Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les clichés/formules dramatesques

Que « ça dépend » dontesque

 

 

Toujours sur la piste des clichés/formules dramatesques, cette fois-ci, nous allons parler des clichés pour lesquels je n'ai pas de sentiments fixes. Ou pas de sentiments du tout d'ailleurs. Cela dépend des dramas on va dire. Des situatons. Et parfois cela me laisse froide quelle que soit la situation, je ne suis juste pas très intéressée. Allons-y gaiement~

 

 

Love dans ta face : L'amour ça fait mal les gens. Enfin l'amour pas tellement -encore que si, aussi, surtout à Dramaland- mais surtout la premère rencontre. Après tout ce ne serait pas drôle que deux personnages se rencontrent et se comportent comme des personnes civilisées. Non au lieu de cela il faut un quiproquo, une bonne dose de mépris si possible, de la douleur physique même. Notez bien, c'est un des meilleurs moyens de reconnaître un OTP ! Mettons que l'héroïne rencontre deux hommes à la fois, s'il y en a un des deux dans la voiture duquel elle est rentrée ou si elle l'a giflée, s'il l'a humiliée d'une façon ou d'une autre alors il y a fort à parier que ces deux-là feront des bébés à un moment de leur vie. La raison pour laquelle ce cliché est dans la catégorie « ça dépend » est que mon appréciation de celui-ci se fait selon le drama et selon le quiproquo/l'accident/l'attaque. C'est-à-dire qu'il y a les cas à la Hong Gil Dong où les problèmes relationnels tiennent surtout de la chamaillerie, les cas « accidents » comme dans Devil Beside You ou Dal Ja's Spring et puis il y a aussi les cas moins sympathiques de « je te prends pour une prostituée » à la Prince's First Love

 

L'étranger, ce pays magique : Ah l'étranger. Généralement les Etats-Unis, la France aussi quand on parle de mode ou de cuisine... je crois également avoir vu des personnages revenir d'Italie, Allemagne et du Canarda. Il y a sans doute d'autres locations. Enfin toujours est-il que l'étranger c'est la classe. Après avoir fait un séjour à l'étranger, les personnages deviennent invincibles o.o Par contre ils peuvent y avoir passé toute leur vie, ils ne sont toujours pas foutus de parler la langue correctement -mais qu'ils se consolent parce qu'à Dramaland les étrangers eux-mêmes ne sont pas foutus de parler leur propre langue-. Mais peu importe, l'Etranger c'est un peu comme un lointain royaume qui recrache des Princes Charmants, il n'y a qu'à voir I Need Romance 3 pour s'en rendre compte. Bon évidemment ça c'est dans le cas des rom-coms. Parce que sinon l'Etranger c'est comme un camp d'entrainement qui produit des machines à tuer/se venger. Mais c'est marrant quand même cette sorte de côté mystique de l'Etranger dans les dramas... en général cela ne me dérange pas, cela ne me fait pas grand-chose même. Mon seul problème avec ce cliché en fait c'est que quand les personnages vont à l'étranger, ils revennent et veulent parler la langue parce que cela fait cool. Et là on se retrouve avec des moments magiques à la Zettai Kareshi, Fashion 70s ou encore Golden Cross qui cassent tout. Alors parfois c'est à mourir de rire donc cela ne me dérange pas mais quand cela arrive dans un contexte sérieux et casse une scène importante, tout de suite cela devient dérangeant.

