Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  Dramas au fil des ans

 

1998-2000

 

 

Je ne met pas les liens vers tous les articles que j'ai écrit sur ces dramas mais vous pouvez trouver votre bonheur |ICI| si vous voulez des détails sur les dramas qui vous intéressent.

 

(J) = Japonais

(K) = Coréen

(TW) = Taiwannais

(C) = Chinois

Note totale < 5/10

Note totale ≥ 9/10

5 ≤ note totale < 9

♥ coup de cœur -indépendamment de la note totale-

 

 

 

EXCELLENTS DRAMAS

 

 

 

 

 

TRES BONS DRAMAS

 

Ikebukuro West Gate Park (J) – 2000

Qualité 4 + Appréciation 6 = 10/10

Bon ok, j'ai triché... mais c'est pas grave, c'est cool j'ai le droit : c'est mon blog. Et ce drama étant mon plus gros coup de cœur Jdramatesque, je ne pouvais pas lui mettre moins que 10 ! Et en qualité je ne pouvais pas lui mettre 5/5 donc... car oui, le drama a ses défauts. Plus exactement je pense que le drama dépend beaucoup du spectateur parce que c'est un drama assez à part. La réalisation qui m'a parue stylée, semblera maladroite et exagérée à d'autres par exemple. Et c'est vrai que le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas bien fine... mais j'adore cette ambiance marquée. Et j'aime le fait qu'IWGP soit à la fois très drôle et très sombre, j'aime que le drama aille crescendo pour se terminer sur une des confrontations les plus mémorables de drama à mes yeux -après techniquement il y a encore quelques scènes mais pour moi le drama s'arrête vraiment à la dernière confrontation-, j'aime les personnages un peu losers sur les bords, Nagase en héros récalcitrant, Yamapi en petite poupinette renfermée, Sato Ryuta en idiot sympathique...et, évidemment, Kubozuka Yosuke dans le rôle du King, le roi d'IWGP. Et s'il n'est pas le personnage principal, il vole complètement le drama à mes yeux -drama dans lequel il a un rôle nettement plus développé que dans le manga et le roman à la base-. J'ai découvert Yosuke dans ce rôle et depuis ce mec est mon idole. Le personnage est à la limite de la folie parfois, il est drôle, charismatique, violent, et en clair, je l'aime. Tous dramas confondus, c'est un de mes personnages favoris et cela tient en grande partie à l'interprétation de Yosuke.

(+) L' ambiance particulière, le casting, le crescendo, les personnages bien entendu, pour moi la réalisation qui ne ressemble à aucune autre, la vision d'Ikebukuro, Yosuke, Yosuke, YOSUKE !

(-) Le drama peut tendre sur l'exagération et la réalisation en rebutera certains.

La fin ? Quelques scènes inutiles mais somme toute c'est une bonne conclusion et la grande confrontation de fin est géniale. Le SP sorti après était inutile par contre.

 

Koori no Sekai (J) – 1999

Qualité 4 + Appréciation 4,5 = 8,5/10

J'avais commencé ce drama sur les conseils d'une amie qui, comme moi, a le béguin pour Takenouchi Yutaka... et si ce n'est pas votre le cas, les gens, vous pouvez commencer avec ce drama, c'est un bon début ! Dedans, Takenouchi Yutaka, encore jeune, joue le rôle d'un mec qui travaille dans les assurances et se retrouve à enquêter sur une jeune femme, Egi Toko -Matsuhsima Nanako- car elle semble être mêlée à une série de morts. Et puis bien entendu notre personnage principal tombe amoureux et il se créé une sorte de relation étrange entre la crainte, la méfiance et l'attirance. Et en plus il ya une chanson de Céline Dion dans le drama o.o Comment cela ça ne compte pas ? Bon. Mais sérieusement c'est un drama que je vous recommande. J'en aime beaucoup l'ambiance hypnotisante et mélancolique et je trouve que le scénario est prenant parce que comme le personnage principal, on a envie de savoir ce que cache Toko. Et à chaque nouvelle étape dans l'enquête, c'est toute notre perception du personnage qui change. Par ailleurs le casting est très bon, en particulier du côté des deux acteurs principaux. Takenouchi Yutaka a en particulier dans le regard une douceur qui n'a pas manqué de me captiver.

