Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avatar : the last airbender

 

 

3 saisons

 

61 épisodes

 

Diffusées de 2005 à 2008

 

 

 

Dontesque ?

 

Prisonnier à l'intérieur d'un iceberg pendant un siècle, Aang, maître de l'air d'une douzaine d'années, est libéré des glaces par deux jeunes membres de la tribu de l'eau du pôle Sud.

 

Aang a une destinée hors du commun : il est l'Avatar. Aang est une sorte de « chance », il est chargé de garantir l'équilibre entre les maîtres des quatre éléments. Ceux-ci sont répartis en quatre civilisations : les tribus de l'eau, le royaume de la terre, la nation du feu et les nomades de l'air.

 

Toutefois, sa tâche se complique lorsqu'il découvre que la nation du feu a profité des cent ans passés pour semer la guerre et la destruction. Et ce, pour étendre son emprise sur les trois autres peuples. Aang est le seul à pouvoir rétablir l'ordre au sein de l'univers. Néanmoins, il doit commencer par apprendre à maîtriser les 3 autres éléments. C'est le seul moyen d'atteindre son but. Il commencera par l'eau, ensuite la terre et enfin le feu.

 

Wikipedia

 

 

 

9/10

 

ouiiiiiiiiiiiiiii alors Avataaaaar … c'est cool ? …

 

Oh mon Dieu, s'il faut que je vous fasse la version longue, ça va prendre des plombes. Je vais tâcher d'être aussi brève que je peux tout en rendant justice à cette série qui, désormais, fait partie de mes séries favorites de tous les temps. Et pourtant je n'aurais pas parié dessus ! Cette série est super populaire mais pour être honnête, en la commençant je ne m'attendais pas sérieusement à accrocher. Je pensais que ce serait sympa mais un peu gamin et simpliste vu que c'est une série animée pour les enfants. Par curiosité, je voulais tenter le coup mais je partais avec l'idée que ce n'était probablement pas pour moi. Grossière erreur. Lors des premiers épisodes, effectivement, je n'ai pas vu le génie de la série dont on m'avait tant rebattu les oreilles. Les épisodes étaient divertissants mais je n'étais pas accrochée au fauteuil. La série avait des qualités évidentes et indéniables mais rien qui me pousse à enchainer absolument épisode après épisode. Mais c'était suffisamment divertissant pour que je continue en me disant « allez, si cela se trouve ça va vraiment devenir aussi bon qu'on me l'a dit »... et je ne sais pas quand le déclic s'est produit, quelque part dans la première saison, mais trois jours plus tard j'étais arrivée au dernier épisode de la troisième et dernière saison. Et le dernier épisode a été raide, j'ai passé mon temps à pleurer. Pas spécialement parce que l'épisode en soi était triste mais parce qu'après cela je savais que ce serait fini, il n'y aurait plus d' Avatar et ça me déprimait. Et lorsque le dernier épisode a été terminé, ça a vraiment été les grandes eaux parce que cette série, pour moi, fait partie de celles qui, lorsqu'on les termine, laissent un grand sentiment de vide derrière elles. Je n'avais même plus envie de regarder quoi que ce soit parce que rien ne serait à la hauteur à ce moment-là. Donc oui, j'étais partie dubitative mais j'ai ravalé mes préjugés assez rapidement. Alors j'ai commencé à écrire cet article pour ma semaine anniversaire 2013. Et elle n'est jamais arrivée, je n'ai pas terminé cet article non plus par manque de temps.

 

Mais quand une semaine anniversaire tombe à l'eau, une autre lui succède -c'est la beauté des anniversaires les gens, il y en a un tous les ans- et comme cette année j'ai revu ATLA -pour le montrer à ma petite sœur et puis aussi parce que la série me manquait-, je l'ai suffisamment en tête pour finir cet article. Allons-y les gens, parlons d' ATLA.