First Love never dies : Bon des fois si mais généralement non. En particulier dans les Kdramas les premiers amours ont la vie très très longue. Trop longue même. C'est comme cela qu'on se retrouve avec des OTP à la Tazza, ennuyeux comme la mort mais indéfectibles becoz omg, first love. Ils pourraient s'être parlé deux secondes, s'il y a eu béguin, c'est bon c'est pour la vie. Il y a des situations où cela peut marcher si les deux acteurs/personnages ont une alchimie suffisamment bonne mais la plupart du temps, cela ne marche pas. Après que Poupoune -le héros- sot encore fixé sur Choupette -l'héroïne- s'il y a un contexte qui fait que, je comprends, c'est plutôt le caractère toujours romantique qui a tendance à me déranger. Par exemple dans I Miss You je comprends que le personnage principal soit obsédé par l'héroïne, de même dans The Moon that Embraces the Sun -bien que leur histoire commence n'importe comment et que je n'ai jamais accroché à l'OTP qui se prenait le destin dans la face plutôt qu'ils ne tombaient réellement amoureux- parce qu'ils ont été traumatisés par les circonstances de la séparation. Dans I Need Romance 3 je comprends que le personnage de Sung Joon veuille revoir l'héroïne parce qu'elle l'a quasiment élevée pendant son enfance. Après ce que je trouve étrange dans tous ces cas-là c'est le fait que les sentiments amoureux soient si rapidement de la partie. Bon mais là n'est pas la question, le fait est qu'à Dramaland, les premiers amours font la loi. Et selon comment c'est mis en scène/écrit cela peut marcher mais honnêtement, à quelques exceptions près, cela apporte rarement quelque chose.

 

Héros Incompris : Ce jeune homme attirant semble être un connard violent et méprisant ? Aw mais vous n'y êtes pas du tout, il est incompris voilà tout. D'accord il a envoyé ses sous-fifres vous violer, a fait en sorte que toute l'école vous persécute, et vous rabaisse à la moindre occasion mais au fond ce n'est qu'un pauvre puppy incompris. A moins qu'il soit un personnage secondaire auquel cas il est peut-être vraiment un connard. Et en fait même si c'est le personnage principal il est fort possible que ce soit un connard, ce ne sont pas les exemples qui manquent, mais l'héroïne n'est pas censé le penser. Soit elle va le changer, soit elle va apprendre à parler son langage et se rendre compte de sa véritable -adorable- nature -of course-. Et je pense que vous imaginez très facilement pourquoi ce cliché peut fonctionner ou pas : si le héros est effectivement adorable et incompris, cela fonctionne ; si le héros est aussi salaud à l'intérieur qu'à l'extérieur alors cela ne fonctionne pas.

 

Save the kitty !/The Puppy Rescue: Le Save the Kitty ! est une des nombreuses manières de percer à jour un Héros Incompris les gens, sachez-le. Le Save the Kitty est ce moment d'une fiction où le héros fait un truc cool en cachette ce qui prouve qu'il est quelqu'un de bien. Et généralement l'héroïne est là pour s'en rendre compte si bien qu'elle commence à le voir sous un nouveau jour. La raison pour laquelle le cliché s'appelle comme cela est qu'à la base je l'ai surtout repéré dans les mangas où il se présente sous forme du héros nourrissant des chats abandonnés dans un carton. Ou bien leur laissant un parapluie si il pleut. Il ne les ramène pas chez lui et n'essaie pas de leur trouver un foyer, il les laisse au bord de la route, mais bon quand même il leur file un parapluie donc c'est quelqu'un de drôlement cool. D'accord à côté de cela il est exécrable mais aw, il a abrité trois chatons de la pluie donc c'est un agneau le petit :'). Les chatons bien entendu peuvent être aure chose. Par exemple si le personnage, je ne sais pas, aide une grand-mère à se relever, c'est aussi quelqu'un de bien. En effet il est fort connu que dans la vie il y a des gens mauvais et des gens biens. Et les gens biens peuvent faire des trucs mauvais mais quelqu'un de mauvais ne saurait faire un truc bien de temps en temps. Du coup si vous voyez quelqu'un faire quelque chose de bien et qu'il y a une gueule de personnage principal, tous ses mauvais actes partent en fumée \O/ Wiii vive la morale à Dramaland \O/

 

