Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Maison du Diable

House of the Devil

 

 

 

Sorti en 2009

 

Réalisé par Ti West

 

 

 

Avec :

 

Jocelin Donahue >>> Samantha Hughes

Tom Noonan >>> Mr. Ulman

Mary Woronov >>> Mrs. Ulman

Greta Gerwig >>> Megan

A. J. Bowen >>> Victor Ulman

Dee Wallace >>> Landlady

 

 

 

Dontesque ?

 

En manque d'argent, Samantha accepte de travailler comme baby-sitter pour un couple étrange dans une maison au milieu de nulle part.

 

 

7/10

 

Passons par la case « cinéma » une fois de plus ce mois-ci avec House of the Devil, un film qui date de 2009 et que j'ai entièrement regardé en pensant qu'il datait des années 80. J'ai été très surprise en allant voir la page IMDB après coup ! Et honnêtement si on me posait la question dans un mois, ma mémoire défectueuse ayant probablement zappé toutes les infos found in IMDB, je vous répondrais probablement « House of the Devil ? Je sais pas, 81 ? 82 ? ». Je n'y connais strictement en histoire du cinéma donc je ne sais pas exactement à quel point le film colle au style de l'époque -car l'hommage aux années 80 est évident, c'est juste que je ne sais pas si l'hommage est parfaitement réussi ou pas- mais en tous cas de mon point de vue de personne qui n'y connait pas grand-chose, c'était réussi, d'où ma surprise d'apprendre la date de sortie après avoir vu le film. La façon dont le film était raconté, le sujet, le choix de la musique... ce n'était pas juste que le House of the Devil se déroulait dans les années 80, on aurait vraiment dit qu'il y avait été tourné. Et c'est quelque chose qui m'a beaucoup plu car, pour tout vous dire, j'ai un faible pour les films d'horreur des années 80 -mon favori restant Nightmare on Elm Street-.

 

Le style « années 80 » dans lequel baignait le film m'a vraiment enchantée. J'a adoré entendre les musiques choisies -notamment One Thing Leads to Another de The Fixx ou encore The Breakup Song (They Don't Write 'Em) de Greg Kihn Band-, voir les personnages se balader dans des styles vestimentaires qui paraissent rétro maintenant, les voir utiliser des cabines téléphoniques, des walkmans... -par ailleurs c'est vrai que le fait que les personnages n'aient pas de portables rend tout de suite certaines situations un petit peu plus crédibles-. Et dans la réalisation, j'ai même aimé jusqu'à la police des génériques. Je ne sais pas les gens, ce film a juste parlé à mon côté nostalgique... nostalgique d'une époque où je n'étais même pas née, okay. Bon mettons juste alors qu'il m'a envoyé les mêmes ondes que certains de mes films d'horreur favoris et que cela m'a tout de suite mise d'humeur favorable au film. Maintenant, bien entendu, le fait que le film me rappelle d'autres films que j'ai aimés ne signifie pas forcément que celui-ci vaut le coup d'être regardé. Alors qu'en est-il ? Au delà de son hommage aux années 80, House of the Devil a t-il le moindre intérêt ? Personnellement je dirais que oui. Mais, bien entendu, cela va dépendre du public.

[Voyage Nostalgique] La Maison du Diable (House of the Devil)[Voyage Nostalgique] La Maison du Diable (House of the Devil)
[Voyage Nostalgique] La Maison du Diable (House of the Devil)[Voyage Nostalgique] La Maison du Diable (House of the Devil)[Voyage Nostalgique] La Maison du Diable (House of the Devil)

