Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2014

 

Réalisé par Adam Wingard

 

 

Avec :

 

Dan Stevens >>> David

Maika Monroe >>> Anna Peterson

Brenda Meyer >>> Luke Peterson

Sheila Kelley >>> Laura Peterson

Leland Orser >>> Spencer Peterson

 

 

Dontesque ?

 

Après la mort du fils ainé de la famille, la famille Peterson accueille chez eux David, un frère d'arme de leur fils venu leur rendre visite pour transmettre les derniers mots de Caleb. Mais David est-il réellement celui qu'il prétend être ?

 

 

 

8/10

 

Je sais que j'ai commencé tellement d'articles de cette façon qu'à force vous commencez probablement à vous demander si je ne suis pas sponsorisée par Netflix mais..... j'étais sur Netflix et le site m'a proposé ce film qui, à la lecture du bref synopsis proposé, s'annonçait à mes yeux comme une sorte de Harry, un ami qui vous veut du bien. Un film que j'aime bien d'ailleurs mais, sur le moment, je n'étais pas vraiment d'humeur et j'ai décider de laisser le film de côté. Pendant des mois je me suis dit « ça a l'air bien.... naaaaan je préfère regarder Grizzli 3000 : la vengeance d'outre-tombe 3D » -ce film n'existe, à priori, pas vraiment mais s'il existait il y a fort à parier que je le regarderais-. Saud qu'à un moment donné, voilà, je me suis tristement retrouvée à court de films -pour la plupart assez mauvais- plein d'animaux assoiffés de sang humain. Alors j'ai décidé de regarder The Guest et, sans surprise -parce que je le sentais plutôt bien ce film : j'ai de bons instincts.... tel le grizzly vengeur mon totem- c'était cool comme film les gens, j'ai vraiment bien aimé et j'avais envie de savoir qui était ce foutu type. Lorsque j'ai eu la réponse je dois bien admettre que j'ai été en partie déçue -pas tant par la réponse que par son développement- mais je ne l'ai pas non plus trop mal vécu et ce pour deux raisons :

 

  1. l'acteur, et c'est toujours bon à prendre -enfin selon le rôle, okay, mais en l'occurence...-, est plus qu'agréable à regarder. Tellement que je vous ai même gentiment giffé un passage qui m'a particulièrement marquée. Eh ouais parce que vous aussi vous avez une amie qui vous veut du bien. Voyez plutôt :

 

 

De rien. Et ne me jugez pas si après avoir fini ce film j'ai revu cette scène une ou deux fois.... ne me jugez pas j'ai dit è.é

 

  1. indépendamment de la révélation de l'identité du personnage, le film est juste très divertissant et m'a largement embarquée dès le début. Mieux encore : il ne m'a pas perdue.

 

En effet The Guest est construit en deux parties et la transition plutôt brutale entre les deux est clairement le moment qui risque de perdre le public. La première partie est un thriller lent. On regarde cet homme petit à petit se faire une place dans la vie de notre famille en deuil et dès le début il a une aura étrange, menaçante parce qu'il est « trop beau pour être vrai » et que cela cache forcément quelque chose. Et de plus en plus on a un aperçu de la violence sous la surface et on flippe pour la famille. Evidemment cela aide que l'acteur, Dan Stevens -que je ne connaissais absolument pas mais je vais tâcher de retenir son nom- soit très bon dans ce rôle, charismatique, mystérieux et plus ou moins effrayant selon les scènes, tout cela sans en faire des tonnes et parfois sans même vrament parler. Il rend la première partie du film réellement tendue. Et puis subitement, après que la tension soit bien montée, les secrets se révèlent et on tombe dans quelque chose d'autre : un film d'action en gros. Avec une course poursuite, des gens qui tirent sur des gens, des explosions et des personnages qui courent pour sauver leur vie. Et j'ai beaucoup aimé le contenu des deux parties mais la transition, c'est vrai, risque d'être dure pour certaines personnes d'autant que j'admet qu'elle n'est pas parfaitement exécutée : on a effectivement des aperçus du potentiel « action » derrière le personnage mais les choses basculent tout de même relativement vite. Le truc c'est que j'étais investie dans le sort des personnages.