(+) Le casting, la très jolie réalisation, le scénario inriguant, la romance, l'ambiance générale et la dernière scène de l'épisode 5.

(-) La qualité de l'image est moins bonne que pour d'autres dramas ?

La fin ? No souci ^-^

 

 

 

BONS DRAMAS

 

Ao no Jidai (J) – 1998

Qualité 3,5 + Appréciation 4 = 7,5/10

… Cela fait bien longtemps que j'ai vu ce drama et pour être honnête je ne m'en souviens pas parfaitement mais je sais que j'avais beaucoup aimé à l'époque. En même temps Tsuyoshi y a le rôle principal et à cette époque-là j'aurais été prête à manger des cailloux si on me les avait présentés dans une boite avec la tête des KinKi dessus. Et en plus dans ce drama-là, il ya Ando Masanobu. Bref tout cela pour dire que j'étais biaisée. Cela dit, donc, ce drama, dans mon souvenir, était vraiment bon. L'histoire est celle de Tsuyo -enfin son personnage-, un délinquant assez mineur qui tombe amoureux d'une bibliothécaire qui voit en lui -à raison- quelqu'un de bien. Sauf qu'il est accusé de meurtre -injustement- et est donc arrêté. Son avenir semble bien obscur quand surgit un avocat qui, apparemment le croit et veut l'aider. A partir de là le drama mêle des éléments de thriller à surtout pas mal de drames. Pour autant le drama n'est pas trop lourd et les acteurs ont tendance à être plutôt sobres dans l'interprétation, en particulier Tsuyo qui de toute façon est rarement exubérant dans ses dramas. La réalisation trahit clairement l'âge du drama mais à moins que vous soyiez réellement allergique aux vieux dramas, cela ne devrait pas poser de problème. En tous cas pour ma part, cela ne m'a vrament pas dérangée. De manière générale j'avais trouvé ce drama touchant et j'avais particulièrement apprécié le personnage d'Ando Masanobu qui m'avait beaucoup émue.

(+) Le casting, les personnages attachants, l'émotion dégagée par le drama, et puis j'aime bien l'OST aussi.

(-) Je ne me souviens pas bien honnêtement ><

La fin ? Laisse un peu à désirer dans l'exécution.

 

A Sleeping Forest (J) – 1998

Qualité 3,5 + Appréciation 4 = 7,5/10

Parfois il faut parler de Kimu. Et par « parfois » je veux dire « toujours ». On ne parle jamais suffisamment de Kimu donc voilà un drama dans lequel il décide de changer un peu de registre et de vous foutre les boules. Je ne crois pas que Kimu ait eu de rôle réellement plus inquiétant que celui-là. Il a eu des rôles plus sombres mais celui-là est vraiment inquiétant pour le coup. Alors bien sûr au bout d'un moment on finit par le plaindre -et pas juste parce que le réalisateur l'oblige à porter un bob quasiment tout le long du drama- mais au début, lorsqu'il se pointe devant l'héroïne, lui assure qu'il la connait par cœur et commence à la stalker, il n'est pas rassurant du tout et on ne peut s'empêcher de se dire qu'on n'aimerait pas l'avoir dans les parages, Kimu ou pas Kimu. La première fois que j'ai vu ce drama, je l'avais apprécié sans l'adorer mais à la revoyure, c'est finalement un drama que j'apprécie beaucoup. J'aime qu'il soit aussi sombre et que la romance, car il y en a une bien sûr, soit toujours plus inquiétante que romantique. Le drama a des faiblesses bien entendu et je ne suis pas très fan de la fin notamment mais somme toute je pense qu'il mérite d'être vu, ne serait-ce que pour son étrangeté. Et pour Kimu.

(+) L'étrangeté du drama, son ambiance inquiétante, Kimu dans un rôle différent de d'habitude, le suspense

(-) Le bob, une perte de souffle un peu sur la fin, parfois la narration était agaçante

La fin ? Je l'aurais aimé un peu meilleure mais elle n'est pas catastrophique.