On ne va pas se leurrer, pendant la majeure partie du film, il ne se passe pas grand-chose. Alors il se trouve que cela a été ma partie favorite -de manière générale dans les films d'horreur j'ai vraiment tendance à préférer le moment où le ballon gonfle plutôt que celui où il éclate- mais je n'ai aucun mal à concevoir que certaines personnes se lassent rapidement de voir l'héroïne déambuler de pièce en pièce sans qu'il ne se passe quoi que ce soit. Surtout qu'honnêtement, la fin n'est pas difficile à anticiper. Mettons, peut-être que la dernière image n'est pas ce qui vous vient à l'esprit lorsque vous commencez le film, mais à partir du moment où le film s'appelle « La maison du Diable » et commence par un texte qui nous dit qu'à cette époque les gens étaient persuadés qu'il y avait des Satanistes partout pratiquant toutes sortes de rituels et sacrifices. A partir de là, le film devient assez prévisible. Et peut-être qu'il y a un twist à la fin, peut-être qu'en fait à la fin on découvre que, je ne sais pas, la baby-sitter était la réincarnation de Hello Kitty et détruit le monde en lui vomissant des arcs-en-ciel dessus, Kisumai style. Mais cela n'a pas d'importance. Comme je le disais sur mon article à propos de Lost Days : Imaginons que vous filmiez un mec qui saute du haut d'un très haut immeuble au ralenti pendant une heure. C'est chiant. On sait qu'il va s'écraser par terre et ça lui prend une heure pour le faire. Et à la fin si cela se trouve Cthulhu sort du trottoir et l'avale tout rond ce qui surprend le spectateur mais cela ne sauve pas l'heure durant laquelle il a regardé le mec tomber au ralenti. Soit il faut donner au spectateur une vraie raison de redouter la chute, soit il faut suffisamment instaurer le doute sur sa conclusion pendant la chute mais avoir juste une surprise au bout ne sert à rien. Et oui je me cite toute seule becoz je n'ai pas de honte. Alors, pour reprendre mon image -inspirée-, pour moi la montée du suspens dans House of the Devil n'a pas été une chute ennuyeuse mais je comprends fort bien que pour certaines personnes ce soit le cas. D'autant qu'il vaut bien que je l'admette : il y a de gros trous dans le scénario. Ou plutôt des... facilités ? Disons que le plan de nos méchants est un peu étrange, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire que tout de même ils se donnaient bien du mal et prenaient bien des risques pour quelque chose qui aurait pu et aurait sans doute du être très simple. Quant au résultat de la chute, la fin du film, elle risque d'en décevoir plus d'un -moi-même, je vous avoue que j'aurais préféré quelque chose de meilleur-.... et je sens que je ne suis pas en train de vous peindre un portrait très flatteur. Okay, reprenons : pourquoi est-ce que moi, j'ai aimé ce film, au delà de l'ambiance années 80 ?

 

En premier lieu, et c'est cela qui a rendu la « chute » intéressante, je n'avais pas envie de voir les personnages mourir. Ca paraît tout con mais dans les films d'horreur, ce n'est jamais courru d'avance. Dans House of the Devil, et ce même si l'héroïne était parfois drôlement bête -logique, film d'horreur oblige j'imagine... et, par ailleurs, il y a une interprétation intéressante à sa « bêtise » que j'aime bien donc on ne sait jamais, peut-être qu'elle n'était pas si bête que cela ! … mais probablement quand même-, j'avais envie qu'elle survive parce que je la trouvais sympathique. Plus qu'elle encore, j'aimais beaucoup sa meilleure amie. Ces deux jeunes filles me parlaient bien, j'étais inquiète pour elles et c'est pour cela que la partie suspens a fonctionné sur moi, les menaces qui se cachaient dans l'ombre me faisaient effectivement peur, même quand au final il n'y en avait pas. Par ailleurs, la réalisation, je trouve, arrivait à créer une ambiance angoissante. Chaque bruit dans la maison me rendait un peu plus tendue et j'ai apprécié le fait que le film n'use absolument pas de jump scares. Merci pour cela petit film ! Par ailleurs, le casting me plaisait vraiment bien, en particulier Tom Noonan dans le rôle de l'inquiétant propriétaire de la maison. J'ai aussi beaucoup apprécié l'actrice qui joue le rôle de sa femme et les actrices qui jouent les deux amies mais c'est vraiment Tom Noonan qui m'est restée. Il y avait quelque chose dans son jeu de vraiment menaçant.

 

Au final, j'ai juste vraiment bien aimé ce film. Je ne dirais pas que c'est le meilleur film de ces dix dernières années et il laissera très certainement de marbre une partie du public mais, pour ma part, l'ambiance générale, le style de la réalisation, le casting et la sympathie que j'avais pour les personnages ont fait que j'ai apprécié le film.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0