Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Rags

 

 

Sorti en 2012

 

Réalisé par Billie Woodruff

 

 

Avec :

 

Max Schneider >>> Charlie Prince

Keke Palmer >>> Kadee Worth

Avan Jogia >>> Finn

 

 

Dontesque ?

 

Charlie Prince vit sous le joug de son beau-père et de ses demi-frères depuis la mort de sa mère, rêvant de percer dans la musique un jour. Sa rencontre avec Kadee Worth, princesse de la pop, pourrait bien changer sa vie.

 

 

 

5,5/10

 

Histoire 11/20 – Personnages 7/15 - Casting 8/15 – Musique 10/15 – Réalisation 11/15 – Fin 6/10 – X 1/5 – Rewatch 0/5 = 54/100

 

Après 10th Kingdom, restons dans les adaptations de conte de fées avec, ce coup-ci, Rags, une autre adaptation que j'avais vraiment hâte de voir. Rags a de bon scores sur les sites tels qu'Allocine ou imdb, c'est une adaptation de Cendrillon dans notre monde contemporain avec des rôles inversés -Cendrillon est un homme, le prince est une femme- et, surtout, c'est une comédie musicale et moi, j'aime quand cela danse et chante. J'étais donc carrément motivée à le regarder et à prendre ma dose de bonne humeur, de couleurs et de happy-ends. Pas qu'on ne puisse pas adapter Cendrillon ou faire de comédie musicale sombre mais vu le poster.... mettons que le film sentait plus les paillettes et la naiserie ambiante que le gothique torturé. Et comme j'aime bien les paillettes, cela m'allait, surtout en ce moment. Mais honnêtement, j'ai eu du mal à regarder le film juqu'au bout, il a fallu que je me force. Au début cela allait mais tout dans Rags sonne TELLEMENT faux, que cela en devient quasiment insupportable. Et je sais que les films, surtout les comédies musicales, ne sont pas censés être un reflet absolument fidèles de la réalité mais je ne reproche pas à ce film de ne pas être réaliste, je lui reproche de ne pas avoir une once d'authenticité.

 

Pour commencer, les personnages sonnent faux. On ne sait quasiment rien d'eux ! Par exemple, notre héroïne, son papa est riche et lui a offert une carrière de pop star, okay. Et elle veut écrire ses propres chansons sur la vraie elle. Mais QUI est la vraie elle ? Aucune idée. Sa personnalité se résume à vouloir chanter sa personnalité. Quant à notre héro, on apprend à le connaître légèrement plus mais pas tant que ça. Il manque de contexte. Comment était sa mère ? Quelle était sa relation avec elle ? On aurait aussi pu bénéficier de plus de scènes entre lui et sa belle-famille. Sans oublier les deux sortes de « parents remplaçants » dont le rôle n'est jamais suffisamment expliqué et qui semblent toujours sortir un peu de nulle part. Les personnages manquent tellement d'un réel contexte et d'une réelle personnalité que, quand par hasard, ils sortent quelque chose qui nous rappelle la réalité, cela sonne particulièrement étrange. Par exemple, à un moment donné du film, Charlie nous sort qu'il ne peut pas se rendre à la soirée parce qu'il a école le lendemain. Sauf qu'on ne voit JAMAIS aucun de ces ados aller à l'école. Même pas Charlie le lendemain. L'école est complètement rayée de leur réalité et la réplique semble terriblement incongrue, soulignant une fois de plus à quel point le monde créé par le film est faux. En même temps les dialogues sont assez douloureusement forcés et stupides. De même que la propention de Charlie à tomber en s'emmêlant sur ses propres pieds -parce que c'est choupi- est terriblement forcée. Les personnages de Rags ne sont pas des personnes, ce sont des posters grandeur réelle auxquels on a donné la parole. Et le chant.

Sauf que le chant aussi sonne terriblement faux. Enfin pas parce que les acteurs chantent mal, ils chantent plutôt bien même, le souci vient des chansons qu'on leur donne à chanter et de la façon dont elles sont mises en scène. Parce que, par exemple, j'aime bien Max Schneider -qui fait sa carrière de chanteur sous le nom de MAX-, il a du charme et de la présence, il est même un des rares trucs positifs que j'ai retirés de ce film -j'ai passé pas mal de temps à regarder ses clips et les covers auxquelles il a participé, comme celles de Can't Hold Us ou encore Somebody that I used to know -.. Mais dans ce film on fait chanter aux acteurs des chansons qui sont, à l'image des personnages, dépourvues de personnalité. Certaines parlent un peu de quelque chose mais il y a beaucoup de « wooohoo  di di da» et de phrases bateaux qui rendent le tout impersonnel. Par ailleurs, le film ne laisse quasiment jamais la liberté aux interprètes de respirer. Dès que quelqu'un commence à chanter, la bande-son balance des instruments qui ne sont nulle part dans le film, des effets, des choeurs, de l'auto-tune. Je n'ai rien contre toutes ces choses en soi et ce n'est pas moins naturel que de voir tout le monde se mettre à danser de façon super synchrosiée de manière tout à fait spontanée mais vu le thème du film, il n'aurait pas été plus mal, au moins de temps en temps, de nous donner l'llusion que les chansons sortaient vraiment de la bouche des personnages. Et puis cela n'aurait pas fait de mal d'avoir des paroles mieux écrites aussi tant qu'à faire.

 

Même les acteurs font faux... c'est con à dire mais ils sont tellement charmants, tellement jolis, qu'ils finissent par en sembler artificiels. C'est un ensemble, c'est parce que le reste semble aussi peu authentique que la plastique parfaite de l'actrice principale et le sourire adorable de l'acteur ne m'ont pas convaincue non plus. Mais du coup tout cela forme un gros tout de rien. Des paillettes, de la niaiserie c'est très bien mais cela n'empêche pas d'avoir un peu plus de personnalité. En regardant ce film, je ne faisais que penser à tout ce que High School Musical s'est pris sur la gueule et moi je regrettais HSM parce qu'au moins HSM semblait un peu plus parler de quelque chose. Rags a quelques personnages plutôt funs -le petit ami à l'ouest de notre héroïne est drôle dans son narcissisme et la façon qu'il a de ne rien capter à ce qu'il se passe et le demi-frère de Charlie moins méchant que l'autre m'a tiré quelques sourires- mais on ne les voit pas assez.

 

Au niveau « adaptation de conte », on retrouve les éléments connus de l'histoire : on a une sorte de « bonne fée » en la personne d'un producteur -qui sort autant de nulle part que la marraine dans le conte donc j'imagine que ça au moins c'est respecté-, on a une princesse -fille du roi de l'industrie musicale en l'occurence-, le vilain beau-père et ses deux fils, un bal -qui, pour le coup, est joliment revisité à la dubstep- et même une chaussure qui vend la mèche... mais le film ne dit pas grand-chose sur le conte de base et ne dit pas grand-chose en général -au delà du « follow tes #rêves » habituel-. Donc des fois que nous n'ayez pas saisi, je n'ai pas été convaincue par ce film. Je voulais vraiment l'apprécier mais je n'ai juste pas réussi à trouver de véritable accroche. Il y a bien quelques scènes qui m'ont plu, la chanson Nothing gets better than this que j'aime bien -j'aime sa gaieté-.... et ce film n'est pas ce qu'il s'est fait de pire du tout, mais je n'ai juste vraiment pas accroché. Tant pis.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0