Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ashita Mama Ga Inai

明日、ママがいない

 

Ashita mama ga inai

 

Diffusé en 2014

 

9 épisodes

 

 

Avec :

 

Ashida Mana >>> Post

Suzuki Rio >>> Maki / Donki

Sakurada Hiyori >>> Piami

Watanabe Konomi >>> Bombi

Igarashi Hinata >>> Pachi

Mikami Hiroshi >>> Sasaki Tomonori / Maou

Kimura Fumino >>> Mizusawa Kana

Miura Shohei >>> Locker

Sakai Miki >>> Ryoka

Shirota Yu >>> Tojo Yuki

Ohgo Suzuka >>> Otsubone

 

 

 

Dontesque ?

 

Lorsque la petite Maki est abandonnée par sa mère parce que celle-ci veut refaire sa vie avec un nouvel homme, elle est placée dans un orphelinat tenu par un homme inquiétant surnommé « Le Diable » où elle fait la rencontre des enfants de l'orphelinat, tous abandonnés et à la recherche d'un nouveau foyer.

 

 

7/10

 

Toujours sur la route « préparons le bilan dramatesque 2014 autant que possible » -mais je sens gros comme cela que je vais le préparer à la bourre en vrai-, un article sur Ashita mama ga ina, un drama que j'ai commencé lors de sa sortie parce que l'affiche et le synopsis m'attiraient -à cette époque-là les dramas plus sombres ne me faisaient pas peur- et parce que la controverse qui entourait le drama -quelques infos et un article bien écrit en bonus, ici- m'intriguait. Les deux premiers épisodes m'avaient réellement conquise mais, arrivée à l'épisode 4, je m'étais arrêtée dans le drama. Je ne sais plus exactement pourquoi. L'épisode 4 m'avait moins convaincue que les précédents, c'est certain, mais il ne m'avait pas déplu pour autant. Je n'ai pas abandonné parce que je n'aimais plus. A mon avis j'avais probablement du faire une pause pour des raisons extérieures -socialisation, choses à faire, sous-titres en retard- et, comme toujours, la pause a fait que je n'ai pas repris le drama jusqu'à il y a quelques jours où j'ai terminé le drama en, en gros, deux jours. Et je suis contente d'avoir repris le drama car il y a beaucoup de bonnes choses à en tirer et parce qu'émotionnellement c'était une expérience prenante. Cela dit, le drama a également des problèmes, des éléments lassants et la qualité des épisodes de fin est très loin de celle des deux premiers. Ashita Mama Ga Inai implique son spectateur rapidement et a la chance d'avoir un excellent casting et une bonne réalisation qui font que je l'ai vécu pleinement mais l'écriture finit par faiblir on va dire.

 

