Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2013

 

Réalisé par J.C. Chandor

Ecrit par J.C. Chandor

 

Avec :

Robert Redford

Et puis c’est tout

 

 

Dontesque ?

Un homme perdu en mer fait de son mieux pour survivre.

 

 

8/10

Il n'y a pas longtemps, j'ai commis l'erreur de m'acheter des DVDs. En soi c'était pas une erreur, plutôt même une bonne chose à réitérer dès que possible, sauf que je ne savais pas à l'époque que mon ex-travail était soit incapable de poster correctement une enveloppe soit vraiment pas décidé à le faire si bien que je n'ai toujours pas mon dernier salaire, celui du mois d'octobre, ce qui fait que je n'ai plus d'argent et que le peu que j'ai doit être réservé à l'essentiel -donc : la bouffe-. Non, je ne suis pas amère du tout. Et pour revenir à ce que je racontais, j'ai acheté des dvds et sur l'un d'entre eux -dont je ne vous révélerai pas le nom parce que c'est un sujet pour une autre occasion- il y avait la bande-annonce pour Seul Au Monde. Comme elle me parlait plutôt bien et que mon père semblait avoir apprécié le film -même s'il ne s'en souvenait pas bien mais bon, je tiens ma mémoire de passoire de lui donc ce n'est pas étonnant- je me suis dit « okay, c'est parti Robert, faisons nous un petit face à face ». Oui parce qu'il y a Robert Redford dans ce film. En fait il n'y a même que Robert Redford dans ce film. Et pas mal d'eau aussi.

Mais clairement, Redford émote plus que l'océan. Et écoutez, cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu et il a vieilli mais il est toujours très bon et heureusement. Non parce que dans ce film il doit avoir dix lignes au total. Et par « lignes » j'entends bien souvent « mots ». En clair il parle peu. Et il y a peu de musique. C'est vraiment un film où notre personnage, dont on ignore le nom, est seul face à l'océan. On ne sait pas qui il est, on ne sait pas ce qu'il faisait en mer, on ne sait pas trop à qui s'adressait la lettre qu'il nous lit en voix off au début du film. C'est juste un homme perdu en mer qui essaie de survivre aux éléments. Et Robert Redford est impeccable. Je pense que son âge entre pas mal en ligne de compte parce qu'il a l'air vraiment fatigué, c'est un homme épuisé que l'on a sous les yeux et cela nous fait compatir plus encore, ça lui donne une certaine vulnérabilité et aussi un vécu que l'on ressent même sans que le film l'explicite. A côté de cela, cet homme a suffisamment de charisme pour garder notre attention tout le long du film et suffisamment de talent pour n'avoir besoin d'aucune ligne pour nous faire comprendre et ressentir ce par quoi passe le personnage. J’ai vécu son voyage avec lui et je vous avoue qu’il m’est arrivé une ou deux fois d’avoir envie de pleurer sur son sort, notamment lorsqu’à la fin il essaie de crier  à l’aide mais que sa voix a du mal à sortir parce qu’il a été isolé si longtemps qu’il a perdu l’habitude de s’en servir. Le pauvre homme, en plus d’être perdu et seul, n’a juste vraiment pas de chance même sur les « petites » choses. Par exemple à un moment donné il pêche, chope un truc, mais sa proie se fait manger par un requin. C’est tellement pas de pot que cela m’a fait penser à une blague de la comédie La Route d’El Dorado. Tout est contre toi Robert :’( Donc j’ai compati, oui. Et puis j’ai flippé aussi. Il est maintenant encore moins question que je prenne la mer toute seule –mais à la base c’était pas un truc que j’aurais fait, d’autant que je serais probablement incapable de quitter le port toute seule de toute façon... en plus j'ai peur des poissons-.

[L'homme et la mer] All is Lost

A un moment donné du film, en effet, il y a une sorte de tempête énorme et c’était un moment vraiment stressant pour moi mais j’ai adoré la façon dont il était réalisé et surtout la façon dont il était milles fois plus angoissant de se trouver à l’intérieur du bateau qu’à l’extérieur. La scène dure très longtemps, c’est le gros point central du film, le moment où tout bascule, et autant quand le personnage est sur le pont du bateau on voit la tempête qui se déchaine et cela fait peur pour lui, autant les pires moments sont ceux où il est à l’intérieur et où on ne fait qu’entendre la tempête, deviner ce qu’il se passe dehors, et où on voit tanguer le personnage à l’intérieur de sa cabine en flippant que le bateau se retourne, que la machine à laver tombe et l’écrase ou qu’il s’explose le crâne contre un angle quelque part. Ce qu’on imagine est toujours pire que ce que l’on peut voir et les bruits de la tempête quand on ne la voit pas sont menaçants au possible tant le refuge de Redford semble dérisoire face à la colère de l’océan. Cela dit c’est vrai que pendant cette tempête, j’ai l’impression d’avoir vu le personnage faire quelques erreurs de bon sens. Après le souci c’est que je n’y connais rien en navigation donc je raconte sans doute n’importe quoi, il a sans doute eu les bons gestes, mais pour ma part je n’ai parfois pas pu m’empêcher de ressentir une certaine frustration et de me dire « rah, mais pourquoi Robert ? Il faut faire/ne faut pas faire cela ! » Enfin la frustration n’est clairement pas le sentiment qui l’emportait en général quand même et je me suis sentie impliquée jusqu’à la fin, fin qui reste ouverte aux interprétations d’ailleurs.  [spoiler] A-t-il été sauvé ? Est-il mort sur une dernière hallucination ? Ou bien est-ce la main de Dieu qui l’amène à lui ? Personnellement, même si j’aimerais vraiment croire qu’il a été sauvé, je vous avoue qu’à cause de la mise en scène, de la façon dont il coulait et la profondeur à laquelle il était par rapport à la façon dont il prend la main de son sauveur, je penche plutôt sur l’explication de la dernière hallucination ou de la main divine. [/spoiler]

Pour finir, je comprends sans mal qu’une partie du public n’accrochera pas forcément à All is Lost mais pour ma part j’ai trouvé que c’était un joli tour de force de la part du réalisateur et de Robert Redford. Pas fâchée d’être tombée sur la bande-annonce donc et c’est un point à mettre dans la colonne pro pour la cause « acheter des dvds même alors que je suis complètement fauchée ».

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0