Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dear Sister

ディア・シスター

 

 

Diffusé en 2014

 

10 épisodes

 

 

Avec :

 

Ishihara Satomi >>> Fukazawa Misaki

Matsushita Nao >>> Fukazawa Hazukii

Hirayama Hroyuki >>> Hagiwara Yohei

Iwata Takanori >>> Saburabo « Hachi » Eito

Tanabe Seiichi >>> Sakurabo Soichiro

 

 

 

Dontesque ?

 

Misaki et Hazuki sont deux sœurs aux personnalités complètement opposées. Misaki est sérieuse, travailleuse, elle a sacrifié ses rêves contre la promesse de la stabilité tandis qu'Hazuki vit plus librement et, aux yeux d'Hazuki, de façon d'irresponsable. Néanmoins lorsque Misaki découvre qu'elle est enceinte et décide de donner naissance à son enfant, sans prévenir son entourage, elle décide de prendre sa vie en main. Et également de s'installer chez sa grande-soeur, ce que celle-ci n'accueille pas exactement avec enthousiasme.

 

 

7/10

 

Puisque 2014 est à présent bien passé, il me semble qu'il est temps de me remettre à en rattraper des dramas et SURTOUT ceux qui n'étaient pas dans ma liste des « dramas que je regrette vraiment d'avoir loupés » parce que cela me paraît juste plus logique comme cela. Celui-là, en l'occurence, avait Ishihara Satomi dans un des rôes principaux alors, l'ayant bien appréciée dans Shitsuren Chocolatier, je me suis dit « Geronimo, let's go ! ». D'autant que c'est assez rare, je trouve, de tomber sur un drama s'annonçant comme centré sur le lien entre deux sœurs -même si cela arrive sans doute, bien entendu-. Comme j'avais le drama à portée de main, je n'ai pas hésité et, à la fin de l'épisode 1, il s'est avéré que j'avais vraiment, vraiment envie de continuer, là, tout de suite, maintenant. J'ai donc complètement avalé le drama parce que c'est l'avantage -mais également le piège- des Jdramas : ils sont courts et se prêtent donc très bien aux marathons. Et arrivée à la fin, j'ai été laissée pleine de pensées positives à l'égard de ce « feel-good » drama qui n'avait pas oublié de me frapper en plein dans le cœur de temps en temps. Néanmoins il faut que je le dise quand même : non seulement le drama n'est pas parfait mais il m'a parfois vraiment dérangée. Plus exactement, les actions des personnages m'ont parfois vraiment dérangée. Heureusement le bon éclipsait le mauvais mais, tout de même, afin de s'en débarasser tout de suite, causons du mauvais.

 

En premier lieu, un tout petit regret qui ne pèse quasiment rien : j'ai trouvé l'opening un peu trop niaiseux. Pas tellement les images, mais la musique. Et je pense que cela venait du fait que les paroles étaient en anglais. Je ne sais pas, je crois que si les paroles avaient été en japonais, ce serait mieux passé. Mais ce n'est vraiment pas grand-chose, j'en parle juste parce que je l'ai noté quelque part. Non, les deux vrais soucis que j'ai eu avec ce drama ont été :

 

1/ la résolution un peu trop facile de certaines situations. Je pense notamment à la fin – [spoiler] mariage pour tout le monde, vraiment ? Je sais que le drama voulait un happy-end aussi complet que possible mais la fin était tellement accélérée qu'elle m'a semblée peu naturelle... déjà que le mariage de Misaki n'était pas très bien amené, n'aurait-on pu voir Hazuki simplement réaffirmer ses sentiments pour Hagiwara-san et juste lui laisser entendre qu'elle n'est plus contre l'idée de mariage si bien que cela pourrait arriver un jour ? Parce que là leur relation paraît tellement naissante encore que les voir décider de se marier me hurlait juste « erreur, erreur ». Alors Misaki et Hachi avaient également une relation amoureuse officielle jeune mais à ce stade ils vivaient déjà comme un couple et c'était venu tellement naturellement que le dernier pas, bien qu'il m'ait semblé mal amené, passait mieux... enfin... [/spoiler] – mais également au premier épisode et à toute cette affaire de petit ami qui m'a semblé être expédiée de façon assez rapide et étrange. Et bizarrement, si le drama a plutôt tendance à simplifier ses résolutions, il lui arrive également à plusieurs reprises de compliquer l'intrigue pour rien, de ramener des éléments qui ne servent pas à grand-chose et de le faire maladroitement – [spoiler] je pense notamment à l'ex-femme du sensei dont la réapparition est très mal gérée [/spoiler] -.