J'avoue cependant avoir du mal à exactement mettre le doigt sur ce qui m'a dérangée. Disons que c'était plutôt un amas de petites choses qui font que le drama perd rapidement en crédibilté. Dès le départ, le drama ne semble pas réaliste de toute manière, l'orphelinat apparaissant comme une institution qui ne pourrait pas exister de cette façon et les parents adoptifs potentiels semblant quasiment tous fous. Et en vérité mon problème vient vraiment des adultes. Les enfants, souvent -et en particulier Post-, parlent comme des adultes mais, ça, à la limite je veux bien le laisser passer. Parce qu'honnêtement je ne sais pas, peut-être qu'il y a des enfants aussi matures et s'il devait y en avoir ce serait très certainement ces enfants qu'on force à grandir très vite et qui viennent d'un monde très dur. Post, en plus de cela, a été élevée par Maou et ce n'est clairement pas lui qui lui enjoliverait la réalité. Non mon problème est vraiment du côté des adultes parce qu'il y a trop de choses qu'ils faisaient qui me paraissaient abherrantes. Si cela avait été limité à quelques adultes dans le drama, cela ne m'aurait pas posé trop de problème parce que j'aurais pu me dire « c'est voulu et oui, il y a des adultes irresponsables dans le monde » mais là, c'est vraiment quasiment tout le monde, il y a des exemples partout. Les trois exemples qui me viennent à l'esprit, surtout, sont ceux de « Ice Doll », du professeur remplaçant et de la dame aux bentos qui, tous les trois, traitent les enfants de façon assez choquante sans que je sois certaine que ce soit voulu par le drama. Ice Doll, ainsi, manque de se retrouver embarquée dans une romance avec Locker, ce qui était parfaitement inapproprié -heureusement la piste est finalement plutôt abandonnée... même si cela n'empêche pas Ice Doll de se conduire de façon innappropriée avec le jeune homme d'autres façons-, la dame aux bentos se voit sollicitée par une gamine qui, à priori, se serait fait battre par Maou, la ramène à l'orphelinat pour confronter Maou, l'accuse de maltraitance et … laisse la gosse sans même se retourner ? J'ai envie de te dire madame que si tu laisses une gamine entre les mains d'un homme violent sans même battre un cil, tu ne vaux pas beaucoup mieux que l'homme en question. Appelle la police ! Ramène la gamine chez toi ! Je sais pas, réagis au lieu de te draper dans ta dignité tout en signifiant bien qu'en fait tu n'en as rien à foutre, cette affaire ne te concernant pas plus loin que ce qu'elle a de personnel pour toi. Quant au professeur -qui intervient plus loin et qui est interprété par Yoshizawa Hisashi, ce qui est une excellente chose parce qu'au moins cela m'a permis de ressentir la sympathie instinctive que j'ai pour cet acteur-, bien que je ne puisse pas vous révéler exactement ce qu'il fait, mettons qu'il utilise Post de façon assez révoltante. Le drama veut créer l'illusion d'un homme qui s'inquiète pour Post et la laisse l'aider parce qu'il n'en peut plus et... oui, okay, en fait c'est exactement l'image qu'on en a mais le fait qu'il semble s'inquiéter pour Post rend l'affaire encore plus dérangeante parce qu'il se rend bien compte qu'il fait quelque chose de mal mais ça ne le travaille pas suffisamment pour arrêter si bien qu'il continue, quitte à détruire Post au passage. Ces trois personnages ne sont que des exemples de tout ce que font les adultes au cours de ce drama et si parfois les actes irresponsables sont écrits en tant que tels, parfois cela ne semble pas être le cas. L'écriture qui, déjà, force vraiment le trait en paraît donc maladroite.

[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない

Il y a un manque de nuance et parfois de solidité dans l'écriture -qui en fait se fait sentir un peu dès l'épisode 2 mais qui ne devient dérangeant que plus tard je dirais- mais, surtout, au bout d'un moment il y a un certain schéma qui s'installe et qui ne m'a pas beaucoup plu. En effet il finit par s'installer l'idée que les enfants combattent un monde pourri dans lequel trouver le/les bon/s parent/s est la solution à tout. Alors, c'est clairement un excellent début de solution mais disons que certains de ces enfants ont des traumatismes qui ne se règleront pas juste parce qu'ils ont trouvé des parents. J'ai trouvé cela dommage que les gamins une fois « casés » soient en gros considérés comme des « affaires classées ». J'aurais aimé voir les enfants un peu plus dans le contexte de leur nouvelle famille plutôt que le drama se lave plus ou moins les mains de leur affaire. Après je comprends que le drama était centré sur l'orphelinat si bien que lorsque les enfants en sortent, ils sortent du « centre » du drama mais mon sentiment n'a pas été aidé par le fait que le drama finit par tomber dans un schéma répétitif où Post devient un superhéros capable de résoudre les problèmes de tout le monde non sans que, vers la fin, Maou ait droit à un discours sur la vie. Je ne dis pas qu'ils font forcément passer de mauvais messages mais le drama finit par devenir une sorte de « Maou et Post combattent la condition des orphelins ». A la base j'avais déjà un peu comparé Ashita Mama Ga Inai à une sorte d'Engine auquel on aurait greffé le personnage de Queen's Classroom en directeur d'orphelinat mais ce n'était pas une comparaison très exacte... et à la fin encore moins parce qu'en fait Engine était nettement moins épisodique que Ashita mama ga inai. Après, c'aurait pu ne pas forcément être un problème mais le drama semblait parti pour être plus que cela et lorsque l'écriture commence à faiblir, j'ai été déçue.

