Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Sorti en 2012

 

Réalisé par Tarsem Singh

 

 

Avec :

 

Lily Collins >>> Blanche Neige

Julia Roberts >>> La méchante reine

Armie Hammer >>> Le prince Andrew Alcott

Nathan Lane >>> Brighton

etc

 

 

 

Dontesque ?

 

Ayant perdue sa mère à la naissance, la petite Blanche Neige est élevée par son père, seul, jusqu'à ce qu'il finisse par épouser une femme d'une grande beauté. Un jour le père part au combat et, ne revient jamais, laissant la petite fille seule avec sa belle-mère qui décide de la confiner à sa chambre. L'histoire commence réellement le jour des 18 ans de Blanche Neige.

 

 

6/10

 

C'est fou ce que le conte de Blanche-Neige a été porté au cinéma -et à la télé-. Bien entendu, je n'ai pas l'intention de regarder toutes les adaptations, je ne suis pas folle, mais même en limitant mon choix aux adaptations qui m'intéressent le plus, il y en a quand même pas mal. Pour le moment je vous ai parlé de trois adaptations différentes, quatre avec celle-là, cinq en comptant celle de Disney, et j'en ai encore 5 à venir -des films, des séries-. Après cela, je quitterai l'univers de Blanche-Neige pour me pencher un peu sur autre chose quand même. Bref, passons à Mirror Mirror. Ce film est sorti en même temps que Blanche-Neige et le Chasseur et à l'époque, bien que j'apprécie beaucoup Julia Roberts, j'étais plus attirée par la bande-annonce de Blanche-Neige et le Chasseur et j'étais donc allée voir celui-là. Mais le nom de Tarsem Singh, réalisateur de The Fall -entre autres-, a fini par me ramener à Mirror Mirror et c'était...... moyen. Il y a du bon, du mauvais et des trucs entre les deux.

 

Pour ce qui est du bon, ce n'est pas compliqué, la plus grande qualité de ce film est clairement son esthétique. Je n'en attendais pas moins de Tarsem Singh. Même dans ses films que j'ai le moins appréciés, ce réalisateur a un sens de l'esthétique très prononcé et ses films sont un plaisir pour les yeux. Pour être honnête, dans Mirror Mirror, il y a quand même des moments où on a vraiment l'impression d'être dans un jeu vidéo. Les décors, dans les plans larges surtout, peuvent faire vraiment faux. Bien entendu, je sais que les décors sont faux, mais lors de certains moments dans le film cela pouvait devenir un peu distrayant. Et c'est vrai également que certains mouvements n'étaient pas très fluides -par exemple le mouvement des marionettes à un moment donné- ou que certains effets sont moins réussis que d'autres -la Bête, en particulier, semblait très peu à sa place dans le film-. Mais même dans ces moments-là, j'appréciais toujours au moins l'idée des images : la forme de la bête, l'agencement des décors, etc. Et puis, rah ces couleurs. Les décors en intérieur étaient magnifiques: la chambre de Blanche Neige, celle de la méchante reine, la salle de bal, etc... et le bois enneigé dans lequel vivent les nains était également très beau avec ses arbres noirs et la blancheur immaculée de la neige.

[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror

Et surtout, il y avait les costumes et c'était un ravissement pour les yeux. Les coupes des robes et leurs couleurs, des plus riches de la reine à la tenue de bandit de Blanche-Neige en passant par les tenues de bal masqué, rien que pour cela j'étais contente d'être devant le film et je crois bien que ma scène favorite reste celle de la cérémonie de pré-marriage de la méchante reine juste pour les costumes des figurants, leurs couleurs vives et leurs formes extravagantes -qui vont de paire avec les coiffures complètement improbables et au moins aussi bariolées que les fringues-. Le film a également de bonnes idées : les échasses des nains sont une invention amusante et également esthétique qui donne lieu à des scènes d'action divertissantes -encore qu'un peu « hâchées », le film ne brille pas spécialement dans les scènes de combat, ils semblent vraiment trop répétés-, les deux maisons auxquelles on accède via le miroir sont une façon différente de voir le miroir magique de la reine, les marionettes utilisées pour essayer de tuer Blanche-Neige étaient également un élément magique appréciable, etc.

[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror

Là où cela pèche, malheureusement, c'est au niveau du script. Question adaptation, le film fait un boulot fort sympathique notez bien et les twists par rapport à l'histoire connue sont agréables : le baiser-sauvetage, la pomme, le miroir magique, etc, tous ces éléments sont détournées de façon à nous surprendre et à nous faire quelques clins d'oeil sympathique. J'ai particulièrement aimé le coup de la pomme je dois dire. [spoiler] Le twist le plus balèze du film restant quand même le gros retournement de la fin où Sean Bean que l'on croyait mort n'est PAS mort.... j'attendais de peu que la méchante reine remette un oscar à Di Caprio [/spoiler] Mais malgré tout c'est vrai que l'écriture de Mirror Mirror était bancale. Dès l'introduction -joliement animée-, racontée par la méchante reine, le film nous pose son ton : il se veut bon enfant et un peu drôle avec une tendance au méta. Pourquoi pas. Le souci c'est que les touches d'humour fonctionnent rarement et que j'ai eu plus tendance à grimacer, embarassée, qu'à rire devant les tentatives de blagues. Certaines fonctionnent -heureusement- mais le film sombre régulièrement dans une forme de bêtise ni vraiment drôle quand elle cherchait à faire rire ni très excitante lorsqu'elle concernait des points de scénario sans visée humoristique. L'ambiance généralement légère du film était appréciable mais le film aurait pu être meux écrit et quitte à vouloir glisser un peu d'amour absurde et de méta dans le tas, il aurait pu être drôle....

 

Second souci de l'écriture : les personnages. C'était dur de s'y intéresser en fait ! La méchante reine, pour commencer par elle, était réellement méchante par pure vanité et égocentrisme. Ce qui n'est pas vraiment un souci mais ce n'est pas présenté de façon vraiment intéressante et Julia Roberts, bien que je l'aime beaucoup, ne fait pas grand-chose de ce rôle. En face, Blanche Neige est bien jolie mais somme toute très fade. L'écriture a voulu la moderniser un peu en la rendant plus active et c'est très louable mais l'héroïne manque de charisme. Ce n'est pas vraiment qu'elle n'a pas de personnalité, elle a une personnalité, un but dans la vie, etc, mais elle a ce côté Mary Sue très prononcé associé à une prestation un peu plate qui font que je n'y ai pas accroché plus que cela. Quant au prince il était un peu désagréable sur les bords -condescendant surtout- et ne me laissait pas vraiment rêveuse. Somme toute tous ces personnages m'ont semblé assez plats et je n'étais pas très intéressée par ce qui pouvait bien leur arriver.

 

Personnages plutôt plats, prestations d'acteurs pas catastrophiques mais pas plus inspirées que cela non plus, adaptation réussie mais ton et script inégaux, Mirror Mirror valait vraiment surtout le coup d'oeil pour son univers esthétique et à ce niveau-là je n'ai pas été déçue. Mais Tarsem Singh a fait des films tout aussi esthétiques qui, en plus, avaient quelque chose à raconter qui se tenait mieux, ou, du moins, intriguait plus. Mirror Mirror ne finira donc pas sur la liste de mes films favoris mais il m'a gardée intéressée devant l'écran pendant toute sa durée malgré tout car je voulais voir la prochaine image, le prochain décor, la prochaine robe, …

[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror
[En dehors de Disney] Mirror Mirror

 

Si vous avez aimé ce film, vous aimerez peut-être aussi

 

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0