Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tenchuu : Punisher of Darkness

天誅 ~闇の仕置人~

 

am

 

Diffusé en 2014

 

8 épisodes

 

 

Avec :

 

Ono Yuriko >>> Sana

Izumi Pinko >>> Murata Seiko

Kyomoto Masaki >>> Matsuda Ryuji

Yanagisawa Shingo >>> Yamaki Shin

Mitsuya Yuji >>> Tojo Mitsuko

Takezai Terunosuke >>> Ichinose Daiwa

 

 

 

Dontesque ?

 

Sana était une jeune femme ninja de l'époque Sengoku -milieu du 15ème siècle à la fin du 16ème- qui se retrouve, suite à l'explosion d'une bombe, propulsée en 2014. Elle tombe sur Murata Seiko, une vieille dame qui la prend sous son aile. Murata-san, il y a 24 ans, a perdu sa fille et, en en voyant une photo, Sana se rend compte que la fille disparue de Murata-san est le sosie de sa petite sœur morte à l'époque Sengoku. Sana décide donc de rester avec Murata et, en échange de nourriture, accepte d'obéïr lorsque celle-ci lui demande de punir des criminels intouchés par la justice.

 

 

 

~oOo~

 

Le processus de rattrapage a été enclenché les gens. Comme je vous le disais dans mes Cernes dimanche, j'ai du mal à commencer -et finir- les dramas en ce moment. Ce n'est pas *exactement* vrai. C'est-à-dire que c'est très vrai pour les dramas en cours de diffusion mais qu'en revanche, je n'ai aucun mal à me lancer et à avaler des dramas déjà terminés. Ces derniers temps, je n'ai pas envie de regarder plein de dramas en cours, j'ai envie de me faire des marathons en soirée. J'en profite donc pour rattraper les dramas que j'ai loupés en 2014. Et j'ai commencé par Tenchuu parce que... c'est le premier sur lequel je suis tombée. Il était là et l'affiche me parlait donc je suis allée lire le synopsis et il me parlait. J'ai clairement un faible pour les histoires de voyage temporel. Quel que soit le ton de la série, j'aime les possibilités. Faith, Queen In Hyun's Man, Nine, Outlander, etc, donnez m'en plus ! Tenchuu m'attirait donc et je me suis lancée gaiement. En moins de soixante secondes, le drama a évoqué KimuTaku et c'est à ce moment-là que j'ai décidé que ce drama serait bon. Et quelques minutes plus tard on découvre notre héroïne... et les gens je suis tombée sous le charme de cette actrice. Dans le premier épisode, elle m'a brisé le cœur, je me suis instantanément attachée à elle et, à partir de là, il n'était plus question de ne pas regarder jusqu'au bout -le commentaire « Kimu » aurait suffit évidemment ♥-. J'ai donc enchaïné tous les épisodes en deux soirées -ça va, il n'y en a que 8 donc ce n'est pas surhumain- et, au bout du compte, j'ai vraiment bien aimé -malgré les défauts-.

 

En lisant le synopsis, je m'étais dit « ça va être fun » et... oui, c'est souvent fun mais, mon Dieu, les thèmes du dramas sont soooombres. Tenchuu est construit selon le format récurrent chez les Jdramas du « une enquête par épisodes + une affaire en fil rouge qui trouve sa résolution dans le dernier épisode ». Ainsi chaque épisode a un thème différent (encore qu'il semble y avoir un thème général, à savoir : il n'y a rien de pire pour une femme que de fréquenter un homme. Dans ce drama les hommes potables sont quasiment uniquement les membres du groupe principal. Sinon on a des petits amis violents, des maris négligeants, des conjoints infidèles... et si par hasard une femme semble être mauvaise alors c'est qu'il y a un homme qui tire les ficelles derrière). Dans le premier, l'épisode où on découvre notre héroïne terrifiée par son nouveau monde, l'affaire concerne un mari qui bat/torture/stalke sa femme. Après cela, le drama s'en va nous parler de harcèlement, d'ijime à l'école et en dehors, d'enfants délaissés, d'enfants battus, d'abus sur personnes âgées, d'arnaques, d'adultère.... oh JOIE . Vous sentez le fun qui se déverse dans vos yeux ? Mais si, mais si. Non, plus sérieusement, ce sont des thèmes casse-gueule. Parce qu'il faut les aborder correctement. Or c'est déjà difficile à faire lorsqu'on consacre un drama à un seul de ces thèmes donc les utiliser tous et faire un épisode sur chaque ? Disons que l'on courre le risque de se retrouver à faire du Nail Shop Paris, c'est-à-dire de traiter ces thèmes à la légère, de s'en servir comme prétextes sans en reconnaître la gravité. Heureusement Tenchuu ne nous parle pas de jeunes hommes handicapés de l'expression faciale qui guérissent la violence -tout à fait- via des manucures -re tout à fait-. Tenchuu a une mademoiselle ninja qui doit se retenir très très fort pour ne pas tuer les coupables, cela fait déjà un petit peu plus sérieux. Et les affaires ne sont pas toujours réglées de façon idyllique. Néanmoins la plupart le sont et bien que Tenchuu ne franchisse pas trop les limites du supportable, c'est vrai que les dénouements semblent parfois bien faciles.

