Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOP4 de mes épisodes favoris de

 

BORDER 

ボーダー

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

/!\ aux spoilers -cf. ici-

A lire aussi: l'article bilan qui ne spoile pas

 

Eh oui parce que mon article sur le drama en général n'était pas suffisant. En même temps, j'ai créé la catégorie Top des scènes de pour une raison hein ! En l'occurence cela dit, je vais parler d'épisodes plutôt. Quatre épisodes pour être précise -je sais, un top4 c'est un peu « bâtard » mais bon...-. Mais rassurez-vous, je ne vais pas non plus partir dans quelque chose de trop long, je vais garder cet article à une longueur raisonnable. Vous êtes prêts ? Mais oui, vous êtes prêts ^-^ Allons-y !

 

 

 

4 – L'épisode 2

« Le duel »

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

C'est un épisode que j'ai apprécié pour des raisons assez simples donc la description devrait aller vite ^-^ Essentiellement, je l'ai apprécié car il arrive juste après l'épisode 1 -c'est généralement le cas des épisodes 2, certes- et nous fait tout de suite savoir que même s'il y aura toujours un mort, toujours un fantôme, nous ne devons pas nous attendre à voir toujours les mêmes personnages encore et encore. Le fantôme qui hante Ishikawa en l'occurence est celui d'un criminel narcissique qui prend beaucoup de plaisir à voir notre inspecteur se démener à trouver sa dernière victime. Les face-à-faces avec Ishikawa sont tendus et le fait de voir le tueur se délecter de la détresse de l'inspecteur, rire à l'avance de son échec, rend l'épisode très prenant, on a encore plus envie qu'Ishikawa trouve la victime, non seulement pour lui sauver la vie mais également pour que le criminel perde son sourire triomphant. Ma scène favorite de cet épisode reste la discussion entre Ishikawa et le tueur, au milieu de l'épisode, où Ishikawa essaie de tirer parti du narcissisme du tueur en le menaçant de souiller sa réputation si celui-ci ne coopère pas. C'est une scène particulièrement tendue et très joliement filmée. Malheureusement elle se solde par un échec, le tueur n'ayant pas réellement mordu à l'ameçon mais j'apprécie également ce retournement car cela renforce la motivation d'Ishikawa et parce que j'apprécie le fait que les réponses ne lui tombent pas entre les mains aussi facilement.

 

Par ailleurs cet épisode voit l'introduction de nos deux geeks, deux personnages que j'ai particulièrement appréciés par la suite parce qu'ils apportent au drama une touche d'humour sympathique et parce que leur amitié naissante avec Ishikawa avait quelque chose d'un peu touchant. Cet épisode nous confirme également que Mika est une jeune femme intelligente et très bonne à son travail qui sera un soutien important pour Ishikawa. C'est également l'épisode dans lequel on commence à les voir entrer dans une relation de « camarades » plutôt que simple collègues. Mika, dans la suite du drama, a une présence sobre comme tous les éléments du drama, mais elle est malgré tout très présente et a un rôle important, à la fois dans la construction du personnage d'Ishikawa et dans le processus des enquêtes -car oui, fait appréciable encore une fois : si voir des fantômes est un avantage ENORME, il y a quand même un boulot d'enquête sur la plupart des cas parce qu'il faut prouver l'identité du coupable désigné ou parce que, parfois, les fantômes ne peuvent pas désigner leur meurtrier, tout juste donner quelques indices-.

 

 

 

 

3- L'épisode 7

« La défaite »

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

Dans cet épisode, un jeune homme est victime d'un accident de la route où le chauffeur qui l'a renversé prend la fuite. Néanmoins, ayant reconnu le chaufeur, la victime n'a aucun mal à donner son identité à Ishikawa. Et Ishikawa est bien déterminé à attraper le coupable mais voilà, il s'agit du fils d'un politicien et l'enquête semble être enterrée par ses supérieurs. Et à la fin... Ishikawa est incapable de coffrer le coupable. Il échappe à la justice.

