Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Azumi

あずみ

 

 

Sorti en 2003

 

Réalisé par Kitamura Ryuhei

 

D'après le manga de Koyama Yuu

 

 

 

Avec:

 

Ueto Aya >>> Azumi

Hiroki Narimiya >>> Ukiha

Kenji Kohashi >>> Hyuga

Takatoshi Kaneko >>> Amagi

Yuma Ishigaki >>> Nagara

Yasuomi Sano >>> Yura

Shinji Suzuki >>> Awa

Shun Oguri >>> Nachi

Eita >>> Hiei

Shogo Yamaguchi >>> Komoru

Kazuki Kitamura >>> Inoue, Kanbe'e

Kenichi Endo >>> Sajiki Isshin

Kazuya Shimizu >>> Sajiki Nisai

 

 

 

Dontesque ?

 

Orpheline, Azumi a été recueillie par un vieux maître d'armes et subit un entraînement au combat depuis son plus jeune âge aux côtés de neuf jeunes garçons, en attendant le jour où enfin ils pourront entamer leur mission : tuer de puissants chef de clans afin d'éviter que la guerre n'éclate. Enfin, ce jour arrive...

 

 

 

~oOo~

Et nous continuons d'avancer dans notre Eita-project avec Azumi, un film que j'ai vu il y a … mon Dieu sept ans à présent, à une époque où je ne connaissais pas grand-chose au cinéma Japonais et où je débutais tout juste dans les dramas. Du coup je ne connaissais pas Eita à l'époque, j'avais juste reconnu Ueto Aya, Narimiya Hiroki et bien entendu Oguri Shun qui était en grande partie la raison pour laquelle j'avais regardé le film … et je ne vous dis pas la déception d'ailleurs en constatant que Shun mourrait avant même que l'histoire ne commence réellement. Bref, en regardant la filmographie d'Eita, j'ai été surprise d'y trouver Azumi et, ne me souvenant que d'Hiroki, de la déception « Shun » et d'un méchant particulièrement ridicule à la fin, je me suis dit que cela ne me ferait pas mal de revoir le film. Après tout ce serait peut-être sympa et ce coup-ci en plus j'aurais le plaisir de regarder jouer Eita -et tout un tas d'autres acteurs o.o le casting de ce truc est plein de gens que je connais maintenant!- en sachant qui il est ! Enthousiaste j'ai lancé le film et, avant même que Shun ne morde la poussière :

 

 

… Voilà voilà. Dans ce film, Eita meurt même avant Shun. Il meurt tellement vite qu'on a pas le temps d'enregistrer le nom du personnage -si le film le donne-. Donc, dans le cadre du projet Eita, pour résumer sa performance ici je dirais qu'elle est…

 

...

 

rapide.

 

Mais que cela ne nous empêche pas de parler du reste du film !

 

Et Azumi c'est avant tout l'histoire de... ben... Azumi. Je sais, quel choc ! Azumi, donc, est une jeune fille qui a été élevée pour devenir une assassine. Le film s'ouvre sur l'image de corbeaux lorgnant de l'oeil Azumi, alors toute petite fille, assise à côté du cadavre de sa mère. La petite fille est alors trouvée par un homme suivi de trois petits garçons et il l'emmène avec eux. Après cela, il devient pour elle -et les autres enfants- un père de subsistution. L'histoire d'Azumi est celle d'une jeune fille qui, après avoir perdu sa mère, est poussée à tuer ses frères -j'y reviendrai plus tard-, perd son foyer et, petit à petit, se transforme en une guerrière redoutable tandis qu'elle explore son identité et remet en question les valeurs qu'on lui a inculquées. Du moins c'est l'idée. Le problème néanmoins est qu'Azumi n'est juste pas intéressante. Et c'est en grande partie à cause de la prestation d'Ueto Aya d'ailleurs, l'actrice ayant toujours sur le visage une expression qui semble vouloir dire « je veux un poney T.T ». Pour l'occasion, j'ai jeté un coup d'oeil au manga dont le film est l'adaptation et dans le manga, si Azumi a effectivement des traits très innocents et retient une certaine personnalité enfantine, elle est à côté de cela quelqu'un qu'on a vu massacrer des innocents lors d'une tuerie où nos cinq personnages principaux ont exterminé un village entier, y compris ses femmes, ses enfants, et un homme leur ayant servi de professeur -tué par Azumi elle-même-. Cette tuerie n'existe pas dans le film si bien que là où le manga mettait en scène une face innocente du personnage en contraste d'une autre face plus dure et plus impitoyable, dans le film on a juste une jeune fille introduite comme Pocahontas sur son rocher qui passe tout le film à avoir l'air plutôt niaiseux et même un peu molle. Bref la prestation d'Aya Ueto n'est pas très inspirée ni très énergique, le personnage manque de complexité. Et honnêtement c'est un peu pareil pour tout le monde. C'est difficile de s'attacher à qui que ce soit dans ce film. Enfin personnellement je me suis attachée à Hiroki Narimiya mais, voyez-vous, je n'ai même pas retenu le nom du personnage parce que je ne me suis attachée à lui que parce qu'il est Hiroki. Sinon le personnage n'est pas spécialement passionant. Cela dit, en revanche, il est une illustration de pourquoi les plans du maître de nos jeunes assassins étaient foireux.