 

Déçue aussi parce qu'à côté de cela, il y a tellement de bonnes choses dans ce drama ! En particulier le casting. Le casting est ce qui m'a fait apprécier le drama. Oui car, bon, j'ai eu mes problèmes avec Ashita Mama Ga Inai et j'en garde un certain sentiment de déception mais cela ne signifie pas que je n'ai pas aimé du tout. Comme je le disais, au contraire, j'ai vécu ce drama comme une expérience émotionnelle assez puissante en vérité. Parce que le drama m'a fait très vite m'attacher à ses personnages et parce que le casting ne faiblit jamas, j'ai été émue aux larmes plus d'une fois et jusqu'au bout. Et au cœur du casting, brillent en particulier Ashida Mana dans le rôle de Post et Suzuki Rio dans le rôle de Donki. Ashida Mana fait preuve d'un charisme assez incroyable et, pour moi qui n'avait pas beaucoup vu jouer cette actrice -nope, toujours pas vu Mother-, cela a été une révélation. Je ne sais pas comment elle va grandir mais vu la présence qu'elle a maintenant, si elle ne déconne pas et si elle ne décide pas de changer de voie -après tout elle pourrait, elle est jeune-, elle sera certainement une grande actrice à l'avenir. Par ailleurs, Post est un personnage qui a été sans doute idéalisé mais du coup elle est assez géniale et c'est difficile de ne pas l'aimer. Au début du drama, elle et Pachi -le petit garçon dont elle s'occupe comme une sorte de petite maman de remplacement- ont été le véritable centre émotionnel du drama à mes yeux. Maintenant que le drama est terminé, c'est toujours le cas d'ailleurs. La façon dont Pachi -qui était adorable à mouri- s'accrochait à Post et dont Post s'occupait de l'enfant, le protégeant comme une lionne, avait quelque chose de vraiment touchant. Et après cela, Post de toute façon, est la digne héritière de Maou : elle est souvent abrupte mais sa dureté -moins adulte que celle de Maou, bien entendu, et plus transparente aussi- est toujours sa façon de protéger les autres enfants de l'orphelinat et d'essayer de les aider parce que Post, ayant été abandonnée bébé et n'ayant jamais connu sa mère, a besoin d'être utile aux autres. Donki, elle, est une enfant qui paraît peut-être plus innocente -sans l'être tout à fait bien sûr, l'abandon et son contexte laissent des traces- le long du drama mais qui finit par révéler ses cicatrices et je dois dire que Suzuki Rio m'a pas mal impressionnée sur la fin. Son jeu n'est pas brouillon du tout, on a l'impression qu'elle a compris le personnage et qu'elle sait exactement quelles expressions utiliser.

 

De manière générale, de toute façon, tout le monde est vraiment bien joué et je me suis attachée à tous les occupants de l'orphelinat. J'avoue que parfois Bombi m'a agacée avec ses « Joripiiii » -Joripi = Jolie + Pitt comme dans Angelina et Brad... l'enfant fait une fixation sur ce couple parce qu'ils sont connus pour adopter beaucoup d'enfants et parce qu'elle rêve d'une vie de princesse- répétitifs -d'autant que cette affaire de Joripi a été la plus mal menée du tas à mes yeux- mais cela ne signifie pas pour autant que je n'espérais pas de tout cœur qu'elle trouverait le bonheur avec la bonne famille ! Bombi, Piami -la petite fille abandonnée par son papa ruiné-, Post, Donki, Otsubone -l'adolescente que personne n'a adoptée et qui bientôt sera trop âgée pour continuer à habiter dans l'orphelinat-, je me suis attachée à tous -sauf à ceux qu'on ne voit pas trop et que le drama fait surtout intervenir à la fin pour faire avancer le rêcit de manière assez bancale-. Et en particulier, je vous avoue avoir, en plus de Post, été attirée par la présence de Locker, le jeune homme silencieux, premier habitant de l'orphelinat qui désormais y travaille. Tout comme Post, il est à la fois un « réfugié » de l'orphelinat et quelqu'un qui s'occupe des autres. Locker, tout le long du drama, est une présence silencieuse -il ne parle pas- et très rassurante pour les enfants. On ne sait pas trop ce qu'il lui est arrivé, le personnage reste mystérieux assez longtemps mais il est toujours là, ne pas parler fait qu'il écoute, remarque les choses, les comprend, et il a une présence apaisante et prévenante. Locker est un des personnages qui apportent beaucoup de chaleur au foyer parce qu'il est toujours dans le rôle du protecteur discret, celui sur qui on peut compter, et j'ai trouvé que Miura Shohei -que décidément je vois partout en ce moment!- s'en sortait bien dans le rôle.