 

Et c'est exactement pour cela que j'apprécie cet épisode : Ishikawa n'attrape pas le coupable. Et je ne m'y attendais pas. Même si le drama avait rendu clair qu'il allait jouer avec sa « formule », je m'attendais à ce qu'à la fin Ishikawa finisse par choper le coupable. Et en fait non. Alors il y a plusieurs choses dans cet épisode que je trouve maladroites et, notamment, j'ai peu apprécié le « nettoyeur » employé par le politicien, avec ses discours et sa musique classique, car il semblait droit sorti d'un manga et qu'honnêtement cela cassait un peu le côté réaliste de l'affaire. Le message de l'épisode en grande partie était que dans la réalité, parfois les méchants gagnent, les gentils perdent, et du coup se retrouver face à un méchant aussi exagéré diminuait un peu l'impact du tout. Au moins j'ai été soulagée que le personnage ne revienne pas car j'avais peur qu'il devienne une sorte de némésis d'Ishikawa ce qui, à mon avis, n'aurait pas fonctionné car cela aurait donné une dimension extraordinaire à un drama qui se devait de rester aussi sobre que possible pour fonctionner. Mais parlons plutôt de ce que cet épisode fait de bien.

 

Ce qu'il fait de bien, en fait, est de mettre notre personnage dans une situation où il se rend compte de ses propres limitations. Il n'est pas tout puissant et parfois il va échouer. Et il y a une leçon pour lui à apprendre : parfois il faut savoir s'arrêter même quand c'est difficile -comme le patron d'entreprise qui retire son témoignage parce qu'il met en danger tous ses employés... Ishikawa s'énerve contre lui mais le patron n'a pas le choix et Ishikawa n'a pas besoin de s'acharner car la honte et la culpabilité du patron sont évidents jusque dans le très joli plan de dos de cet homme accablé-.

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

Ou alors, si on décide de ne pas s'arrêter, il faut vraiment examiner ce que l'on est prêt à sacrifier. Lors d'une discussion avec son supérieur, Ishikawa se voit dire qu'à vouloir trop être le héros, à être trop fort, on finit par devenir le méchant, par blesser les gens autour de soi et que là où une forte lumière luit, il y a forcément une obscurité profonde dans laquelle il faut faire attention à ne pas tomber. Dans cet épisode, Ishikawa commence à se laisser avaler par cette obscurité. Acharné qu'il est à vouloir attraper le coupable, il se met à menacer des gens, il met en danger et provoque involontairement la mort de la petite amie du coupable, et cherche à utiliser des moyens illégaux et frauduleux non plus pour attraper le coupable et le trainer devant la justice mais pour le punir lui-même. Ce faisant, il est déserté par ses alliés : les geeks, son informateur et la sorte « d'espion » qu'il utilise dans certains épisodes. « C'est parce que tu as peur ? » demande t-il sur un ton accusateur à l'espion lorsque celui-ci exprime son souhait de se retirer de l'affaire. « Oui » répond l'espion « de toi ».

 

Et lorsque l'épisode se termine, le fantôme remercie d'Ishikawa d'avoir essayé mais Ishikawa n'est pas satisfait et lorsque le fantôme disparaît, le drama nous met devant les yeux le plan que j'ai mis au début et qui fait écho au discours du supérieur d'Ishikawa : à droite, la lumière, à gauche Ishikawa défait, dans l'ombre. Puis il range la photo laissée par le fantôme dans sa veste, comme s'il rangeait son amertume et sa frustration au plus près de son cœur, et il s'en va, changé par l'expérience. L'épisode n'est pas parfait mais il reste très bon et marque une étape très importante de l'évolution du personnage, c'est pourquoi il fait partie de mes épisodes favoris du drama.

 

 

 

 

2- L'épisode 5

« Come back home »

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

Dans cet épisode, un homme est retrouvé mort devant la porte d'une maison et il s'avère que son fantôme est complètement amnésique. Ne sachant ni qui il est, ni comment il est mort, il n'est strictement d'aucune aide à Ishikawa mais, néanmoins, commence à le suivre. Et... écoutez, j'aime surtout cet épisode pour deux raisons.

 

La première c'est tout simplement que c'est un des épisodes les plus jolis du drama à mes yeux. Ils le sont tous mais beaucoup de mes images favorites sont sorties de cet épisode-là, en particulier les deux que j'ai mises dans mon bilan final :

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー
[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

J'ai déjà expliqué pourquoi je les aimais particulèrement -l'impression d'un personnage ressortant sur un décor irréel- et l'épisode en général m'avait frappé, en le regardant, comme vraiment beau à regarder.

