Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 1989

 

Réalisé par Mary Lambert

 

Ecrit par Stephen King

 

D’après son propre roman

 

 

Avec :

 

Dale Midkiff >>> Louis Creed

Denise Crosby >>> Rachel Creed

Blaze Berdahl >>> Ellie Creed

Miko Hughes >>> Gage Cred

Fred Gwynne >>> Jud Crandall

 

 

 

Dontesque?

 

Louis Creed et sa famille viennent s’installer à Ludlow dans le Maine. Le voisin, Jud Crandall, se prend rapidement d’amitié pour Louis et le mène lui et sa famille, pour la première fois, au cimetière des animaux entretenu par les enfants de la région. Mais au-delà de ce petit cimetière s’étendent les terres maudites des Indiens Micmac et un cimetière dont les morts ont tendance à ressurgir.

                                                           

 

2/10

Eh oui, c’est une journée à thème aujourd’hui. Il y a quelques années, après avoir lu le livre Simetierre, je m’étais posée devant le film et l’avais trouvé ridiculement mauvais. Les années ont passé et après avoir relu le livre, je me suis dit tant qu’à faire que j’allais revoir le film juste histoire de vérifier que je n’avais pas été trop dure. Non parce qu’à l’époque c’est vrai que j’étais moins ouverte d’esprit niveau adaptations et le film a quand même un joli 6.6/10 sur imdb –ce qui, pour un film d’horreur est quasiment l’équivalent d’un 8 vu que les films d’horreur ont rarement de bons scores- ainsi que des tas de critiques positives. Cela ne pouvait donc pas être si mauvais, si ? Eh ben… si, en fait. Je ne comprends décidément pas la sorte de consensus qui fait de ce film une des bonnes adaptations d’un roman de Stephen King. Pourquoi celui-là plutôt qu’un autre ? Il y a des films auxquels je n’accroche pas tels que le Shining de Stanley Kubrick –oui, je sais, honte sur ma famille pour treize générations- mais je vois quand même bien où est la qualité, ce qui fait que les gens aiment et respectent ce film. Dans Simetierre ? Je ne sais vraiment pas. Oui, moi aussi, il y a quelques trucs qui me plaisent dans ce film : la façon dont la réalisation souligne quelques éléments importants au début rappelle vraiment la façon d’écrire de King, Zelda –la sœur de Rachel, l’épouse de notre personnage principal- est effrayante et probablement ce qui m’avait le plus marquée la première fois et puis il y a un moment du film où, oui, je l’admets, j’ai eu un peu de peine. Mais ce sont de petites consolations au milieu de pas grand-chose.

En premier lieu, les acteurs sont mauvais, très très mauvais. A la limite celui qui interprète Jud, le vieil homme qui introduit notre héros au cimetière des animaux, est moins mauvais que le reste mais je ne dirais pas non plus qu’il est excellent, c’est juste qu’il est moins carrément fade que d’autres. En particulier Rachel et Louis, dans ce film, forment le couple le plus ennuyeux au monde. Je peux à la limite pardonner la platitude de Rachel parce que son rôle n’est pas le rôle principal mais pour un film censé nous plonger dans l’esprit de Louis et nous faire vivre sa lente transformation, c’est quand même drôlement dommage que l’acteur soit si peu intéressant qu’il nous est impossible de trouver la moindre accroche au personnage. Cela dit la palme du jeu qui craint revient quand même à la gamine qui joue Ellie, la petite fille de la famille, parce qu’alors elle, non seulement elle n’est pas convaincante mais en plus elle est agaçante au possible. Vraiment typiquement le genre de gamin de cinéma qu’on a envie de baffer le plus fort possible tout en culpabilisant parce qu’on est pas censé user de violence contre qui que ce soit et encore moins un enfant. Mais ARGH. Et puis bon, c’est vrai qu’elle n’est pas aidée par le fait que les lignes qu’on lui fait débiter sont assez terribles. Le script a été écrit par Stephen King lui-même et à mon sens c’était une très mauvaise idée parce que je pense que c’est en partie pour cela qu’on se retrouve avec autant de lignes du roman directement insérées dans le film. Et autant elles passent très bien dans le roman, autant en film cela ne va pas du tout parce qu’elles ne sonnent pas naturelles, vraiment pas naturelles. Il y a des romans qui s’attachent à reproduire à l’écrit un langage oral de tous les jours mais pas Simetierre et quand on donne à de mauvais acteurs des lignes que personne ne diraient dans la vraie vie, forcément, ça tourne au désastre.