[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~

Il faut dire aussi que cette impression est renforcée par le fait que c'est à la fin des épisodes que l'on retrouve les gimmicks du drama. En effet, qui dit « un épisode/une enquête » dit généralement « gimmicks ». Sana, notre héroïne, a donc droit à sa catch-phrase et les fins d'épisodes, sont toujours lancées de la même façon par la grand-maman Murata. En gros, à la fin des épisodes, grand-maman Murata décide que Bidule a vraiment mal agi et doit donc être puni. Elle s'adresse donc à Sana -et les autres membres de l'équipe qui se font plus nombreux au fil du drama pour le plus grand plaisir de Mila- et elle dit le mot « Tenchuu » -c'est-à-dire « punition divine »-. Sana accepte, va manger un onigiri -et les autres membres de l'équipe, quand il y en a, se préparent également- puis il y a le combat, la punition et, entre les deux, le passage où le coupable pense que Sana est un « seigi no mikata » -c'est-à-dire un mikata/allié de la seigi/justice ». C'est là que Sana sort sa catch-phrase sur le fait qu'elle ne sert pas la justice, bla bla bla. Le fait que, malgré que les épisodes suivent un certain schéma, les gimmicks soient surtout concentrés sur la fin des épisodes provoque un double effet. Dans un sens cela signifie que les trois premers quarts des épisodes ne semblent pas trop répétitifs et qu'on peut en profiter sans se sentir étouffé par la formule du drama mais, d'un autre côté cela signifie que les dénouements, en comparaison, paraissent vraiment « figées ». Ce qui accentue le sentiment de facilité, donnant l'impression que les enquêtes ne sont pas véritablement gérées une par une mais que, quel que soit le thème et l'affaire, il suffit de passer par toutes les mêmes étapes pour régler le problème. Le souci étant que le problème à régler n'est pas « Oh mon Dieu, Kame doit trouver le nom d'un vin rouge » mais « Oh mon Dieu, mon mari m'a torturée tellement longtemps que j'ai perdu l'ouïe dans mon oreille droite ». Comme je le disais, Tenchuu ne bâcle pas ses thèmes au point d'en devenir insoutenable mais il aurait certainment pu les traiter mieux que cela.

 

Cela dit, j'étais en train de dire que le drama était souvent fun et c'est le cas. Pour plusieurs raisons. La première étant que les acteurs jouant les méchants sont tellement mauvais qu'il est quasiment impossible de les prendre au sérieux, ce qui rend certaines scènes un peu moins violentes, pas dans leur contenu mais dans leur impact.

 Sérieusement, comment voulez-vous prendre au sérieux un méchant comme cela? Sérieusement, comment voulez-vous prendre au sérieux un méchant comme cela?

Sérieusement, comment voulez-vous prendre au sérieux un méchant comme cela?

Voilà voilà... Mais heureusement le drama n'est pas fun uniquement parce que le casting côté obscur de la Force laisse sérieusement à désirer. Non, déjà, il y a le fait que l'équipe de personnages principaux est très sympathique. Je me suis, comme je le disais dans l'introduction, attachée très vite au personnage principal et c'est essentiellement dû à l'actrice. Elle n'est pas toujours absolument parfaite mais je trouve qu'elle a énormément de charisme. Elle fait très bien le regard qui tue et, surtout, lors des scènes où son personnage est perdu ou en détresse, elle lui donne une vulnérabilité incroyable. Et c'est cette vulnérabilité qui, véritablement, m'a accrochée au début du drama. Par ailleurs, le personnage de Sana a quelque chose d'attirant à la base. Elle est cette jeune fille que la vie a malmenée, qui a vu mourir tous ses proches, a du se transformer en machine à tuer et recevoir des ordres pour survivre et, pour finir, a été bazardée loin de tout ce qu'elle connait. Elle doit non seulement réapprendre à faire confiance aux gens et à vivre sans direction mais également apprivoiser son nouvel environnement. Il y a une aura de solitude, de rage et de détresse autour de Sana qui la rendent charismatique. Par ailleurs, la petite équipe qui se forme autour d'elle et de la grand-maman Murata -qui recueille Sana et construit avec elle une très jolie relation-, est attachante. On a Mitsuko, le travesti qui tient le bar où se rassemble le gang, Shin, l'ancien criminel qui a une passion pour la comédie et un cœur grand comme cela, et bien entendu Sensei, le médecin expert en arts martiaux qui au début me faisait rire car je trouvais qu'il ressemblait à la voix à la Gackt et au mec de Winter Sonata. Petit à petit néanmoins, j'ai fini par le trouver plutôt classe lors de ses escapades « justicier masqué ». Ce petit groupe de personnage est attachant et, autour, on trouve d'autres personnages sympathiques tels que les deux dames âgées qui traînent avec grand-maman Murata, la petite fille de celle-ci -adorable!- ou encore Ichinose, le flic qui peu à peu commencer à avoir le béguin pour Sana. J'ai aimé voir interagir tous ces personnages, ils avaient une dynamique très sympa tous ensemble.

 

Par ailleurs, j'ai trouvé les scènes d'action plutôt bien foutues. Ce n'était pas du Secret des Poignards Volant mais on était loin du ridicule des combats de Gokusen. Il y a quelques cascades vraiment sympa dans Tenchuu et Sana est effectivement efficace. Et le fait qu'elle soit rapide et léthale -si elle le voulait- rend la vulnérabilité du personnage en dehors des combats d'autant plus prenante. Bref, en clair, je suis tombée sous le charme de Sana et cela m'a fait aimer tout le drama, je pense que c'est évident pour tout le monde. Au final, Tenchuu n'est certes pas un grand drama et il n'est pas sans problème, mais j'ai passé deux très bonnes soirées devant et j'ai envie de revoir cette actrice !

[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
[La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~ [La punition divine] Tenchuu : Punisher of Darkness  天誅 ~闇の仕置人~
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0