[Ballade à moto avec nos copains raptors] Jurassic World

Publié le 22 Juin 2015

Jurassic World

 

 

Sorti en 2015

 

Réalisé par Colin Trevorrow

 

Quatrième volet de la saga Jurassic Park

 

 

Avec :

 

Chris Pratt >>> Owen Grady

Bryce Dallas Howard >>> Claire Dearing

Nick Robinso >>> Zach Mitchell

Ty Simpkins >>> Gary Mitchel

 

 

Dontesque ?

 

Des années après le fiasco du parc du Dr Hammond, le parc a enfin ouvert ses portes et semble être un succès. Mais pour une population qui demande toujours plus d'innovation, les dinosaures ne sont plus un spectacle suffisant et les scientifiques bossant à Jurassic World doivent sans arrêt trouver de nouvelles espèces à mettre sous les yeux des gens. Leur dernière trouvaille : un dinosaure entièrement inventé, l'Indominus Rex, carnivore redoutable.

 

 

 

.oOo.

Je vous avais promis plus de gros lézards et je tiens parole les gens, avec Jurassic World. Et avant de commencer à causer du film, je vous situe à peu près où j'en étais avec la série, histoire que vous ayez un contexte. J'ai vu pour la première fois le premier Jurassic Park, comme la plupart des gens j'imagine, quand j'étais enfant. C'est un film que j'avais adoré et qui m'avait à la fois partiellement traumatisée car autant le T-Rex ne me réveillait pas la nuit, autant les raptors me donnaient de véritables cauchemars. Et à la revoyure c'est toujours un bon film et les raptors me foutent toujours les boules. Le Monde Perdu, sa suite, est un film largement décrié par la critique -de même que le troisième- et à raison mais c'est un film que j'aimais étant jeune, essentiellement pour son ouverture parce que les petites créatures sur l'ile qui bouffent la gamine au début me foutaient carrément la frousse et qu'à l'époque déjà j'aimais me faire peur. Le troisième film en revanche, je ne l'ai jamais vraiment aimé. Je ne le déteste pas et certains passages me font beaucoup rire mais ce n'est pas un bon film. C'est juste que bien que Jurassic Park fasse partie des films de mon enfance et soit un très bon film qui a largement alimenté ma phase « dinosaures forever » -phase terminée à présent mais qui a laissé des séquelles, les dinosaures n'ont rien perdu de leur « facteur wow » à mes yeux, ils sont toujours hypra cools-, je n'y ai pas cet attachement qu'ont certaines personnes et qui leur fait détester les suites. Quand j'ai vu la bande-annonce de Jurassic World donc, même si le film avait l'air un tantinet con -cette idée des raptors apprivoisés les gens-, j'ai juste été ravie à l'idée de voir plein de dinosaures sur mon écran. Un parc ouvert les gens ! PLEIN DE DINOSAURES ! PARTOUT ! J'avais 13 ans dans ma tête à nouveau et tant pis si l'idée de Chris Pratt faisant de la moto entouré d'un squad de raports semblait ridicule... Au final d'ailleurs, ça l'est, mais c'est aussi carrément bad-ass car, faut bien le reconnaître, qu'y a t-il de plus bad-ass qu'un type avec une moto et une armée de raptors? Et puis j'aime bien Chris Pratt.

 

J'aime bien Chris Pratt mais c'est vrai que c'était dur de le prendre au sérieux honnêtement. Parce que l'écriture des personnages n'est pas le gros point fort de ce film, j'avais limite l'impression de voir Andy Dwyer -son personnage de la géniale série Parks and Recreation que vous devriez tous regarder- jouer un autre personnage. Andy a été Johnny Karate, il a été Burt Macklin et voilà qu'il était Owen Grady, tout simplement. Et le scénario semblait tellement absurde à certains endroits que cela aurait très bien pu être juste un délire de plus d'Andy. Le truc c'est que j'aime beaucoup Andy, autant que j'aime Chris Pratt, donc le regarder s'amuser avec son film de dinosaures ? Pourquoi pas ! Mais on ne peut ignorer le fait que les personnages de ce film sonnent assez creux. Ils sont très peu travaillés et à la fin du film on n'a pas l'impression d'avoir appris à réellement les connaître si bien que les grandes résolutions de leurs axes respectifs tombent un petit peu à plat. Heureusement, à défaut d'être réellement intéressants, ils sont sympathiques. Les deux gosses ne sont pas agaçants et leur lien fraternel s'avère presque touchant lors de certaines scènes, notre héroïne a de la ressource et Owen Grady est Chris Pratt donc tout va bien. Et dans un petit rôle on a même Omar Sy et même s'il n'a pas un rôle de ouf, c'est toujours agréable de voir Omar Sy à l'écran. En général, ce film est fun. Il n'est pas surprenant, surtout quand on a vu la bande-annonce, on sait en gros comment tout va se dérouler, mais l'action est bien foutue, les dinosaures sont impressionants, et il y a quelques bonnes idées dans le tas. Par exemple la justification de l'apparence des dinosaures qui n'ont rien à voir avec l'apparence véritable des dinosaures telle que la science nous la décrit aujourd'hui. Ou bien le message général qui était déjà dans le premier film et qui nous dit que l'on ne peut pas jouer à Dieu et penser pouvoir contrôler la nature sans que tout nous explose à la figure.

