Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Lunch no Joou

ランチの女王

 

 

Diffusé en 2002

 

12 épisodes

 

 

Avec :

 

Takeuchi Yuko >>> Mugita Natsumi

Tsumabuki Satoshi  >>> Nageshima Junzaburo

Eguchi Yousuke >>> Nabeshima Yujiro

Yamashita Tomohisa >>> Nabeshima Koshiro

Wakabayashi Go >>> Nabeshima Kenzo

Tsutsumi Shinichi >>> Nabeshima Kenichiro

Yamada Takayuki >>> Ushijma Minoru

Ito Misaki >>> Shiomi Tomato

Eita >>> Sakai Noboru

 

 

Dontesque ?

 

Contre la promesse d'un bon repas, Natsumi accepte de servir de fausse fiancée à un client régulier de son café. Elle l'accompagne donc dans le restaurant familial mais une fois là-bas les choses se passent mal et son « fiancé » prend la fuite, emportant avec lui les recettes de l'établissement. Ayant eu un coup de cœur pour la cuisine du restaurant et voyant qu'il est menacé de fermeture, Natsumi décide, à la grande surprise de la famille Nageshima et aux protestations de certains, de s'installer chez eux et de travailler au restaurant.

 

 

6/10

 

Bien entendu ce n'est pas en commençant mon projet Eita que j'ai entendu parler pour la première fois de ce drama. Non, voyez-vous il y a Yamapi dans Lunch no Joou et à une époque j'étais une grande fan de Yamapi, du genre sérieusement obsédée. Du coup, forcément, j'avais ce drama en ligne de mire. Mais bien entendu le temps passe, les passions se calment et un jour ma « Yamapi-fever » s'est éteinte. Le drama est alors tombé dans l'oubli et c'est quelques années plus tard, dans une « Takeuchi Yuko »-fever cette fois, qu'il s'est retrouvé sur ma liste à nouveau. Mais finalement c'est ce mois-ci, motivée par Eita, que j'ai fini par réellement regarder Lunch No Joou et mettre fin à sa relation « on/off » avec ma liste de dramas à voir. Alors : comment était-ce ? Eh bien c'était très sympa, chaleureux, je me suis attachée aux personnages mais il y avait aussi des défauts vraiment frustrants dans la gestion des personnages ce qui est fort dommage car c'est ce qui aurait du être le plus soigné si possible...

 

Cela dit, histoire de ne commencer ni par le positif ni par le négatif mais par le tout à fait chelou : ze fuck is up avec l'ending du drama ??? Enfin je sais que la chanson Joy to the World est une chanson populaire et qu'il est normal que les paroles n'aient aucun sens, que c'est fait pour, mais chaque fois que j'entendais ce « Jeremiah was a bullfrog » (« Jeremiah était un crapaud buffle ») et voyais le générique avec cette mante religieuse qui sortait de nulle part, j'avais ce petit moment de « hein ? oO … ah oui, c'est vrai ». En parlant de musique toujours et pour partir dans le positif ce coup-ci, j'ai beaucoup aimé Morihana Shoujo Hayashi, la chanson d'Inoue Yosui, utilisée comme insert-song. C'est une très belle chanson paisible avec une petite pointe de tristesse et elle donnait généralement aux scènes qu'elle illustrait une ambiance particulière, un peu plus magique que le reste. Oui sauf que -parce qu'il y a un sauf que- la chanson était utilisée de façon beaucoup trop méchanique. Il y avait toujours le moment obligé dans chaque épisode où la chanson revenait sur une scène un peu calme et parfois elle soulignait des scènes qui, honnêtement, ne le « méritaient » pas spécialement. Du coup, au bout d'un moment, si j'appréciais toujours d'entendre la chanson en soi, elle était devenu l'équivalent sonore de Yankumi balançant ses lunettes. C'est difficile de trouver quelque chose magique quand cette chose est utilisée de façon aussi méchanique. C'est le même souci que j'ai eu avec les séquences de ralentis dans River's Edge : une fois c'est très bien, même plusieurs fois, mais quand on commence à sentir que la séquence est là parce qu'elle est dans le cahier des charges et pas parce que le réalisateur sentait qu'il fallait tourner la scène de cette façon, forcément, ça marche moins bien. Enfin bref, Morihana Shoujo Hayashi est quand même une très jolie chanson et cela fait une addition sympa à mon Ipod.

