Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sword and the Rose

&

Highland Rogue

 

 

Sword and the Rose : sorti en 1953, réalisé par Ken Annakin - 6/10 // Rob Roy, the Highland Rogue : sorti également en 1953 et réalisé par Harold French. - 6/10 aussi. Pour le reste, voyez la suite de l'article ^-^

 

Aujourd'hui les gens, nous allons parler de deux films à la fois. Parce qu'honnêtement je n'avais pas grand-chose à dire ni sur l'un ni sur l'autre et que de toute façon, ils se marient plutôt bien l'un avec l'autre, il y a une certaine continuité dans le ton et les castings sont en grande partie les mêmes. Notamment, dans les deux, les deux acteurs principaux sont Richard Todd et Glynis Johns et j'étais particulièrement ravie de retrouver Richard Todd que j'avais beaucoup apprécié dans son rôle de Robin des Bois. Cela dit je dois malheureusement bien admettre qu'il était probablement l'élément le moins enthousiasmant des deux films et que sa co-actrice m'a bien plus tapé dans l'oeil. Mais n'allons pas trop vite, parlons de chaque film séparément.

 

Sword and the Rose se situe lors du règne d'Henry Tudor qui, ici, est interprété par l'excellent James Robertson Justice -qui était également dans The Story of Robin Hood and his Merrie Men en tant que Petit Jean... et le réalisateur des deux films est le même au passage-. Sa version d'Henry Tudor est largement édulcorée mais il est excellent dans sa théatralité, il a énormément de charisme et de présence et ses scènes avec Mary Tudor, notre héroïne, ont clairement été mes scènes favorites car Mary Tudor, interprétée par la dynamique Glynis Johns, est pleine de répondant et de personnalité. Il veut qu'elle se comforme à ses ordres mais il a trop d'affection pour elle, elle a trop de vivacité pour lui et cela créé une dynamique vraiment prenante. Et en l'occurence notre Mary Tudor est tombée très amoureuse, malgré une relation un peu chamailleuse au début, de Charles Brandon. Malheureusement il n'est pas noble et Henry Tudor la veut mariée au roi de France, ce qui complique carrément les choses. Et mon souci avec ce film, au delà du fait que Charles Brandon est interprété de façon très plate par Richard Todd, et que, en premier lieu, on sait comment tout cela va se terminer. Non seulement parce que, d'une part, j'ai une connaissance basique de l'histoire des Tudors -je répète : basique... suffisante pour prévoir la fin du film mais rien de poussé et faudrait pas me quizzer sur la question- mais surtout parce que bon, reconstitution historique ou pas, on est dans le la production Disney et les Disney se finissent rarement sur autre chose qu'une happy-end et la célébration du grand amour. Par ailleurs, à côté de cela, il y a un léger souci de ton. Comme je le disais, le sujet a été assez édulcoré et ce n'était pas exactement inattendu, mais les actions des personnages sont parfois en contadiction avec le ton et cela donne un mélange étrange. Notamment lorsque Mary se retrouve effectivement mariée au roi de France -j'estime que ce n'est pas un spoiler, c'est de l'histoire-, pour s'en débarasser elle entreprend en gros de le tuer à petit feu et la scène où elle le fait boire verre après verre est en fait assez horrible. Notre protagoniste, notre héroïne, cette jeune femme que nous sommes censés soutenir, est en train d'empoisonner un homme petit à petit. Et bon, je comprends que leur mariage n'est pas un mariage d'amour mais malgré tout c'est assez terrible. Et c'est rendu déstabilisant par le ton du film. Dans une version moins édulcorée cela passerait mais dans cette version-là, cela ne fonctionne pas. Le film ne fait pas assez sentir sa romance pour être une vraie romance, il n'y a pas assez d'aventure, il n'y a pas assez d'intrigue politique, il n'y a pas assez de manipulation, il n'y a pas assez de quoi que ce soit en fait, le film est assez fade. Il y a des choses que j'aime dedans, notamment donc les performances de Glynis Johns et James Robertson Justice et simplement le côté très théatral de la mise en scène, mais cela restait un film assez plat et ce n'est pas quelque chose que je reverrais pour être honnête.

The Highland Rogue, quant à lui, est un film centré autour de Rob Roy, ou Robert Roy McGregor, une figure écossaise qui a été pas mal comparée à Robin des Bois. Et lorsque j'ai commencé le film je dois dire que j'ai été assaillie d'une réalisation assez décevante: quand je pense « écosse » et « rebel » je n'ai qu'une seule image en tête, à savoir la version Braveheart de William Wallace. C'est un peu triste mais je connais si peu de choses à propos de l'Ecosse que mon image réflexe est Mel Gibson en kilt. Mais bref, The Higland Rogue n'a donc rien à voir avec Braveheart, cela se rapproche effectivement bien plus de la légende de Robin des Bois et on retrouve un peu toujours le même ton sauf qu'avec ce film j'avais le sentiment qu'il y aurait du y avoir plus de gravité parce que nous avons quand même des morts, des batailles, des intrigues politiques. Et le truc c'est qu'à la place j'ai eu le sentiment de voir quelque chose que j'avais déjà vu. Encore une fois, Glynis Johns est très bonne dans ce rôle et elle a une bonne alchimie avec Richard Todd qui est un peu plus intéressant que dans Sword and Rose sans être non plus absolument passionant. Je connaissais cette actrice principalement pour son rôle dans Mary Poppins mais maintenant j'ai vraiment envie de la voir ailleurs alors que ces deux films ont eu un peu l'effet inverse pour Richard Todd que j'ai moins envie de voir maintenant. Franchement je n'ai pas grand chose à vous dire de Highland Rogue. Ce n'est pas un mauvais film, il y a un peu d'aventure dedans, un peu de romance, un couple principal qui se répond bien , l'actrice qui interprète la mère de Rob Roy a également de la présence, il y a des scènes qui font sourire et dans l'ensemble cela se regarde sans mal mais il y a tellement plus excitant. Je pense que pour un public plus jeune c'est fort probablement plus prenant mais pour ma part j'ai juste le sentiment que votre temps pourrait être mieux employé.

 

Et cela vaut un peu pour les deux films. Je n'ai pas été plus enthousiasmée que cela, voilà tout. Je ne dirais pas non plus que je me suis ennuyée car j'aime écouter parler tous ces acteurs ne serait-ce que pour les lignes de dialogues elles-mêmes avec ce que le vocabulaire a de légèrement surrané. Mais bref, je ne me replongerai pas dans ces films et je leur donne au maximum trois mois avant de les avoir complètement oubliés.

Tag(s) : #Cinéma Occidental, #Disney

Partager cet article

Repost 0