[Ballade à moto avec nos copains raptors] Jurassic World[Ballade à moto avec nos copains raptors] Jurassic World
[Ballade à moto avec nos copains raptors] Jurassic World

Il y a aussi plusieurs références très sympas au premier film, généralement bien placées, qui amusent et font passer l'amour que semblent avoir les créateurs de cette suite pour l'original. Cela dit certaines de ces petites références sont à double-tranchant en quelque sorte car elles font de l'anti-Disney. Disney, dans ses efforts pour plaire à son public ces derniers temps, aime à se moquer de ses anciens films, comme pour nous dire « eh eh *clin d'oeil et petit coup de coude* on est dans la connivence tu vois » -une attitude qui ne me plait pas du tout d'ailleurs mais ce n'est pas le sujet-. World ici fait l'inverse, plaçant ici et là des répliques s'apparentant plutôt à « eh eh *clin d'oeil et petit coup de coude* le premier Jurassic Park était carrément plus cool, pas vrai ? ». Le souci c'est que de temps en temps il semble utiliser cela pour justifier une certaine médiocrité dans l'écriture. « Le 1 était bien meilleur donc on ne peut pas faire mieux de toute façon ». De la même façon que souligner qu'une blague n'est pas drôle peut être drôle la première fois mais, si c'est répété, finit juste par souligner que … bah... ce n'est pas drôle, souligner plusieurs fois que ce film n'est pas aussi bon que l'original finit juste par nous dire « oui, on sait, ce n'est pas très bon ».

 

Mais le truc c'est que... ce film est fun les gens, vraiment fun. Prenez la grosse scène d'action de fin : elle est ridicule Je ne vais pas vous détailler pourquoi parce que cela comprendrait des spoilers mais certains moments auraient été à pleurer de rire si je n'avais pas été autant en mode « F*CK YEAH » dans ma tête. En fait pour tout vous dire j'ai été au bord des larmes à un moment donné parce que ce qu'il se passait sur l'écran était juste bad-ass à ce point. De manière exagérée, de manière kitsh, de manière à casser toute crédibilité, mais bad-ass quand même. Et puis l'Indominus Rex était un dinosaure très menaçant ayant bénéficié d'un travail d'anticipation plutôt réussi. Il ne me fait pas autant flipper qu'un raptor -encore qu'il ait leur côté sournois...- et je n'y suis pas aussi attachée qu'un T-Rex mais il fait un antagoniste redoutable. Et la tension était bien présente dans le film. Même si je me doutais bien que certains personnages n'y laisseraient pas leur peau, j'ai sursauté et tremblé lors de plusieurs scènes. Et d'ailleurs, cela ne va pas m'empêcher de dormir mais je continue un peu de trembler pour la population mondiale parce que okay les dinosaures sont sur leur île mais quid des ptérodactyls ? Ils sont bien certains de les avoir tous abattus ? Parce que ça vole ces trucs. C'est vraiment la faille de ces films, ce n'est pas la première fois qu'on nous laisse avec des ptérodactyls en suspense. A priori cela n'a jamais posé souci, ils ont l'air d'être restés sur leur île après tout mais malgré tout à chaque fois cela me dérange. Enfin on ne va pas jouer à souligner les manques du scénario sinon on est un peu deep into le caca.

 

Le fait est que j'ai pris beaucoup de plaisir à regarder ce film. Mais dans ma tête je fais la conversion, je me demande : quand je regarderai ce film -si je le fais, ce qui n'est pas gagné- sur petit écran, cela passera t-il ? Et je n'en suis pas certaine. Parce que sur petit écran, sans toute l'amplitude qui va avec l'expérience de la salle de cinéma, Jurassic World a le scénario d'un film de seconde zone. Je suis donc partagée. Enfin j'ai quand même pris mon pied devant ce film et je suis sortie de la salle d'excellente humeur -avant de me prendre une averse de ouf sur la gueule T.T- donc je ne regrette pas de m'être déplacée.

Rédigé par Milady

Publié dans #Cinéma Occidental

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :