Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Medaka

めだか

 

 

Diffusé en 2004

 

11 épisodes

 

 

Avec :

 

Mimura >>> Meguro Takako

Harada Taizo >>> Shiina Ryousuke

Eita >>> Sakuragi Taku

Sudo Risa >>> Kawahara Yukiko

Yamamoto Taro Yabe Hiroki

Kinouchi Akiko >>> Kawashima Taei

Hiraoka Yuta >>> Takasugi Junpei

Kuroki Meisa >>> Yoshizumi Asuka

Izumiya Shigeru Kariya Rokuro

Yamazaki Shigenori >>> Oyamada Osamu

Ichige Yoshie >>> Meguro Mizue

Kohinata Fumiyo >>> Taneda Naofumi

Asano Yuko >>> Kunimi Shouko

Hayashi Ryuzo >>> Morimura Seiji

Kato Koki >>> Takei Kou

Asahina Eri >>> Yamamoto Eri

Endo Yuya >>> Nemoto Yuuya

 

 

Dontesque ?

 

Medaka, Meguro Takako de son véritable nom, est une jeune femme qui n'a jamais pris grand-chose suffisamment au sérieux dans la vie et n'a pas pour habitude de persévérer. Elle finit par se retrouver professeure dans une école mais avec une particularité : elle enseigne le soir à des élèves sortis du système scolaire pour différentes raisons puis ré-intégrés des mois, des années voire des dizaines d'années plus tard.

 

 

 

7,5/10

 

Clairement si le projet Eita n'avait pas exité, Medaka n'est pas un drama que j'aurais lancé et je dois dire que j'ai un peu rechigné à commencer l'épisode 1 parce que bon les school-dramas qui causent de professeurs exceptionnels qui viennent sauver leurs élèves et le système scolaire via le pouvoir de leur super-implication et du feel-age de breeze alors que personne ne croyait en eux au début... j'en ai un peu trop avalés et maintenant j'ai tendance à être lassée, d'autant que ces dramas sont généralement écrits de façon hypra formulaïque et ressassent les mêmes thématiques. Mais Eita. Donc j'ai lancé le drama et finalement, c'était pas mal du tout, j'ai passé un très bon moment devant cette série !!! Le casting était très bon, je me suis attachée à tous les personnages, ce n'était pas aussi répétitif que je l'avais craint, il y avait plusieurs fils rouges -notamment deux intrigues romantiques qui, je vous l'avoue, m'ont embarquée-, les épisodes n'avaient pas vraiment de schéma gravé dans le marque et le personnage principal était autorisé par le scénariste à se planter une fois de temps en temps. Plusieurs choses ont fait que j'ai vraiment apprécié Medaka. En fait.

 

Et la première de ces choses, tout simplement, c'est Medaka elle-même, la demoiselle qui devient prof au début du drama et qui lui donne son nom. J'ai beaucoup aimé ce personnage. En premier lieu, j'ai ressenti une sympathie instantannée pour l'actrice. Je ne connais pas très bien l'actrice, Mimura -je l'ai vue et aimée dans Zeni Geba ainsi que dans le début de Ima ai ni Yukimasu mais c'est à peu près tout- mais dans ce drama, je l'ai trouvée absolument adorable, j'avais envie de la serrer dans mes bras tout le temps. Honnêtement je pense qu'elle agacera certaines personnes mais ses sourires me faisaient complètement fondre, j'ai développé une sorte de crush sur cette actrice interprétant ce personnage. Par ailleurs, ce que j'ai apprécié est que Medaka ne part pas du tout avec la vocation d'enseigner. Absolument pas. Elle n'a pas de grandes idées, ça lui vient petit à petit tandis qu'elle se rend compte qu'elle est capable de faire bien son travail et prend confiance en elle. Mais le fait qu'elle ne soit pas tout de suite miss Super Prof signifie que le drama nous épargne pas mal de grands discours pompeux et également que Medaka fait pas mal de faux pas le long du chemin. Sa naïveté et son envie de bien faire lui font parfois commettre des erreurs parce qu'elle est inexpérimentée. Par exemple, à un moment donné, forte de l'affection de ses élèves et du sentiment d'être devenue un prof de drama/manga super impliqué et capable d'atteindre ses élèves comme personne, elle va lancer des phrases inspirationnelles toutes faites à un élève qui souffre de dépression et, conclusion, il cesse de venir en cours. Oui, bien entendu, il revient, mais ce n'est pas elle qui le fait revenir et il faut qu'elle s'excuse de ses propos. Cela n'a l'air de rien mais ça nuance pas mal le personnage en fait et ça rend son évolution plus satisfaisante. Elle grandit en même temps que ses élèves, et il y a quelques coups durs sur le chemin. Maintenant, entendons-nous bien quand même, Medaka reste un school drama plutôt léger ! Mais il y a une évolution du personnage et quelques petites nuances, aussi discrètes soient-elles, qui rendent l'expérience moins redondante que d'autres.

[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか

Par ailleurs, du côté des élèves, il y a également une touche d'originalité dans la nature de la classe. En effet Medaka donne des cours du soir à une classe de gens qui se sont  ré-inscrits à l'école après avoir quitté le système scolaire, certains pendant des années. Ce qui signifie qu'elle a pour élèves des jeunes gens de vingt ans ou moins mais également des adultes, des pères de famille, une mère célibataire, etc. Elle peut aller boire une bière avec ses élèves, créer des relations différentes avec chacun d'entre eux. Cette diversité permet de varier les visages, les contextes et bien entendu les problèmes. L'un va avoir du mal à réconcilier son boulot avec ses horaires de cours, l'autre va ressentir la honte d'être à l'école à son âge et ne pas oser se présenter au fiancé de sa fille, … on retrouve quelques thèmes habituels des schools-dramas -par exemple un élève un peu turbulent et à la mauvaise réputation sera accusé à tort d'un crime qu'il n'a pas commis, une élève a des tendances mythomane, etc- mais ils ne sont pas abordés tout à fait de la même façon parce que les personnages qui y réagissent sont dans un contexte différent.

