Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Black Mirror

 

 

Projet ⚓

 

Diffusée en 2011 et 2012

 

2 saisons de 3 épisodes chacune

 

 

 

Avec :

 

Un casting différent pour chaque épisode

Cf. ICI

 

 

 

 

Dontesque ?

 

Dans six histoires différentes, Black Mirror explore six dystopies différentes ayant pour commun de parler du rapport de l'humain à la technologie. Pour plus de détails, cf. la suite de l'article.

 

 

 

9/10

 

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé d'une série occidentale, pas vrai ? Enfin... non techniquement mon article sur The Musketeers n'est pas SI vieux. Alors disons plutôt : il est rare que je vous parle de séries occidentales, pas vrai ? Avant Avatar The Last Airbender le mois dernier -juillet donc-, il y avait eu The Musketeers en juin et encore avant cela... mon Dieu mon dernier article de ce genre datait de 2012. Deux articles séries en deux ans, ça fait maigre surtout que cela ne reflète pas du tout ce que je consomme. Car en vérité je regarde des séries occidentales ! Moins que des dramas mais j'en regarde. Pour certaines je n'en parle pas parce que j'ai « loupé le coche » -j'ai commencé la série trop tard pour écrire des Premières Impressions ou bien je ne me vois pas écrire sur la saison 9 si je n'ai pas parlé de la saison 1-, pour certaines je suis impressionnée par le nombre d'épisodes -parce qu'autant écrire sur un drama nécessite de prendre en compte une vingtaine d'épisodes, autant pour une série bien souvent il y a plusieurs saisons à prendre en compte avec toutes les variations de qualité que cela implique- et enfin pour d'autres comme Outlander par exemple, que je commence lorsqu'elles commencent, je pense à écrire des Premères Impressions et à ajouter les séries à mes Cernes mais je ne le fais pas et je ne sais même pas vraiment pourquoi -sérieusement Outlander j'aurais du... je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas fait-. Bref, tout cela pour dire qu'il est rare que je parle de séries occidentales alors réjouissez-vous \O/ Et puis profitez de la joie parce que si j'arrive à vous convaincre de regarder cette série, elle ne durera pas longtemps. En effet Black Mirror est une excellente série mais elle n'est pas exactement réjouissante.

 

Black Mirror est une série d'épisodes d'en gros 45 à 60 minutes chacun. Il y a deux saisons et, dans chaque saison, trois épisodes. Chaque épisode a un scénario, un casting et un réalisateur différent. Ce qui signifie que vous pouvez commencer un peu par où vous voulez finalement. Par exemple ma petite sœur a regardé la série avant de me la montrer, elle s'est trompé dans l'ordre des épisodes et elle ne s'en est strictement pas rendue compte. Car il n'y avait aucun moyen de s'en rendre compte. Les tons des épisodes ne se ressemblent pas et les histoires ne se suivent pas. Cela dit bien entendu il y a des points communs, il y a un thème commun, ils n'ont pas choisi six histoires complètement au pif pour les mettre dans une série. Toutes les histoires sont des dystopies se déroulant dans un futur plus ou moins proche -dans un an, dans dix ans, dans cent ans...- et toutes les histoires, même celles qui ne sont pas forcément que sur cela, nous parlent de technologie, de son avancement, de son impact sur nos vies. Comme les histoires sont indépendantes les unes des autres néanmoins, c'est assez difficile d'en parler en tant que tout pour moi. Donc à la place je vais vous parler rapidement de chaque épisode en les classant de celui que j'ai le moins aimé -mais qui était tout de même très bon- à celui que j'ai préféré. Tout de même, si vous voulez de bonnes raisons plus « générales » de regarder Black Mirror, déjà, il n'y a pas un seul mauvais épisode, ils vous laisseront tous une impression. La plupart du temps cette impression sera un sentiment de légère dépression mais au moins les histoires sont mémorables, elles ont toutes un impact. Et puis si le ton général de la série est carrément pessimiste, j'ai quand même eu quelques occasions de sourire ci et là. Enfin ne vous y trompez pas, Black Mirror n'est PAS une comédie. Ensuite, bien que, comme vous le savez, je sois une fervente défenseuse -... ce mot est laid, c'est pas croyable- du divertissement pour le divertissement -qui peut être stupide parfois mais ce n'est pas une constante, heureusement-, c'est également sympa de regarder une série un peu plus « sérieusement ». Par ailleurs le casting est excellent. Tous les acteurs sont parfaits, c'est un véritable festival de la qualité de jeu. Enfin, vous pouvez facilement caser cette série dans votre emploi du temps, regarder n'importe quel épisode, le prochain dans trois mois ou les enchainer tous si vous le sentez. Sur ce donc, parlons un peu des épisodes, de celui que j'aime le moins à mon favori donc.