[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ
[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ
[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ

A la base l'idée du maître est que la guerre c'est mal et qu'il faut empêcher les guerres d'arriver en en assassinant les responsables avant que les conflits ne soient lancés. On a droit à un flash-back où, sur un champ de bataille, il découvre son fils mort et, au milieu d'une mer de cadavres, sur les consels d'un moine, il décide donc de réunir des orphelins, de les entraîner et d'en faire des guerriers dont la vocation sera d'assurer la paix en tuant ceux qui la menacerait. Okay, pourquoi pas. Il commence donc à réunir des gosses et se retrouve avec dix orphelins qu'il se met à entraîner dans un endroit reclu -tellement reclu que dans la version originale de l'histoire, Azumi n'était même pas consciente d'être une femme, pensant avoir juste un corps différent... ce qui rend tout un pan de sa crise existentielle et de la construction de son identité nettement plus intéressant mais ce n'est pas vraiment dans le film non plus-. Et après dix ans d'entrainement, il les réunit et leur demande de former des duos, de se mettre en paire avec la personne qu'ils apprécient le plus puis de … tuer cette personne. Et c'est censé leur apprendre la dureté de la réalité. Parce qu'ils auront à exécuter des ordres difficiles et qu'ils ne devront pas laisser leurs émotions les submerger, bla bla bla. DUDE. Si tu voulais leur faire passer ce genre de leçon, pourquoi ne pas t'y prendre AVANT ? Il a eu ces gamins pendant dix ans sous son aile, il aurait pu leur laver le cerveau et les formater comme il le voulait mais il attendu MAINTENANT ? Du coup il divise ses effectifs par deux pour donner une leçon de dernière minute qui n'a absolument aucun effet : après seulement un assassinat, notre grand maître se retrouve rapidement avec des disciples incapables de laisser un de leurs amis derrière eux -alors même que celui-ci n'a aucune chance de survie- et en proie au doute, ébranlés par une personne rencontrée depuis quelques heures, etc. Même le disciple qui semble avoir le mieux intégré les leçons du maître se fait avoir par excès de sentiments. Bref, le maître s'y est pris comme un pied et il aurait du se rendre compte dès le départ que son plan était foireux. Et étant donné que c'est le lancement du film... c'est dérangeant. Parce que du coup le film part de quelque chose de très con pour nous parler de personnages sommes toutes assez ennuyeux.

 

Les seuls personnages qui sont un peu intéressants, en fait, sont les méchants. Pas qu'ils soient super complexes mais ils sont funs. Saru est même presque sympathique avec son code de l'honneur prononcé ! Mais mes favoris sont clairement les trois frères que l'on rencontre au milieu du film et qui, pour passer le temps, massacrent des gens ou se font des trous dans les mains. Ceux-là m'ont fait penser à une sorte de version « Trolls de Troys » des tueurs à gage lancés aux trousses de William Blake dans Dead Man -je vous dis pas le mélange-. Ils sont bêtes, ils sont très méchants et en même temps ils sont tellement irréels qu'ils sont difficile à détester et à ne pas trouver divertissants. Je veux dire, quand on les rencontre, les deux frères les plus « brutes » sont occupés à faire un bras de fer, celui qui perd se retrouve avec une lame dans la main et, très content d'avoir un trou dans la main droite, se demande s'il devrait s'en faire un dans la main gauche ! Typiquement le genre de méchant qui me parle instinctivement. Pas de chance ce sont également ceux que l'on voit le moins, les antagonistes les plus actifs étant clairement Kanbee -interprété par Kitamura Kazuki-, pas un personnage que j'ai trouvé fort mémorable, Saru -Matsumoto Minoru- et … Bijomaru. Oh Bijomaru. J'avais oublié Bijomaru. Enfin pas entièrement. Je me souvenais que vers le dernier tiers du film apparaissait un méchant assez ridicule. Simplement je ne me souvenais pas 1/ qu'il était ridicule *à ce point* et 2/ qu'il était interprété par Odigiri Joe. Voui voui c'est Odagiri Joe qui interprète Bijomaru et clairement sa prestation est... subtile. Comme le prouvent ces gifs :

