Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

So dear to my Heart

Danny le petit mouton

 

 

Sorti en 1946

 

Réalisé par Harold D.Schuster & Hamilton Luke

 

Détails sur Wikipedia

 

 

 

Dontesque ?

 

Jeremiah, un peti garçon qui vit avec sa grand-mère, se prend d'affection pour un petit mouton noir rejeté par sa mère et décide d'en faire un champion de concours pour prouver la valeur de son mouton.

 

 

6/10

 

Je suis TELLEMENT soulagée les gens. Laissez-moi vous expliquer pourquoi. C'est vrai que Disney a la réputation de créer des histoires édulcorées pour enfants mais en vérité, les films Disney peuvent bien souvent s'avérer difficiles, surtout dans les plus vieux. Old Yeller est essentiellement l'histoire d'un gosse qui aime très fort son chien et doit le tuer à la fin, la mort de Mufasa a brisé le cœur de plus d'un gosse, la mère de Bambi est une référence bien entendu, et n'oublions pas toutes les images effrayantes que l'on peut trouver dans plusieurs films tels que Blanche Neige, La Belle et la Bête, Pinocchio etc. Oui les Disney ont le plus souvent leur happy-end à la fin et ils ne sont pas sombres comme pouvaient l'être certains films de Don Bluh, mais parfois ils sont raides. Et allez savoir pourquoi, chaque fois que je pensais à ce film me revenait en tête une chanson particulièrement déprimant que l'on me faisait chanter quand j'étais en primaire : Le petit âne gris d'Hugues Auffrey, l'histoire d'un âne qui nait dans une ferme, travaille pour un village quand la ferme disparaît puis meurt tout seul « abandonné des hommes » et le cœur brisé. J'étais persuadée que So Dear to my Heart était l'histoire d'un petit garçon s'attachant à un mouton noir rejeté par sa mère -jusque là c'est le cas- qui finit par mourir, peut-être pour protéger le gamin. Je m'attendais sincèrement à me noyer dans mes propres larmes et j'y allais à reculons mais, ouf, en fait le film est tout sauf déprimant. C'est un film, au contraire, optimiste et charmant. Pas franchement palpitant en revanche et je ne peux pas dire que je sois vraiment rentrée dedans à fond.

 

En premier lieu c'est vrai que j'ai eu du mal avec le jeu des acteurs qui a eu tendance à me sembler un peu trop forcé parce que les personnages eux-mêmes sont très idéalisés. Ce n'est pas que les acteurs soient mauvais mais on dirait un peu qu'ils sont, souvent, en train de filmer une publicité dans laquelle ils jouent des « personnages types » censés nous renvoyer une image positive à tout prix. Dans un sens le côté idéalisé des personnages, de la campagne et tous les bons sentiments qui pleuvent sur le film font partie de son charme, j'aime bien les choses positives, mais par contre c'est vrai que du coup on n'y croit parfois pas vraiment et que les personnages ne semblent pas très « réels » ce qui bloque le processus d'identification. Enfin, encore une fois, le ton général a quand même du charme et, qui plus est, le film est très joliment filmé avec une musique très agréable. Ma chanson favorite personnellement a été le duo sur Billy Boy -en une autre version ICI- mais Lavender Blue est également jolie. Par ailleurs, le film n'est pas entièrement filmé en prise de vue réelle, il y a également de l'animation dans le tas et ces passages animées, même s'ils ne sont pas nombreux, sont les bienvenues. Parce qu'ils sont inventifs et joliment mis en scène et musique mais également parce qu'ils servent à donner une identité à Danny, notre mouton noir. Oui Danny a de la personnalité aussi dans sa version réelle mais sa version animée est, forcément, plus expressive, on comprend mieux ce qu'il se passe dans sa tête et cela aide à faire de lui un personnage à part entière auquel on s'attache.

