Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dakara Koya

だから荒野

 

 

 

Diffusé en 2015

 

 8 épisodes

 

 

Avec :

 

Suzuki Kyoka >>> Morimura Tomomi

Sugimoto Tetta >>> Morimura Hiromitsu

Hamada Tatsuomi >>> Morimura Yuta

Maeda Goki >>> Morimura Kenta

YOU >>> Takigawa Chisako

Takashi Issei >>> Kameda Shogo

 

 

Dontesque ?

 

Morimura Tomomi est femme au foyer, épouse d'un homme qui n'a aucune considération à son égard et mère de deux fils qui ne la respectent pas plus. Le jour de son 46ème anniversaire, sa famille la rabaisse tellement que c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Elle décide de prendre la voiture et de conduire sans regarder en arrière et sans aucune intention de revenir.

 

 

~oOo~

 

Voilà un drama qui se retrouve vraiment sur ce blog par intervention de l'Univers pour le coup... Bon, okay, non, l'Univers, c'est triste à dire, n'avait probablement rien à voir là-dedans -j'ai le sentiment quelque part que l'Univers se moque pas mal de ce que je regarde ou pas-. Ce que j'essayais de dire, simplement, est que cette série n'était pas du tout sur ma liste de choses à voir absolument. Ou du tout. En fait je n'avais même pas conscience de son existence pour tout vous dire.... mais la géniale Arakira a décidé de le subber en anglais et a demandé sur twitter si quelqu'un avait le temps de tester ses sous-titres. Je me suis portée volontaire et coup de pot, le dama m'a plu donc yay pour cela. Malheureusement ce qu'il y a d'un peu moins yay c'est que le drama avait plus de potentiel qu'il n'en a réellement exploité. Et c'est dommage parce qu'il aurait vraiment pu ête très bon. MAIS.... je ne me plains pas trop. Parce que ce drama m'a tout de même offert la poupinette Kameda et que c'est déjà bien que plus que ce que m'offrent la plupart des dramas. Ah Puppy ♥ Mais ne commençons pas par là, causons d'abord des autres bonnes choses que la série a à nous proposer !

 

Par exemple : l'ambiance. C'est un de mes aspects favoris du drama en fait, j'ai adoré la façon dont il était réalisé. La réalisation est lumineuse et évoque une journée d'été ensoleillée par laquelle souffle une légère et agréable brise. A voir Tomomi entamer son voyage, j'avais envie de la suivre moi aussi. Faut dire qu'elle se retrouve à Nagasaki et que Nagasaki c'est drôlement joli. Les habitations sur les collines formaient un décor partiiculièrement charmant et cela m'a donné très envie de me retrouver dans ces rues mêmes si les pentes doivent être assez raides à encaisser et m'auraient probablement donné plus de fil à retordre qu'un pédalo à un phoque. Tout de même c'était drôlement joli. Et à côté de cela, la musique m'a particulièrement enthousiasmée car elle aussi donne un sentiment lumineux de légèreté. Elle est paisible et à la fois entraînante, j'étais toujours ravie de retrouver l'OST de ce drama et du coup, il faudra que je pense à l'ajouter à mon Ipod car nul doute que cela fera une bonne bande-son pour mon été. Bref, j'ai été charmée par l'ambiance visuelle et sonore de ce drama, c'est en grande partie cela qui m'a accrochée car j'avais envie de retrouver cette atmosphère chaque semaine -même si je n'ai pas regardé le drama de façon aussi régulière bien entendu, vu que j'attendais les sous-titres quand même ^^-.

 

Par ailleurs, pour rester dans le bon, le drama avait une idée de départ qui me plaisait beaucoup. Pas juste celle d'une femme au foyer lasse d'être rabaissée, ignorée par sa famille et enfermée dans sa condition et décidant de prendre la route pour se découvrir elle-même. C'est une idée qui me plait mais j'ai également aimé celle d'un groupe de gens de milieux et âges différents se réunissant pour former une sorte de famille. J'aime toujours les histoires de personnes un peu -ou beaucoup, ou pas d'ailleurs- malmenées par la vie qui trouvent du réconfort et du soutien en se réunissant et formant un foyer -cf aussi Home Drama, Bad Family, Ruri no shima, etc-. Et la plupart des personnages de Dakara Koya sont intéressants et attachants, ce qui aide pas mal bien entendu. Au centre de tout, nous avons Tomomi, notre femme au foyer libérée -délivrée et tout.... je hais ce foutu film, je n'arrive plus à lire « libérée » sans chanter intérieurement :(- et très vite on ne peut que se ranger de son côté tant sa famille nous est présentée sous un jour abject. En fait elle l'est même peut-être un chouïa trop, surtout qu'on ne sait pas comment la situation a pu dégénérer à ce point, mais cela a l'effet voulu, cela nous donne envie de soutenir Tomomi, et à ce stade du drama, c'est l'essentiel. Notre héroïne assoiffée de liberté s'avère être une femme au cœur très bon et aux ressources qu'elle ne se connaissait pas -ou plus- et la regarder s'affirmer petit à petit, prendre plaisir à avancer même dans les coups durs simplement parce qu'elle peut enfin avancer et apprendre à se connaître, était très satisfaisant. Même si parfois je vous avoue que j'aurais aimé que le drama se penche peut-être un petit peu plus sur ses erreurs ou ses pensées moins reluisantes comme lorsqu'elle propose à sa meilleure amie de lui donner son plus jeune fils parce qu'elle est à bout. Au bout d'un moment Tomomi devient presque un peu trop « sainte ».

