Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Melody Time

The adventures of Ichabod Mr. Toad

Treasure Island

 

 

Plus de Disney les gens ! Et comme je l'avais fait pour quelques films précédemment, je vais traiter de plusieurs films en une seule fois. Parce que je n'ai pas forcément une tonne de choses à dire sur chacun. Mais ce n'est pas que je ne les ai pas aimés : au contraire, je les ai tous appréciés ce coup-ci ! Je me suis amusée devant chacun d'entre eux, je n'en avais encore vu aucun -enfin presque, je vous expliquerai dans la suite- et c'était tous de très bonnes découvertes donc yay pour cela. Regardons tout cela~

 

 

Melody Time

 

A l'instar de Make Mine Music, Melody Time est une collection de petits courts métrages en musique et une très bonne collection d'ailleurs puisqu'il n'y a pas vraiment de séquence que je n'ai pas apprécié. Mais tout de même, il y en a certaines qui sont meilleures que d'autres et qui me sont plus resté en tête. La première est... ben... la première, tout simplement, l'histoire d'un couple qui va faire du patin à glace, se dispute, se réconcilie après une situation mortelle, tout cela en parallèle d'une histoire similaire entre deux lapins. Parce que tout est mieux avec deux lapins. La musique est une danse prenante puis un ballet, puis devient plus grave, accompagnant l'histoire qui elle-même mèle aventure et comédie pour, bien entendu, finir sur un joli happy-end. Je préfère personnellement la version anglaise mais la version française est également jolie, c'est une question de « ce que j'ai entendu en premier » je pense. Oui car, les chansons faisant office de narration, elles ont été traduites en français. Et comme c'est du Disney, ce n'est clairement pas fait avec les pieds, on a rarement à se plaindre de leurs Vfs après tout. Autre segment particulièrement apprécié : Little Toot -ou Le petit remorqueur en français-. Cette fois-ci l'histoire est celle d'un petit bateau remorqueur qui veut devenir comme son papa mais qui fait des bêtises tout le temps. Encore une fois, c'est une histoire complète avec même un passage au milieu assez sombre où notre petit héros est rejeté et croise des bouées fantomatiques qui lui soufflent leur mépris sur un ton lugubre, brr.

Mais de loin mon segment favori est celui de Johnny Appleseed, l'histoire d'un jeune homme qui va passer sa vie en compagnie d'animaux forestiers à planter des pommiers un peu partout, jusqu'à aller les planter au Paradis. La dernière image, lorsque les pommiers se transforment en nuages est particulièrement belle et me rappelle pas mal les peintures, par exemple, de Robert Gonsalves et notamment celle-ci où le ciel et le sol semblent réellement se rejoindre. Le film comprend par ailleurs plusieurs segments moins scénarisés où les images viennent simplement illustrer une musique de façon plus ou moins abstraites et c'est quelque chose que les studios font généralement bien, ce film ne fait pas exception.

 

Comme vous pouvez le constater, j'ai du mal à discuter de Melody Time car je ne suis pas assez habituée à ce format, mais le film est tour à tour drôle, poétique et même un peu triste par moment avec de l'aventure, des images marquantes et des musiques inspirantes. On pourrait difficilement en demander plus à mon sens.

 

 

 

Ichabod & Mr Toad

 

Je vous disais dans l'introduction de l'article que je n'avais jamais vu ces films. C'est faux. En vérité, j'avais vu des bouts de celui-là, de la partie Sleepy Hollow. J'étais en CE1 ou CE2, je ne sais plus, je passais l'après-midi chez ma meilleure amie et nous étions dans le salon, sa sœur regardait ce film... du coup j'en ai vu des bouts mais je m'en souvenais à peine, tout ce dont je me rappelais est la poursuite à la fin lorsque le cavalier sans tête essaie de trancher celle d'Ichabod. Donc pas grand-chose et ce fut une découverte malgré tout, une bonne découverte. Le film est divisé en deux parties, deux adaptations de classiques de la littérature anglaise avec entre les deux un peu de narration mais très peu.