 

2/ les manipulations constantes. Et bien entendu Misaki est la grande coupable. Hazuki a également un moment que j'ai trouvé peu glorieux à la fn – [spoiler] toujours ce mariage … qu'elle tire de sa petite sœur ses véritables sentiments c'est une choses mais qu'elle lui organise tout un mariage et la mette devant le fait accompli, honnêtement j'ai trouvé que c'était dépasser les limites [/spoiler] – mais c'est Misaki surtout qui s'adonne au jeu de la manipulation et même si ses intentions sont louables, ses méthodes l'étaient beaucoup moins et j'ai plus d'une fois, dès le premier épisode et jusqu'au dernier, froncé sévèrement les sourcils et secoué la tête de droite à gauche avec un regard plus que désapprobateur. Ca, pour le coup, cela a été un véritable problème pour moi car c'était assez difficile de réellement soutenir le personnage quand les trois quarts de ses actions me paraissaient inacceptables.

 

Et pourtant... pourtant, parce que le drama a beaucoup d'énergie et surtout énormément de cœur, et parce qu'il a un très bon casting, j'ai gardé non seulement une impression très positive de la série mais également de ses deux personnages principaux.

[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター

Hazuki est un personnage que j'ai rapidement apprécié. Employée frustrée par son travail, elle est un peu maladroite en société mais elle n'est pas non plus handicapée socialement, de même qu'être frustrée par son travail et sa vie en général ne l'ont pas rendue tout à fait aigirie. Elle a un petit ami, une meilleure amie avec qui elle peut discuter librement et elle converse aisément avec les gens qu'elle ne connait pas. C'est juste qu'elle a parfois un petit peu de mal à déceler les « indices » sociaux. Par exemple, elle est complètement imperméable aux sentiments pourtant douloureusement évidents d'Hagiwara. Par ailleurs, elle a tendance à garder beaucoup de choses au fond d'elle, elle tait ses frustrations et cela envenime certaines de ses relations -notamment celle qu'elle entretient avec sa mère, un axe du drama qui m'a beaucoup plu, j'ai aimé les voir reconstruire leur relation- jusqu'à ce que finalement, elle n'en puisse plus et que tout éclate au grand jour. Elle a beaucoup de complexes, certains fondés sur des malentendus, et j'ai trouvé qu'il était facile de s'identifier à ce personnage. Elle peut s'avérer frustrante mais aucun de ses défauts ne m'a semblé trop exagéré, je me reconnaissais même dans certains d'entre eux. Et tandis qu'elle s'ouvre petit à petit, elle développe avec les gens des relations vraiment touchantes, notamment avec sa petite sœur. Les deux actrices semblant toutes les deux très naturelles, on n'a aucun mal à croire au lien qu'il y a entre les deux personnages et j'ai vraiment accroché à ces deux sœurs dans tous leurs moments complices, leurs chamailleries, leurs réconcilitations. Leurs moments les plus légers m'ont fait sourire, leurs moments plus tendus m'ont fait mal au cœur, leurs moments plus touchants m'ont vraiment émue -comme lorsque Misaki explique pourquoi elle a toujours eu du mal à accepter les relations amoureuses de sa grande soeur- et elles avaient beau être différentes de caractère, j'avais l'impression d'effectivement voir deux jeunes femmes ayant grandi ensemble, venant de la même famille. Plus que les romances -que j'ai beaucoup appréciées aussi-, leur lien et la reconstruction de leur relation est, comme le titre nous l'avait promis, ce qui portait le drama.

