prend plein la gueule -et je parle de la logique interne au drama parce que clairement, sinon, le drama ne répond absolument pas aux règles de la réalité... il n'y a qu'à voir la façon dont fonctionne l'hôpital!-. Les personnages prennent des décisions étranges très rapidement, la conclusion est très brusque et les pistes ouvertes par le drama ne sont pas assez explorées. Le drama commence à traiter de son sujet en essayant de vraiment nous en montrer sa face sombre mais, au final, saupoudre le tout de bons sentiments-miracle et... moui. J'ai l'impression que le drama est un peu passé à côté de son sujet et qu'à la limite il aurait mieux fait de rester sur le ton plus léger de son début. Cela dit les deux derniers épisodes nous offrent quand même quelques jolies scènes et on a tellement appris à connâitre Satomi et Odagiri est tellement bon qu'il faudrait être une pierre pour ne pas avoir les larmes aux yeux lors de la scène où Satumi pleure toutes les larmes de son corps sur le toit de l'immeuble. Emotionnellement les derniers épisodes fonctionnent parce qu'on s'est attaché aux personnages mais sur le plan scénaristique, c'est quand même un gros bordel et c'est très faible.

[I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ
[I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ

Néanmoins le drama vaut carrément le coup pour ses super huit premiers épisodes et pour ses personnages. J'ai parlé de Satomi mais le succès de Satorare est un effort de groupe et, pour commencer, il faut que j'aborde le personnage de Tsuruta Mayu, notre héroïne, Hoshino-sensei. Hoshino est attachante, essentiellement parce qu'elle a bon cœur, mais elle n'est pas non plus un ange. Elle voit la solitude de Satomi et ne peut pas y rester indifférente, lui venant en aide encore et encore mais elle a également ses limites et lorsque -forcément- elle commence à développer des sentiments pour le jeune homme, elle a ses doutes et elle flippe un peu parce que se lancer dans une relation avec un Satorare demande une patience et une matûrité qu'elle n'est pas certaine de posséder. Indépendamment de cela, elle est une jeune femme avec ses doutes et ses forces. Elle n'est pas aussi explorée que Satomi mais elle fait une héroïne attachante et la voir réagir aux pensées de Satomi alors qu'elle n'est pas censé le faire était assez hilarant parfois. Cela dit, du côté des personnages féminins, c'est la mère de Satomi qui m'a le plus marquée je pense. Fubuki Jun, particulièrement à la fin du drama, fait du très bon boulot et interprète à merveilles le rôle d'une femme dont le cœur déborde d'amour pour son fils. C'est une femme ordinaire mais elle est chaleureuse, aimante, et fait preuve d'un courage et d'une compassion qui lui semblent naturels et évidents mais font d'elle un personnage très fort à mes yeux. J'ai adoré ce personnage et j'ai adoré Fubuki Jun dans ce rôle.

 

Par ailleurs l'entourage tout entier de Satomi est essentiel. J'ai beaucoup aimé l'agent masculin Toto chargé de sa surveillance -nettement moins l'agent féminin par contre... à la fin elle a eu le rôle ingrat et elle n'avait pas suffisamment été développée pour que cela passe malheureusement-, Sasaki Kuronasuke n'avait pas un rôle toujours sympathique mais j'ai un faible pour cet acteur et il était plus ridicule que menaçant donc il m'a fait rire, les infirmières, les docteurs, ils formaient vraiment un tout qui aidait à la qualité générale du drama, que ce soit lorsqu'ils étaient touchants ou, plus souvent, lorsqu'ils servaient à produire de la comédie par rapport aux pensées de Satomi.

 

Au final, j'ai juste vraiment beaucoup aimé Satorare. Je pense qu'il aurait pu gérer mieux le côté sérieux de son sujet mais le drama m'a touchée. Les personnages étaient attachants, particulièrement Satomi, le casting était impeccable -et c'est bon, je suis sous le charme d'Odagiri Joe maintenant-, le drama m'a fait rire et pleurer... je ne lui en demandais pas plus et ce fut un petit coup de coeur~

[I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ
[I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ [I hear your voice... and so does everyone else] Satorare  サトラレ
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0