 

Les qualités de cette série sont nombreuses et la principale réside en les personnages mais, avant de parler de cela, commençons par le reste parce que la partie « personnages » risque d'être la plus longue. Je vais donc commencer par dire que j'ai été très impressionnée par l'animation. ATLA a clairement été influencé par les animes Japonais mais il ne les copie pas pour autant et une différence notable entre les deux est l'absence de « pauses » dans ATLA. Dans les animes, même les meilleurs, souvent, il y a des plans « fixes » pour économiser de l'animation. Les bouches des personnages ne bougent plus ou bien la « caméra » va s'attarder longtemps sur un même plan, etc. Dans ATLA il y a toujours du mouvement et ça fait une différence énorme dans la dynamique de la série, ça la rend très vivante. La série est vive, colorée et vraiment très agréable à regarder. Les scènes d'actions sont particulièrement impressionantes. Elles bénéficient de chorégraphies assez extraordinaires et chacune d'entre elles est unique et passionante, j'avais la bouche bée devant la plupart. Lorsqu'on en a vu une, on a pas l'impression de les avoir toutes vues, vraiment, chacune diffère des autres et est géniale à sa propre façon. Les créateurs trouvent toujours de nouvelles façons d'utiliser les pouvoirs des personnages ou leur environnement et c'est donc très divertissant. Mais si l'animation impressionne surtout lors de ces moments, elle est toujours vivante et toujours excellente. Et le monde créé est magique ! Rien que pour cela la série vaut le coup.

[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender
[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender
[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender

De la plus petite bestiole aux décors, le monde de la série est riche et passionant. Sérieusement, le bestiaire est génial. Les animaux sont des « animaux combinés », on va avoir des pingouins-otaries, des moutons-koalas, des tortues-lions, etc . J'avais toujours hâte de découvrir l'animal suivant parce que je savais que ce serait une nouvelle expérience fun. Et les décors autour étaient magnifiques. Tous les temples, toutes les villes, même les bâteaux avaient des designs excellents. J'avais l'impression de vraiment évoluer dans un nouveau monde et je m'émerveillais de chaque nouvelle découverte. Sans oublier la mythologie ! Le voyage d'Aang dans le monde des esprits, lorsqu'il rencontre le « voleur de visages » était génial et un de mes épisodes favoris est celui de la Bibliothèque gardée par une chouette géante très inquiétante. La série regorge d'idées et on a jamais fini de découvrir les limites de l'univers qu'elle crée.

 

Mais bien sûr un bon décor et une bonne animasion ne sauraient suffir, il faut une bonne histoire ! Et la série ne déçoit vraiment pas. J'ai beaucoup aimé son équilibre. Elle peut être sérieusement tendue, elle peut être triste, mais elle peut aussi être hilarante et combine tout cela dans un mix assez parfait et, surtout, efficace. Me faire pleurer n'est pas un challenge. Me faire rire ? Beaucoup plus. Pas parce que je n'ai pas d'humour mais lorsque je suis toute seule, j'ai tendance à plus sourire ou être amusée intérieurement. Je ris facilement en compagnie mais pas seule. Certains épisodes d' ATLA m'ont fait rire jusqu'à ce que j'en ai mal au ventre -en particulier il y a deux épisodes dans la saison 3 et une blague en particulier qui me font rire même juste en y repensant-. Au début la comédie est un peu maladroite parce qu'on ne connait pas encore bien les personnages mais plus on apprend à les connaître, plus l'humour fonctionne et au final, j'ai vraiment beaucoup ri. Et beaucoup pleuré. Parfois dans un même épisode, parfois en l'espace de cinq minutes. La série a vraiment un très bon équilibre dans le ton.

 

Elle a aussi un très bon équilibre dans ses thèmes. Comme elle est destinée aux enfants à la base, j'avais peur qu'elle tombe un peu dans la simplicité mais pas du tout. Les personnages sont des enfants, les thèmes abordés sont adultes. Et ce qui est génial c'est que l'un n'empiète pas sur l'autre. Les personnages ont à faire face à des situations difficiles et ont grandi trop vite mais ils restent des enfants, des adolescents malgré tout et ils ont aussi des problèmes d'enfants et d'adolescents qui les rendent réels et identifiables. Et les thèmes adultes sont vraiment bien abordés. On nous parle de deuil, de négligence et on le fait sans lourdeur mais sans superficialité. Certains dialogues semblent un peu « accélérés » à cause du format mais la série est écrite de façon intelligente et du coup, on ressent l'importance des thèmes et leur portée quand même. En particulier j'ai beaucoup aimé la façon dont la guerre est abordée. L'Avatar doit rétablir l'équilibre dans le monde qui a été mis en péril par le Firelord -oui je garde les termes anglais du coup vu que je l'ai vu en anglais-. Le monde est en guerre perpétuelle et il aurait été SI facile de faire de la Fire Nation juste une nation mauvaise remplie d'individus eux aussi mauvais. Une sorte de « Mordor ». Mais les habitants de la Fire Nation sont des citoyens comme ailleurs et la série fait toujours bien attention à nous montrer qu'il y a des gens biens des deux côtés, des gens mauvais des deux côtés et que la Guerre fait souffrir tout le monde. Les personnages ont tous une motivation, ils ne sont pas « méchants parce qu'ils sont méchants ». Le seul à la limite qui puisse correspondre à cette description serait le Firelord mais l'élément du Feu est écrit de telle façon que la soif dévorante de pouvoir du Firelord est, en quelque sorte, expliquée.

