Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Réalisé par Don Coscarelli

 

Sorti en 2012

 

Adapté du livre de David Wong

 

 

Avec :

 

Chase Williamson >>> David Wong

Rob Mayes >>> John Cheese

Paul Giamatti >>> Arnie Blondestone

etc

 

 

 

Dontesque ?

 

David Wong, assis dans un restaurant, parle à un journaliste de son histoire. Une histoire de drogue vivante appelée « sauce soja », une histoire de dimensions superposées et d'appels téléphoniques impossibles passés dans le futur par un homme mort.

 

 

 

7,5/10

 

Cela faisait un moment que ce film était dans mes petites listes. Je n'en avais jamais lu un synopsis mais il était quelque part sur l'une de mes listes de choses à voir et il y a quelques mois je l'ai retrouvé sur Netflix. J'ai tout de suite reconnu le titre mais c'est là quand même que je me suis rendue compte qu'en fait je n'avais justement strictement aucune idée de ce qu'était ce film. L'image Netflix honnêtement, avec le casque tête de mort et les flammes, faisait penser à du Ghost Rider -et ce n'est pas une excellente chose même si j'admets que Ghost Rider et même Ghost Rider 2 sont des plaisirs un peu coupables pour moi- et le titre... le titre semblait indiquer une comédie dont la fin m'était spoilée ou bien une comédie qui finirait sur une trahison selon si oui ou non John mourrait à la fin. Un peu perdue j'ai fini par regarder la bande-annonce et il y a une scène de cette bande-annonce en particulier, celle du « policier qui n'existe pas », qui m'a fait me dire « okay, je veux voir ce film ». Donc, par la puissance de ma logique, j'ai regardé ce film. Et j'ai beaucoup aimé.

 

Le film est divisé en plusieurs parties. Il s'ouvre sur un mix de comédie, de gore et de chelou qui prend tout de suite -en tous cas personnellement je suis rentrée dedans immédiatemment, c'était exactement ce qu'il me fallait de bizarre, de mystérieux et de fun- puis est suivi de toute une partie de build-up qui, clairement, a été ma favorite partie du film. On ne sait pas trop ce qu'il se passe et notre personnage principal n'en sait pas beaucoup plus que nous. Enfin si, le Dave qui raconte l'histoire sait ce qu'il se passe mais il ne nous dit pas tout et nous fait suivre les choses du point de vue du Dave qui découvre l'histoire et les circonstances en même temps que nous. Et c'est délicieusement bizarre. Des créatures surnaturelles aux designs très créatifs, des voix venues du futurs, des dimensions différentes, les choses se croisent et on est paumé mais le film a un très bon sens de l'humour, un acteur principal qui gère particulièrement bien les expressions perdues ainsi que les réactions pratiquement blasées lors d'autres scènes, et un très bon rythme. On ne s'enuie pas, on a envie de comprendre et j'ai apprécié de n'avoir aucune idée de quelle direction le film prendrait ensuite. Les choses ne s'enchainent pas exactement de façon logique mais le film est censé se passer un peu comme un rêve et c'est exactement ce qu'il fait, il le fait bien et en plus de cela c'est un rêve qui peut certes être très drôle mais, lors de quelques scènes, s'avère effrayant. Alors on ne parle pas « traumatisme dans ma tête pour les années à venir, je n'éteindrai plus jamais la lumière » mais lors de certaines scènes je dois bien admettre que je n'en menais pas large et je pense que la scène à m'avoir le plus perturbée, finalement, est celle du flic qui n'est « pas dans la pièce », celle que l'on voit dans la bande-annonce. Parce que dès le début de la scène, on sent que quelque chose n'est juste pas... normal. Quelque chose ne tourne pas rond, cet homme ne devrait pas être là, il est trop immobile, trop peu à sa place, trop silencieux. Bien sûr avoir vu la bande-annonce aide. Mais bref la scène dans ctte salle d'interrogation dure plutôt longtemps et tout ce temps, il y a ce type dans le coin et je vous jure que cela me mettait mal à l'aise, j'avais envie de m'en ronger les ongles. Donc oui, il y a une certaine tension quand même.

 

Puis arrive le tournant du film. Jusque là John Dies at the End avait une ambiance plutôt « fantasy », un peu mystique, quelque chose entre le trip à l'acide et le rêve. Lorsque tout bascule, subitement, on tombe dabs quelque chose d'un peu plus orienté SF et je vous avoue que j'ai un peu regretté que cela arrive car même si la seconde partie est également inventive et très divertissante avec beaucoup d'humour et beaucoup de retournements inattendus, elle ne m'a pas autant embarquée. J'ai été sortie un peu du film par la transition pour tout vous dire et la seconde partie semblait simplement appartenir à un film qui me bottait bien, encore que je comprenne bien entendu que l'appréciation dépendra, comme toujours mais particulièrement ici, de l'appréciation de chacun. Au moins, certaines choses survivent à la transition : le sens de l'humour du film, le bon casting, les effets spéciaux réussis et la gestion du rythme. A la base je vous que j'avais plus ou moins lancé ce film en temps que fond sonore mais je me suis retrouvée gluée devant et quand il s'est terminé je suis restée devant l'écran en mode « Hein ? C'est fini ? ». Je n'avais pas vu le temps passer. Et petite accentuation sur le « hein » par contre parce qu'il y a beaucoup de questions dans ce film qui n'obtiennent pas de réponses. Sur le moment on n'y pense ou on n'y pense pas selon à quel point on est à fond dans le film -pour ma part je n'y pensais donc absolument pas- mais il y a des tas de choses non résolues et d'éléments qui ne sont pas toujours connectés au reste. Néanmoins comme ce film est un film reposant d'avantage sur son ambiance, ses images et ses idées que sur véritablement l'enchainement logique de ses évènements, cela ne m'a pas plus dérangée que cela et c'est un film que je reverrais avec plaisir.

 

Vous le constatez donc, malgré ma petite déception en seconde partie et le fait que le film a clairement des défauts et n'embarquera certainement qu'une moitié du public, je fais partie de cette moitié carrément embarquée et j'ai beaucoup apprécié Johns Dies at the End. Quant à vous dire si oui ou non John meurt, si j'avais été spoilée ou si j'ai été trahie.... ce sera à vous de voir ;)

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0