 

 

(6) The National Anthem : Quelqu'un fait chanter le Premier Ministre anglais et lui demande via youtube de faire l'impensable devant la nation entière.

 

Commençons par ceci : cet épisode est loin d'être le moins bon de la série. Il est, à mes yeux, nettement meilleur que l'épisode que j'ai placé en cinquième position et je dirais qu'en termes de qualité et d'impact, il serait dans le top3. La raison pour laquelle il est l'épisode que j'aime le moins est qu'il tapait juste pile « là où cela fait mal ». Pas juste hors de ma zone de comfort, il ne m'a pas juste mise mal à l'aise -les autres épisodes faisaient tous cela après tout- mais vraiment il tapait dans la zone de « je me sens sale maintenant et je n'ai pas envie de regarder l'écran ». Après cela j'ai hésité à continuer la série en fait. Parce que je n'avais pas spécalement envie de me sentir aussi mal tous les soirs. Mais bon j'ai continué parce que, déjà, ma sœur avait choisi la série donc je n'avais pas le choix et ensuite parce que l'épisode était très bon donc j'étais curieuse de voir la suite. Et j'ai bien fait ! Mais pour en revenir à The National Anthem, cet épisode est, donc, très efficace. La réalisation n'est pas voyeuriste mais elle ne déguise rien non plus et elle a quelque chose de « réaliste » qui fait que l'épisode est plus violent encore. Cet épisode ne semble pas se passer dans un futur bien lointain et parle en gros de l'influence des réseaux sociaux sur les journaux -qui se voient dicter leur information par twitter-, sur les figures publiques -qui forcément dépendent en grande partie de l'opinion qu'on a d'eux- et sur les utilisateurs eux-mêmes qui semblent se « déshumaniser » en partie.

[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓
[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓

(5) The Waldo Moment : L'animateur d'un personnage -un ours bleu- irrévérencieux de la télé prend un politicien pour cible et devient de plus en plus populaire auprès du public.

 

Pour le coup, effectivement, cet épisode est le moins bon de la série à mes yeux. Il a des thèmes intéressants et d'actualité -le désintérêt d'une certaine partie de la population pour la politique, leur mécontement vis-à-vis des politiciens, leur ras-le-bol et également la façon dont, en gros, un « meme » animé peut avoir plus d'influence que les politiciens- et je ne dirais pas qu'il est réellement mauvais, mais je l'ai juste trouvé plus faible. Il semblait plus absurde que le reste -c'est le seul où j'ai passé plus de temps à rire qu'à me sentir dérangée d'ailleurs- et j'ai trouvé qu'il était assez prévisible avec peu de personnages auxquels se raccrocher, je ne me sentais pas particulièrement impliquée dans cette histoire. Néanmoins, je pense que le principal « crime » de The Waldo Moment est d'arriver à la fin de la saison 2/série avec Be Right Back et White Bears. Be Right Back n'est pas le plus parfait des épisodes mais il a une idée dérangeante et m'a marquée tandis que White Bears est probablement l'épisode le plus difficile de la série avec National Anthem. La saison 2 commençait donc par deux épisodes angoissants et allant vers le plus choquant puis fini sur cet épisode plus léger -dans le ton du moins- et je pense que cela le rend plus difficile à « accepter ». S'il était le second épisode de la seconde saison au lieu d'être le dernier, il passerait certainement mieux. Et en vérité étant donné que The National Anthem est très dur et, apparemment, a eu sur beaucoup de gens le même effet que moi, j'aurais tendance à le regarder également en seconde position. Donc en gros regarder les épisodes dans cet ordre : S01E02, S01E01, S01E03, S02E01, S02E03 et S02E02 -d'autant que les épisodes S01E02 et S02E02 sont mes favoris donc comme cela on commence par un « bang ! » et on finit par un « bang ! »... mais bien entendu vous n'aurez peut-être pas le même ressenti que moi!-