[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender
[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender
[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender

Et c'est là que j'en viens aux personnages... et il y en a TELLEMENT et je les aime tellement TOUS que c'est difficile là. Mon favori, clairement, a été le Prince Zuko parce que je l'ai trouvé particulièrement intéressant et particulièrement « incertain » dans son évolution. Je savais à peu près comment les autres allaient évoluer, lui avait plus d'évolutions possibles malgré le fait qu'il se sente piégé. Exilé par son père à ses 13 ans, le prince Zuko a été envoyé sur les traces de l'Avatar et l'a déjà pourchassé pendant trois ans lorsque la série commence. Désireux de retrouver son honneur, de rentrer chez lui et d'obtenir l'approbation de son père, il a laissé sa mission dévorer sa vie entière, il n'existe plus que pour trouver l'Avatar, c'est devenu une obsession. Je ne peux pas développer à fond sans vous spoiler donc je vais me retenir -car ce serait vraiment dommage de vous spoiler- mais j'ai tout de suite aimé le personnage car la série fait bien attention à nous parler de ses motivations, et à faire briller chez lui quelques instants d'humanité souvent motivés par son oncle Iroh, embarqué dans ce voyage avec lui... Son oncle Iroh est un bon-vivant qui est souvent plus occupé à boire du thé qu'à s'occuper de leur quête mais il est clair qu'il n'est pas à prendre à la légère. Souvent de bon conseil, son affection pour son neveu est évidente et il se désole de voir que Zuko passe à côté de toute son adolescence. La relation entre ces deux personnages est certainement une des plus prenantes de toute la série à mes yeux. Et elle fait beaucoup pour le personnage de Zuko car son oncle retient sa partie « humaine ». Zuko est un antagoniste pour notre héros mais dès le début, je ressentais cet étrange dilemme : je voulais que le héros lui échappe mais je voulais aussi vraiment que Zuko parviennent à ses fins. Parce que Zuko est un personnage tellement tragique ! Et bon, il a la classe aussi un petit peu. Et l'acteur qui s'occupe du doublage est excellent. Tous les acteurs sont excellents mais j'ai particulièrement aimé celui-là... j'ai d'ailleurs appris après qu'il est interprété par le mec qui jouait Ruffio dans Hook... et je n'aime pas Hook mais Ruffio, c'est une autre histoire. En tous cas ici il est excellent et le personnage lui-même est génial. Et j'adore le fait que le personnage ne soit pas figé. AUCUN personnage n'est figé. Et lorsqu'on arrive à la fin de la série et qu'on regarde en arrière, on se rend compte du chemin qu'ils ont tous faits.

 

Assez sur Zuko. Mais … non T.T Il n'y a jamais assez sur Zuko. Je veux plus de Zuko. J'ai un faible pour les antagonistes bien écrits. Mais il faut parler des autres. D'autant que j'aime aussi beaucoup les autres personnages !

 