 

 

 

DRAMAS SYMPAS

 

Great Teacher Onizuka (J) – 1998

Qualité 3 + Appréciation 3,5 = 6,5/10

Je pense que je n'ai pas besoin de vous parler de l'histoire, tout le monde sait de quoi cause GTO. Ce drama-là, je l'avais regardé en gros pour voir Kubozuka Yosuke et c'est quelque chose que je ne regrette pas car il se trouve que la série est très sympa. Il est surtout drôle et parfois même un peu émouvant si vous avez le cœur aussi faible que le moins. Dans le rôle d'Onizuka, l'acteur principal surjoue exactement comme il faut et même si j'imagine que cela pourrait repousser certaines personnes -moi-même au début j'avais eu du mal-, finalement je trouve qu'il s'en sort vraiment bien. Le drama n'est néanmoins sans problème et, notamment, il succombe au mal de tous ces dramas ; le schéma très répétitif. Heureusement ce n'est pas dérangeant au point d'en gâcher le drama mais ce qui est dommage est que chaque élève a en gros son épisode et qu'après cela au lieu de former réellement une « unité », les personnages ont tendance à un peu disparaître. Néanmoins c'est un drama très sympa que j'avais pris beaucoup de plaisir à suivre. Un de ces jours il faudra peut-être que je tente la nouvelle version, pour voir... en attendant j'aime bien celui-là.

(+) L'humour, le casting -outre Yosuke, on retrouve dans ce drama un Oguri Shun tout jeune- et puis l'opening parce que cet opening est purement glorieux.

(-) Le schéma très épisodique et répétitif.

La fin ? Classique de ce genre de dramas mais somme toute réussie.

 

Harmonia (J) – 1998

Qualité 3 + Appréciation 3,5 = 6,5/10

Plus de KinKi Kids ! Toujours~ Et ce coup-ci nous retrouvons Domoto Koichi dans un drama où il interprète un jeune homme qui joue de la contrebasse et se retrouve à enseigner la musique à une jeune fille internée dans un hôpital psychiatrique. Elle ne parle pas, elle ne bouge pas beaucoup -au début- mais peu à peu il semble qu'il arrive à la toucher. Et au passage la jeune fille a des pouvoirs surnaturels aussi, apparemment elle pratique la télékinésie, ce qui peut la rendre dangereuse lorsqu'elle est contrariée. Du coup il y a des épisodes qui n'étaient vraiment pas rassurant mais, principalement ce que j'aime dans ce drama est l'évolution de la relation entre les deux personnages principaux qui, d'ailleurs, mène à une scène que j'adore absolument et qui m'a marquée. Il s'agit d'une scène où le personnage de Koichi annonce à l'héroïne qu'il va devoir arrêter de lui donner des leçons et arrêter de la voir -le petit n'a pas une vie facile-. Et là dans mon souvenir l'héroïne qui jusque là n'avait pas prononcé un seul mot pronoçait son nom pour la première fois en essayant de le retenir. En vérité non, c'est juste qu'elle se met à pleurer alors qu'elle n'avait jamais exprimé de peine jusqu'à cette scène. Mais en gros, c'est effectivement lui qu'elle appelle et c'est pour cela que la scène s'est transformée dans ma tête. A chaque fois ça me tue ce passage. En grande partie parce que l'actrice, malgré le fait qu'elle ne puisse pas être très expressive la plupart du temps, rend quand même vraiment bien son personnage. Je dirais cela dit que le plus gros défaut du drama est sa tendance à la répétition et peut-être également aussi son exagération. Koichi est parfois maladroit mais il est superbe et je trouve qu'on s'y attache quand même~

(+) L'étrangeté de l'ensemble, la relation entre les deux personnages principaux, la musique et en particulier l'opening de Shounentachi que j'adore.

(-) Les répétitions et l'exagération.

La fin ? Pas surprenante mais très jolie.

 

Hito ni Yasashiku (J)

Qualité 3 + Appréciation 2,5 = 5,5/10

Commencé par hasard, j'avais bien apprécié ce drama. Quelques années plus tard il ne m'en reste qu'un souvenir assez flou mais j'en garde une impression plutôt positive. Mon principal problème avec ce drama, en fait, était qu'il était bruyant. La comédie consistait essentiellement à faire crier les personnages et personnellement je ne trouve pas spécialement drôle le fait de faire crier les gens, cela a plutôt tendance à me donner mal à la tête. En revanche le reste était réussi, le côté humain du drama. Et les personnages n'étaient pas parfait mais le casting était très bon et j'ai aimé l'histoire de ces trois hommes paumés qui se retrouvent à devoir élever un enfant sorti de nulle part.

