Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2014

Réalisé par Christopher Denham

Ecrit par Christopher Denham

 

Avec :

Wrenn Schmidt >>> With Neary

Pablo Schreiber >>> Sean Neary

Aaron Staton >>> Mike Neary

 

 

Dontesque?

Une femme, son mari et le frère de son mari se rendent dans les bois pour camper et chasser un peu et reconstruire des relations un peu tendue. Mais il s’avère rapidement qu’ils ne sont pas seuls dans les bois et qu’on ne leur veut pas que du bien.

 

~oOo~

J’aimerais avoir une raison de ouf pour avoir regardé ce film mais en l’occurrence nous sommes vraiment dans la configuration « c’était sur Netflix et je n’ai honnêtement pas besoin d’une raison supplémentaire ». Enfin le fait que ce soit classé dans l’horreur était un plus, évidemment, vu que l’horreur est un de mes genres favoris –et clairement le genre dans lequel je regarde le plus de films par année-. Après avoir rapidement lu le résumé –oui, pour une fois je me suis dit que j’allais lire le synopsis, je fais des progrès les gens-, je me suis dit « okay, pourquoi pas » et j’ai donc regardé le film mais la mauvaise nouvelle est que je l’ai trouvé assez moyen. Et moyen d’une drôle de façon. Preservation s’inscrit en gros dans le slasher ou, du moins, il en reprend plusieurs codes donc on n’est pas exactement dépaysé mais il fait des choix étranges et, au final, n’est ressorti à mes yeux que comme une pale copie d’Eden Lake, un film qui avait une idée similaire mais une bien meilleure exécution. Pourtant, il y a quelques choix dans Preservation qui allaient dans le bon sens.

Par exemple, je lui donne un petit bon point pour avoir essayé de nous présenter ses personnages. On a effectivement l’impression qu’ils ont une identité et une histoire et les acteurs ne sont pas mauvais. Je ne dirais pas que le film est particulièrement excellent dans son exposition mais il fait un effort et il y a au moins deux personnages sur les quatre –je compte le chien du frère- qui m’ont été sympathiques –le chien en fait partie-. Pas assez pour que je rentre à fond dans le film mais suffisamment pour que cela m’ait ennuyé de les voir mourir à la place des autres. En fait c’est lorsque la tuerie commence que le film m’a progressivement perdue. Cela arrive assez rapidement et j’ai eu du mal à saisir l’ordre dans lequel s’y prenait le film. L’ordre n’avait aucun sens à mes yeux et je sais bien que les films d’horreur font souvent fi de la logique mais… cela m’a dérangée quand même, d’autant que les personnages que j’appréciais y passent en premier, ne me laissant ensuite à regarder qu’un personnage auquel j’étais indifférente et un qui m’agaçait sérieusement. [spoiler] Comment est-il possible que le type qui connait le terrain et est entrainé se fasse tuer avant la femme enceinte qui n’est absolument pas adaptée à l’environnement ? J’ai aussi été un peu déçue parce que ce personnage qui meurt était celui que j’appréciais le plus et qu’après sa mort je me suis retrouvée à suivre les péripéties de la « survival girl » classique –contre laquelle je n’ai rien- et, surtout, de son mari que pour le coup je trouvais carrément antipathique si bien que je ne risquais pas de ressentir la moindre tension à le regarder essayer d’échapper au danger. [/spoiler]

Par ailleurs, les morts de nos personnages, pour la plupart ne sont pas bien spectaculaires. Je comprends bien que ce n’était pas le propos du film donc je ne retiens pas vraiment cela contre lui mais parce que les choses se passaient rapidement et dans un ordre que je trouvais étrange, parce que certaines morts paraissaient si peu « explicites » -jusqu’à presque se dérouler hors champ-, je n’arrêtais pas de me demander si les personnages étaient *vraiment* morts ou bien si tout le film avançait vers un gros twist du genre « ha ha tout ceci n’était qu’une grosse blague élaborée pour faire flipper tel personnage ». En clair, j’étais bien trop occupée à remettre en question la crédibilité/réalité de plein de choses pour être à fond dans l’histoire.

Mais il n’y a pas vraiment de gros twist du genre auquel je pensais à la fin. Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a pas une *sorte* de surprise vers la conclusion tandis que le film nous expose ses deux messages. Le premier, annoncé dès le début, est que les êtres humains feraient n’importe quoi pour survivre. Et en cela j’imagine que garder le personnage le moins susceptible de contre-attaquer ses agresseurs, à défaut d’être exécuté de façon tout à fait crédible, était sensé parce que cela soutient le message du « *n’importe qui* peut changer pour survivre ». Quant au second message du film, il est résumé dans la dernière scène du film qui nous dit en gros que l’humanité est élevée dès son plus jeune âge pour s’amuser de la violence. Nous sommes désensibilisés toute notre vie et cela a des conséquences catastrophiques. Par ailleurs la façon dont les agresseurs communiquent entre eux dans une scène moins que subtile illustre également une évolution inquiétante des rapports humains, une évolution qui nous pousse à considérer les autres de moins en moins comme des êtres humains. Okay, pourquoi pas, ce n’est pas une idée originale mais elle n’est pas inintéressante et on sait bien qu’une histoire vaut avant tout par la façon dont elle est racontée de toute façon… mais justement comme je n’ai pas trouvé le film bien solide, l’idée ne frappe pas non plus à pleine puissance –et le « l’homme est le seul animal qui tue par plaisir » sur le poster me laisse dubitative parce que j’ai des amis qui ont des chats et que ce sont des êtres diaboliques D :-

Je n’ai pas été convaincue par ce film. Il n’est pas absolument catastrophique, les prestations des acteurs sont plutôt bonnes et le film semble avoir quelque chose à dire, mais simplement je n’ai pas trouvé que Preservation arrivait à vraiment m’impliquer dans le sort de ses personnages, dans son suspens, dans son rythme, dans son message. Je l’ai regardé un soir où je n’avais rien à faire, cela a passé le temps et je ne le reverrai pas à moins que dans un an je retombe dessus sur Netflix et ne me souvienne pas l’avoir déjà regardé –ce qui est parfaitement du domaine du possible-.

4.5/10

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0