Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Slow West

 

 

 

Sorti en 2015

 

Réalisé par John MacLean

 

 

Avec :

 

Kodi Smit-McPhee >>> Jay Cavendish

Michael Fassbender >>> Silas Selleck

Ben Mendelsohn >>> Payne

Caren Pistorius >>> Rose Ross

Rory McCann >>> John Ross

 

 

Dontesque ?

 

Jay Cavendish, un jeune homme écossais s'aventure dans le far west pour retrouver sa bien aimée exilée après un tragique accident dont il a été le déclenchement. Perdu dans ces contrées sans merci, il est guidé par Silas Selleck, cowboy errant.

 

 

8/10

 

Allez, Rio Bravo m'ayant réussi, je suis passée à Slow West pour plus de western ! Encore que ce western-là, pour le coup, est plus « Dead Man rencontre les frères Cohen » que vraiment Rio Bravo... mais les deux m'ont plu, c'est leur point commun~ Mais revenons au début : pourquoi ce film ? J'hésitais. J'avais le choix entre deux films que l'on m'avait passés cette soirée-là et ne sachant pas comment me décider, je me suis simplement passé les deux bandes-annonces pour voir et … bordayl, la bande-annonce de Slow West donne drôlement envie. Elle fait sembler le film plus rythmé qu'il ne l'est en réalité et elle montre un peu trop de choses à mon goût -mais cela ne m'a pas gâché le plaisir heureusement- mais elle donne vraiment envie et du coup je me suis retrouvée devant ce film plutôt que l'autre -dont vous entendrez parler, ne vous inquiétez pas, parce que je l'ai regardé aussi- et il s'est avéré qu'il tenait plusieurs de ses promesses : il était lent, il était -comme indiqué par la bande-annonce- très joli et il se passait dans l'ouest. Enfin l'histoire se passait dans l'ouest parce que sinon le film a été tourné en Nouvelle Zélande. Mais ça va, je ne me sens pas arnaquée et le fait que le film ait été tourné en Nouvelle Zélande donne à son far west un sentiment différent du "véritable" far west ce qui ne fait qu'ajouter à l'ambiance de ce film qui, de base, est volontairement « instable ». On a toujours un peu le sentiment d'avoir le derrière entre deux sièges en somme.

 

Et c'est justement ce que j'ai aimé. Enfin ça et juste... le film est tellement, tellement joli. Les couleurs des paysages, surtout dans les scènes de jour, étaient superbes. Avec pas mal de jaune, ce qui renforçait l'effet lumineux de ces scènes et allait à l'encontre d'une histoire, elle, plutôt sombre. Ce film était très beau à regarder et, pour revenir à cette idée de « derrière entre deux chaises », le film a été filmé dans un format différent de d'habitude, son cadre est plus petit. Du coup sur mon écran cela donnait de grands espaces mais filmés dans un cadre limité et je pense que c'était fait exprès, cela rendait ces grands espaces libres un peu oppressants, comprimés. Le film entier était basé sur l'idée de dualité.

[Il était une fois dans l'ouest] Slow West[Il était une fois dans l'ouest] Slow West
[Il était une fois dans l'ouest] Slow West
[Il était une fois dans l'ouest] Slow West[Il était une fois dans l'ouest] Slow West

Pas juste dans les images mais également dans la musique qui alliait des mélodies tranquilles et rêveuses à un violon qui donnait au tout des airs de requiem, laissant planer un sentiment de mort au dessus de tous nos personnages et de ce far west étrange. Qui, notez bien, se mourrait effectivement de toute façon. Le film commence par un « il était une fois », s'ouvrant comme un conte, mais sous ses jolies couleurs et ses touches d'humour -sombre l'humour mais il y en a et il m'a effectivement fait sourire à plus d'une reprise-, il nous parle d'un pays où règnent la misère, la mort, la violence, la cupidité. Le film est finalement assez sombre avec beaucoup de morts, des morts violentes, brutales qui font des victimes innocentes. L'ouest est à l'agonie et chacun survit de son mieux, c'est une contrée à laquelle Jay n'est absolument pas préparé. Il a finalement été pas mal protégé toute sa vie et il vient de loin, il a clairement besoin d'être accompagné et c'est comme cela qu'il se retrouve à faire le chemin vers sa bien aimée avec Silas qui, lui, connait les règles du jeu et les a intégrées au point d'en devenir cynique et sans véritable raison de vivre. Pour cette raison, Silas a encore plus besoin de Jay. Il a besoin de cette compagnie innocente et il a besoin d'un regard moins blasé sur le monde.

 

Maintenant, j'ai trouvé qu'on n'apprenait pas tant que cela à bien connaître les personnages de ce film. On nous explique leurs circonstances rapidement, on a même droit à un flash-back illustratif pour Jay, mais finalement, encore plus pour ce qui est de Silas, on n'a pas l'impression de vraiment connaître ces personnages. Ce qui ne pose pas vraiment problème. Ils sont des archétypes que l'on saisit rapidement, on sait ce qu'ils sont censés représenter et ils sont interprétés par de bons acteurs -Michael Fassebender est bien entendu très bon et Kodi Smith-McPhee m'a particulièrement plu, l'innocence du personnage se lit sur son visage et il fait un Jay très convaincant et très émouvant-. Du coup, je me suis attachée à eux et j'ai trouvé touchante l'évolution de leurs rapports. Ils font partie d'un tout, de toute une ambiance hypnotisante qui oscille entre le voyage spirituel et une réalité cruelle et ce jusqu'à une fin [spoiler] qui m'a honnêtement surprise... parce que malgré le rêve prémonitoire de Jay, malgré les tons difficiles du film, je n'avais juste pas envisagé la mort de Jay... en regardant en arrière, elle est parfaitement sensée mais je voulais tellement un happy-end que j'avais réussi à me persuader qu'il allait arriver. Au final Jay a été tué par celle qu'il aime, tué par le rêve qui a redonné la vie à Silas... c'est joli mais c'est triste :( [/spoiler]

 

Je ne vais pas vous cacher que ce film n'est pas fait pour tout le monde et que, du fait de son rythme moins qu'effréné, il risque d'ennuyer ceux qui n'y accrochent pas. Pour ma part j'ai plus qu'accroché et, me laissant portée par l'atmosphère du film, j'en ai savouré chaque minute. J'ai trouvé dans Slow West de l'humour, de la tragédie, de l'ombre, de l'espoir, des personnages attachants et intemporels. Bref, je ne suis vraiment pas fâchée d'avoir laissé la bande-annonce me convaincre et je m'en vais vous la montrer à mon tour~

 

Note : le film n'est pas encore sorti au cinéma en France. Pour le coup je pensais que si et j'étais triste de l'avoir raté mais puisque ce n'est pas le cas, j'irai probablement le revoir au cinéma et je vous dirais bien d'attendre qu'il sorte, tant qu'à faire~ Parce que je pense que sur grand écran cela doit vraiment être encore mieux.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0