Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Assault on Precinct 13

 

 

 

Sorti en 1976

 

Réalisé par John Carpenter

 

 

Avec :

 

Austin Stoker >>> Lt. Ethan Bishop

Darwin Joston >>> Napoleon Wilson

Laurie Zimmer >>> Leigh

Martin West >>> Lawson

Tony Burton >>> Wells

 

 

Dontesque ?

 

Suite à un raid de la police qui fait plusieurs victimes dans leurs rangs, un gang décide de se venger. Pendant ce temps, le lieutenant Ethan Bishop se rend au central 13, un commissariat sur le point de fermer et un prisonnier célèbre, Naopélon Wilson est en plein transfert.

 

 

?/10

 

Après avoir regardé et adoré Rio Bravo, j'ai repensé à Assault on Precinct 13. Comme vous le savez, j'aime faire des listes donc dans un cahier consacré aux listes, j'ai une liste de films d'action à regarder... -j'ai aussi une liste de films de 2014 à rattraper, de films de James Mc Avoy, Tom Hardy ou encore Lee Pace à voir, etc- et dans cette liste il y avait Assault on Precinct 13 que j'avais laissé de côté à cause de son réalisateur, John Carpenter. Mais après avoir vu Rio Bravo et comme je savais qu'Assault en était inspiré -John Carpenter a même laissé le nom « John T. Chance », nom du personnage principal de Rio Bravo et pseudoynme sous lequel il a écrit le scénario à la base, dans les crédits du film sous « film editor »-, je me suis dit « allez, go ! » … Mais je n'ai pas accroché. Voyez-vous, John Carpenter est un réalisateur qui me frustre énormément. Il a beaucoup de personnalité en tant que réalisateur -même sans savoir qu'Assault était de lui j'aurais pu le deviner rien qu'à la musique d'ouverture par exemple... musique qu'il a bien entendu composée lui-même- et j'ai du respect pour ce type qui s'implique dans toutes les étapes de production de ses films. Il a des idées qui me plaisent et je comprends sans mal le succès qu'il a. Mais même lorsque ses films, sur le papier, semblent faits pour moi, à l'écran, je n'accroche juste pas. Je n'arrive pas à rentrer dedans. La seule exception, à ce jour, est The Thing qui fait probablement partie du top10 de mes films d'horreur favoris et que j'ai revu une multitude de fois... mais c'est tout. Le reste du temps, les films de John Carpenter me laissent de marbre et bingo, ici encore, cela n'a pas loupé.

 

Et vraiment c'est dommage parce qu'encore une fois : j'aime l'idée. Je pense que c'est même ce qu'il y a de plus frustrant, j'aime l'idée de base et je voudrais vraiment aimer le film qui va avec. J'aime le concept des criminels énervés par un raid de la police qui prennent d'assault un commissariat désaffecté, j'aime que nos héros se retrouvent à collaborer avec un criminel dont approche la date d'exécution. On retrouve effectivement pas mal de Rio Bravo dans le scénario mais ce n'est pas non plus une copie et Assault, dans sa seconde partie, est bien plus chargé en action que le film d'Howard Hawks -action qui rappelle pas mal d'attaques zombies et apparemment Night of the Living Dead a été une grande inspiration donc ce n'est pas étonnant mais je dois bien avouer n'avoir vu ce film qu'une fois quand j'étais jeune et n'en avoir que très peu de souvenirs... il est dans l'une de mes listes, ne vous inquiétez pas- . Et je vois en quoi l'action est divertissante. Et en quoi Carpenter dépasse nos attentes par moments aussi, notamment lors d'une scène près d'un camion de glace que j'avais vu venir sans avoir vu venir dans le sens où je le sentais arriver mais n'y croyais pas vraiment. Cette scène-là m'a prise de court pour tout vous dire. Et en général malgré que le film puisse être un peu « gros » dans ses situations et dans le design de ses personnages, la violence est montrée de façon très brute, ce qui la rend plus efficace pour le coup. Par ailleurs, le film a un bon look, les couleurs sont belles et on retrouve la personnalité de John Carpenter facilement, par exemple dans la gueule de ses méchants mais juste dans l'ambiance générale -encore une fois la musique fait beaucoup-. Il ne m'est pas difficile de voir ce que les gens tirent de ce film, pourquoi ils l'aiment et pourquoi ils s'amusent devant. Mais.... mais je me moquais royalement du sort de tous les personnages de ce film et c'est en grande partie ce qui l'a tué à mes yeux.

[La nuit du gang vengeur] Assault on Precinct 13
[La nuit du gang vengeur] Assault on Precinct 13
[La nuit du gang vengeur] Assault on Precinct 13
[La nuit du gang vengeur] Assault on Precinct 13

Il n'y a pas que cela. De base, il faut croire que j'ai juste du mal avec l'ambiance des films de John Carpenter -films et oeuvres télévisuelles d'ailleurs-. Encore une fois, il n'est pas un réalisateur passe-partout et c'est très bien mais cela veut dire aussi que, forcément, certaines personnes n'apprécieront pas son style et apparemment, je fais partie de ces personnes. Ce qui est frustrant parce qu'en plus des raisons déjà évoquées -le fait que j'aime ses idées et que je vois l'attrait de ses films sans arriver à le ressentir moi-même- je n'arrive pas à savoir *pourquoi* je n'accroche pas. Je suis obligée de retomber sur « manque d'affinités » mais ce n'est pas très satisfaisant et c'est dans ces moments-là que j'aimerais avoir suffisamment de capacités analytiques pour savoir exactement ce qui ne me convient pas dans le style de Carpenter. Enfin en l'occurence dans ce film, mon souci majeur a été les personnages et la façon dont ils sont interprétés. J'avais toujours le sentiment que les acteurs étaient très peu naturels et assez peu intéressés par leurs personnages. Pour revenir à Rio Bravo, l'intérêt principal de ce film était ses personnages. On s'y attachait, ils avaient du cœur, on s'intéressait à leur sort. Là en l'occurence, il y a plus d'action c'est vrai et elle attire l'attention dans ce qu'elle a de brut, mais je trouve qu'on perd pas mal au niveau des protagonistes si bien que lorsque les choses commencent à se gâter... cela ne m'a rien fait. Je trouvais les personnages sans charisme, sans alchimie véritable entre eux et bien qu'ils ne soient pas dénués de personnalité, ils m'ont toujours semblé trop peu « réels ». Il pouvait bien leur arriver n'importe quoi, cela ne me concernait pas. Du coup au bout d'un moment, mon attention a fini par flancher. Je regardais l'écran, je suivais ce qu'il se passait à l'écran mais je me demandais ce que j'allais manger ce soir, pourquoi les mouches font des mouvements carrés dans l'air, etc. Je n'étais simplement pas « dans » le film.

 

Donc... ce fut une fois de plus une expérience non-concluante. John Carpenter, arf, toi et moi n'avons juste pas l'air de nous entendre. Sauf pour ce qui est de The Thing, encore une fois, ce film est génial. Mais sinon nous n'avons pas l'air de nous entendre. Je ne suis pas encore résignée, je suis loin d'avoir tout vu et il y a encore au moins They Live et Big Trouble in Little China que je veux regarder un de ces jours mais Assault on Precinct 13 ne m'a pas convaincue de les lancer tout de suite. Un autre jour certainement mais pas tout de suite.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0