 

Parmi ces élèves, bien entendu, certains ont attiré mon œil plus que d'autres et le premier d'entre eux c'est Taneda parce qu'il est interprété par Kohinata Fumiyo et que cet homme me brise le cœur chaque fois qu'il joue un rôle un peu triste. En l'occurence il joue un salaryman qui a du mal à s'en sortir dans la vie professionnelle et est méprisé par sa femme et son fils. L'épisode qui lui est consacré a été très difficile pour moi parce que cet homme est la douceur incarnée et que je ne supporte juste pas de le voir forcer un sourire lorsque sa femme l'acueille à la maison en lui disant qu'il est pathétique. Ensuite, j'ai eu le plaisir de retrouver Kuroki Meisa -qui n'est pas une grande actrice mais que j'apprécie et qui est toujours un apport esthétique de poids- et Hiraoka Yuta -dans le rôle de l'adolescent déprimé... et c'est un personnage dont on pourrait penser qu'on l'a déjà vu dans plein de drama mais s'il s'apparente un peu aux personnages très renfermés que l'on voit dans plusieurs school-dramas, la façon dont le drama en parlait le rendait intéressant-. J'ai également eu un coup de cœur pour Oyamada -le jeune homme que tout le monde taxe de délinquant mais qui, s'il s'emporte vite, travaille très dur et a un cœur immense- et Yuto -la mère célibataire qui jongle entre son fils, ses cours du soirs et son boulot en cabaret- et leur relation, l'un des fils rouges romantiques de notre drama. J'étais à fond derrière ces deux-là. Mais bon, évidemment, la grande star de la classe, c'était Sakuragi, c'est-à-dire Eita. Qui pour une fois a un véritable rôle principal, cela nous change un peu -non parce que puisque je prends les projets d'Eita plus ou moins dans l'ordre chronologiques, j'ai surtout parlé de lui dans de petits rôles-. En l'occurence, Sakuragi est un ancien camarade de classes de Medaka qui se retrouve subitement son élève. On pourrait penser que cela créerait une gêne mais en vérité c'est surtout Medaka que cela met mal à l'aise parce que Sakuragi, lui, n'a pas spécialement l'air complexé. Sakuragi, passé un certain événement au début du drama qui ne m'a pas trop plu, est un personnage décent et franchement agréable, aidé par le capital sympathie d'Eita, évidemment. Il se retrouve embarqué dans notre second fil rouge romantique du drama : le triangle amoureux entre Medaka, lui-même et Shiina-sensei, le collègue de Medaka. Et c'était dur de choisir entre ces deux messieurs je dois dire.

[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか

Le triangle amoureux n'est pas au centre du drama du tout mais il est tout de même là et il est écrit petit à petit, dans chaque épisode. Comme il n'est pas sensé être le cœur du drama cela dit, il n'est pas écrit pour être « supra sensationnel de la mort qui tue ». On ne nous la joue donc pas jalousie qui dévore, emo-time et coups bas. Sakuragi est un jeune homme très agréable avec un rêve qu'on a envie de soutenir ainsi qu'une alchimie avec Medaka qui fonctionne, de même que Shiina-sensei se fait de plus en plus sympathique -il n'est pas antipathique du tout au début, on le voit simplement s'enthousiasmer au fil du drama et se rapprocher de Medaka si bien qu'il est de plus en plus appréciable-. Quel que soit le résultat final, j'étais pour et cette petite affaire m'a fait sourire plus d'une fois, c'était un ajout réussi car suffisamment présent pour divertir et suffisamment en retrait pour ne pas court-circuiter l'histoire.

 

J'en profite pour dire que le corps enseignant était satisfaisant également. Le drama ne nous balance pas les stéréotypes habituels, pas de figure autoritaire trop caricaturale pour être humaine et simplement présente pour s'opposer à notre héroîne. Sa supérieure s'oppose en effet à ses méthodes -de moins en moins tandis que les épisodes passent bien entendu- mais c'est parce que les méthodes de Medaka sont celles d'une débutante et sa supérieure a des remarques sensées : si Medaka décide de s'impliquer à fond dans la vie d'une élève, est-elle prête à en accepter les conséquences ? A ne pas le faire à moitié ? A réserver le même traitement aux autres élèves ? Et autres préoccupations absolument pas superflues -lors de l'affaire de la dépression notamment, Medaka aurait du prendre le temps de consulter sa supérieure qui aurait soulevé les problèmes avec son attitude-.

 

Medaka n'est pas un GRAND drama, il est surtout une petite série légère et sympathique que j'ai pris plaisir à suivre lentement... mais cela me convient. Chaque épisode ne me donnait pas le besoin absolu de lancer la suite, là, tout de suite, dans la seconde, mais j'avais envie de voir évoluer ces personnages, profs et élèves. Selon qui était au cœur des épiodes, ils étaient plus ou moins intéressants mais les intrigues secondaires suivaient suffisamment leur cours dans le fond pour qu'aucun épisode ne m'ennuie. Je me suis attachée à cette classe, j'étais contente de les voir se rapprocher, j'aimais le casting et l'opening un peu daté -c'est important-. Bref, je ne suis pas fâchée finalement d'être passée par la case Medaka, merci Eita !

[Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
[Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか [Cours du soir] Medaka  めだか
Tag(s) : #Dramas - séries et animes, #Kohinata Fumiyo

Partager cet article

Repost 0