Sleeping Bus : Dans les clichés que j'aime bien, j'ai oublié de vous parler -mais j'en parlerai un jour car j'ai déjà plein de MAJ de prévues- du « One Room Hotel ». En effet à Dramaland, apparemment, les hôtels sont toujours pratiquement complets et il ne reste donc toujours qu'une seule chambre que l'OTP doit partager. Bref les petits OTP ont bien du mal à trouver un endroit où dormir mais, heureusement, il leur reste les bus ! Les transports bercent et endorment, c'est bien connu, et ce n'est nulle part aussi vrai qu'à Dramaland où, si on met un OTP dans un bus, il y a de très très fortes chances que l'un s'endorme sur l'autre et provoque sur cet autre une de ces deux réactions : « OMG sa tête est tombée sur mon épaule... cela me dérange un peu mais maintenant que j'y pense, ce n'est pas si mal et cette personne est plus mignonne/vulnérable que je ne pensais » ou « OMG sa tête est contre mon épaule kyah kyah kyah que faire ! ». Parfois en fait l'attendrissement commence avant même que la tête ne tombe et c'est la personne éveillée qui guide la tête de la personne endormie vers son épaule. La raison pour laquelle ce cliché plutôt choupi ne fait pas partie des clichés que j'aime n'est pas qu'il m'agace parfois, c'est juste que j'y suis généralement plutôt indifférente.

Il y a une intrue dans ces images, saurez-vous trouver laquelle? ...Il y a une intrue dans ces images, saurez-vous trouver laquelle? ...
Il y a une intrue dans ces images, saurez-vous trouver laquelle? ...Il y a une intrue dans ces images, saurez-vous trouver laquelle? ...

Il y a une intrue dans ces images, saurez-vous trouver laquelle? ...

Vade Retro Batterie : Ce cliché-là a été relevé par tout le monde : lorsque les personnages de Kdramas ne veulent pas parler à quelqu'un, au lieu de bloquer son numéro ou d'éteindre leur portable, ils en enlèvent la batterie comme s'ils n'avaient pas confiance dans le bouton off. C'est un cliché qui est plus amusant qu'autre chose à mes yeux. On a essayé de me le justifier en me disant « c'est pour économiser la batterie » mais vu l'état dans lequel sont généralement les persos qui renient leurs pauvres batteries, cela m'étonnerat que l'économie d'électricité soit leur priorité. Non pour ma part je pense que c'est juste histoire de se défouler et de dramatiser le geste. Sinon je ne vois pas.

 

 

Catch-phrase : A l'instar du « Non ne fuis pas » -cf article clichés numéro2-, la catch phrase est quelque chose de plutôt Japonais tout simplement parce que les Jdramas sont plus souvent épisodiques que les Kdramas ou les TwDramas si bien qu'ils se prêtent pas mal à la répétition. A force de voir/entendre des catch-phrases c'est vrai que je me suis lassée du procédé mais, par exemple, les catch-phrases de Nobuta wo produce me laissent un bon souvenir. Même « Hallelujah Chance » de Proposal Daisakusen a quelque chose de fun au fond. Et on comptera également, par exemple, le gyabo de Nodame Cantabile ou encore le gyou de Sushi Oji. Par ailleurs la catch-phrase ne se limite pas pour moi a ce que dit le personnage. Donc par exemple le petit mouvement de flingue de Kurosagi ou le « je balance mes lunettes » de Gokusen comptent aussi. Et à ce niveau-là on peut trouver des sortes de catcht-phrases dans les Kdramas tels que Vampire Prosecutor par exemple.

 

Il faut sauver l'école !: Indeed, il faut. Et l'école n'est pas forcément une école d'ailleurs. Pour le coup encore une fois ce cliché est très Japonais et se retrouve dans le même genre de dramas que les Catch-phrases : les dramas vraiment épisodiques. L'idée est que le drama va avoir un schéma « un épisode/une affaire » -donc un épisode = une enquête si c'est un policier, un épisode = le problème d'un élève si c'est un school-drama, un drama = un patient si c'est un drama médical, etc- et que si le personnage principal -ou la bande de personnages principaux- appartient à la cagégorie underdog -aka le joueur sur lequel personne n'aurait misé- alors à la fin il doit sauver un gros truc pour marquer le coup et éviter de juste répéter le même schéma une dernière fois. Et généralement le truc à sauver est le cadre dans lequel il évolue. C'est le cas dans GTO, dans Engine, je crois bien que même Ninkyou Helper a un truc du genre. Notez tout de même que parfois le drama va se terminer avec l'inverse du cliché : le cadre qui sauve l'underdog. Donc les élèves qui sauvent Yankumi dans Gokusen en gros. Enfin bref ce cliché existe et du coup parfois on a des cas déstabilisant du genre de Lucky Seven qui nous sert un Il faut sauver l'école ! au beau milieu du drama... C'était bizarre o.o

