Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Le voyage de Mister et Martin vers le nouveau paradis] Stake Land

Réalisé par Jim Mickle

 

Sorti en 2010

 

 

 

Avec :

 

Nick Damici >>> Mister

Connor Paolo >>> Martin

Danielle Harris >>> Belle

Kelly Mc Gillis >>> Sister

etc

 

 

Dontesque ?

 

Dans un monde post-apocalyptique ravagé par des vampires, un jeune homme nommé Martin et un chasseur de vampires essaient d'atteindre le Nouvel Eden, quelque part plus au Nord.

 

 

 

7/10

 

Ce film n'était absolument pas ce à quoi je m'attendais. Pour être honnête, vu le titre, l'affiche et le côté « homme mûr guidant un jeune homme dans un monde post-apocalyptique avec des zombis autour » -okay, ce sont des vampires en vérité mais à bien des égards ils sont représentés comme des zombis, c'est juste qu'ils bougent plus vite et qu'on peut les tuer avec des pieux s'ils sont plantés au bon endroit... mettons que c'est un croisement entre les deux- je pensais qu'on aurait droit à quelque chose du type Zombieland, une comédie indie avec quelques passages plus chargés en émotion... et peut-être un caméo de Bill Murray ? Okay, non, je ne m'attendais pas à un caméo de Bill Murray mais je pensais vraiment que Stake Land jouerait dans la même catégorie que Zombieland, c'est même pour cela que j'avais mis autant de temps à le lancer parce que j'adore Zombieland, je ne pensais pas qu'une seconde version pourrait être aussi divertissante. Finalement je l'ai lancé quand même et il s'avère que Stake Land n'est absolument pas une comédie et le film nous le fait savoir dès ses premières scènes : dans les premières minutes du film, un bébé se fait tuer par un vampire et son cadavre est jeté par terre. Alors bien entendu il s'agit d'une poupée -sans blague... « non non, c'était un vrai bébé égorgé » =_=- et cela saute pas mal aux yeux en fait, mais le ton est quand même donné et Stake Land est loin d'être une comédie.

 

En fait le film est même très sombre. Il y a peu de couleurs, le monde est en ruines et il y a très peu de scènes qui font sourire même si, oui, il y en a quelques unes quand même. Et je pense que l'ambiance est très fortement influencée par la narration. Au delà du fait que la narration de notre héro est faite sur un ton très sombre, elle a tendance à très souvent simplement exprimer des faits. C'est-à-dire qu'elle nous dit beaucoup de choses que nous voyons déjà. Pas seulement mais il y a beaucoup de cela. Et je comprends que certaines personnes voient cela comme une marque d'inutilité mais pour ma part j'ai trouvé que cela participait énormément à l'ambiance générale parce que du coup on a le sentiment que les faits sont les faits, qu'il n'y a pas vraiment de recul à prendre et que le personnage ne peut qu'accepter ce qu'il se passe. Et ce n'est pas gai ce qu'il se passe dans ce film : les gens se font tuer -et j'ai apprécié que le film n'ait pas froid aux yeux à ce niveau-là d'ailleurs- et au delà des vampires, bien entendu, l'humanité doit également craindre l'humanité parce qu'on le sait, quand on cause apocalypse, l'humanité doit toujours se méfier d'elle-même. En l'occurence nous avons un groupe d'extrémistes religieux qui ont décidé que l'apocalyse n'est que la volonté de Dieu, une purge, et sont du coup décidés à, tant qu'à faire, la précipiter et se débarasser de ceux qu'ils jugent impurs. Vers la fin du film un retournement impliquant un de ces extrémistes ne m'a pas vraiment plu car je l'ai trouvé assez mal amené mais sinon j'ai trouvé l'introduction du groupe, dans le cadre de ce film, plutôt réaliste et source de tensions. Mais je crois bien que ce que j'ai préféré dans ce film, finalement, c'est justement le contrepoids à toute cette obscurité, toute cette désolation, toute cette perte d'humanité.

