Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Kimi Wa Petto

きみはペット

 

 

 

Diffusé en 2003

 

10 épisodes

 

D'après le manga d'Ogawa Yayoi

 

 

 

Avec:

 

Koyuki >>> Iwaya Sumire

Matsumoto Jun >>> Goda Takeshi/Momo

Tanabe Seiichi>>>Hasumi

Sakai Wakana>>>Shiori

Suzuki Sarina>>>Yuri

Eita >>>Horibe Junpei

 

 

Dontesque ?

 

Iwaya Sumire est une femme à carrière, travaillant dans un journal. Ambitieuse, perfectionniste, et issue d’une bonne université, elle apparaît aux yeux des autres comme froide et hautaine. Elle suscite la jalousie ou intimide. Son petit ami la quitte, Sumire se retrouve rétrogradée suite à une altercation avec un supérieur et une migraine effroyable ne cesse de la faire souffrir de plus en plus jour après jour. Et puis un soir elle découvre devant chez elle un grand carton dans lequel est caché un jeune homme blessé. D’abord elle ne sait pas quoi faire, hésite à appeler la police puis, pour finir, l’emmène chez elle, le soigne et l’héberge pour la nuit. Lorsqu’elle revient le lendemain soir, elle s’attend à le voir parti mais au lieu de cela, il l’a attendue. Elle essaie de le mettre à la porte mais rien à faire, il semble qu’il ait l’intention de s’installer chez elle. Elle lui propose alors un marché : il peut rester à condition de devenir son animal de compagnie. A sa grande surprise, le jeune homme accepte. Commence alors une drôle de cohabitation et peu à peu, le mal-être de Sumire semble disparaître…

 

 

~oOo~

Mmmh, mais quel est ce drama absolument inconnu dont jamais vous n'avez entendu parler et surtout pas sur ce blog ? Okay, okay, j'ai déjà beaucoup parlé de Kimi Wa Petto. Pas forcément dans plein d'articles lui étant consacrés, plutôt ici et là dans des articles sur d'autres sujets, notamment dans toutes les interviews contenant la question « Comment es-tu tombée dans les dramas ? » ou bien dans cet article-là, etc. En particulier vous pouvez entendre tout ce que je pense de Kimi Wa Petto dans |ce podcast| enregistré avec l'adorable et -cela ne se voit pas via le podcast, forcément, mais croyez-moi sur parole- très jolie Aerin. Dans ce podcast vous entendrez également parler du -très nettement inférieur- film Coréen -qui se plante en tant que tout : adaptation, comédie romantique et film tout court- ainsi que du clip Good Boy de Bae Ji Young. Bref, dans cet article, finalement, je vais pas mal redire ce que j'ai dit dans le podcast parce que mon opinion n'a pas beaucoup changé. Du coup, me direz-vous, à quoi bon taper cet article ? Eh bien, déjà, je me disais qu'avoir une trace écrite ne ferait pas de mal -le vieil article commence à dater, c'était mon second article de blog... il est tout naïf, c'est adorable :') - et ensuite Kimi Wa Petto fait partie de l'Eita-project donc il faut bien que j'inclue des screencaps d'Eita ! Forcément. Alors causons de mon tout premier drama, Kimi Wa Petto.

 

Pour résumer l'histoire -que vous commencez à connaître- : l'histoire du manga m'intéressait mais je trouvais les dessins laids => j'ai cherché un anime, je suis tombée sur le drama => Matsujun => bishos & dramas forever \O/ Et plus tard j'ai acheté le manga, les dessins ne sont pas laids du tout et j'adore cette série. Mais revenons au drama. Puisque Kimi Wa Petto a été ma grande entrée dans le monde des dramas, des Johnny's et des bishos en général, forcément, j'y suis énormément attachée. Sans que ce soit le plus grand drama au monde, je ne peux pas ne pas l'aimer. Cela dit, même moi, je ne peux qu'en reconnaître les défauts dont, notamment, une certaine tendance à la répétition. A la fin du drama, cela dit, au moins, vous aurez appris deux mots de japonais : « okaeri » et « tadaima ». Ah, ça, vous les connaitrez ceux-là oui. Limite vous y aurez développé une sorte d'allergie même -un peu comme à l'ending qui est sympa mais qui au bout d'un moment vous réduit le cerveau en bouillie.... chers V6 :')-. D'un autre côté ces deux mots -avec tous les dérivés de « kaerou » qui seront également beaucoup utilisés- sont représentatifs de ce que je préfère de ce drama -okay, choupisme de Matsujun excepté- : son thème. Pour ceux qui n'ont pas vu Kimi wa petto, rapide leçon de japonais -rapide et approximative, je n'ai pas étudié la langue donc corrigez-moi si vous oui et si je me trompe- :

 

« Tadaima » est une phrase à sortir quand on rentre chez soi et qui veut dire en gros « je suis de retour à la maison ».

« Okaeri » -ou « Okaerinasai » en plus poli- est une phrase que l'on adresse à la personne qui rentre pour dire « bienvenu chez toi ».

