Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

2 saisons, 10 épisodes

 

Diffusés en 2010 et 2012

 

 

Avec :

 

Xander Berkeley >>> L'homme dans le diner

et d'autres acteurs de passage

 

 

 

Dontesque ?

 

Dans un diner il y a un homme. Il est toujours assis à la même place et si vous allez le voir avec une requête il l'écoutera, ouvrira son cahier et vous dira ce que vous devez faire pour obtenir ce que vous voulez. La question est : jusqu'où êtes-vous prêts à aller ?

 

 

9/10

 

Aujourd'hui, c'est une série que j'ai à vous proposer. Une série courte qui ne bouffera pas tout votre temps libre et que je vous recommande chaudement. Pour ma part, je suis tombée dessus par hasard. En fait à la base je n'avais même pas capté que c'était une série, j'étais tombée sur le synopsis sur imdb et je n'avais pas fait gaffe, je pensais qu'il s'agissait d'un film. Et comme le synopsis me parlait, je me suis lancée à la recherche de ce film qui s'est avéré être en vérité une série dont il existe pour le moment deux saisons de 5 épisodes -encore que les 5 épisodes soient en vérité des petits épisodes mis bout à bout par la suite-. Chaque épisode durant en gros 30 minutes, vous en avez pour 2h30 par saison, pas de quoi exploser votre emploi du temps donc. Et cela vaut le coup ! Au début le concept fait que la série peut prendre de court parce que rien ne nous est montré, toute l'action se déroule entre les conversations avec « l'homme » et toutes les conversations se déroulent exactement au même endroit. Comme en plus tout est découpé en petites scènes, le tout semble très décousu. Mais petit à petit les pièces tombent en place, certaines de façon plus évidente que d'autres, et quand tout est enfin assemblé, cela valait la peine.

 

Les dialogues sont très bien écrits -heureusement vu que la série repose en grande partie dessus-, l'atmosphère est joliment gérée par la réalisation et surtout, les acteurs sont excellents. En raison du format, on ne passe pas beaucoup de temps avec les personnages mais grâce au casting, au bout de deux épisodes on commence déjà vraiment à les cerner et à ressentir leurs émotions avec eux. Enfin pas tous, il y en a certains auxquels il est plus difficile de s'identifier que d'autres, mais la série a ses moments chargés en émotion tandis que l'on se demande qui va aller jusqu'au bout, qui va compromettre sa moralité, qui va s'arrêter à temps et quelles seront les conséquences. Et vraiment, tout est entre leurs mains. Une des questions dominantes de la série -pas dans le scénario lui-même vraiment, encore qu'elle soit bien entendue posée, mais plus pour nous- est de savoir qui est « l'homme ». Le premier réflexe est de penser au Diable à cause du système des contrats/pactes qui, pour plusieurs, ont bien l'air d'être un échange d'âme contre la chose convoitée. Sans oublier que quelques lignes dans la série semblent faire référence au Diable. Mais en vérité, le personnage reste une énigme car parfois ce qu'il demande des gens est positif et il semble les guider vers une forme de rédemption plutôt que de chercher à les perdre. Il ne cherche pas non plus à les arnaquer, il rend les règles claires et répond à toutes les questions auxquelles il peut répondre sans rechigner. Il teste leurs limites et comme il dit « il ne fait que nourrir les monstres » -si monstres il y a- plutôt que d'en être un lui-même. Il procure les opportunités et les personnages en face sont seuls à décider de la suite, à décider d'aller jusqu'au bout ou de faire marche arrière à tout moment s'ils le souhaitent. Et dans certains cas, même lorsque leur partie du marché n'est pas remplie, la vie trouve un moyen de s'arranger malgré tout. « L'homme » propose le marché et après il ne fait qu'observer, ce sont les détails de l'esprit humain qui l'intéressent. Et Xander Berkeley étant absolument excellent dans cette série -il est clairement mon élément favori des deux saisons-, on sent qu'il n'est pas détaché, il s'intéresse à ce qu'il passe. Il a l'air sincèrement ravi lorsque les choses se passent bien pour un de ses « clients », sincèrement désolé lorsque les choses se passent mal. Et comme bien souvent il révèle quand même les mauvaises choses qui sommeillent en l'être humain, il a cette fatigue sur le visage en permanence. Est-ce que c'est une illusion ? Peut-être mais je suis encline à penser que non et ce personnage était à la fois mystérieux, vaguement inquiétant et très engageant. Par ailleurs, le long de la série, il se développe une relation entre lui et Doris, la serveuse du diner où il prend ses rendez-vous et c'était un de mes axes favoris. Quand je parle de relation, je ne parle pas de relation amoureuse -c'est souvent la première chose à laquelle on pense quand il est question de deux personnages de sexes différents donc je précise- mais juste d'un certain lien qui commence à apparaître. Au début elle lui pose des questions parce qu'elle le voit sans arrêt dans le diner, qu'elle se demande ce qu'il fait et qu'elle a besoin de parler à quelqu'un. Et il n'a pas envie de répondre ou de parler mais il semble petit à petit prendre plaisir à sa compagnie et même s'ils n'échangent que très peu de mots, il y a une véritable connexion teintée de mélancolie qui se forme entre ces deux êtres particulièrement seuls. Lors de leur dernière scène ensemble je dois dire que j'ai eu la larme à l'oeil pour le coup.

