Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ah, lorsque ce solo est sorti, je m'étais promis, avant même de voir le clip/entendre la chanson d'écrire dessus. Parce que Koki et moi on s'entend bien. Conclusion... je n'ai pas écrit dessus exactement tout de suite o.o Et le temps que je m'y mette, le petit Koki n'est plus vraiment petit -il ne l'était déjà pas exactement à l'époque, certes- et il n'est même plus un KAT-TUN. Décidément, on ne peut pas les laisser deux secondes sans surveillance ! Enfin c'est bien triste que Koki ne fasse plus partie du groupe quand même. Je vous avoue que cela m'a même fait plus de peine que lorsque Jin est parti. Lorsque Jin a quitté KAT-TUN, j'étais préparée psychologiquement et il avait déjà fait plusieurs trucs en solo que j'aimais beaucoup. Par ailleurs il quittait un groupe de cinq personnes capables de fonctionner musicalement sans lui. Certes Jin avait probablement la meilleure voix du groupe mais les autres ont de jolies voix aussi et les lignes pouvaient être redistribuées. Lorsque Koki a du quitter le groupe, les circonstances n'étaient vraiment pas les mêmes. Déjà, je n'y étais absolument pas préparée et ensuite les KAT-TUN -les K-TUN du coup maintenant o.o- perdaient leur rappeur et va pas falloir compter sur Kame pour le remplacer. En plus c'est vrai que mes membres favoris du groupe étaient Kame, Ueda, Jin et Koki donc maintenant il n'en reste plus que deux. Alors ça va parce que j'aime beaucoup les deux autres aussi -malgré que je me moque souvent de Maru- mais cela m'a fait un pincement au cœur. Et puis maintenant Koki, à part ses tweets, je n'en entends plus tellement parler. Bref je suis triste et on va parler de BLACK OR WHITE.

 

 

Cela dit, je dois commencer probablement par parler de la musique et... okay je trouve cette chanson absolument inécoutable. J'espérais qu'avec le temps elle finirait par me plaire -on sait que les Js sont particulièrement doués en bourrage de crâne- mais j'ai beau avoir regardé le clip -et donc écouté la chanson- plein de fois, je suis désolée, cela ne passe pas. En fait j'aime plutôt bien la mélodie en soi et l'ambiance de la chanson mais par dessus Koki a foutu une dose d'auto-tune qui me fait mal aux oreilles. Bien entendu la chanson a ses fans et c'est cool mais elle ne peut pas plaire à tout le monde et pour ma part je n'accroche vraiment pas. Pour moi on dirait que l'auto-tune est là pour cacher le fait que Koki chante très mal -ce qui n'est pas toujours le cas- sauf qu'au lieu de le cacher, il ne fait que rendre le tout plus désagréable jusqu'à donner une sorte de bouillie auditive qui m'agresse les oreilles. Bref, je ne suis pas fan o.o En revanche, tenez-vous bien, j'accroche plutôt bien aux paroles ! Voui voui, on parle d'une chanson de Koki et j'apprécie les paroles. Ce qui n'est pas vraiment ce qu'il y a d'étonnant. L'étonnant en fait c'est que je *comprenne* les paroles. Je suis sûre que j'aimerais la plupart des paroles de Koki si j'en comprenais la moitié ! Et en l'occurence avec Black Or White, le fait que je capte les paroles est d'autant plus surprenant que la chanson est à 90% en anglais. Or, au fil du temps, Koki ne s'est pas exactement forgé la réputation d'avoir un anglais irréprochable. Je ne sais pas qui il s'est trouvé pour corriger son texte ce coup-ci mais les phrases sont presque toutes grammaticalement correctes, ont un sens ET ont un rapport les unes avec les autres... laissez-moi un moment pour m'en remettre. Aw, petit Koki est devenu grand :')

[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White
[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White