 

Le travail c'est la santé : Enfin pas sur le court terme mais sur le long terme en revanche être une Choupette de drama qui assure 36 petits boulots à la fois becoz dettes/parents indignes, est une garantie de se trouver un riche chaebol incompris, de percer sa carapace dure cachant plen de chiots abrités de la pluie et d'atteindre le pactol et donc une super sécurité sociale. Plus vous accumulez les boulots, plus vous saignez du nez sous l'effort et plus vous travaillez dur pour gagner moins, plus la fortune vous souriera les gens. Etre maltraitée au travail est un gros bonus, ben entendu.

 

U-Turn of LA MORT : Je ne sais pas trop quelle est la situation en Corée du Sud niveau circulation mais en tous cas dans la version Dramaland de la Corée du Sud, je vous déconseille de vous approcher d'une route car c'est sans doute le meilleur moyen de vous faire tuer. Les dramas en effet ont tendance à laisser faire à peu près n'importe quoi au volant -mais en fait cela doit être national comme problème parce que quand je vois le clip de Kim Jang Hoon Nothing je me dis qu'il y a clairement un souci quelque part- et, en particulier, une habitude des personnages de Damaland est de faire demi-tour absolument n'importe où. Ils sont sur une route pleine de monde et réalisent que leur amour va leur échapper ou qu'ils ont oublié d'acheter le pain ? No souci, demi-tour brusque au beau milieu de la route, tout va bien. Comment cela c'est dangereux ? Tss mais non : c'est stylé !

 

Truck of doom : Pour rester dans la catégorie « circulation en Corée du Sud » -encore que le truck of doom se trouve également dans d'autres dramas... mais moins- il existe apparemment à Dramaland des agences de location de camions -qui viennent ou non avec un conductteur- de la mort. En gros il s'agit de prendre un camion et de renverser avec un monsieur ou une madame qui en sait trop. Après les problèmes de foi -à cause de l'alcool-, les camions sont probablement la première cause de mortalité à Kdramaland. Après il y a des variantes bien entendu. Il peut y avoir des cars of doom, des trains of doom ou des péniches of doom, du moment que c'est gros et qu'on peut éclater quelqu'un avec ça marche, mais les puristes préfèreront tout de même le camion. Un peu de respect pour les traditions merde ! -cela dit les trucks of doom sont tellement monnaie courant de nos jours que les personnages de dramas semblent voir développé un vaccin... cf. Golden Cross et la malédiction du camion qui n'arrive à tuer personne... et pourtant pour le coup c'était pas faute d'encouragements parce que j'étais prête à le conduire moi-même!-

Trucks of doomTrucks of doom

Trucks of doom

-Fish of doom-

 

Almost Paradise : Vous avez vu Boys Over Flower ? Non ? C'est pas grave, vous avez probablement déjà entendu parler de cette chanson quand même parce qu'elle a rendu fous une bonne partie de la population dramatesque. Almost Paradise c'est cette chanson que les dramas veulent vous faire bouffer absolument et vous ressortent sans arrêt jusqu'à ce que vous soyez absolument incapable de penser à quoi que ce soit d'autre. Personnellement j'ai été à peu près épargnée par Almost Paradise mais en revanche Love is the moment de The Heirs a été un traumatisme tenace. Et notez que c'est la sur-utilisation qui fait mal parce que sinon les chansons elles-mêmes ne sont pas forcément mauvaises ! Bien sûr si la chanson est mauvaise cela aggrave le problème mais pour avoir un phénomène de Almost Paradise il faut surtout que la chanson soit répétée souvent et aux mauvais moments. Et à Dramaland c'est un truc qui arrive absolument tout le temps, quelle que soit la nationalité du drama même si c'est vrai que j'ai surtout des exemples Coréens – BOF, The Heirs, GIANT, Smile You, Full House, etc- parce qu'ils sont très forts en la matière.

 

 

Sur ce les gens, je vous laisse....sur.....

Of course

Tag(s) : #Blablas

Partager cet article

Repost 0