 

Par ailleurs cet épisode est le premier épisode dans lequel Ishikawa communique autant avec un fantôme. Notre salaryman décédé s'accroche en effet à notre inspecteur et ils ont droit à énormément de scènes de dialogues qui soulignent une fois de plus le caractère plein de compassion d'Ishikawa. On le voit interagir avec un autre personnage que les personnages habituels et cela nous donne une idée un peu plus définie de sa personnalté. Et c'est également un bon moyen d'introduire un peu de comédie dans tout cela tandis que le salaryman regarde travailler Ishikawa en commentant ce qu'il se passe -au grand damn de celui-ci-. Ce n'est pas le seul épisode à nous proposer un peu d'humour mais c'est celui dans lequel l'humour est le plus présent le long de l'épisode, faisant d'Ishikawa et de son fantôme une sorte de « duo mal assorti » de films de flics. Même la mort du fantôme -qui s'avère n'avoir été qu'un accident confus sans coupable- est drôle. Drôle... et à la fois triste. Disons que c'est drôle parce que toute l'enquête et tous les efforts d'Ishikawa, toutes les déductions et tous les coupables potentiels interrogés, finalement ne mènent à rien de plus qu'à « il a sauté, il est tombé et c'était pas de pot ». Et en même temps c'est triste car si le salaryman a sauté c'était pour se prouver qu'il était encore capable de retrouver la vitalité de sa jeunesse... alors que de toute évidence non.

 

L'histoire de ce salaryman m'a beaucoup touchée. Il a fait énormément d'efforts pour sa famille et est arrivé à un stade de sa vie où il est fatigué, il a l'mpression d'avoir mis ses rêves au placard et il traverse une crise dont il ne veut pas parler à sa famille pour les épargner. Le fait qu'il soit venu à Tokyo dans l'espoir de rencontrer des prostituées est moyennement louable mais j'ai compris son sentiment d'étouffement et le fait est que, finalement, il n'a approché aucune prostituée, aimant trop sa femme pour cela. A la place il a juste pris la cuite du siècle et a essayé de recapturer sa jeunesse dans un geste qui a mené à sa mort de façon assez pathétique. C'est triste. Mais le passage qui m'a véritablement brisé le cœur est le moment où Ishikawa réalise que le portail du jardin dans lequel est mort le salaryman ressemble énormément à celui de la maison de celui-ci. Parce que dans ses derniers instants, à moitié assommé et mourant, l'homme essayait de rentrer chez lui.

 

Après cela l'épisode en rajoute malheureusement un tout petit peu trop mais il n'en reste pas moins que c'était une histoire qui m'a touchée et avait un ton doux-amer fort appréciable, sans oublier une petite dose de comédie sympathique.

 

 

 

 

 

1- L'épisode 9

« La chute »

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

J'adore cet épisode à cause de sa fin, qui est également la fin du drama. Elle n'a apparemment pas contenté tout le monde parce qu'elle a semblé trop ouverte, trop interprétable de tas de façons différentes à plusieurs personnes qui ont du coup eu le sentiment que le drama se terminait sur une solution de facilité. Je comprends le sentiment de frustration « mais mais mais, il se passe quoi après ? T.T » mais personnellement, si je vois potentiellement dans cette fin une fin ouverte -pas forcément-, j'aime énormément la façon dont nous laisse le drama. Sur l'image d'Ishikawa ayant franchi la dernière limite, celle du meurtre. Incapable de mener le coupable en justice, il fait justice lui-même et le pousse du haut d'un bâtiment. J'apprécie non seulement le fait que le drama soit allé jusqu'au bout de la transformation de son personnage principal mais également la façon dont il s'y est pris. Cela dit, histoire de commencer par là avant de discuter de tout ce que j'aime à propos de cette fin, j'ai quand même deux reproches à faire à ce dernier épisode.

 

En premier lieu, je ne trouve pas le criminel qu'Ishikawa finit par tuer très convaincant. Son discours était assez bancal et le personnage manquait de charisme. Pour créer une opposition suffisamment violente/tendue entre les deux personnages, il aurait fallu que notre criminel de la semaine soit autrement plus inquiétant que cela. Mais là, l'acteur et l'écriture ont peiné à me convaincre que ce criminel en particulier puisse faire basculer Ishikawa de cette façon. Alors oui, Ishikawa était arrivé au terme d'une série de frustrations qui faisaient qu'il était déjà à moitié basculé -notamment on s'en rend compte lorsqu'il accepte de boire un verre avec son informateur que jusque là il avait utilisé tout en le gardant à distance, méprisant son monde- mais, malgré tout, la dernière goutte faisant déborder le vase aurait du être plus marquante, plus impressionante que cela. Et à mon avis le fait qu'elle ne le soit pas, au delà d'un acteur pas suffisamment charismatique et d'un souci d'écriture général du drama qui manque de « continuité émotionnelle », est en grande partie un problème de timing.