 

La première histoire est une adaptation de Wind in the Willow, un roman pour enfants écrit par Kenneth Grahame dont je ne peux pas réellement discuter : je ne l'ai pas lu. En tous cas l'adaptation, elle, est drôlement fun. L'histoire se déroule en Angleterre dans une version étrange du pays où certains animaux -pas tous- portent des habits et sont parfaitement acceptés par le reste de la communauté -humaine, elle- Parmi ces animaux nous avons Mr Toad, un crapaud donc, qui est plein de fric et très excentrique. Il a tendance à se prendre de passion pour une chose, se lancer à fond, tomber sur autre chose, lâcher la première obsession pour passer à la seconde, etc. Pour le coup sa nouvelle obsession sont les voitures mais malheureusement son enthousiasme couplé à ses tendances irresponsables vont le jeter au cœur d'une affaire de voiture volée dont il va devoir se tirer grâce à l'aide de ses amis la taupe, le rat et le cheval. Franchement je pense que si j'avais vu ce court-métrage quand j'étais jeune, j'aurais probablement été terrifiée par le crapaud. Je ne sais pas exactement à quoi cela tient, il a juste une tête que je ne trouve pas rassurante quand il rendre en mode « full obsession on ». ranchement regardez-moi cela -à partir de 00:20 surtout- :

Et dites-moi que ce n'est pas au moins un peu inquiétant !

 

Mais d'un autre côté, comme le narrateur le fait remarquer, c'est vrai qu'on ne peut qu'envier un peu son enthousiasme, la façon dont il se lance dans ses aventures et son amour de la nouveauté. Le rythme du court métrage est très soutenu, l'histoire est fun, pleine de rebondisemments et d'humour et puis surtout c'est vrai que j'ai eu un gros faible pour le doublage des personnages, je le trouve particulièrement réussi et l'accent des protagonistes était un réal pour les oreilles. Le narrateur, cela vaut pour tout le film, est également très bon et on a vraiment envie de l'écouter nous raconter l'histoire.

 

La seconde adaptation est celle du classique Sleepy Hollow, la fameuse légende du cavalier sans tête. Alors certains d'entre vous ont peut-être en tête la version de Tim Burton mais celle de Disney est très différente, moins gothique avec un personnage principal bien moins attachant. En fait Ichabod Crane est même carrément un connard dans cette version de l'histoire et on n'a pas spécialement envie qu'il s'en sorte. Il est prétentieux, corrompu et veut épouser la belle du village pour ses richesses, attendant avec impatience la mort de son père. Voui voui voui. Mais tout cela créé une bonne comédie, le personnage est divertissant à défaut d'être attachant, avec un design inspiré le faisant ressembler à une sorte d'épouvantail. Et le cavalier sans tête lui-même est à la fois effrayant probablement pour un enfant et vraiment bien imaginé, sans oublier que la course poursuite où il essaie de décapiter Ichabod est à la fois menaçante, forcément, et très drôle. Niveau adaptation, j'ai lu l'original il y a assz longtemps mais il me semble que Disney a fait plutôt du bon boulot et en tous cas, quel que soit le rapport de l'adaptation au support de base, cela a donné quelque chose de bon et c'est l'essentiel.

 

Les deux histoires ont des ambiances réussies, sont extrêmement divertissantes, vraiment bien racontées et j'étais ravie de découvrir le film au delà des quelques minutes dont je me rappelais vaguement.