(+) La relation entre le gosse et les trois autres personnages, les moments posés du drama.

(-) Le volume du drama. Et bon, il n'est malgré tout pas bien palpitant.

La fin ? Convenable.

 

Kimi to ita mirai no tame ni (J) – 1999

Qualité 3 + Appréciation 3 = 6/10

OMG un drama avec un KinKi dedans, comment c'est trop surprenant, vous êtes sur les fesses, pas vrai ? Okay non. Bref nous retrouvons Domoto Tsuyoshi dans ce drama assez particulier. Tout commence lorsqu'il va voir un film et meurt dans la salle de cinéma. Oui, cela commence comme ça mais ne vous inquiétez pas, il n'est pas vraiment mort, il revient quatre ans dans le passé avec tous ses souvenirs intacts et à lui de changer sa vie. Sauf que quatre ans plus tard, il re-meurt et revient encore quatre ans en arrière. Du coup il commence à tester plein de possibilités et j'ai d'ailleurs apprécié le fait que le personnage soit réaliste. Dans le sens où quand il retourne en arrière son premier réflexe, par exemple, est de s'assurer une vie pleine de thunes. C'est très humain comme réaction, cela ne rend pas le personnage moins sympathique et j'ai trouvé que cela jouait en sa faveur. J'ai également aimé la relation du héros avec son entourage – avec le personnage de Nakama Yukie notamment mais surtout avec son meilleur ami qui s'est suicidé dans la première « timeline »- et, tout simplement, j'avais envie de savoir ce qu'il s'était passé et comment se terminerait l'histoire. Je déplore une relation souvent très kitsh et un sentiment de répétition assez pesant mais au final j'ai vraiment bien aimé le drama.

(+) L'histoire intriguante, l'opening vraiment chelou, le casting, les personnages attachants.

(-) Les répétitions et la réalisation pas excellente.

La fin ? Eh bah vous savez quoi, je ne m'en souviens pas pour le coup.

 

With Love (J)1998

Qualité 3 + Appréciation 3 = 6/10

Le retour de Takenouchi Yutaka~ Les KinKi, Kimu et Takenouchi Yutaka sont des acteurs récurrentts dans les dramas que j'ai vus de cette époque de toute façon. Et en l'occurence, là, il joue un chanteur un peu déprimé de la vie qui va tomber amoureux d'une mademoiselle via internet. Et d'ailleurs c'est assez marrant de voir qu'à cette poque internet c'était tout autre chose et qu'on en était encore à des ordinateurs... rétros. Mettons-le comme cela. En tous les cas cette romance m'avait touchée. J'aimais bien les deux personnages principaux, Takenouchi Yutaka était magnifique comme toujours, dans un rôle qui lui convient bien, et le drama était agréable. A noter quand même, il pouvait se montrer assez frustrant car l'idée est que les personnages tombent amoureux sans rencontre l'autre et les voir se croiser sans se reconnaître était parfois rageant. Par ailleurs le drama ne manque pas de longueurs et si les romances ne sont pas votre truc, inutile de vous lancer dans ce drama qui n'a pas grand-chose d'autre à proposer.

(+) Les personnages sympathiques -principaux et secondaires-, le visage superbe de Takenouchi Yutaka, la jolie musique, la romance.

(-) Les longueurs, certains quiproquos frustrant et le drama n'est pas très original.

La fin ? A la hauteur^^

 

Yasha (J) – 2000

Qualité 3,5 + Appréciation 4 = 7,5/10

J'adore Yasha. Et je vous conseille Yasha. En ce moment les bromances sont à la mode et si vous aimez les bromances alors ce drama est ce qu'il vous faut parce que c'est en gros une collection de bromances dans tous le sens. Il y avait un personnage féminin dans le tas je crois bien mais il est secondaire et je m'en souviens à peine. L'histoire est celle de Sen, un jeune homme surdoué qui est devenu un scientifique réputé après avoir été arraché à sa mère par laquelle il avait été élevé au bord de la mère en compagnie de son meilleur ami Mochi. Il retrouve Mochi une fois de retour au Japon et il fait également la rencontre de Rin, un jeune homme qui lui ressemble trait pour trait mais qui n'a pas l'air bien recommandable. Il y a aussi un virus mortel qui menace l'humanité et des chansons de Sting. Honnêtement l'histoire, bien qu'intéressante, est pleine de trous, elle manque de rigueur. Mais les personnages sont très attachants, il y a beaucoup d'émotion dans ce drama et les bromances fleurissent de partout. C'est un drama qui m'avait énormément touchée et je suis incapable de le revoir sans pleurer toutes les larmes de mon corps. Il a des défauts, il est parfois kitsch dans la réalisation, mais je le revois de temps en temps et c'est toujours avec la même émotion et le même plaisir.