 

Oui, j'ai eu un souci avec le timing de la fin. En fait je pense que les deux dernières affaires -celle du supérieur corrompu dans l'épisode 8 et celle-ci- auraient du être traitées en même temps. Faire s'étendre l'affaire « épisode 9 » sur deux épisodes alors que toutes les autres affaires n'avaient duré qu'un seul épisode aurait permis de vraiment appuyer sur l'épuisement d'Ishikawa. Alors que là dans l'épisode 9 je n'ai pas pu m'empêcher de me dire qu'honnêtement il n'avait pas testé toutes les possibilités avant de basculer. Par ailleurs développer les deux histoires en même temps juste après l'épisode 7 -et donc la premère amère défaite d'Ishikawa- aurait permis d'avoir un Ishikawa à la fois fatigué et doutant de l'institution pour laquelle il travaille. Bref, je pense vraiment que l'intrigue de l'épisode 9 aurait mérité d'être développée sur deux épisodes et, si possible, de front avec celle de l'épisode 8.

 

Néanmoins j'ai adoré cette fin. Parce que, comme je le disais, j'étais ravie de constater que le drama allait jusqu'au bout de son idée et n'arrêtait pas son personnage au dernier moment. Et puis surtout, mon appréciation de la fin s'est beaucoup faite sur juste le contenu de la dernière scène. Par exemple le fait qu'elle soit filmée entièrement sans musique. On entend rien sinon les personnages et finir sur une scène aussi silencieuse la rend plus marquante encore. Parce que cela appuie encore une fois sur le caractère très « réel » de cette fin. L'acte n'est pas rendu spectaculaire, Ishikawa pousse l'homme du bâtiment et reste seul avec ses sentiments, sa réalisation qu'il ne se sent pas mieux, sa culpabilité, l'horreur d'avoir fait le dernier pas. Au début du drama, en prenant mes notes sur l'épisode 1, j'avais écrit dans la case « ce qui détruirait le personnage » : « tuer et devenir lui-même un meurtrier après avoir connu le traumatisme de la mort » -et oui je prends des notes précises parfois... j'ai une sorte de plan même pour la prise de notes-. Et effectivement ce dernier stade de son évolution a été sa perte. Ah et oui, quand je dis « Ishikawa reste seul », en vérité c'est faux : il est rejoint par le fantôme de l'homme qu'il vient de tuer. Le fantôme pose sa main sur son épaule -et c'est la première fois qu'un fantôme touche Ishikawa- et lui dit « Bienvenu de l'autre côté ».

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー

Alors personnellement j'aurais préféré que cette ligne ne soit pas là car elle ne me semble pas nécessaire et vient un peu troubler l'aspect silencieux de la scène mais bon, elle n'est pas non plus bien gênante. En tous cas, la présence du fantôme et le fait qu'il touche Ishikawa alors que jusque là aucun autre fantôme ne l'avait fait peut vouloir dire plusieurs choses, essentiellement deux :

 

1/ peut-être qu'Ishikawa est mort. Pris par l'horreur de son geste et déçu par ce qu'il est devenu, peut-être a t-il suivi le criminel dans la mort et peut-être est-ce son fantôme qui contemple son propre corps du haut du bâtiment.

 

2/ peut-être qu'Ishikawa est mort symboliquement. Le fait qu'aucun fantôme n'ait touché Ishikawa jusque là ne signifie pas qu'ils ne pouvaient pas le faire après tout ! Quand Ishikawa a acquis le pouvoir de parler aux morts, qui sait, peut-être qu'il a également acquis celui de les toucher. Et cette fois-ci le fantôme le touche pour effectivement donner un sentiment de mort au spectateur tandis qu'Ishikawa contemple ce qu'il a fait.

 

De base dans ce drama le personnage s'est trouvé à la lisière essentiellement de deux choses : la vie et la mort, l'ombre et la lumière. « Bienvenue de l'autre côté » peut tout aussi bien signifier qu'Ishikawa est passé de vivant à mort ou de la lumière à l'ombre. Peut-être les deux mêmes. Et ainsi pendant 9 épisodes, nous avons vu Ishikawa -en tant que « ce qui fait sa personnalité »- être blessé -la balle dans la tête, le drama s'ouvre sur Ishikawa nous disant qu'on ne peut pas éviter la mort, qu'elle guette dans l'ombre, puis vient le bruit de la balle qui déchire le silence-, agoniser -son évolution à travers le drama, dans un univers rendu très « purgatoresque » par la réalisation- puis mourir -la fin, réalisée dans le silence de la mort-.

 

 

 

 

 

JOIE \O/

 

[TOP de mes épisodes favoris de] BORDER  ボーダー
Tag(s) : #TOP des scènes de

Partager cet article

Repost 0