[Le voyage de Mister et Martin vers le nouveau paradis] Stake Land
[Le voyage de Mister et Martin vers le nouveau paradis] Stake Land
[Le voyage de Mister et Martin vers le nouveau paradis] Stake Land

Parce que oui, dans Stake Land, il y a également beaucoup, finalement, de sentiments plus chalueureux. Oui, l'humanité s'est en partie retournée contre elle-même mais il y a également des camps de survivants un peu partout qui font de leur mieux pour maintenir un sens de la communauté, pour créer de véritables villages dans lesquels les gens peuvent véritablement vivre et non pas juste survivre. Et si on regarde beaucoup d'oeuvres post-apocalyptiques zombis, souvent, ces foyers ou simplement les inconnus rencontrés le long du chemin, s'avèrent généralement dangereux. Les oasis sont de fausses oasis, il y a toujours un truc louche dans les bas-fonds, et les inconnus s'avèrent bien souvent être de véritables psychopathes isolés pour une raison. Mais dans Stake Land ce n'est pas le cas et il y a l'idée que le meilleur de l'humanité n'a pas été entaché partout. Une scène notamment qui m'a surprise est celle où Mister et notre héros veulent entrer dans une réserve gardée. Les gardes arrêtent nos personnages à l'entrée et je pensais vraiment que la situation allait rapidement dégénérer mais finalement cela se passe de façon assez raisonnable et c'est un petit moment mais cela m'a agréablement surprise pour tout vous dire. Et même dans les deux personnages principaux, il y a une quelque chose de très attachant, de presque chaleureux.

 

Mister, le chasseur de vampire qui prend Martin -notre narrateur donc- sous son aile, est un peu bourru, certes, et pas le type le plus bavard au monde mais le film ne le rend pas vraiment si renfermé que cela. Il s'occupe de Martin et fait preuve de compassion vis-à-vis des autres personnages plusieurs fois dans le film. Il n'hésite pas à se montrer violent, mais son cœur semble moins caché, plus évident et moins renfermé que celui de plusieurs personnages lui ressemblant. Et j'ai aimé le voir guider Martin jusqu'à la conclusion, conclusion qui m'a d'ailleurs plu le concernant [spoiler] : une fois qu'il a la confirmation que Martin a suffisamment grandi, n'est plus seul et est capable de se défendre tout seul, il décide de discrètement s'éclipser. Il laisse quelque chose derrière lui parce que je pense qu'il y avait une véritable affection entre ces deux personnages mais il sent que son « travail » est fait et qu'il peut probablement faire plus, mieux, ailleurs [/spoiler]. Je ne vous cache pas que la fin du film contenait quelques éléments un chouïa décevants -ou, plus exactement, « précipités »- mais j'ai aimé l'endroit où l'on nous laissait vis-à-vis de ces deux personnages. J'ai eu le sentiment en regardant ce film de véritablement voir Martin devenir un adulte et je me suis intéressée à sa progression épaulée par Mister. Et en général j'ai apprécié chaque personnage rejoignant leur duo. Même si certains n'étaient pas super développés, il y avait une affection entre ces personnages que j'ai ressentie.

 

Et c'est vraiment ce mix que faisait Stake Land que j'ai aimé. Le monde dans lequel évoluent les personnages est sombre, bien plus sombre que ce à quoi je m'attendais, et il est violent, le film n'hésitant pas à tuer ses personnages et à nous montrer le pire dont l'humanité est capable. Mais à la fois il y a quelque chose de presque chaleureux qui se dégage de certains personnages et au final je ne me suis pas vraiment sentie déprimée par ce film, j'en suis même ressortie avec un sentiment d'espoir. Je pense que le majeur problème que l'on peut avoir avec ce film est que rien ne semble particulièrement original. Les œuvres post-apocalyptiques avec des zombis -oui oui, okay, des vampires si vous voulez mais bon on ne va pas non plus se mentir hein- sont de plus en plus nombreuses et ce film-là, s'il se démarque sur de petits détails, est dans les grandes lignes assez similaire au reste. Il m'a néanmoins charmée par son ambiance et ses personnages. Il aurait pu s'élever à un autre niveau peut-être mais le réalisateur fait du vrai bon boulot au niveau de l'ambiance et de la cinématographie donc oui, au final, j'ai vraiment bien aimé.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0