(+) Les personnages, l'idée un peu différente de ce qu'on voit dans les Jdramas, le casting, la musique bien entendu, les bromances.

(-) La réalisation parfois kitsh et l'histoire pas toujours rigoureuse.

La fin ? Tellement jolie que ce n'est même pas drôle.

 

 

 

TUEZ LE RESPONSABLE !

 

Autumn in my heart (K) – 2000

Qualité 1 + Appréciation 0 = 1/10

Je ne vais pas m'étendre sur ce drama car Dieu merci, je m'en souviens très mal. Dans mon souvenir, le drama cherchait absolument à me faire pleurer en jouant dans une surenchère risible et cela m'avait laissée de marbre. Je m'étais ennuyée 99% du temps et le 1% qui restait je m'étais moquée du drama. Il y a de bonnes têtes au casting et il paraît que les jeunes acteurs étaient bons mais je ne me souviens que de celles des adultes que j'avais trouvées mauvaises. Pour moi dans ce drama il n'y avait rien à sauver et je ne le reverrai pas pour vérifier.

 

Summer Snow (J) – 2000

Qualité 2 + Appréciation 1 = 3/10

Beaucoup de gens aiment ce drama et à priori tout me destinait à l'aimer aussi. Tsuyoshi, Oguri Shun et Tsubasa dans un même drama ? En bonne fangirl j'aurais du fondre complètement mais au lieu de cela, je me suis ennuyée à mourir devant ce drama lourd qui cherche à nous dire que la vie c'est beau même si l'héroïne elle va mourir. Je pense que vous le savez depuis le temps mais les mélodrames et moi... ce n'est jamais gagné d'avance et celui-là m'a semblé vraiment lourd, il essayait trop de forcer son émotion à mes yeux. Les acteurs étaient bons mais l'histoire ne m'accrochait pas, les personnages non plus et la fin est le summun du ridicule. Donc pas pour moi.

(+) Le casting est loin d'être mauvais et la musique est jolie.

(-) Le reste.

La fin ? Risible.

 

 

DRAMAS NON TERMINES

 

 

 

 

LE RESTE

 

Beautiful life (J) – 2000

Qualité 2,5 + Appréciation 1 = 3,5/10

Le principal problème que j'ai avec ce drama est que je n'ai jamais compris pourquoi l'OTP s'acharnait à vouloir faire fonctionner leur relation. Dans ce drama, KimuTaku joue le rôle d'un monsieur particulièrement mal coiffé qui veut devenir un coiffeur styliste hypra reconnu -becoz ironie?- et fait la rencontre du personnage de Tokiwa Takako, une jeune femme aux jambes paralysées qui est atteinte d'une maladie mortelle. Au début tout va bien. L'héroïne a un caractère marqué que j'appréciais, le personnage de Kimu est sympathique... le souci est que rapidement le drama devient assez lourd et surtout que l'on se demande qui a choisi le titre parce que clairement la vie craint et être ensemble n'arrange rien du tout pour l'OTP. Ce serait même carrément le contraire, plus ils sont ensemble plus ils sont malheureux et du coup c'était vraiment difficile pour moi de leur souhaiter de rester ensemble. Finalement j'ai arrêté d'essayer et j'ai simplement accepter que ce drama n'était pas fait pour moi. Il a beaucoup de fans mais je n'en fais décidément pas parti.

(+) Les débuts, le casting aussi car Kimu et Tokiwa Takako sont tous deux de bons acteurs et ils ont une bonne dynamique.

(-) La lourdeur qui finit par venir et le fait que l'OTP ne fonctionne pas.

La fin ? Ne vient pas assez rapidement.

