Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2010

Réalisé par Andrew Traucki

Ecrit par Andrew Goods

 

 

Avec :

Damian Walshe-Howling >>> Luke

Zoe Naylor >>> Kate

Gyon Grantley >>> Matt

Adrienne Pickering >>> Suzie

Kieran Darcy-Smith >>> Warren

 

 

Dontesque?

Un groupe de touristes se retrouvent perdus en mer et aux prises avec un requin.

 

 

4/10

Ce qui est bien c’est que quand j’ai vu l’affiche de ce truc, ma première pensée a été « Cela se passe en Australie, pas vrai ? ». Parce que j’ai retenu la leçon : en Australie, même l’herbe veut vous tuer. On se moque beaucoup –à raison- de The Happening de Night Shyamalan mais en Australie, ce scénario serait plausible parce que oui, en Australie, la faune, la flore et tout ce qu’il y a entre veut votre mort.  En l’occurrence, il s’agit de requins ou, plutôt d’un requin fort persistant qui en a après des touristes malchanceux. Et j’étais plutôt enthousiaste à l’idée de regarder ce film car au-delà de mon affection particulière et précédemment établie sur ce blog pour les films mettant en scène de gros animaux qui bouffent de l’humain, ce film a été réalisé par le type qui avait créé Dark Water, un autre film se déroulant en Australie dans lequel des touristes se font, ce coup-ci, bouffer par un crocodile d’eau salée particulièrement pas con. Dark Water, sans être absolument parfait, est tendu et fait une utilisation intelligente de sa créature. Donc, oui, je le sentais bien The Reef. Mais : déception :’(

On va tout de même saluer un truc : il y avait un personnage sur les cinq dont j’espérais vraiment la survie. Et dans un film d’horreur, c’est déjà pas mal. Luke, qui sert de guide à nos personnages, est un type que j’ai trouvé agréable d’emblée. C’est un mec gentil qui a visiblement eu le cœur malmené par sa copine –sans qu’elle soit présentée comme un être abject hein !- et en est toujours amoureux. Il la fait passer avant lui, il est content de la voir et déjà, bah, cela me l’a rendu sympathique. Et après cela, il prend les choses en mains, il refuse de se laisser abattre et somme toute, c’est un type plutôt cool dont j’espérais qu’il passerait la ligne d’arrivée avec ses membres intacts. Au passage c’est aussi le meilleur acteur du tas mais il est possible que j’ai laissé mon affection pour le personnage m’aveugler un petit peu. Le reste pouvait mourir pour ce que cela me faisait. Ce n’était pas tant qu’ils étaient détestables, je les trouvais juste un peu fades, pas vraiment passionnants et, en plus de cela, assez mal interprétés. Avec une mention particulière au frère de l’héroïne quand même parce que je n’ai jamais vu un type annoncer de façon aussi zen qu’il vient de se faire bouffer la jambe par un requin. Le mec est en train de saigner à mort mais bon, il le prend plutôt bien finalement –ouais okay je vous ai spoilés sur ce coup-là mais croyez-moi c’était prévisible au point que lorsque j’ai commencé le film, avant même qu’ils prennent la mer, j’ai estimé l’ordre dans lequel les personnages mourraient sans une seule erreur-.

[Perdus en mer en mauvaise compagnie] The Reef[Perdus en mer en mauvaise compagnie] The Reef

Okay, ceci étant salué, passons au gros problème de ce film : je me suis ennuyée à mourir, il y avait zéro tension. Et au début je n’étais pas sûre de savoir pourquoi mais c’est en faisant la comparaison avec Black Water que j’ai compris. Il y a deux moments de The Reef où j’ai ressenti une certaine tension. Le premier c’est lorsque les personnages font leur petite plongée sous-marine et où notre héroïne, loin dessous, voit un requin. Elle l’observe un moment et flippe mais au final Luke vient la chercher et ils changent juste de coin. Le second moment c’est lorsque le bateau a commencé à couler. Luke plonge, passe par-dessous pour aller chercher des trucs qui pourraient leur servir, et les autres frappent contre la coque pour le presser de sortir et remonter sur le bateau parce qu’ils ont vu quelque chose approcher très vite. Et dans les deux cas il y a un point commun : le rivage/la surface est proche. Donc cela veut dire que les personnages sont face à un danger mais qu’ils ont un endroit où aller, ils ont un recours et la question est : arriveront-ils à éviter le danger/la mort à temps ? Dans Black Water, nos personnages étaient coincés sur des arbres avec plusieurs options : essayer d’aller d’arbre en arbre en espérant que cela les mènerait quelque part, essayer de rejoindre leur bateau retourné au risque d'entrer dans l’eau et de se faire bouffer, ou bien carrément lancer l’offensive. Tout est question d’options. « On y va ? On y va pas ? ». Dans The Reef, une fois que nos personnages sont au milieu de l’océan sans rivage en vue, quelles options ont-ils ? Aucune. En clair ils sont absolument passifs. Enfin ils pourraient essayer de se défendre et aller plus vite à la limite mais ils n’y pensent même pas. Chaque fois que le requin s’approche, ils font du surplace en bougeant le plus possible et au lieu de nager plus vite –quitter à bouger hein-, ils préfèrent observer avec leur lunettes de plongée ce qu’il se passe - [spoiler] c’est particulièrement rageant à la fin parce que la mort de Luke se joue à quelques secondes près et qu’il s’est arrêté tellement pour regarder le requin leur foncer dessus qu’en fait c’est un peu de sa faute : il aurait probablement survécu s’il avait nagé au lieu de regarder en arrière comme un con [/spoiler]-. Ils n’essaient pas non plus de se défendre. Donc en clair on a quatre bouts de viande au milieu de l’océan et ils attendent de se faire bouffer. Il n’y a pas de tension là-dedans. La question n’est pas ce qu’ils peuvent faire, s’ils vont réussir, la question est de savoir quand le requin va se sentir d’en bouffer un. Et croyez-moi que voir des gens barboter et jouer mal, cela devient rapidement relou. Surtout que du coup le film se répète pas mal, on a souvent le même type de plan, les décors ne changent pas exactement énormément, etc.

A mon sens la plus grosse erreur de The Reef  est donc d’avoir fait de ses protagonistes des bouts de viande passifs. Ce n’est pas étonnant que Luke ait été mon personnage favori car il est aussi celui qui prend le plus d’initiatives, ce qui signifie qu’à mon sens il est le plus méritant de survivre parce qu’il est celui qui créé de véritables situations de « Omg est-ce qu’il va réussir ? Faites qu’il réussisse T.T ». Je voulais vraiment aimer The Reef mais au final, bah, je me suis juste retrouver à espérer que le requin invite des copains au buffet histoire que cela aille plus vite. Or comme je doute que c’ait été l’effet recherché par le film, je dirais que The Reef n’était pas une réussite.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0