En revanche, la prononciation n'est pas encore au rendez-vous. Pour l'anecdote, les cinq-six premières fois je n'avais pas spécialement fait gaffe aux paroles. J'avais repéré des mots anglais ici et là mais c'est tout. Et puis tout de même un jour je me suis dit qu'il fallait que je comprenne ce qu'il raconte et je suis allée chercher une vidéo sous-titrée -non parce que quand je lis les paroles, j'aime bien écouter la musique en même temps, cela donne le ton... or il n'est pas question que je subisse cette chanson sans les images, faut pas déconner non plus-. « Tiens c'est marrant » me suis-je dit « C'est la première fois que je vois une vidéo subbée en anglais et français en même temps, d'habitude il y a plutôt la romanisation et le français, voire parfois la version en kanji/romaji ». Et puis subitement de la romanisation est apparue et c'est là que j'ai réalisé que la vidéo n'était pas du tout sous-titrée en anglais, c'est juste que depuis le début j'écoutais de l'anglais sans le savoir. Notez bien, je n'ai pas été choquée plus que cela, c'est un truc qui arrive souvent dans la Johnny's Entertainment, je me souviens encore de ma surprise en captant le français qu'il y avait dans Le Ciel -oui le titre aurait du m'aider.... au passage j'adore cette chanson, allez l'écouter-. Bref voilà, la chanson de Koki est quasiment entièrement en anglais, sachez-le.

 

Et sur ce, que raconte t-elle ? Eh bien à priori Koki s'adresse essentiellement aux paparazzis et aux gens qui dictent l'opinion publique. Ainsi qu'aux gens qui lisent et croient la presse à scandale avec l'entrée en matière « Tes actions pour ta propre satisfaction font de toi une marionnette stupide ». C'est l'explication que je vois. En gros « Tu lis la presse à scandale pour te divertir mais en faisant cela, tu te laisses manipuler et tu n'es plus qu'une marionette ». Koki suit cela avec un « J'ai l'impression que quelqu'un me contrôle » et donc le ton est jeté : le thème est le marionettiste. Qui fait de ses spectateurs des marionettes imbéciles et de Koki un personnage dans une pièce. Après cela Koki parle de « fumée sans feu » et de la façon qu'ont les journalistes de maquiller la réalité pour la rendre plus dramatique. Plus tard il traite les jounalistes d'hypocrites et à leurs « Tu n'as pas le droit d'aimer, personne ne te croira jamais », Koki répond qu'il a ses fans de son côté et également que les choses, les possessions sont de passage mais que les sentiments et son cœur sont éternels et que les journalistes ne peuvent pas y toucher. Quant au refrain il donne en gros cela :

 

Je suis prêt, on commence ? Il faut que j'aille sur la scène suivante -ou « niveau supérieur »-

Regardez moi vous regarder. Vous êtes incassables.

Qu'est-ce que la justice ? Qu'est-ce que la culpabilité ?

Avez-vous le droit de tout séparer ?

Noir ou blanc.

Déjà instoppable et carrément incassable

Mais si vous avez la liberté, où est la mienne ?

Noir ou blanc.

Je ne vais ni me cacher ni m'enfuir nous sommes prêts

Rendons tout cela clair

Noir ou blanc

 

Alors, j'aime vraiment bien la façon dont le « noir ou blanc » revient avec à chaque fois un sens différent.

 

Stade 1 : Koki parle de la façon dont les reporters sont impossibles à faire taire et à vaincre et, surtout, rendent justice eux-mêmes dans leurs tabloïds et forcent le trait pour rendre leurs histoires attractives, rendant ainsi leurs sujets « noir ou blanc ».

 

Stade 2 : Ce coup-ci, Koki revient sur le côté hypocrite des journalistes qui profitent de leur liberté pour lui retirer la sienne. Et probablement aussi -mais là j'extrapole- se permettent de faire ce qui fait que Koki est jugé dans les journaux. Les uns ont tout et l'autre n'a rien, c'est tout noir ou tout blanc.

 

Stade 3 : Koki a décidé de ne pas se laisser faire -et dans le « nous » il inclut, j'imagine, les autres cibles des paparazzis- et, avec sa chanson, va faire éclater la vérité, qui est du côté du bien, qui est du côté du mal, noir ou blanc.

 

C'est comme cela que je le vois. Après il est fort possible que j'analyse un peu trop, ce n'est pas comme si c'était quelque chose que je ne faisais jamais, mais j'aime comprendre les paroles de cette façon parce que les trouve intéressantes comme cela. Même si, dans cette façon de voir les choses, Koki, du coup, se retrouve à faire exactement ce que font les journalistes : séparer le noir et le blanc sans laisser place au gris. Enfin en tous cas j'aime vrament bien les paroles de Koki et c'est suffisamment rare pour être souligné en rose avec des paillettes autour.

 

Et sur ce, parlons un petit peu du clip.