Du côté de notre trio principal, Aang fait un héros particulièrement engageant dès sa première apparition. Quand on le rencontre il n'est qu'un enfant qui veut s'amuser et n'a aucune idée de ce que le monde est devenu en son absence. Bien entendu lorsqu'il se rend compte de la réalité, la culpabilité s'installe et, peu à peu, il grandit et prend ses responsabilités mais j'aime beaucoup le fait que jusqu'au bout Aang ait souvent des réactions d'enfant. L'âge du protagoniste n'est jamais oublié par la série et je trouve que ça le rend plus crédible et plus attachant. J'aime le fait que parfois Aang réagisse en enfant immature, j'aime aussi que parfois même avec les meilleures intentions du monde il fasse des erreurs, j'aime qu'il ne réussisse pas tout par magie. Le personnage est complexe et s'il est le héros, ce qui signifie qu'il ne peut pas non plus prendre trop de mauvaises décisions, il n'est pas non plus tout à fait parfait. Avant toute chose, Aang a bon cœur et beaucoup d'enthousiasme et d'amour pour les autres, ce qui en fait à mes yeux un héros attachant qu'on a envie de voir réussir. Par ailleurs, il ne pourrait pas fonctionner sans ses deux acolytes bien entendu ! Bon il n'y a pas que deux acolytes en vérité mais j'ai décidé de me limiter aux personnages qui interviennent dès le début afin de limiter la longueur de cet article et d'éviter de vous spoiler également~ Donc à ses côtés dès le début : Sokka et Katara.

[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender
[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender[L'eau, la terre, le feu, l'air, ] Avatar : the last airbender

Frère et sœur de la tribu de l'eau du sud, Sokka et Katara sont ceux qui découvrent Aang dans l'iceberg au début de la série et, après cela, deviennent ses premiers alliés et ses fidèles compagnons. J'ai adoré les deux. Sokka m'est venu un peu plus tardivement car, au début, il servait surtout de « comic relief » mais au fil de la série, impossible de ne pas s'y attacher. Déjà parce qu'il me faisait rire mais parce qu'au fil des épisodes, Sokka a grandi en même temps que les autres. Lui aussi a du prendre ses responsabilités, lui aussi a eu ses moments de doutes et ses épreuves et il s'est révélé être bien plus que le comique de service. Sokka répète plusieurs fois dans la série que contrairement aux autres il n'a pas de pouvoirs, il n'est pas un super héros, et ne peut pas en faire autant mais, en vérité, Sokka est le cerveau. Alors cela ne signifie pas qu'il n'a pas des moments stupides mais Sokka est celui qui voit venir les embrouilles, celui qui monte les plans et a les idées. C'est un membre à part entière et absolument indispensable de l'équipe. Quant à Katara, je m'étais un peu inquiétée en voyant que Aang flashe dessus dès le premier épisode, j'avais honnêtement peur qu'elle se transforme en « love interest » basique et peu intéressant, la fille à laquelle on donne le pouvoir de se cacher derrière les messieurs en chouinant ou à laquelle on donne un pouvoir comme pour dire « tu vois elle est forte » mais à laquelle on omet de donner une personnalité. Mais Katara n'est rien de tout cela. Katara est une adolescente qui a grandi trop vite et a servi de mère à son frère si bien qu'elle est a un côté très maternel, elle veut s'occuper des gens quitte à être parfois un peu trop stricte. Mais c'est aussi une adolescente et elle peut s'avérer tétue, crédule, superficielle. Elle est très douce mais si on la met en colère, mieux vaut se planquer.

 

Et en vérité la plupart des personnages ont dépassé mes espérances. Tout comme la série. Oui, c'est vrai, les conflits se résolvent souvent un peu vite et certaines choses sont faciles à prévoir parce que la série jongle entre des thèmes sérieux, un ton plus léger et des épisodes courts. Et certaines choses sont clairements un peu édulcorées pour les enfants -comme le fait que dans cette guerre personne ne meure dans les batailles- mais la série ne prend jamais son public pour des imbéciles et ATLA peut être apprécié à tous les âges, du moins je trouve. Après cela, du coup, j'ai essayé la suite : La légende de Korra mais je n'ai jamais terminé la saison 1. Un jour je reprendrai sans doute mais je trouve cette suite bien moins bonne pour des tas de raisons -moins d'univers à découvrir, des combats moins funs, un personnage principal que j'ai plus de mal à apprécier, un foutu triangle amoureux, etc-. Il paraît que la saison 2 est bien meilleure mais ce sera pour plus tard.

 

En attendant il reste qu'ATLA s'est trouvé une place dans mes séries favorites. Je l'ai vue deux fois en entier à présent et la revoir n'a absolument rien entamé du plaisir que j'ai à suivre les aventures de ces personnages. Tous les personnages sont mémorables à mes yeux, j'aime les thèmes abordés par la série, j'adore son univers et en la revoyant, j'ai découvert d'autres choses à aimer. Je ne manquerai donc pas de revoir la série l'année prochaine encore~

Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0