[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野

Mais le fait est qu'elle est un personnage attachant et que l'actrice est très bonne, faisant vivre ce personnage de façon à ce que pas une fois je n'ai cessé de la soutenir, ce qui est l'essentiel. J'ai beaucoup apprécié de la voir former des liens avec les gens, que ce soit sa nouvelle famille ou l'ancienne sous la forme de son fils Yuta qui redécouvre sa mère au fil du drama et, ce faisant, construit véritable une relation avec elle et se trouve luii-même. Et puis il y avait Puppy. Ou Kameda Shougo de son véritable non. Et entre lui et moi, cela a été le grand amour au premier regard. Sérieusement dès qu'on le rencontre j'ai eu une sorte de gros coup de cœur parce que le visage de cet acteur transpire la douceur, la gentiillesse et une certaine vulnérabilité. On a juste envie de lui faire un calin. Du coup j'espérais vraiment qu'il ne serait pas qu'une pierre sur le chemin de l'héroïine et heureusement le drama a exaucé mes vœux en en faisant un personnage réellement récurrent et celui auquel je me suis le plus attachée. Et je pense que c'est véritablement du à l'acteur. En soi le personnage est intriguant et touchant, certes, mais Takahashi Issei est vraiment ce qui fait la différence et j'ai hâte de le découvrir dans un nouveau drama à présent. Pendant tout Dakara Koya, j'attendais ses apparitions et à la fin, la conclusion à son axe de personnage est clairement ce que j'ai préféré de la conclusion. Faut dire que la fin m'a laissée un goût un peu amer dans la bouche. Elle n'était pas mauvaise mais beaucoup de choses semblaient « finir juste pour finir ». C'est difficile à expliquer sans spoiler mais je pense que la fin du drama laissait à désirer.

 

Mais bref j'ai eu Puppy donc je ne me plains pas trop car il aurait pu faire partie des nombreux personnages potentiellement intéressants -comme la meilleure amie de Tomomi ou la jeune femme qu'elle rencontre en cours de route au début du drama- s'étant fait bouffer par le Sensei et ses histoires de bombes. En effet en même temps que Puppy, notre héroïne tombe sur le vieil homme, conteur de sa profession, que Puppy accompagne. Et notre Sensei est un survivant de la bombe de Nagasaki qui va d'endroit en endroit pour raconter son témoignagne et sensibiliser les gens à la tragédie passée. Très bien. Sauf qu'au bout d'un moment je vous avoue que les histoires du Sensei ont commencé à être un peu répétitive. Le personnage en soi est attachant, c'est un homme bon et généreux qui possède une certaine sagesse, mais je n'en pouvais plus d'entendre parler de la bombe de Nagasaki et d'à quel point cela avait été horible. Je me sentais coupable de penser cela mais le message nous était rabâché au point qu'il empiétait sur le reste -l'ainé de Tomomi passe complètement à la trappe et même son mari aurait pu être développé un peu plus afin que sa dernière scène avec sa femme ne semble pas aussi hors de propos- et que parfois il ne semblait même pas réellement s'intégrer au drama, comme si Dakara Koya était un drama sur le devoir de mémoire d'un côté et un drama sur une femme prenant un nouvel élan mais que les deux n'allaient pas forcément ensemble. L'idée était en vérité que, de la même façon que Nagasaki avait rejailli d'une tragédie, Tomomi se recrééait des cendres de sa propre tragédie -et les tragédies, comme le Sensei nous le rappelle lors d'une mes scènes favorites du drama, ne doivent pas être comparées car elles sont à l'échelle de l'univers de chacun-. En soi c'est une bonne idée mais cela avait du mal à passer parfois car pendant la majeure partie du drama, Sensei semblait surtout nous répéter à quel point cela avait été terrible -et je ne dispute pas ce fait hein- et vouloir faire vivre le passé au lieu d'aller de l'avant, ce qui était justement le but du voyage de Tomomi. J'aurais aimé que le drama trouve un meilleur équilibre. Certes il n'était pas bien long, juste 8 épisodes, mais même comme cela, il aurait facilement pu être plus satisfaisant.

 

Honnêtement cette histoire de bombe me fait même me demander : si j'avais regardé ce drama d'une seule traite ou même de façon plus régulière -à raison d'un épisode par semaine- : l'aurais-je autant apprécié ? Je pense que les histoires du Sensei auraient un peu gâché l'ambiance générale pour moi. Mais on n'aura jamais la réponse à cette question et le fait est qu'en attendant ce drama m'a plu. Il regorgeait de jolis moments, je me suis évidemment beaucoup attachée au Puppy, et l'idée de base me plaisait, sans compter que la réalisation était vraiment agréable. Malheureusement le drama aurait pu être plus mais je prends déjà ce qu'il m'a donné et j'étais toujours contente qu'un nouvel épisode soit subbé. Je suis donc bien contente de l'avoir commencé grâce à Ara, merci Ara !

[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
[Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野 [Renaissance d'une femme négligée] Dakara Koya  だから荒野
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0