 

 

(4) Be Right Back : Une jeune femme qui vient de perdre l'homme qu'elle aime se tourne vers la technologie pour gérer son deuil.

 

Pour le coup je ne sais pas trop quoi vous dire sur cet épisode parce que les remarques principales que j'ai à faire spoilent... c'est un bon épisode -je trouve juste personnellement que le petit épilogue de fin est de trop et que l'épisode se serait terminé de façon plus puissante en s'arrêtant à la scène précédente- plein de bonnes idées sur le thème du deuil et de ce qui fait un être humain -ça aurait aussi fait une excellente base de film d'horreur d'ailleur o.o-. C'est aussi l'épisode qui, je trouve, nous propose les personnages auxquels il est le plus facile de s'attacher si bien qu'émotionnellement il fonctionne. Ou du moins il a fonctionné sur moi. Cela dit, bizarrement, ce qui m'a le plus dérangée n'est pas tellement l'évolution de l'histoire mais plutôt le lancement avec la copine de l'héroïne qui ne veut juste pas comprendre qu'à un moment donné, il est temps de se la fermer. A la veillée, elle ne veut juste pas lâcher l'héroïne « tu devrais, tu devrais, tu devrais » et la pauvre jeune femme veut juste qu'on la laisse tranquille. Mais que fait sa copine ? Elle lui force la main en passant derrière son dos. URGH. Le deuil est un travail personnel. Cela ne veut pas dire qu'on doive le faire seul mais chacun le fait à sa façon, à son rythme. Et parfois quand on voit que les gens ne s'en sortent vraiment pas alors, oui, on peut leur proposer notre aide. Mais l'idée est d'être là pour les écouter, de leur *proposer* notre aide, au moins en premier lieu... et non pas de les forcer à faire quelque chose qu'ils n'ont pas envie de faire. Et bordayl, les harceler à la veillée, c'est juste de trop. Si quelqu'un s'était comporté comme cela avec moi lorsque je suis passée par la case « deuil d'un être proche », cette personne aurait été rayée de la liste des personnes à qui j'ai envie de parler.

[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓
[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓

(3) The Entire History of You : Un couple se voit mis à l'épreuve par une technologie permettant de stocker tous ses souvenirs.

 

« Ah si seulement on pouvait sotcker sa mémoire et faire 'retour en arrière', ce serait tellement bien » … c'est une phrase que j'ai beaucoup lue -paraphrasée bien entendu- et une phrase que j'ai moi-même écrite d'ailleurs. Parce que j'ai une mémoire pourrie donc l'idée de pouvoir enfin me souvenir exactement des choses est alléchante. Mais The Entire History of You nous mets en garde contre les dangers d'une telle idée. Avoir sa mémoire sur disque dur et pouvoir y revenir facilement, repasser des passages en boucle, même zoomer sur certaines images, peut facilement nous piéger, pousser à vivre dans le passé, à ressasser et à ne plus rien laisser aller. Dans The Entire History of You le personnage principal finit par ressasser tellement qu'il en devient parano et que ses craintes soient justifiées ou pas n'a finalement plus énormément d'importance, car s'il ne trouvait pas ce qu'il cherche, il continuerait à chercher encore et encore, enfermé dans une spirale infernale.

 

 

(2) White Bear : Une jeune femme se réveille sans souvenirs et se voit poursuivie par des gens qui veulent la tuer tandis que le reste de la population semble la filmer sans intervenir.

