Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Fun and Fancy Free

 

 

Sorti en 1947

 

Réalisé par Jack Knney, Bill Roberts,

Hamilton Luske et William Morgan

 

Détails sur Wikpedia

 

 

Dontesque ?

 

Cf. dans l'article en raison de la nature du film ^^

 

 

 

6,5/10

 

Avec ce film, les gens, nous revenons à des Disney qui me sont plus familiers. Du moins en partie. Parce que je n'ai pas grandi avec tout Fun and Fancy Free mais seulement avec l'une de ses histoires. Que je n'ai pas beaucoup regardée quand j'étais jeune, seulement une ou deux fois -parce qu'elle me terrifait, allez savoir pourquoi-, mais tout de même je m'en souvenais un petit peu -probablement parce qu'elle me terrifiait-. Et à la revoyure je me dis que j'ai grandi avec ce que ce film a de meilleur à offrir. Mais reprenons. Fun and fancy free ou Coquin de printemps en français -allez savoir pourquoi...- est un regroupement de deux histoires liées entre elles non pas par leurs thèmes mais par Jiminy Cricket qui nous fait office, en quelque sorte de guide. Pas de narrateur en revanche : la première histoire nous est narrée par Dinah Shore -une chanteuse américaine très populaire- et la seconde par Edward Bergen -un animateur radio également ventriloque- et ses marionettes. Au passage je sais que cet homme était très populaire et a eu beaucoup d'influence sur d'autres artistes mais je trouve sa séquence dans ce film assez glauque, je n'y peux rien. Ses marionettes me foutent les boules -la plupart des marionettes me foutent les boules, c'est pas faux, mais les siennes particulièrement- et je trouve assez déstabilisante l'idée de cet homme -et ses marionettes flippantes qui font de mauvaises blagues- dans un salon avec une petite fille avec laquelle il ne semble pas spécialement avoir de lien. Dois-je appeler la police Disney ? Okay, okay, ne faisons pas de mauvais esprit, tout cela est très innocent. Parlons donc des deux histoires.

 

La première est celle de Bongo, un ours de cirque adulé par le public mais maltraité par ses maitres. Un jour il saisit une opportunité de s'enfuir et se retrouve dans la forêt dont il a tant rêvé. Au début tout est parfait, il est ravi d'être dans la nature, enfin libre, mais lorsque la nuit tombe il se rend compte que la vie sauvage, c'est pas toujours fun. Aigri et découragé, il retrouve néanmoins le sourire lorsqu'il rencontre une ourse et qu'ils tombent amoureux l'un de l'autre. Mais bien entendu ce n'est pas si simple et il y a un rival à affronter ! Cette histoire n'était pas sur la VHS -achetée, pas enregistrée à la télé donc- que nous avions à la maison. Je ne crois pas du moins. Parce que je n'exclue pas la possibilité d'avoir vu cette histoire quand j'étais jeune et de n'en avoir aucun souvenir -mais d'un autre côté je suis certaine de n'avoir jamais vu les passages de Jiminy et les marionettes traumatisantes donc..- parce que je ne trouve pas cette histoire follement passionante ni marquante. Elle est plaisante et il y a quelques chansons sympathiques : le passage musical où Bongo s'émerveille de la nature autour de lui a énormément de charme et la chanson nous expliquant le rituel amoureux des ours est également fun. Mais je ne me suis jamais réellement attachée au personnage principal qui, je trouve, a peu de personnalité, et j'ai donc fini par m'ennuyer un peu. Il y a aussi toute une chanson sur l'amour dont j'ai trouvé toute l'illustration assez écoeurante mais heureusement elle ne dure pas bien longtemps. Au final c'est une séquence mignonne avec ses bons moments mais franchement pas quelque chose qui va me rester en quête.