« Kaerou » -ou « Kaerimashou » en plus poli- est une forme du verbe « Kaeru » -rentrer- qui indique une proposition. Donc « Rentrons à la maison » en gros. Ou « Et si on rentrait à la maison ? » si on dit « Kaerou ka ? » -encore une fois : je ne suis pas prof ou même élève en japonais donc corrigez-moi si je me plante-.

[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット

Tout le drama tourne autour de cette idée de maison, de foyer. Bien que Kimi Wa Petto appartienne au genre de la rom-com, la relation qu'il installe entre ses deux protagonistes est une relation atypique qui, comme le personnage féminin le souligne elle-même, ne rentre pas vraiment dans le cadre d'une romance ordinaire. Non, ce drama, est avant tout l'histoire de deux personnes qui abandonnent tous les masques qu'ils doivent porter dans le monde extérieur, reviennent à qui ils sont réellement et fondent un foyer dans lequel ils se sentent chez eux. C'est d'ailleurs la véritable signification des noms qu'ils se donnent, du moins à mes yeux. Car il n'y a pas vraiment que Momo qui obtient un nouveau nom -nom dont il n'aime pas du tout être privé par Sumire : lorsqu'elle l'appelle Takeshi, il se met quasiment à pleurer car dans leur maison, il est Momo, il ne veut pas être la personne qu'il est en dehors, il veut qu'elle l'appelle par le nom qui lui a permis de se libérer de toutes les contraintes de l'extérieur- : Sumire également est appelée « Sumire-chan » par son nouvel « animal de compagnie ». Or il est le seul à l'appeler comme cela -et au début elle n'approuve pas d'ailleurs … -. Le « chan » vient apporter à Sumire qui, aux yeux du monde, semble plutôt froide et hautaine, quelque chose d'un peu mignon, chaleureux et fragile que seul Momo a le droit de voir -et repère tout de suite-. Dehors ils sont Iwaya Sumire et Takeshi, dedans ils sont Sumire-chan et Momo. Et pour les gens qui se posent des questions sur l'idée de base, sur le « est-elle rabaissante/malsaine ? » : personnellement je dirais que non. Bien entendu, prise au premier degré si, mais il est clair que le drama ne se base pas sur quelque chose de réaliste -ou alors vous habitez dans un endroit bizarre... et je veux votre adresse, moi aussi je veux habiter sur le boulevard où les gens laissent des bishos dans des cartons !- et, à mon sens, il utilise son synopsis de base pour créer une relation libre des attentes d'une relation humaine pour permettre à ses personnages une certaine liberté dans les interactions. Je trouve honnêtement cela moins dérangeant que des postulats de base plus réalistes qui donnent lieu à des relations dysfonctionnelles quasi malsaines, chose bien plus courante à Dramaland. Bien entendu, bien que ce ne soit pas mon cas, certaines personnes pourront avoir des réserves pendant le drama -c'était le cas d'Aerin par exemple- et je ne discrédite pas leur sentiment le moins du monde, je tiens simplement à dire que je trouverais dommage de se laisser rebuter d'entrée de jeu. Mais, au final, c'est à la sensibilité et aux intérêt de chacun.

 

Pour revenir donc à mon idée, j'ai un gros faible pour les dramas qui parlent de la construction d'un foyer, c'est juste un sujet qui me touche particulièrement et c'est pour cela que voir les personnages évoluer petit à petit pour mieux se comprendre, se sentir de plus en plus à l'aise l'un avec l'autre jusqu'à réaliser qu'ils veulent vivre de cette façon pour toujours, ça me parle vraiment. Malgré les répétitions, malgré l'ambiance parfois légèrement trop sucrée, malgré les manques par rapport au manga -qui ne dérangeront pas ceux qui ne l'ont pas lu mais du coup j'ai lu le manga maintenant et il est, forcément, bien plus développé... -. Et malgré les personnages qui craignent.