 

Misaki, de son côté, semble bien plus enjouée, bien plus libre que sa grande sœur. Bien plus irresponsable aussi. Mais on apprend très vite que ce n'est que la façade et que Misaki est plus réfléchie qu'il n'y paraît. J'ai eu, comme je le disais, de gros problèmes avec certaines de ses actions mais, au moins, elle avait toujours les meilleures intentions, c'est déjà cela. Et, Ishihara Satomi aidant, je me suis beaucoup attachée à cette jeune femme qui pense aux autres tout le temps et reprend sa vie en main pour donner naissance à son enfant dans les meilleures conditions possibles. Misaki est toujours là pour soutenir les gens qu'elle aime, elle travaille dur, elle essaie de garder un regard optimiste sur la vie et son énergie, ses sourires, m'ont fait fondre. J'aurai toujours cette grosse réserve à l'égard de ses actions mais malgré tout, j'ai aimé le personnage et j'ai beaucoup aimé la voir interagir avec sa sœur mais également avec tout le reste des personnages. La façon dont elle se lie d'amitié avec Hagiwara, par exemple, était très engageante. Elle se comporte avec lui comme une petite sœur gâtée mais également comme une amie lui offrant son soutien, et il est à la fois exaspéré et charmé. Petit à petit il s'installe entre eux une complicité réelle et leurs scènes ensemble étaient toujours un plaisir. Et bien entendu, n'oublions pas Hachi ! Hachi -dont le véritable nom est Eito- est le meilleur ami de Misaki qu'elle croit gay -ce qu'il n'est pas, le drama nous le fait savoir dès le premier épisode : il est raide dingue de son amie et cela ne date pas d'hier-. A travers toutes les épreuves qu'elle traverse, il fait offiice d'ancre. Il y a une scène où Hachi déconne un peu mais je n'ai pas retenu cela contre le personnage parce que le drama traite la scène comme une erreur, une erreur qu'Hachi réalise tout de suite. Donc tout va bien et Hachi était un personnage absolument adorable. Il est pour Misaki la personne avec laquelle la jeune femme peut s'exprimer librement, ils s'offrent un soutien inconditionnel et j'ai aimé sentir toute l'affection qu'il y avait entre eux. Et qui n'est jamais remise en question, même pas par la révélation -pour lui, pas pour nous, nous on était au courant- que le bébé qu'elle porte est celui de son grand-frère, ex-professeur de Misaki et d'Hazuki avec lequel les deux jeunes femmes ont une relation et un passé compliqués.

[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター

Le personnage du professeur n'était pas plaisant, trop amer et trop égoïste pour cela, trop mal géré sur la fin aussi, et j'ai vraiment prié pour que nos deux héroïnes le laissent de côté. Il était le premier amour, d'accord, mais Hazuki et Misaki avaient à leurs côtés de bien meilleurs représentants de la gent masculine quand même -et même sans cela, de toute façon, mieux valait pour elles qu'elles finissent célibataires qu'en couple avec ce personnage- ! La relation Misaki/Hachi avançait de façon tellement naturelle et évidente, je crois bien que je n'avais jamais vu cela dans un drama, et j'avais vraiment peur que l'ex-prof vienne tout faire foirer. Et du côté d'Hazuki, Hagiwara... Hagiwara... était irrésistible en fait. Complètement sous le charme de la jeune femme, Hagiwara était profondément gentil, suffisamment maladroit et transparant pour rendre toutes ses scènes avec Hazuki à la fois très tendres et vraiment drôles -le pauvre, je ne pouvais pas m'empêcher de rire de ses malheurs, il ne pouvait juste pas finir une scène de déclaration ou autre chose du genre sans tomber à l'eau, marcher sur le pied d'Hazuki, voir sa déclaration être commentée par un membre de sa famille, etc-. Ma seule petite objection à ce personnage est que de temps en temps il semblait un peu pressé mais l'affection énorme que j'avais pour lui ainsi que pour toute sa famille -sa famille est tout à fait adorable également- a largement pris le dessus.

 

En fait Dear Sister était plein de personnages que j'aimais, tout simplement. A l'exception de l'ex-professeur -qui n'était pas absolument détestable, juste agaçant- et même si chaque personnage avait à son actif des décisions qui ne me plaisaient pas, j'aimais chacun d'entre eux et c'était agréable de voir autant de gens que j'appréciais s'apprécier les uns les autres. Un peu d'amour dans ce monde de brutes, bordayl ;A; A l'image de ses personnages, Dear Sister a énormément de cœur et un cœur qui a parlé au mien si bien que les défauts, sans disparaître, se sont retrouvés éclipsés. Plein de chaleur et d'optimisme, Dear Sister était exactement ce qu'il me fallait et je suis contente d'être tombée dessus.

[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
[Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター [Disputes et réconciliations] Dear Sister  ディア・シスター
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0