Kamisama mou sukoshi dake (J) – 1998

Qualité 2 + Appréciation 2 = 4/10

J'ai revu ce drama il y a peu pour en parler dans ma série d'articles sur les OST de dramas et, à la revoyure... ce drama est médiocre. Je l'avais trouvé médiocre la première fois et il n'est encore plus la seconde en fait. Pour me citer toute seule : la musique est une des rares choses à en sauver. Avec le temps mes impressions sur certains dramas ont tendance à changer mais après avoir revu ce drama, je peux dire que les mêmes choses m'ont agacée -l'héroïne essentiellement- et que les mêmes choses m'ont plu -le meilleur ami est toujours absolument adorable et l'acteur principal a un sex-appeal de ouf-. En général ce drama est toujours un mélodrame assez poussif à mes yeux. Mais ce qui m'a choquée à la revoyure et qui ne m'avait pas choquée la première fois c'est l'ignorance totale du drama. En 12 épisodes, la question de la protection n'est pas abordée sérieusement une seule fois. On ne parle jamais de préservatif par exemple ! Au début l'héroïne attrape le virus du SIDA en se prostituant pour aller à un concert et c'est tragique et tout mais après cela, lorsqu'elle recouche -en sachant qu'elle est séro-positive- avec le héros, il n'est pas question de préservatif. Et bien sûr il n'attrape pas la maladie et le bébé non plus. Le virus est présenté comme une sorte de punition divine pour s'être prostituée en quelque sorte. Et même lorsque l'héroïne est devant toute son école et fait son discours sur « j'ai compris la valeur de la vie », elle ne parle pas de la maladie en soi ou de ce qu'elle aurait du faire pour éviter de l'attraper. Alors dire « maintenant je suis reconnaissante pour les petites choses » c'est cool et ça cadre très bien avec, par exemple, Un litre de larmes où la pauvre Aya n'aurait eu aucun moyen d'éviter sa maladie mais là, en l'occurence, la prévention semblerait de rigueur. Et c'est en gros la même chose avec le drama : il nous présente le parcours de l'héroïne et son appréciation nouvelle de la vie mais il gâche l'opportunité qu'il avait de sensibiliser son public à un problème qui, malheureusement, sévit pas mal au Japon, et au lieu de cela n'est qu'un mélodrame assez moyen. Dommage.

(+) Le casting est généralement bon, certains personnages sont sympathiques et la musique est vraiment très belle.

(-) L'ignorance du drama et l'incompétence de l'écriture.

La fin ? Meh.

 

To Heart (J) – 1999

Qualité 1,5 + Appréciation 3 = 4,5/10

Et comment terminer cet article -du moins pour le moment- sans encore un paragraphe sur un KinKi-drama pas vrai ? Je sens que cela vous manquait. Et ce coup-ci, Tsuyo est un boxeur -si si, je vous assure- amoureux d'une fleuriste qui ne le considère pas comme un homme et avec laquelle il n'a aucune chance. « Heureusement » il attire l'oeil d'une jeune fille interprétée par Fukada Kyoko qui tombe folle amoureuse de lui et décide donc de le séduie. Ceci inclut de le stalker et de s'introduire chez lui par effraction pendant son absence. En clair il s'est trouvé une saseng sauf que dans ce drama c'est censé être choupi. Mais ce n'est pas choupi et l'interprétation en mode kawaii & ultra-sons de Fukada Kyoko n'aide vraiment pas. Par ailleurs en le revoyant maintenant je pense que l'indécision du héros m'agacerait... mais honnêtement j'avais beaucoup aimé Tsuyo dans ce rôle. Et mon appréciation tient en gros à cela. La romance est dérangeante à cause de l'héroïne qui devrait se retrouver avec un procès aux fesses et le scénario n'a rien de surprenant ou d'original donc la seule chose qui m'ait véritablement tenue devant ce drama est Tsuyo que j'ai adoré dans ce drama. Mais je suis une grande fangirl et si vous n'êtes pas comme moi... passez votre chemin en gros.

(+) Tsuyo ♥ Et la musique.

(-) Le personnage féminin, l'interprétation de Fukada Kyoko et la prévisibilité du scénario.

La fin ? Attendue.

 

[Dramas au fil des ans] 1998-2000
Tag(s) : #Dramas au fil des ans

Partager cet article

Repost 0