Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Sorti en 2014

Réalisé par James Gunn

Ecrit par James Gunn & Nicole Perlman

 

Avec :

Chris Pratt >>> Peter Quill / Star Lord

Zoe Saldana >>> Gamora

Bradley Cooper >>> Rocket

Vin Diesel >>> Groot

Dave Bautista >>> Drax

Lee Pace >>> Méchant générique numéro n / Ronan

 

Dontesque ?

Un maraudeur, sans le savoir, met la main sur un objet surpuissant capable de détruire la galaxie et, à l’aide d’une guerrière redoutable ayant changé de camp, des deux chasseurs de prime qui étaient à ses trousses et d’un guerrier bourrin en quête de vengeance, il doit sauver l’univers du redoutable Ronan.

 

~oOo~

Nous approchons de la fin les gens, bientôt je serai venue à bout du MCU. Ou en tous cas du MCU qui m’intéresse –puisque je n’ai toujours pas vu Incredible Hulk-. Et Guardians of the Galaxy était plutôt haut sur ma liste de trucs à rattraper parce que quand ce film est sorti il a pris tout le monde par surprise et les gens que je suis sur twitter ne parlaient plus que de cela, les « I am groot » sortaient de partout et au début je me souviens que j’avais été prise de court parce que je n’avais aucune idée de qui était Groot et me demandais si mes amis avaient juste subitement tous pris la décision de rejoindre la même secte. Et avaient négligé de m’inviter. C’est pas que je veuille intégrer une secte mais je me sentais un peu mise à l’écart quand même. Bon puis j’ai fini par capter de quoi il retournait et j’ai assimilé le message : Guardians of the Galaxy = à voir. En plus il y a Chris Pratt dedans ! Ce qui, notez bien, pouvait être un avantage comme un handicap. Parce que, voyez-vous, dans ma tête j’ai encore du mal à séparer Chris Pratt de son rôle dans Parks and Recreation. Or la particularité d’Andy dans cette série est qu’il se créait plein de personnages et aimait jouer à avoir des aventures. Dans Jurassic World, je ne voyais pas Owen mais juste Andy jouant à être dans un Jurassic Park. Et ça avait plutôt joué en la faveur de Jurassic World en l’occurrence vu que le film a des protagonistes très plats et qu’Andy est un bien meilleur personnage qu’Owen Grady –dont je vous avoue que je suis très surprise de me souvenir du nom d’ailleurs- mais dans Guardians of the Galaxy j’avais peur que cela devienne handicapant. Heureusement, bonne nouvelle, tout s’est bien passé et j’ai bien pu profiter de Star Lord sans m’attendre à ce qu’Andy change de personnage au milieu du film, j’ai laissé Parks and Recreation derrière moi. La moins bonne nouvelle c’est que j’ai bien aimé ce film… Vous me direz « ben c’est plutôt positif, non ? ». Tout à fait. Sauf que mon entourage a tellement adoré que je m’attendais à tomber amoureuse aussi alors qu’en fait, je suis restée au stade « franchement sympa ». Petite déception donc mais on va rester positifs parce qu’au final c’était un bon film.