 

Lorsque sur twitter j'ai parlé du fait que je regardais Black Mirror, Koyuki m'a parlé de cet épisode en me disant qu'à ses yeux c'était le plus difficile. Pour ma part j'ai eu plus de mal avec The National Anthem mais, oui, en effet, White Bear est très difficile à regarder. Au début, on est un peu paumé -comme le personnage principal- mais petit à petit on se prend à la course et on commence à angoisser pour le personnage principal et à se demander qui on déteste le plus des chasseurs et de leur cruauté ou des spectateurs qui ne semblent étrangement pas réagir à ce qu'il se passe devant leurs yeux. Ou plus exactement devant leurs écrans puisqu'ils regardent tout à travers leurs téléphones comme si le fait de mettre un écran entre eux et les évènements rendaient ces évènements moins réels. [spoiler] Je vous avoue que j'ai failli être déçue par l'épisode car, au début, il semblait assez banal mais lorsque la réalité est révélée, lorsqu'on se rend compte que la souffrance du personnage principal -qui a commis un crime atroce et monstrueux pour lequel elle mérite clairement d'être punie-, sous couvert d'une punition, est devenue une attraction et un divertissement pour un public qui a tellement soif de vengeance qu'ils en sont devenus monstrueux à leur tour, j'ai finalement commencé à trouver l'épisode nettement plus efficace... le twist est préparé avec soin et fonctionne très bien. Mais bien entendu je ne pouvais pas en parler sans les balises spoilers, ce serait dommage de gâcher cela ^^ [/spoiler].

[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓
[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓[Reflet inquiétant] Black Mirror  ⚓

(1) Fifteen Million Merits : Dans une société où les gens passent leur temps à pédaler pour acheter des produits, une émission de télé-réalité semble être la seule échappatoire.

 

Ce second épisode de la première saison est mon favori car, déjà, c'est celui qui m'a motivé à regarder le reste de la série. Comme tous les autres il développe des thèmes qui sont très contemporains même si notre monde et celui de l'épisode ne sont pas le même. Dans Fifteen Million Merits, les êtres humains, pour la plupart, vivent dans un monde aseptisé où les couleurs les plus vives sont celles des publicités qui les parasitent. Pour vivre en dehors de ce monde, ils utilisent des avatars et leur quotidien, sinon, est une sucession d'heures où ils doivent pédaler pour s'acheter des choses dont ils n'ont pas besoin. La seule échappatoire semble être une émission de télé réalité qui leur promet, s'ils ont du talent, de les sortir des jours de pédale pour leur faire vivre une vie glamour. Je pense que les parallèles avec notre époque ne sont vraiment pas diffciles à tirer et, en regardant l'épisode -avec également ce dont je ne vous parle pas-, le portrait de notre société, certes exagéré et placé à une autre époque, a de quo donner des frissons. Mon petit reproche à cet épisode est qu'à plusieurs reprises j'ai cru qu'il était terminé et n'arrêtait pas de reprendre mais comme j'aime finalement beaucoup l'endroit où il nous laisse, je ne lu en veux pas trop. Par ailleurs j'ai beaucoup aimé les touches d'humour, les personnages -l'acteur principal était particulièrement bon je trouve... mais le casting est excellent en général dans cette série de toute façon- et la réalisation. C'est le seul épisode de cette série qui nous transporte dans un monde au look vraiment différent du nôtre et j'aime beaucoup ce qu'ils ont fait.

 

De manière générale de toute façon, j'ai vraiment aimé Black Mirror. Je n'étais pas trop sûre d'apprécier au début, même si je reconnaissais la qualité de l'épisode 1, mais finalement c'était certainement une excellente série. Apparemment un épisode un peu spécial est prévu pour ce Noël donc les gens, le timing est bon pour rattraper la série, lancez-vous ! -mais prévoyez peut-être un épisode des bisounours ou un Disney pour contrôler les dégâts après certains épisodes-

Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0