[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット

Car forcément, le drama ne s'arrête pas à Momo et Sumire. En ce qui me concerne il aurait pu mais en l'occurence... et puis non, il n'aurait pas pu parce qu'il fallait bien donner un rôle à Eita ! Pas qu'il en ait un grand notez bien : il joue juste un copain de Momo. Il est à l'écran dans quasiment tous les épisodes et son personnage est sympathique mais ce n'est clairement pas lui qui fait le drama. Malgré tout, voir Eita est toujours agréable et c'est grâce à lui que vous avez cet article -qui a changé votre vie- donc prosternez-vous à ses oreilles. Et maintenant que vous vous êtes prosternez, causons d'Hasumi. Car Hasumi -interprété par Tanabe Seiichi.... c'est ce drama qui a lancé la lignée de dramas où j'ai vu cet acteur jouer des rôles peu sympathiques qui maintenant m'ont laissée avec une sorte d'aversion injustifiée pour l'acteur, le dernier en date étant Dear Sister, un drama que je vous conseille néanmoins- est un personnage important ! Et pour parler de lui, il faut reparler un peu de Momo et Sumire. Sumire est une jeune femme très accomplie d'un point de vue éducatif et professionnel, elle a juste du mal côté relationnel. Et cela vient de plusieurs choses : une timidité certaine, une maladresse en société et le regard des autres qui voient en cette femme accomplie une menace pour les autres femmes et un complexe pour les hommes qui aimeraient s'y sentir supérieurs. Ecrasée par le regard des autres et peu assurée à la base, Sumire s'est donc pas mal renfermée sur elle-même. Son dernier petit ami l'ayant quitté parce qu'elle l'impressionait trop, elle cherche un homme qui soit plus grand elle, plus éduqué qu'elle et mieux payé qu'elle, afin d'éviter ce genre de complexe. Momo est tout le contraire de cela : il est plus petit, plus jeune, moins éduqué, à la rue. Et Hasumi, un ancien amour de Sumire en plus de cela, vient s'offrir en point de comparaison. Sauf que voilà, Sumire il ne lui faut pas un homme qui soit plus « avancé » qu'elle mais juste un mec qui, même sans l'être, ne laisse pas ce genre de complexe pourrir leur relation et surtout un homme qui ne lui reprocherait pas ses succès -donc Momo en gros-. Et Hasumi a beau être plus grand, mieux éduqué, mieux payé et tout le bordel, elle n'est pas du tout à l'aise avec, est incapable de lui montrer qui elle est réellement et forcément pour une relation, ce n'est pas bon.

 

Oh et vous savez ce qui n'est pas bon aussi ? Etre un connard. Or Hasumi est un connard. On parle tentative de viol les gens. Aerin comme moi observions que nous ne nous en étions pas rendues compte à la première vision du drama -parce qu'il n'appuie pas trop dessus- mais qu'en fait, Hasumi essaie en effet de forcer Sumire à coucher avec lui par la force. Super. Et le pire c'est qu'après cela c'est oublié, personne n'en reparle. Momo aussi, à un moment donné, force un baiser sur Sumire mais, grosse différence : Sumire le baffe, l'expulse en gros de chez elle, et lorsqu'à la fin il veut l'embrasser à nouveau, il lui demande verbalement la permission d'abord. Non mais oh, bordayl. Et le supérieur qui donnait dans le harcèlement sexuel au début du drama également s'est fait casser le nez. Mais Hasumi, non. Hasumi c'est le petit copain donc lui il y a *droit* vous comprenez -ce n'est pas dit comme cela bien entendu, la question n'est juste pas soulevée, le drama ne réalisant probablement pas l'ampleur du problème-. Tss. Je vous avoue que j'en veux au drama à ce niveau-là, et vous voyez je vous parlais de relations plus « normales » qui craignent en fait carrément plus : Hasumi et Sumire en sont le parfait exemple. Et j'aimerais vous dire que c'était pensé pour mais je ne pense pas. Ils sont effectivement censés être la relation qui ne marche pas mais Hasumi, jusqu'au bout, est présenté comme une sorte d'homme parfait et j'en veux au drama pour cela, ça fait partie des défauts avec l'overdose d'okaeri et le « darling darling iin ja nai » qui te fait sortir le cerveau par les oreilles en formule milkshake.

 

A côté de cela nous avons bien un personnage secondaire féminin qui n'est pas très sympathique mais elle est aussi parfaitement oubliable de même que la plupart des personnages secondaires à l'exception du psychologue qui suit Sumire et que j'ai surtout retenu parce qu'il est bizarre. Pas antipathique, pas de mauvais conseil non plus, juste un peu bizarre. Bon, il n'est pas que cela tout de même : il sert également à véhiculer un autre message du drama. Entre lui, Momo qui veut poursuivre sa carrière dans la danse contemporaine au lieu de la danse classique comme le souhaiterait sa mère et même le monsieur et son étrange obsession pour les peignes -sans oublier la fin qui met les choses en noir sur blanc-, il y a l'idée que les êtres humains doivent aspirer avant tout à être heureux. Evidemment dans la limite où l'on ne fait de mal à personne mais en gros, si quelque chose vous rend heureux, même si cela vous rend étrange ou en dehors de la norme aux yeux des autres, si vous êtes confortable avec vous-mêmes et si vous vous sentez bien alors c'est que ce qui vous rend heureux vaut le coup d'être protégé *insert bisounours hug ici*

 

Bref. Plein de messages positifs, quelques messages moins positifs mais vraiment, le cœur du drama sont les personnages de Sumire et Momo, tous deux bien interprétés par une Koyuki que, pour une fois, j'aime vraiment bien -elle rend très bien la fragilité, la fatigue, la façade très forte et la touche de folie de Sumire- et un Matsumoto Jun adorable que j'inviterais à faire des pirouettes dans mon salon si je le pouvais. Il y a une véritable intimité qui s'installe entre ces deux-là au fil du drama et bien que Kimi Wa Petto soit plein de défauts, le duo central fait que je suis bien contente d'être tombée sur ce drama en premier et que je le revois chaque fois avec plaisir.

[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット[Rentrons à la maison Momo] Kimi Wa Petto  きみはペット
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0