[Parfois la mort est préférable] Simetierre (film)[Parfois la mort est préférable] Simetierre (film)
[Parfois la mort est préférable] Simetierre (film)
[Parfois la mort est préférable] Simetierre (film)[Parfois la mort est préférable] Simetierre (film)

Et à côté de cela il y a un souci au niveau de l’intrigue en général. Qu’on s’entende bien : adapter un livre ce n’est jamais facile. Et adapter un livre de Stephen King encore moins parce que la plupart sont très riches, celui-là en particulier. A la limite, arriver à faire passer tous les sons, les textures, etc, que Stephen King évoque si bien et qu’il y a dans le roman, c’est faisable car un film a l’avantage d’être un support visuel mais Simetierre, le livre, prend beaucoup de temps à se développer, à poser ses bases et c’est difficile à transposer. Parce que le roman reposait en grande partie sur son build-up lent mais que malgré tout, à la fin, il se passe pas mal de choses. Pour garder tous les évènements et les mettre dans un film d’1h30, il faut malheureusement sacrifier le build-up, ce qui donne au film un rythme très accéléré qui ne nous laisse jamais le temps de nous laisser prendre par les évènements et de nous insérer dans la tête du personnage principal qui, encore une fois, n’est pas aidé par la prestation plus que médiocre de l’acteur. En clair il aurait fallu que le film soit plus long –et généralement mieux foutu, on est d’accord- ou bien que King tranche dans le lard et fasse passer à la trappe tout ce qui n’était absolument pas nécessaire. Là, à la place, il coupe au contraire des éléments qui étaient pourtant très importants ! Un truc que je n’ai jamais compris par exemple : pourquoi ne pas garder Norma, la femme de Jud, dans l’histoire ? Tout cela pour remplacer une partie de son rôle par un autre personnage nettement moins essentiel en plus. A ce compte, autant garder Norma car elle est un moteur essentiel dans la décision de Jud d’introduire Louis au cimetière des animaux. D’ailleurs à mon avis c’est bien là que le film fait sa plus grosse erreur : il sacrifie la relation entre Jud et Louis. Alors qu’il aurait facilement pu, par exemple, fondre Gage et Ellie pour n’en faire qu’un seul gosse. Ici on n’a rien de la tendresse et de l’amitié qui liaient Jud et Louis si bien qu’on se demande tout le long : pourquoi, pourquoi Jud a-t-il fait ce qu’il a fait et lancé tout ce bordel ? On le devine un peu –mais on est jamais totalement convaincu, faute encore au jeu d’acteur et à la façon dont tout est résumé- mais le flou rend certaines scènes franchement risibles, notamment celle où Jud vient dissuader Louis de faire une énorme bêtise, scène qui a été assez justement parodiée par South Park d’ailleurs. Qu’on ne sache jamais vraiment exactement ce qu’il se passe, ce qu’est ce cimetière, ce qui ramène les morts, etc, c’est une chose et on peut se passer des réponses à ces questions. Qu’on ne comprenne pas les motivations des personnages et que le scénario finisse par en devenir absurde en est entièrement une autre.

Donc non, je n’accroche toujours vraiment pas à ce film et je ne comprends toujours pas le succès qu’il rencontre. Il fait une piètre adaptation du roman et, surtout c’est un mauvais film ce qui est quand même largement plus problématique.

Sur ce la bande-annonce qui spoile tout:

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0