 

Et puisque nous avons commencé à tendre sur le négatif, autant continuer : qu'est-ce qui ne tourne pas rond dans Lunch no Joou ? En premier lieu, le problème n'est pas venu, à ma grande surprise, d'une glorification constante de l'occupation des personnages. Au vu du synopsis et du premier épisode dans lequel l'héroïne, Natsumi, fait clairement preuve d'un enthousiasme disproportionné pour la nourriture -ses expressions sont très exagérées sans parler de la façon dont elle décide de participer à l'arnaque du grand-frère pour une omurice gratuite-, j'avais un peu peur de tomber sur quelque chose à la Sushi Ouji -que j'aime bien mais qu'il faut prendre avec un second degré très solide- où la nourriture est tellement divine qu'elle en provoque des rayons lumineux à l'intérieur des gens, voire des morceaux de rap improvisés. Sans aller jusqu'au niveau Sushi Ouji de la glorification, c'est vrai que la tendance jdramatesque à en faire des tonnes, si elle est touchante dans un sens, peut parfois s'avérer lassante. Heureusement, point de cela dans Lunch no Joou. Bon, il y a bien quelques scènes où j'avais envie de dire à Natsumi « dude » -parce que j'appelle tout le monde « dude », c'est mon côté surfeur- « calme-toi, ce n'est qu'une omurice ! » mais c'était ponctuel. Par contre, si la nourriture ne nous est pas présentée comme envoyée par le ciel, elle est filmée de façon fortement flatteuse et bordayl, cela donne faim. Je me suis retrouvée à retenter de faire des omurices à la maison à cause de ce drama -mais force m'est de constater que mes omurices sont bonnes mais pas aussi bien présentées que celles du drama-. Bref, le souci du drama n'est pas dans une glorification éventuelle, non, il est dans l'écriture des personnages.

[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王

De manière globale, les personnages sont attachants mais, parfois, des détails déconnent, un peu comme un point rouge sur le mur totalement blanc de votre salon. Si vous regardez le mur dans son ensemble, tout va bien mais quand vos yeux se posent sur le point rouge, subitement, cela « détruit » tout le mur. Alors quand vous cessez d'y penser, le mur redevient blanc mais le point rouge se rappelle à votre souvenir de temps en temps. Et oui j'utilise des images pourries mais c'est parce que les défauts des personnages, pour la plupart, sont des spoilers donc j'essaie de faire passer l'idée. Tout de même, j'ai deux exemples plus particuliers qui ne spoilent pas : l'idée de la séduction de Koshiro et la jalousie de Tomato. Lorsque Natsumi intègre le restaurant, Tomato qui est amoureuse de Jun -le personnage de Tsumabuki Satoshi- depuis longtemps, laisse délibérément Natsumi faire une grosse erreur pour que la jeune femme soit renvoyée et ce faisant, déjà que ce n'était vraiment pas glorieux, met tout le restaurant dans le pétrin. Et ce n'est pas la pire manifestation de sa jalousie mais c'est déjà gênant et le drama s'attend à ce qu'on apprécie le personnage mais autant j'arrivais à la trouver parfois touchante, souvent drôle, autant dans un coin de mon esprit j'avais ce « point rouge ». Quant à Koshiro, le premier point rouge a été son « pour séduire une femme, ce n'est pas difficile, il faut l'embrasser de force et elle t'appartient ». Voui voui. Et encore une fois, ce n'est pas ce qui m'a le plus dérangée mais ce qui m'a le plus dérangée arrive vers la fin. Tâchons d'expliquer.

 

Vers la fin du drama arrive un personnage particulèrement mal introduit qui fout pas mal de choses en l'air. Déjà, de base, à la fin du drama le temps semblait drôlement long. En grande partie parce que le triangle amoureux -que j'ai jugé inutile personnellement... une romance simple suffisait amplement, le béguin de Koshiro pouvait servir de trame vaguement comique et il n'y avait pas besoin d'en faire plus car non seulement faire tomber quasiment tous les habitants de la maison amoureux de Natsumi semblait exagéré, mais en plus cela alourdissait pas mal l'intrigue- battait plein pot mais également parce que le drama nous sortait Shuuji, un personnage de l'entourage de Natsumi, du chapeau. Et il y avait de bonnes choses à propos de Shuuji : l'acteur n'était pas mauvais, certaines scènes auraient pu être drôlement émouvantes, il y avait un certain parfum de mélancolie trainant autour de ce personnage... mais il a eu droit à une introduction atroce qui l'a complètement coulé à mes yeux – [spoiler] oui, je suis désolée mais frapper quelqu'un, détruire à moitié son lieu de travail et agresse ses amis = not okay [/spoiler]-. Et ce qui m'a tuée c'est la façon dont les autres personnages réagissaient à cette introduction – [spoiler] en passant sur le fait qu'ils n'appellent pas la police parce que... parce que... je ne sais pas... mais en passant là-dessus, la façon dont après cela ils ne se disent pas « Oh Natsumi était battue par son petit ami et est une victime de violence » mais se demandent « tss, décidément, avec quel genre de personnes trainait-elle ? » ou encore pensent aux répercussions sur la réputation du restaurant alors que se fait agresser une jeune femme dont ils disent être la famille... urgh [/spoiler] – Alors oui, bien entendu, ils se reprennent -et dans le tas Jun est le seul à ne pas trop déconner- et non cela n'a pas détruit complètement mon appréciation des personnages – d'autant que cet 'épisode' est présenté de façon assez anecdotique- mais encore une fois, dans un coin de mon esprit : le point rouge. Et au passage Shuuji est également le déclencheur d'une double noble idiotie assez balèze et concentrée dans un épisode de manière quasiment ridicule.