 

 

 

 

Et encore là vous n'avez pas le son parce que je vous jure qu'avec le son c'est encore meilleur. En fait c'est tellement bon que même lorsqu'il ne peut pas techniquement faire ses bruits habituels... ça ne l'arrête pas. Parce qu'il est plus puissant que les loies de la physique voyez-vous o.o Bijomaru FTW et tout cela. Non plus sérieusement, tous les méchants de ce film sont plutôt cartoonesques mais Bijomaru, lui, tombe vrament dans le ridicule le plus profond et je n'arrive pas à croire qu'Odagiri Joe ait obtenu un prix pour cette performance -et pareil pour Ueto Aya d'ailleurs-. Mais en même temps, il fait ce qu'on lui demande hein ! -et oui le personnage du manga était également grave- Et clairement le film ne donne pas dans la finesse, la réalisation en rajoutant une bonne couche et rendant l'expérience encore plus difficile à prendre au sérieux.

 

Il y a certaines choses qui peuvent facilement être pardonnées : les méchants cartoonesques sont pardonnables parce que l'histoire vient d'un manga, le fait que les personnages volent dans tous les sens de manière parfaitement irréaliste n'est même pas vraiment une faute, cela vient du style de film, etc. Je peux aussi excuser le fait que le sang gicle de façon super aléatoire -parfois une coupure lance une véritable fontaine, parfois pas et parfois un bon coup de sabre tue sans même couper les vêtements dites-donc!- et la façon hypra subtile dont les rendez-vous entre méchants ont tendance à être éclairés de lumières rouges parfois inexpliquées. Admettons que je ferme l'oeil sur le fait que l'héroîne ait apparemment acquis le pouvoir de téléportation vers la fin du film et sur les méchants en plein combat qui regardent fixement l'héroïne sans réagir en attendant qu'elle en ait fini avec ce qu'elle est en train de faire -ce qui, il est vrai, est assez commun dans les flms d'action en général-. Même en passant sur tout cela, y compris les scènes ridicules « pour le cool » -comme l'héroïne posant/bougeant de la façon la moins naturelle au monde juste parce que cela fait un bon effet pour la caméra-, il reste les ralentis excessifs et inutiles qui ralentissent un film déjà long -sérieusement le film est trop long pour ce qu'il a à raconter-, des bruitages qui retirent aux combats le peu de crédibilité qu'ils avaient -le combat Saru/ninja était particulièrement risible-, des effets de caméra vraiment à la con -genre une caméra qui tourne verticalement autour d'un combat jusqu'à en donner le mal de mer... et en faisant des bruits étranges de respiration en plus, comme si quelqu'un derrière la caméra était super impressionné de ce qu'il fait-, etc.

 

Bref... ce n'est pas un très bon film o.o Les personnages sont plats, les acteurs pas très inspirés, le scénaro assez superficiel -et par moments plutôt con- et l'action décente mais honnêtement pas non plus ce qu'il se fait de meilleur. Si vous êtes fans d'Ueto Aya alors oui, peut-être que ce film est sympa à regarder, mais au delà de cela -et par « cela » je veux dire son visage et ses jambes parce que j'ai vu Ueto Aya être bonne dans pluseurs rôles mais pas dans celui-là- … il n'y a pas grand-chose à tirer de ce film. Un peu de comédie -parfois involontaire- mais elle est noyée dans la longueur de l'ensemble. Donc, à mon humble avis, vous pouvez passer votre chemin.

[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ
[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ
[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ
[La paix au prix cher] Azumi  あずみ [La paix au prix cher] Azumi  あずみ
Tag(s) : #Cinéma Asiatique

Partager cet article

Repost 0