Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2014

 

Réalisé par Toa Fraser

 

 

Avec :

 

James Rolleston >>> Hongi

Lawerence Makaroe >>> Le Guerrier

Rena Owen >>> La grand-mère

 

 

 

Dontesque ?

 

Hongi, un jeune adolescent, voit sa tribu complètement massacrée par une autre tribu et jure de se venger, suivant les coupables jusque dans des territoires réputés maudits. Il y rencontre l'homme réputé démon et gardien de l'endroit et lui demande de l'aider à se venger.

 

 

 

7,5/10

 

En fait, je pense que vous commencez à vous en rendre vaguement compte, ces derniers temps j'ai écumé la réserve de films de Netflix, cliquant au hasard un peu partout dans l'espoir de tomber sur de bons trucs à regarder. Et puis de temps en temps, tout de même, je visais aussi. Dans un sens c'est mal parce que j'ai une tonne de choses à regarder, de projets à compléter, de dramas à rattraper, etc.... mais d'un autre côté en ce moment je n'arrive juste pas à penser en termes d'obligations. Pour tout vous dire, je suis en pleine période de stress à cause des changements imminents qui vont se faire dans ma vie et j'ai besoin autant que possible de ne pas avoir de contraintes là où je peux ne pas en avoir. Hum. Pas la question, pardon. Pour revenir au sujet, j'étais donc sur Netflix, cliquant sur des trucs à droite à gauche et je suis tombée sur le poster de The Dead Lands dans la catégorie « action ». J'aime les films d'action et le poster était cool alors je n'ai pas hésité, je me suis dit « GO MILA GO » et j'ai go-é, gaiement et avec le sourire. Et tout de suite j'ai eu une très bonne surprise car le film se déroule en Nouvelle-Zélande parmi le peuple Maori et les dialogues sont donc, effectivement, en maori. C'est un dépaysement total vu que je dois bien admettre ne rien connaître du peuple Maori. Alors The Dead Lands n'est pas un documentaire hein, mais c'est toujours bien d'avoir un petit contact avec une autre culture, c'est neuf, dépaysant et intéressant.

 

Et puis en plus la Nouvelle Zélande, comme nous l'a appris à tous Le Seigneur des Anneaux, c'est PLEIN de très jolis paysages donc forcément, on a droit à plein de très jolis paysages et cela fait du bien aux yeux, d'autant que le mec qui a filmé ce film est apparemment bon à son métier et met vraiment en valeur ses acteurs, ses décors, ses scènes d'action, tout en fait. The Dead Lands est un film extrêmement esthétique, un délice pour les yeux. Cela donnerait presque envie de visiter le pays si la réalité dépeinte dans le film n'en était pas une où l'on se ferait buter à peine sortis de l'avion. Mais bon, la réalité du film n'est plus trop d'actualité alors.... alors j'irais probablement y faire un tour quand même. Enfin le film n'est pas là pour jouer l'office du tourisme donc passons. Comme je le disais, le dépaysement c'est super mais, par contre, cela peut demander un petit temps d'adaptation parce qu'il n'y a pas que les décors qui soient « étrangers », il y a toute la culture, et cela inclus, entre autres, les attitudes, les expressions faciales, etc. Comme je le disais pour White Dog, chaque culture a sa façon de parler, sa façon de bouger, et le peuple maori dépeint dans ce film a beaucoup, notamment, d'expressions faciales grimaçantes que nous n'interprétons pas de la même façon qu'eux, si bien que parfois le langage corporel peut prêter à sourire à des moments où ce n'est pas voulu/approprié. Heureusement après un certain temps, on finit par s'habituer, on s'adapte à ce décalage et on devient capable de véritablement profiter du film comme il se doit. Et puis ce serait dommage d'ailleurs de ne pas en profiter parce que c'est un bon film ! Bon, au niveau du casting j'aurais du mal à émettre un jugement par contre. A priori je les ai trouvés tous bons, en particulier l'acteur interprétant « le Guerrier » -le personnage n'a pas vraiment de nom- mais comme mon maori n'est pas exactement au point -comprendre : je n'en parle pas un mot- c'est difficile de juger des prestations. En tous cas de mon point de vue, elles étaient toutes très bonnes. James Rolleston dans le rôle principal d'Hongi a une certaine innocence à laquelle on s'attache tandis qu'on espère que son chemin vers l'âge adulte ne la brisera pas complètement et Lawrence Makaore est charismatique et complexe dans son interprétation du guerrier, un personnage redoutable et brutal mais à la fois plein de regrets et au cœur fatigué.

[La voie du guerrier] The Dead Lands
[La voie du guerrier] The Dead Lands
[La voie du guerrier] The Dead Lands

Il y a également des conflits intéressants au cœur de ce film, des questionnements sur l'honneur des hommes, sur ce qu'il vaut, s'il existe même. Cela parle de rédemption, de vengeance, de destin, de traditions et simplement d'un enfant qui doit devenir un homme, embarqué sur les sentiers terribles de la vengeance, sentiers qui pourraient le mener, pas forcément à sa mort mais au moins à sa perte. Les deux personnages principaux sont également intéressants et je me suis trouvée très intéressées par leurs voyages spirituels respectifs. J'ai beaucoup aimé la façon dont le réel et le spirituel semblaient se côtoyer de façon très naturelle. Le guerrier et Hongi vivent dans un contexte où les croyances et le respect des ancêtres sont très importants, ils sont très attachés à leur spiritualité et le film le met vraiment bien en scène. On a droit à plusieurs scènes de semi-rêves où Hongi discute avec sa grand-mère mais même sans aller là-dedans, les scènes sont parfois filmés de sorte à ce que l'on se sente entrés dans un autre monde, quelque part entre le réel et l'irréel. Et c'est fait de façon très naturelle, tout se mélange pour donner au film une ambiance qui lui est particulière.

 

En fait, au final, pour tout vous dire, c'est la partie action qui m'a moins attirée... c'est pour elle que j'étais entrée dans le film à la base mais je ne sais pas, elle ne m'a pas passionnée. Enfin pas les combats en soi. J'étais intéressée par le conflit, la dynamique entre Hongi, le guerrier et leurs adversaires, j'étais investie dans les motivations derrière les coups mais les combats eux-mêmes, bien qu'ils étaient tout à fait bien mis en scène, ne m'ont simplement pas passionnée. Question, simplement, de style de combat j'imagine. Peu importe au final néanmoins parce que cela ne m'a absolument pas gâché le film. Film qui, cependant, n'est pas parfait car il donne toujours le sentiment qu'il pourrait être plus. Le scénario, sa véritable progression « nue » je veux dire, est finalement assez basique et j'avais toujours la sensation que le film était plein d'éléments qui auraient pu/du être exploités plus que cela. Le résultat de ce manque est que parfois, le film semble un peu longuet et qu'il y a des scènes creuses où j'ai un petit peu trop senti le temps passer.

 

Malgré cela, j'ai beaucoup apprécié de regarder The Dead Lands, ne serait-ce que pour le dépaysement total. Je regrette qu'il n'ait pas été plus qu'un film d'action aux grandes lignes basiques dans, simplement, un contexte plus exotique que d'habitude. Parce que justement il y avait le contexte différent, sans compter les thèmes intéressants, pour faire plus. Mais malgré tout le film se construit une ambiance visuelle intéressante et esthétique sans oublier de nous proposer des personnages intéressants, charismatiques et bien interprétés. Donc au final c'était une bonne trouvaille et il me faut remercier Netflix une fois de plus. Merci Netflix !

Tag(s) : #Cinéma d'Océanie

Partager cet article

Repost 0