[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White
[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White[Super Koki to ze reskiou]Tanaka Koki - Black or White

Dans ce clip on a un black Koki et un white Koki pour coller avec les paroles de la chanson -un effort si rarement fait ♥-. Black Koki semble être le général d'une sorte d'organisation militaire qui est en pleine expérience scientifique et White Koki est le cobbaye. Il est dans une sorte de baignoire pleine d'un fluide transparent -le symbole de la « naissance à venir » est assez évident pour le coup-. Il est retenu dans le liquide et des tuyaux sont aménagés de façon à pouvoir remplir un peu plus la sorte de baignoire. Ca c'est la situation de base et après l'interprétation dépend en gros de « qui joue qui ». Pour ma part j'ai décidé que le PV suivait les paroles de la chanson si bien que Black Koki représente les médias et White Koki joue le rôle de Koki, tout simplement. A partir de là, si on suite la progression du clip, au début Koki est retenu prisonnier dans la baignoire par les médias et il baigne dans un fluide « neutre ». Les médias commencent à remplir la baignoire d'un liquide noir, comme s'ils essayaient de ternier l'image publique de Koki. Pendant ce temps on nous montre un pourcentage de « chargement » qui augmente tandis que les médias peu à peu construisent la personna qu'ils veulent pour leur « poupée ». A un moment donné un des sous-fifres des médias demande à Koki de leur livrer des membres de « WHITE » et Koki refuse.

 

 

Ce passage n'est pas supra clair pour moi mais je le prends comme une tentative de corruption. Comme si les médias lui demandaient en gros de leur livrer de plus gros scandales concernant d'autres artistes pour couvrir le sien. Et Koki refuse, bien entendu, becoz il est trop un héros. Du coup les médias le prennent mal et demandent à un autre sous-fifre -coucou Maru^^- d'appuyer sur un truc pas bien sympathique qui, ce coup-ci, aspire du liquide blanc.

 

 

Donc en gros non contents d'avoir terni l'image publique de Koki -en lui transfusant du « noir »- ils sont en train d'en aspirer le « blanc » pour détruire tout ce qu'il restait de positif. En clair ils veulent en faire une sorcière à chasser et abattre. Sauf que la transformation, le chargement s'interrompt et Koki se réveille, brise ses chaines -qui se brisent même pas en fait... il s'en débarase si faclement que je pense que ses menottes étaient ouvertes, je me demande vraiment pourquoi il  en portait... ou alors c'est juste que Koki est super fort becoz, encore une fois, c'est trop un héros- fait ce visage particulièrement sexy en slow-mo :

 

-oh oui, prends-moi baby, ta sex face est irrésistible-

 

et brise le système. Les médias n'ont pas pu construire la poupée qu'ils voulaient et Koki, le vrai Koki, fout le bordel dans leur équation. Un des sous-fiffres va prévenir le général de la catastrophe

 

-BEST! ACTING! EVAR!-

 

et Koki fait face aux médias symbolisés par Black Koki et ses sous-fiffres et ils se lancent dans une dance battle -parce que c'est comme cela qu'on résoud sérieusement un conflit..si seulement les artistes de la SM le savaient, ils s'épargneraient bien des procès-.

 

-mmmmmyyysssstificatiion-

 

On notera que Black Koki a l'avantage du nombre mais que White Koki a clairement une chorégraphie plus libre.

 

- on notera aussi qu'il est tellement cool que dans une pièce sans courant d'air jusqu'ici il produit son propre vent dans les cheveux-

 

Ses mouvements sont moins contenus et moins mécaniques parce qu'il est un être humain libre qui se bat contre un système. Et pour finir, bien sûr, Koki l'emporte et le système s'évapore, nous laissant sur une note d'espoir : si on se débat assez fort les artistes peuvent survivre aux médias.

 

Voilà voilà.

 

Bien sûr peut-être aussi que je réfléchis trop mais je trouve que tout colle plutôt bien donc l'explication me parle. Et puis à côté de cela, j'aime tout simplement bien la gueule du clip. Certes le mauvais anglais de Koki rend les dialogues ridicules mais somme toute je trouve que le clip a une esthétique sympa, que Koki est drôlement agréable à regarder dedans -apparemment la coupe a dérangé certaines personnes mais je la trouve pas mal moi et il a fait TELLEMENT pire-. C'est quand même drôlement con que je déteste cette chanson parce que sinon, j'aime beaucoup le clip et j'aime beaucoup les paroles... et j'aime beaucoup Koki aussi. Arf. C'est pas grave, je vais juste continuer de regarder le clip subbé en jouant une autre chanson o.o Car oui, le Guru a la solution à tout. Et sur ce, je pense que le principal est dit~

 

-OH YEAH!-

Tag(s) : #Musiques (artistes - albums - concerts -...)

Partager cet article

Repost 0