Mais commençons par le plus important : Groot. Non parce que j’ai bien compris que c’était LE personnage à retenir, j’ai plus entendu parler de lui que de n’importe quel autre personnage du film. Rien de l’histoire ne m’avait pas été spoilé, je n’avais aucune idée de quoi parlerait le film –enfin si, j’avais une idée parce que Marvel a un certain schéma mais c’est tout- mais en revanche je savais qu’il fallait que j’attende Groot. Et… oui, j’avoue, j’ai craqué aussi. En même temps c’est dur de résister à Groot, il est comme un nounours végétal qui peut abattre un petit régiment d’un revers de bras, créer de petites lumières qui te donnent une ambiance magique comme dans un film de Miyazaki, te faire pousser une fleur juste pour te faire sourire, un nounours qui dans les moments de danger restera à tes côtés et te protègera de son corps s’il le faut sans s’inquiéter de sa propre vie. Il a trois mots de vocabulaire mais qui a besoin de plus quand la loyauté et l’innocence se lisent sur son visage ? Impossible de résister, tout simplement. Et puis tant qu’à faire, puisqu’on parle des personnages, je les ai tous plutôt bien aimés et c’est tout à l’honneur du film d’avoir réussi à m’émouvoir plusieurs fois. J’ai versé une larme sur le bon cœur de Groot et j’ai eu le cœur serré aussi lors du discours alcoolisé de Rocket parce que c’est assez triste en effet de se dire que Rocket n’a rien demandé à personne, qu’il ne voulait pas être une expérience et n’a pas demandé à être ce qu’il est mais se retrouve sans arrêt regardé de haut. J’ai eu de la compassion pour ce raton laveur. Bon la plupart du temps il me faisait plutôt rire parce que le personnage a plus tendance à donner dans la comédie que la tragédie mais, quand même, j’ai compati. Tous les personnages avaient des circonstances plutôt tragiques de toute façon mais je dirais que Rocket est le seul à m’avoir réellement émue  parce que, par exemple, Drax, qui a quand même perdu toute sa famille dans des circonstances affreuses, m’a surtout fait beaucoup beaucoup rire. La façon dont il prend tout de façon littérale, passant à côté de toutes les métaphores et expressions imagées de Star Lord en particulier, était irrésistible pour moi parce que cela tombe pile dans le type d’humour qui me parle. Le seul personnage à m’avoir un peu moins convaincue que les autres, finalement, c’est Gamora, le personnage féminin de la bande, et je ne saurais trop dire pourquoi en fait. J’avais l’impression, je crois bien de voir une Black Widow verte. Donc une…. Green Widow o.o Okay oubliez le jeu de mot pourri. Mais sérieusement sinon c’était à peu près cela : une jeune femme bad-ass entrainée à mort qui a trop longtemps été dans le mauvais camp et cherche sa rédemption dans une équipe de types qui bossent du bon côté pour une fois. Et comme elle ne brillait pas par sa personnalité non plus, elle a fini par devenir le personnage le moins mémorable du film à mes yeux. Ce qui nous mène à Star Lord.

[Hooked on a feeling~] Guardians of the Galaxy[Hooked on a feeling~] Guardians of the Galaxy
[Hooked on a feeling~] Guardians of the Galaxy[Hooked on a feeling~] Guardians of the Galaxy
[Hooked on a feeling~] Guardians of the Galaxy[Hooked on a feeling~] Guardians of the Galaxy

Et Star Lord –ou Peter Quill selon comment vous voulez l’appeler mais il a l’air de tenir à son « Star Lord » alors je m’incline- est un personnage qui m’a beaucoup plu parce qu’indépendamment de Pratt et du caractère du personnage, le fait qu’il soit un gamin arraché à la fin des années 80 fait qu’on se retrouve avec le mix très sympa d’un univers extra-terrestre futuriste et d’une culture terrienne rétro. La bande-son est particulièrement agréable et voir ce type se balader avec son walkman, en plus d’avoir une touche un peu sentimentale parce qu’il s’agit du walkman et de la cassette audio légués par sa mère décédée, c’est amusant car décalé par rapport à tout le reste. En fait au niveau de l’ambiance j’avais l’impression de voir une sorte de croisement entre Star Wars, Indiana Jones, Retour vers le Futur et Farscape. Ce qui me parle plutôt bien, je ne vais pas vous mentir. Et Chris Pratt, dès sa première scène à l’écran, fait un protagoniste tout à fait charmant, explorateur, opportuniste, roublard et finalement bon bougre, au fond –mais pas si au fond que cela, c’est plutôt évident-. Bien que dans une scène à la fin il ait un petit peu tiré sur ma corde sensible, la plupart du temps son personnage a une attitude très légère et c’était un plaisir de se laisser porter par cette légèreté. Le film tout entier est d’ailleurs très coloré et ça participe à la bonne ambiance générale. Les couleurs de l’espace m’ont pas mal ravi les yeux, j’étais drôlement contente d’avoir un grand écran parce que sinon je me serais mordu les doigts. La scène où Star Lord s’en va sauver Ganora, par exemple, m’a pas mal accrochée, pas parce que ce que j’étais au bord de mon siège quant à ce qui était en train de se passer mais simplement parce que les images étaient belles, parce que l’espace ressemblait à un tableau dans lequel nos personnages commençaient à se fondre peu à peu.   Le passage du blocus avec tous les vaisseaux qui se joignent les uns aux autres pour empêcher le grand vaisseau du méchant de passer ? Des larmes dans mes yeux les gens, des larmes.

Jusque là tout est plutôt positif, pas vrai ? Le film a même le bon goût de citer Kevin Bacon attendez ! Donc tout semble aller pour le mieux, non ? …  passons au sujet qui fâche, et c’est un peu toujours le même : bordayl l’antagoniste.