A côté de cela, le film a plusieurs thèmes à nous proposer, les deux principaux étant qu'il faut faire avec ce que l'on a et que si l'on fait de son mieux, on sera récompensé. Le second est l'amour que l'on porte aux gens autour de nous : Jeremiah s'égare un temps, pensant plus à la récompense que Danny pourrait lui gagner qu'à Danny lui-même mais il revient dans le bon chemin et est récompensé d'aimer son mouton pour ce qu'il est et non pas pour ce qu'il lui apporte. Les deux thèmes sont des thèmes positifs à mon sens et le message passe. Néanmoins plus que la relation entre Jeremiah et son mouton, finalement je crois que j'ai plus accroché à celle entre Jeremiah et sa grand-mère. Cette femme qui semble avoir appris la vie à la dure et élève Jeremiah de façon stricte -parce que c'est un Disney et que Jeremiah n'a donc pas de parents, c'est la règle j'imagine- ne plaisante pas avec les convictions mais, à la fois, on sent tout le long du film qu'elle laisse quand même de la liberté à son neveu et qu'elle n'a à cœur que son bien. Et à la fin Jeremiah est rendu meilleur d'avoir défié certaines de ses règles et d'avoir écouté ses conseils. Il y a de la sagesse et de la bienveillance chez cette grand-mère que j'ai trouvées touchantes. Sagesse et bienveillance qu'elle tire en grande partie de sa foi en Dieu car, oui, So Dear From My Heart baigne dans une ambiance très religieuse, le thème de la foi, de la prière et des enseignements religieux étant omniprésents. C'est le genre de choses qui dérangent apparemment certaines personnes mais je n'ai pas trouvé que c'était un problème, cela ne changeait rien au positif du message général sur l'amour et le travail sur soi-même.

 

Au final So Dear To My Heart n'est pas exactement un film qui m'a transportée, je ne me suis pas sentie touchée outre-mesure et je ne pense pas que je le reverrai, mais c'était agréable à regarder et le film a son charme. Je pense qu'il parlera probablement plus aux enfants et aux personnes ayant grandi avec.

 

NOTE – Détails

 

Histoire – 13,5/20 Il ne se passe rien de super captivant dans ce film et on se demande pas non plus où va aller le film, on sait ce qu'il veut nous dire, mais il nous dit des choses positives et de façon plutôt jolie donc bon~

 

Personnages – 9/15 On ne sait finalement pas grand-chose sur ces personnages, leurs circonstances sont assez floues et ils sont plus au service du message général que des personnages à part entière. Mais ils ont du cœur. Par contre la gamine qui est au milieu de certaines affiches du film, je ne sais pas ce qu'elle y fait parce qu'elle est assez... superflue. Mais apparemment Disney aime juste vraiment cette actrice o.o

 

Casting – 10/15 Je vous le disais, j'ai trouvé le jeu des acteurs un peu trop forcé, mais ils font ce qu'on attend d'eux. Le monsieur qui joue l'oncle Hilram a quelque chose de très chaleureux qui m'a plu.

 

La fin – 7,5/10 Rien de surprenant mais c'est tout à fait correct comme conclusion.

 

Musique7,5/10 Comme je vous le disais, j'ai apprécié les chansons de ce film, qui tapent en plus dans un style de musique qui me plait. Mais bon, c'est pas non plus la bande son qui va changer ma vie.

 

Réalisation – 11,5/15 Le film est très joliment réalisé, la campagne est très mise en valeur. Et j'aime beaucoup les séquences d'animation, que je trouve inventives et, bien entendu, bien animées.

 

Le facteur X – 0/5

 

Le facteur rewatch1/5 Okay, comme je le disais, je ne reverrai probablement pas ce film mais si on me le propose, je ne dirai pas non non plus. Je passerais probablement même un moment plaisant, encore que pas sur excitant, à le revoir.

 

Total – 60/100

 

Tag(s) : #Cinéma Occidental, #Disney

Partager cet article

Repost 0