[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End
[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End
[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End

Pour parler à présent de la saison 2 un petit peu -mais sans spoiler bien entendu-, elle est une bonne suite à la première encore que je la trouve un petit peu moins bonne. Dans le bon, j'ai apprécié les efforts des scénaristes pour indiquer qu'il y a quelque chose de « plus grand » autour de tout cela. Le fait qu'on ne sache rien de « l'homme » est bien entendu en grande partie ce qui fait son intérêt mais la saison 2 fait du bon boulot, nous donnant des indices qui nous font supposer quelque chose « au dessus » mais nous en disant suffisamment peu pour que le mystère soit conservé. Et puis s'il y a une saison 3, il faudra bien que la mythologie de la série avance un petit peu -pas drastiquement mais un petit peu-, sinon cela risque de devenir légèrement redondant. Par ailleurs cette saison avait également des personnages très touchants. Ils ne le sont pas tous mais Theresa, la demoiselle qui se sent très seule et demande à être aimée, m'a brisé le cœur lors de certaines scènes. Elle n'est pas le seul personnage que j'ai apprécié mais elle est probablement celle pour laquelle j'ai ressenti le plus de choses. Enfin sauf si on compte Jack mais en l'occurence j'ai surtout ressenti pas mal de dégoût à son sujet, il est probablement le personnage le plus détestable d'emblée de la série, toutes saisons confondues. Même « l'homme » a l'air horrifié par ce qu'il lui demande et par ce qu'il est prêt à faire -et avec le sourire en plus-. C'est dans ces moments-là que l'on sent qu'il n'est pas détaché de la situation. Il ne comprend pas toujours les êtres humains et leurs motivations -c'est même un axe important de la seconde saison- mais il a des sentiments et lorsque Jack touche le fond, l'attitude de « l'homme » change, il est plus froid vis-à-vis de Jack. J'ai beaucoup aimé la continuation de son personnage. Par contre je dois dire que je préférais son apparence dans la saison 1. Cela paraît anodin et cela ne m'a pas gâché la saison, c'est clair, mais dans la saison 1 avec sa barbe et ses cheveux moins blancs, « l'homme » semblait plus fatigué. Dans le 2 il paraît plus vieux mais moins crevé et j'aimais juste vraiment bien l'aura du personnage dans la première saison. Mais, surtout, dans la saison 2 j'ai eu du mal avec le personnage de Doris. J'étais ravie de la retrouver mais elle a l'air d'être un tout autre personnage. Elle semble également moins fatiguée et, surtout, bien plus au courant de qui est « l'homme ». Alors via elle la mythologie de la série se construit, okay, mais d'un autre côté on perd la tranquilité et la mélancolie du rapport qu'elle et « l'homme » avaient dans la saison 1. J'ai trouvé cela franchement dommage et, au delà de cela, perturbant car cela semble arriver d'un coup.

 

Au final néanmoins, c'était une très bonne série sur laquelle je suis vraiment ravie d'être tombée. En raison du format je ne peux pas trop vous en dire, ce serait dommage de vous spoiler, mais je ne peux que vous recommander de tenter le coup. Cela ne vous prendra pas longtemps, ça vaut vraiment le coup et même si vous n'accrochiez pas, c'est une idée qui sort du lot et ça mérite toujours un coup d'oeil.

[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End
[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End
[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End[Jusqu'où iriez vous?] The Booth at the End
Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0