Bah oui, je sais bien que je me répète mais, je suis désolée, je ne sais plus à quel numéro nous en sommes dans les méchants génériques de films Marvel mais autant le studio fait généralement du bon boulot question protagonistes, autant du côté obscur, c’est vraiment vraiment pas la joie. Pour moi, les meilleurs antagonistes sont bien souvent ceux que je comprends ou ceux qui peuvent m'atteindre en tous cas. Je comprends l'idéologie du Joker dans The Dark Knight, je comprends le parcours de Magneto et l'attrait qu'il peut avoir dans les films X-Men, je comprends qu'on puisse se laisser manipuler par Hannibal dans Hannibal parce que moi aussi, je me sens manipulée, ... dans le Seigneur des Anneaux qui est le personnage le plus mémorable: Sauron le vague seigneur des ténèbres qui représente "le mal" sans vraiment avoir de personnalité ou Gollum, le personnage plus complexe qui arrive à évoquer la pitié, le dégoût et la crainte parce qu'il est plus complexe et parce qu'on a une meilleure idée d'où il sort? Les meilleurs antagonistes sont bien souvent ceux que je peux comprendre, ceux qui peuvent me faire soit compatir soit me dire "ses idées ne sont pas complètement absurde", soit même me les faire admirer, pour leur intellect par exemple, pour le machiavélisme de leur plan. Mais l'antagoniste de Guardians? Je voulais l’aimer parce que c’est Lee Pace qui l’interprète mais… mais on aurait pu mettre n’importe quel autre acteur à la place que  ça aurait donné la même chose. Je pense sincèrement qu’il n’aurait pas pu m’intéresser moins. Je ne l’ai pas trouvé spécialement charismatique, pas spécialement imposant, pas spécialement quoi que ce soit. C’était juste un type de plus avec une Infinity Stone qui avait des plans pour l’univers et se ferait exploser à la fin *bâillement*.  J’imagine qu’il y a des subtilités mais franchement Thor : the Dark World et Guardians of the Galaxy  auraient pu intervertir leurs antagonistes que je n’aurais pas sourcillé. C’est quand même triste d’avoir de bons acteurs comme cela et de ne rien en faire. Quant à Thanos, le type sur son siège qu’on nous tease, je trouve son design assez peu impressionnant et vu ce que Marvel nous a servi jusque là en termes de méchants, je ne suis pas spécialement impatiente d’en découvrir plus. Et vraiment cela fait du tort au film. Pouvez-vous imaginer ce qu’aurait donné Star Wars si Darth Vader avait été aussi générique que *cherche son nom sur imdb* Ronan ? Alors je vous avoue que dans certains films Marvel cela me dérange moins que d’autres –même si c’est toujours regrettable- mais là, le souci a été que bien que j’ai apprécié chaque gardien de la galaxie séparément, la sauce n’a réellement pris pour moi qu’à partir du moment où Groot et Rocket décident d’aller à la rescousse de leurs camarades et où les gardiens décident de réellement joindre leurs forces pour la bonne cause. Avant cela quelque chose me manquait et c’est à partir de là que vraiment tout s’est emboité, que la dynamique de groupe m’a vraiment embarquée. Or cela n’arrive pas exactement tout de suite.

A côté de cela, le film n’a pas un scénario fort surprenant et a son petit lot de scènes un peu « cheesy » mais je dirais qu’honnêtement la prévisibilité fait un peu partie du jeu –qui a regardé un film du MCU en se disant « OMG je me demande trop comment ça va finir ? »… certains ont des détours surprenants mais clairement le but premier de ces films n’est pas de nous retourner le cerveau- et que les scènes « cheesy » trouvent très bien leur place dans le feeling général, ça va avec le reste, ça ne semble pas déplacé et c’est même plutôt attachant. J’ai le sentiment en fait que mon blocage vient en partie de tout le tapage qui a été fait autour du film. On me l’a tellement vendu, de partout, comme quelque chose d’extraordinaire qu’en découvrant une aventure spatiale divertissante aux personnages très sympathiques, je me suis finalement dit « c’est tout ? ». Mais en vrai, franchement les gens, c’était bien et j’irais jusqu’à dire que me connaissant et vu ma propension à très facilement m’enthousiasmer en général, si j’avais vu ce film à sa sortie, j’aurais peut-être fait partie de ces gens qui ne tarissaient pas d’éloges. Et j’aurais causé la déception chez quelqu’un d’autre :D Ainsi va la loi de la hype. En attendant Guardians of the Galaxy c’est joli, c’est coloré, c’est gai, c’est plein de musique cool, y a des personnages attachants et amusants et même si l’antagoniste est à peu près aussi intéressant qu’un mur blanc, même si cela a mis du temps à vraiment prendre pour moi, ça reste drôlement fun et je pense que maintenant que l’équipe est formée, j’apprécierai probablement bien plus le second volet~

7.5/10

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0