[Parfois il vaut mieux ne pas ouvrir sa porte] The Guest[Parfois il vaut mieux ne pas ouvrir sa porte] The Guest
[Parfois il vaut mieux ne pas ouvrir sa porte] The Guest[Parfois il vaut mieux ne pas ouvrir sa porte] The Guest
[Parfois il vaut mieux ne pas ouvrir sa porte] The Guest[Parfois il vaut mieux ne pas ouvrir sa porte] The Guest

Et ce dès la toute première scène où je vous avoue que la mère de Caleb m'a mis les larmes aux yeux. Bon c'est vrai que je suis une toute petite nature et que je pleure devant tout et n'importe quoi mais cette femme avait l'air tellement fatiguée que cela m'a touchée. Et j'ai également apprécié les deux enfants de la maison. La jeune fille était vive, intelligente et j'ai aimé son cran, sa combattivité, et sa résolution. Quant à son frère, il était également loin d'être stupide. Je ne vous cache pas que lors d'une scène en particulier, quand même, j'ai eu envie de lui dire « eh mais vu ce que tu supposes sur ce type, dude, pourquoi tu ne cours pas dans la direction opposée et appelle la police ? » mais, en y réfléchissant, même si je le pense toujours un peu, ce n'est pas si difficile à comprendre : le grand-frère du gamin vient de mourir, il n'a pas d'ami, sa vie scolaire est un enfer, ses parents ne semblent plus s'entendre et dans tout ce bordel, David est la seule personne à le secourir, à le protéger. Bien sûr qu'il veut lui faire confiance. Donc oui, j'ai vraiment bien aimé nos protagonistes. Et parce que leur sort m'intéressait, je ressentais d'autant plus la tension créée par notre inconnu qui, de plus en plus, prenait des airs de bombe sur le point d'exploser à tout moment.

 

Quant à ce qui relevait de l'action, si au début elle est finalement plutôt "habituelle" -bien dirigée et rythmée, juste rien de remarquable-, le final se déroule dans un cadre qui change la donne parce que du coup on passe de décor surréaliste à décor surréaliste. Si on ajoute à cela l'effet d'une musique très planante -j'en profite pour dire que la bande-son du film est extra et qu'elle m'a carrément donné envie d'en réentendre toutes les pistes-, on obtient une conclusion à l'atmosphère un peu flottante, un peu irréelle, et cela m'a beaucoup plu. Par ailleurs il y a un élément du film que je n'ai pas encore abordé et qui, pourtant, a été crucial dans mon appréciation de The Guest : son humoiur. Ce film est drôle, il m'a beaucoup fait sourire et ce jusqu'à sa fin. Parfois l'humour naissait du détachement de David, du décalage de ses actions par rapport à la « norme », parfois il naissait de la réaction de son entourage -le gosse, notamment, a une réaction qui m'a beaucoup fait rire lorsque David lui demande s'il veut rentrer avec lui dans le bar-, mais en tous cas le film a clairement un bon sens de l'humour et je n'ai pu qu'apprécier cette petite touche.

 

Alors oui, il y a quelques problèmes au film : des trucs invraisemblables -par exemple, comment se fait-il que les types qui ont été à deux doigts de se faire tuer par David s'en prennent encore au gamin ? Sérieusement, comment peuvent-ils ne pas frôler les murs pour ne pas croiser son chemin?-, une toute dernière scène qui ne m'a pas entièrement convaincue et un changement de rythme assez soudain qui en perdra certains. Mais le film passait d'une partie qui me plaisait à une autre partie qui m'a plu tou en retenant des personnages qui me parlaient, un sens de l'humour bienvenu et une jolie réalisation... donc, oui, j'ai vraiment bien aimé ce film.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0