Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rambo : First Blood Part II

 

 

 

Réalisé par Geroge P. Cosmatos

 

Sorti en 1985

 

 

Avec :

 

Sylvester Stallone >>> John Rambo

Richard Crenna>>> Col. Samuel Trautman

Charles Napier>>> Marshall Murdock

Julia Nickson >>> Co Bao

 

 

 

Dontesque ?

 

Après les évènements du premier film, le colonel Trautman vient chercher Rambo en prison pour lui proposer une mission dangereuse qui le renverrait en plein Vietnam dans le but, sur le long terme, d'aider l'Etat à récupérer ses prisonniers de guerre.

 

 

 

6.5/10

 

Dans un élan de logique imparable, après avoir vu le premier volet de Rambo et l'avoir beaucoup apprécié, je me suis dit « eh, et si je regardais le deux ? ». CAPTAIN OBVIOUS LOGIC IS OBVIOUS AND LOGIC. J'ai donc regardé le second volet, second volet qui, de base, était celui dont j'avais le plus entendu parlé finalement. Ou plus exactement, c'était celui sur lequel était basé ma perception de Rambo. Car pour moi Rambo était un type bourrin avec un couteau qui butait des gens au Vietnam voyez-vous. Or ce n'était pas du tout le cas dans le premier volet mais c'est le cas dans le second et, comme je le disais dans mon article sur le premier volet, c'est dans celui-ci que commence le véritable body count. Donc bref, j'ai enfin eu le film Rambo auquel je m'attendais. Plus ou moins. Non parce que du coup, ayant vu et beaucoup aimé le premier film qui présentait John Rambo comme un homme trahi, traumatisé, blessé, perdu et à une réaction du public près du suicide, j'ai passé une grosse partie du second film à vouloir le prendre dans mes bras pour lui faire un calin. Peut-être pas quand il était en mode « carnage » parce que je n'aurais pas voulu me faire égorger par erreur mais le reste du temps...

 

Non parce qu'on parle quand même du type qui dit de lui-même qu'il a été choisi pour cette mission parce que, bon ok il est qualifié et bon à ce qu'il fait, mais surtout parce qu'il est parfaitement dispensable. S'il crève au combat, cela ne changera rien et personne ne le pleurera. Au début du film, lorsque Trautman va le chercher en prison, Rambo est à deux doigts de refuser de sortir de prison parce qu'au moins dans la prison son existence à un sens, il a une place alors que dans la vie civile, il est perdu, il n'a sa place nulle part. Et s'il finit par sortir c'est en partie pour aider les combattants qui, comme lui, ont été trahis par leur pays mais également parce qu'on le renvoit dans un monde qu'il comprend et parce qu'il a besoin de se sentir utile, capable. Paye ta joie quand même. Ce film n'est pas aussi difficile à encaisser -pour la petite chose sensible que je suis en tous cas- que le premier volet -parce que, ne nous voilons pas la face, le film est assez con- mais malgré tout, il y a quelques scènes qui m'ont serré le cœur, dont une en particulier à laquelle je m'attendais plus ou moins tout en ne voulant vraiment pas y croire. Il a quand même vraiment pas de pot John Rambo et cela m'a rendu d'autant plus triste que décidément Sylvester Stallone m'est énormément sympathique, il arrive à nous faire un très bon mix de bad-assitude bourrine et de vulnérabilité prenante. Bon, je ne vais pas vous mentir hein, il est plus dans le bourrin que dans le vulnérable dans ce film et ce n'est pas exactement une suite bien subtile mais je sortais tout juste du premier volet et je m'étais attachée à Rambo. Il y a plus de personnages que j'ai retenus dans ce film que dans le précédent -pas nécessairement parce qu'ils sont plus développés mais parce qu'ils sont plus... différents ? Genre y en a un c'est une femme donc tout de suite, elle se démarque du reste sans avoir à faire quoi que ce soit- mais finalement, même si Trautman est toujours un personnage que j'aime beaucoup et même si nous avons un antagoniste marquant car méprisable au possible, je dois bien admettre que Rambo « bouffait » vraiment tout le reste. Comme je vous le disais, j'avais envie de le prendre dans mes bras et de lui dire « tout va bien se passer petit ». Ce qui, bien entendu, serait un mensonge parce que rien ne se passe jamais vraiment bien pour John Rambo.

 

Par contre, pour nous, les choses sont plutôt du bon côté du cinéma d'action décomplexé. Le premier volet était déjà un film d'action mais il était moins violent et il était presque plus axé « thriller » tandis que le second est une débauche de violence et... j'aime bien la débauche de violence moi. Elle ne commence pas tout à fait tout de suite mais quand l'enfer se déchaine, il se déchaine sévèrement et j'ai été très enthousiasmée par l'action de ce film. Pour moi en fait ce second film est un peu à Rambo : First Blood ce qu'Aliens était à Alien -et du coup en écrivant cet article j'ai découvert que James Cameron a co-écrit ce film avec Stallone donc je ne suis pas complètement à l'ouest- à savoir un second volet prenant le concept du premier et l'emmenant vers le cinéma d'action. On ne va clairement pas aller comparer First Blood : Part II et Aliens en termes de qualité parce que ce serait un véritable massacre, mais j'ai eu le même sentiment dans le changement de ton.

 

Et écoutez, pour moi cela a bien fonctionné. C'était moins bon que First Blood, clairement, mais c'était malgré tout divertissant, j'ai apprécié les scènes d'action et j'ai une sympathie pour le personnage de Rambo et Sylvester Stallone. J'aurais moins tendance à le recommander que le premier mais, pour le coup, j'ai passé un bon moment devant.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0