En revanche l'histoire de Mickey et de son haricôt magique, celle-là... Et je comprends vraiment mon ancien moi parce que cette histoire a ses passages assez flippants. L'histoire est celle d'une vallée où tout le monde est heureux grâce à une harpe magique qui chante une chanson tous les matins. Néanmoins elle est un jour enlevée et la vallée devient miséreuse et triste. Plus rien n'y pousse et tout le monde crève la dalle, Mickey, Donald et Dingo y compris. Un jour Donal pète un cable, prend la hache et veut aller tuer la vache pour la manger mais les deux autres l'arrêtent. Finalement Mickey vend la hâche contre des haricots magiques qui mèneront nos compères vers le royaume du géant ayant enlevé la harpe qu'ils vont tenter de délivrer. A la revoyure, j'ai vraiment beaucoup aimé cette séquence qui a de tas de bons moments ! Le géant est un peu con comme ses pieds mais ça le rend drôle, l'histoire a un certain suspens -okay on se doute de comment cela va finir mais il y a quand même de la tension-, notre trio principal est divertissant et attachant et surtout il y a cette scène où les graines germent et poussent pendant la nuit qui m'a tout à fait fascinée. La plante grandit tandis que nos personnages dorment et il y a une excellente association d'animation et de musique tandis que les pousses se croisent, se décroisent, décomposent la maison et « jouent » avec nos personnages endormis.

 

Maintenant histoire de calmer votre curiosité je vais répondre à la question : qu'est-ce qui m'avait autant fait flipper quand j'étais gosse ? Il y a une réponse évidente et c'est cette image :

 

 

… ZE FUCK DONALD ? ;A; Cette image sort de la scène où Donald n'en peut finalement plus d'avoir faim. Il voit la hâche sur le mur et commence à faire cette tête et franchement la vache n'ayant pas été super établie, j'ai cru qu'il allait massacrer Dingo et Mickey pour les manger. Si cela ce n'est pas flippant ! Mais vous savez quoi, ce n'est absolument pas ce qui me faisait peur quand j'étais gosse. Non moi j'avais peur de deux choses : la voix de Mickey -qui me fait toujours peur et non je ne sais toujours pas pourquoi- et … la harpe. Voui. Alors ça par contre c'est un mystère. La harpe est le personnage le plus gentil et le plus pur de tout ce film, une sorte de licorne accoustique, mais à l'époque elle me faisait super peur.... maintenant plus tellement, ça va, je me suis soignée.

 

Au final, Fun and Fancy Free est inégal mais j'aime vraiment bien la seconde histoire. A mon avis elle se passe parfaitement du reste et je ne suis pas convaincue que faire un film de tout cela ait été nécessairement une bonne idée car les deux histoires ne semblent pas étroitement liées par un thème commun et que finalement le fait qu'elles soient bout à bout fait sembler le temps plus long qu'il ne l'est. Je ne vous déconseille pas ce film du tout, je l'ai trouvé sympa, mais pour moi la seconde histoire est ce qu'il y a à en tirer.

 

NOTE - Détails

 

Histoire(s) - 14/20 La première séquence a son charme mais devient longuette, les zones « entre les histoires » sont peu remarquables à mes yeux, la seconde histoire est très réussie avec beaucoup d'amusement et même une bonne dose de tension.

 

Personnages10/15 Les personnages de la première histoire sont oubliables mais j'aime beaucoup Donald même quand il me fait flipper et le géant est amusant.

 

Casting12/15 Il n'y a pas grand-chose à redire. Les narrations sont bonnes, les voix des acteurs aussi. Pas que j'ai eu la révélation du siècle mais toutes les performances d'acteurs sont bonnes.

 

Musique – 9/15 Ce n'est pas ma bande-son Disney favorite, clairement, mais il y a quelques bonnes chansons ici et là -l'intro de Jiminy, la danse des baffes des ours, la musique lors de la pousse du haricôt géant, ...-

 

La réalisation – 11/15 Encore une fois, je n'ai pas été sur-impressionée, Disney a fait plus « wow » -oui, trouver des mots c'est dur-, mais cela reste plus que correct.

 

La fin7,5/10 Il n'y a pas vraiment de « fin »... le film n'est pas une narration continue donc... mais les deux histoires ont des conclusions satisfaisantes.

 

Le facteur X – 1/5 Très sympa de revoir Cléo le poisson dans l'introduction du film ! Apparemment la séquence d'intro était censée être utilisée dans Pinocchio, ceci expliquant cela.

 

Le facteur « rewatch » - 1,5/5 Je pense revoir la seconde histoire un de ces jours. Le reste pas vraiment.

 

Total – 66/100

 

Tag(s) : #Cinéma Occidental, #Disney

Partager cet article

Repost 0