[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない

Et puis, bien entendu, pour superviser tout ce petit monde, nous avons Maou « le Diable » donc. En premier lieu, j'ai apprécié le fait qu'il ait droit à son surnom, comme toutes les personnes travaillant avec l'orphelinat ou vivant dedans. On connait son véritable nom mais je n'ai retenu que « Maou » parce que c'est celui qu'on entend tout le long du drama. Les enfants, lorsqu'ils arrivent à l'orphelinat, se donnent des surnoms, rejetant les noms qui leur ont été donnés par les parents qui les ont eux-mêmes rejetés. Ainsi, par exemple, Post s'appelle Post parce qu'elle a été abandonnée par sa mère dans une sorte de « boite aux lettres » pour bébés abandonnés dans un hôpital. Ils se détachent de leur identité par volonté de se détacher d'un passé difficile, prenant pour origine le moment où leurs parents les ont abandonné. Pour ce qui est de Maou, lui aussi a un passé difficile et j'ai apprécié qu'il ait droit à son propre surnom -donné par les enfants- parce que du coup cela renforce l'idée que l'orphelinat est son refuge à lui aussi -pour des raisons que vous découvrirez si vous regardez le drama-. Maou est donc « le diable » et on comprend assez rapidement pourquoi. Lorsqu'on entend ses bruits de pas, rythmés par celui de sa cane contre le sol, au début du drama, il y a un petit sentiment de crainte car Maou est rude avec les enfants. Il sait que le monde est difficile, que faire adopter les gosses n'est pas simple et il ne leur édulcore pas la réalité, il est terre à terre au point parfois qu'il en serait cruel. Mais il le fait toujours avec l'intérêt des enfants en tête et non seulement -qu'on approuve ou pas la façon dont il s'y prend- on le comprend assez vite mais les enfants le savent également. Ils craignent Maou, oui, mais ils savent également que Maou les protège. Dans ce rôle, Mikami Hiroshi m'a pas mal hypnotisée... au début. A la fin, malheureusement, il m'accrochait moins. Cet acteur a de la présence et il est bon mais si au début du drama le personnage en imposait surtout par sa retenue, à la fin il a eu droit à tellement de longs discours qu'il en perd un peu de sa superbe. Bien entendu il est naturel que l'on apprenne à connaître mieux le personnage au fil du drama mais cela signifie pas pour autant qu'il doive complètement « se perdre ». Si on prend Locker, après qu'on ait appris exactement qui il est, le personnage ne change pas radicalement. Il reste égal à lui-même avec quelques petits signes d'évolution, ce qui paraît naturel. Maou semble se transformer subitement en machine à discours et à partir de là, je vous avoue que j'ai eu un peu de mal. Quant à ses derniers scènes, elles m'ont laissée un petit peu perplexe car elles m'ont semblé arriver un petit peu tôt. J'ai aimé la façon dont le drama se terminait pourr lui, je ne suis juste pas certaines que les dernières images aient été utiles ou amenées convenablement.

Dans l'ensemble, Ashita mama ga inai est un drama qui m'a parlé. Le casting était particulièrement excellent, la réalisation assez impeccable également avec notamment une très jolie musique, les personnages principaux sont attachants et je ne suis restée indifférente à aucun d'entre eux. Mais l'écriture du drama se fait plus caricaturale et bancale au fil des épisodes et j'ai fini déçue. Ce n'est pas un drama que je reverrai mais je suis contente de l'avoir regardé malgré toutes les larmes que j'ai pu y laisser.

[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない[Le diable et ses orphelins] Ashita Mama Ga Inai  明日、ママがいない
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0