 

Voilà, ce sont les soucis que j'ai eus avec le drama. Et ils m'ont fait de la peine parce que la série n'est pas vraiment un « food drama » ou un « occupation drama », mais plutôt une romance dans un family drama. Tous les dramas, bien entendu, reposent en grande partie sur leurs personnages mais quand on écrit de la romance ou du family drama, c'est plus crucial encore, d'où ma déception. Comme je le disais, néanmoins, j'ai globalement apprécié les personnages et Junzaburo a clairement été mon favori du tas. Le fait qu'il soit interprété par Tsumabuki Satoshi -qui est un très bon acteur pour lequel j'ai, en plus, énormément de sympathie- en est en partie la raison mais Jun est également un des personnages les plus droits du drama, c'est celui qui déconne le moins et il est motivé par l'amour qu'il porte à son restaurant, à son occupation et à Natsumi. Toujours là pour la soutenir, il mériterait sa photo dans le dictionnaire à côté de la définition d' « adorable » et donc j'ai craqué.

[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王

Par ailleurs, au passage, c'est via Jun qu'arrive l'Eita. A l'instar d'Azumi et Aoi Haru, Eita, toujours dans ses premiers rôles, a un personnage très secondaire. Il joue un ami de Jun et on le voit plusieurs fois, il est plutôt agréable comme personnage, mais certainement pas marquant à moins d'être fan d'Eita à la base. Revenons aux personnages principaux~ Dans la famille Nabeshima, donc, Jun a de loin été mon favori. Koshiro -Yamapi donc- était plutôt sympathique à suivre -le jeu de Yamapi était plutôt moyen par contre, désolée Pi- et j'ai également aimé son copain Minoru -Yamada Takayuki... oui le casting de ce drama est plutôt sympa en fait!-, employé du restaurant et résident de la maison familiale. Ces deux-là touchaient vaguement à la bromance et vous savez que je ne refuse jamais une bromance, d'autant qu'en l'occurence elle était plutôt légère et enjouée. Le plus grand frère -celui qui « engage » Natsumi- est à peine présent et franchement, j'espérais pratiquement qu'il ne revienne pas. Je savais bien qu'il fallait qu'il revienne à un moment donné, au moins momentanément, mais je m'en passais bien, je ne l'ai pas trouvé attachant ni touchant, la plupart du temps je lui étais indifférente avec une légère touche de mépris. Ce qui nous laisse Yujiro. Comme je vous le disais, tout le monde tombe plus ou moins amoureux de Natsumi mais Jun et Yujiro sont les deux véritables prétendants, les deux messieurs qui ont véritablement une chance de gagner le cœur de Natsumi. Et si Jun tombe instantanément sous le charme, Yujiro -Eguchi Yousuke- et Natsumi ont une relation plus conflictuelle à la base. Il n'a pas confiance en elle, il ne comprend pas pourquoi elle veut absolument sauver le restaurant -à sa décharge, moi non plus je ne comprenais pas exactement et trouvais cela bizarre au début.... à la fin j'étais habituée- mais petit à petit, bien entendu, il s'attache à elle et trouve à travers elle une nouvelle appréciation pour son travail. « Points rouges » mis de côté, Yujiro était un personnage interprété de façon charismatique et dont le cœur chaleureux caché sous un extérieur bourru m'a bien plu. Les frères de la maison étaient différents les uns des autres mais attachants chacun à leur manière et c'était agréable de passer un drama en leur compagnie. J'ai ri avec eux et aussi pleuré un peu -il y a quelques coups durs dans cette affaire quand même-.

 

Bien entendu le personnage central reste Natsumi. Takeuchi Yuko est une actrice que j'aime beaucoup et bien qu'au début du drama, comme je le disais, les expressions et réactions de son personnages semblent forcées, il y a quelque chose chez Takeuchi Yuko qui fait que cela passe. Cette actrice a un charme un peu doux dans la plupart de ses rôles qui fait qu'elle gagne généralement mon cœur très facilement. Natsumi, par ailleurs, est un personnage qui, si elle a tendance à déconner de temps en temps -foutue noble idiotie... sans oublier la façon étrange dont elle rentre dans la vie de la famille Nabeshima-, a du cœur à en revendre et travaille dur. Je pense qu'il y avait moyen de mieux gérer sa backstory mais le fait est que j'ai apprécié de passer du temps à la suivre. C'était agréable.

 

Et en général le drama était agréable. Pas excellent, pas bouleversant et parfois un peu maladroit mais agréable. C'est l'occasion de regarder de bons acteurs jouer des personnages attachants, de se donner faim et de se laisser attendrir. Les problèmes sont bien là et je ne pousserais personne à regarder absolument la série mais cétait une expérience plaisante.

[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
[Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王 [Par le pouvoir de l'Omurice!] Lunch no Joou  ランチの女王
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0