 

Treasure Island

 

Dernier film de notre article, Treasure Island est un autre long métrag dont je pense que j'avais peut-être vu quelques images étant jeune. Honnêtement je ne me souviens pas très ben mais disons qu certaines scènes m'étaient familières. Après ben entendu il y a des tas d'adaptations de ce roman mais je crois quand même bien que c'est de cell-ci dont j'avais eu un aperçu. Et, eh, quitte à avoir un aperçu de cette histoire, pourquoi pas celui-là : c'est une bonne version. C'est aussi le premier film Dsney à être entièrement en prse de vue réelle et l'ami Disney aurait pu faire bien moins bon. Bref ce que j'essai de vous dire, je pense que vous l'avez compris, c'est que c'est un bon film. Mais je ne vous en ai toujours pas dit de quoi il cause en revanche donc il serait peut-être temps ! Treasure Island -ou L'ile au trésor en français donc-, si vous n'avez jamais lu le livre de Stevenson ou n'en avez jamais vu une adaptation, est l'histoire d'un petit garçon qui se retrouve embarqué dans une chasse au trésor menée par la marine brittanique après qu'il leur ait fourni la carte. Il se lie d'amitié avec le cuistot, également recruteur de l'équipage, mais il s'avère que celui-ci n'est autre que le redoutable pirate Long John Silver. Pour la suite, vous verrez bien.

 

Les films vieillissent, bien sûr, mais celui-ci a finalement vraiment bien résisté à l'épreuve du temps. On peut, bien sûr, voir en un clin d'oeil qu'il ne date pas d'hier mais l'histoire elle-même est intemporelle et le film possède un sens de l'aventure qui embarque rapidement. En même temps c'est un film de pirates donc ce serait triste qu'il n'ait pas le sens de l'aventure... En tous cas en l'occurence on s'amuse beaucoup et ce même lorsque, comme moi, on sait en gros où va l'histoire -non parce que je ne me souvenais pas/n'avais peut-être pas vu ce film, mais j'ai lu le bouquin en revanche-. Et puis au milieu de tout cela, il y a notre pirate. Non, okay, techniquement au milieu de tout cela il y a Jim, notre héros, et il est raisonnablement sympathique bien que cet acteur -déjà vu dans So Dear to My Heart et Song of the South- fasse toujours un peu trop « modèle » pour que je crois réellement à ses performances. Mais les gens soyons sérieux : le cœur de ce film c'est Long John Silver. Il a le personnage le plus complexe du film, bandit impitoyable, fourbe, cupide, traitre, on ne peut pas exactement le soutenir dans son entreprise et à la fois, il y a un parfum de légende à ce personnage, sans compter une ambiguité morale qui lui confèrent une certaine grandeur et font qu'on a du mal à ne pas vouloir qu'il s'en sorte. Peut-être pas tout à fait victorieux mais au moins vivant et sur un bateau à silloner les océans. L'acteur, Robert Newton, est une véritable joi à regarder, il fait un pirate tellement parfait que j'avais envie de hurler aux personnages « MAIS BORDAYL C'EST UN PIRATE, cela se voit à 100 km, captez, CAPTEZ bordayl ! ». Parce que je suis bien certaine que son interprétation a du en inspirer plus d'un, il est juste le pirate par excellence et c'est vraiment fun à regarder. Par ailleurs je dois dire que le film m'a plutôt bien vendu sa relation avec le gosse, j'en avais quelque chose à faire et cela humanisait pas mal le personnage, sans compter que cela rendait toute l'intrigue plus intéressante.

 

Ce film m'a décidément beaucoup plu. Certainement, l'image a un peu vieilli et le film n'avait pas le budget -ou la technique j'imagine- d'être aussi axé action que des films de pirates -ou juste d'aventure- plus récents mais c'est compensé par l'histoire, l'ambiance et la performance de Robert Nexton. Je me suis donc bien amusée à le regarder, découvrir ce film était un plaisir.

 

Et cela conclue notre article les gens. Comme vous pouvez le constater, il n'y avait que du positif et ce n'est certainement pas moi qui vais m'en plaindre :D

Tag(s) : #Cinéma Occidental, #Disney

Partager cet article

Repost 0