Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2008

Réalisé par Timur Bekmanbetov

Ecrit par Michael Brandt, Derek Haas & Chris Morgan

 

Avec :

James McAvoy >>> Wesley

Angelina Jolie >>> Fox

Morgan Freeman >>> Sloan

Etc

 

Dontesque ?

Un employé banal qui ne trouve aucun intérêt à sa vie découvre subitement qu’il est le fils d’un des assassins les plus doués au monde et, qu’ayant hérité de ses capacités, il est invité à rejoindre une fraternité d’assassins super secrète.

 

~oOo~

Arnaque ;A ; Okay, pas vraiment « arnaque » vu que comme d’habitude c’est surtout moi qui ne me suis pas beaucoup renseignée avant de me lancer dans le film mais j’aime bien faire mon indignée donc : arnaque ;A ; Rembobinons, revenons au début. J’ai eu une conversation avec Athena Zelda sur twitter, toujours à propos de James McAvoy –c’est notre sujet de conversation numéro 1- et je lui disais que je m’étais acheté plein de dvds avec ce type dedans. Elle a évoqué ce film comme faisant partie de ses plus connus, j’ai répondu que je ne l’avais pas acheté parce que la jaquette ne me tentait pas –je choisis mes films à la jaquette, carrément-, elle m’a dit que c’était épique mais parfois too much et m’a envoyé un gif de McAvoy balançant un clavier dans la tête de Chris Pratt et je me suis dit « zut >< ». J’ai donc acheté le dvd parce que oui, je choisis aussi mes dvds en fonction de gifs qu’on m’envoie sur twitter. Mais surtout parce que je kiffe McAvoy, Chris Pratt et les films d’action qui partent dans l’Over the Top –à condition que ce soit bien foutu, okay, mais Athena Zelda avait l’air d’avoir aimé malgré tout et j’ai confiance-. Comme vous avez pu le constater, en ce moment, je suis en train de rattraper mon retard Marvel, je ne fais même un peu que cela. Et je m’éclate à le faire mais je me suis dit un soir « allez, on va se changer des comics un peu et des gens avec des super pouvoirs, et regarder plutôt un film d’action avec James McAvoy ». Sauf qu'au delà du fait que ce n'est pas non plus un virage énorme, Wanted, s’avère t-il, est une adaptation –pas super fidèle et plutôt white-washed apparemment- d’un comics et qu’on baigne quand même un peu dans les super pouvoirs avec leurs histoires de balles dont ils peuvent « courber la trajectoire à l’instinct ». ARNAQUE. Mais j’ai aimé. Le film est effectivement complètement « over the top » et à la limite du ridicule à plusieurs reprises mais honnêtement, même si le scénario est criblé de trous, il y a des trucs que j’ai adorés dedans.

Pour commencer, j’ai trouvé le film intéressant d’un point de vue réalisation. J’aime particulièrement la façon dont l’angoisse et la dépression de Wesley sont mises en scène au début. C’est à la fois montré de façon drôle –le distributeur de sous qui, lorsqu’il veut retirer de l’argent, lui répond en gros "Tu n'as pas de sous, connard." par exemple- et très efficace. J’ai pas envie de dire « réaliste » mais plusieurs fois, j’ai vraiment reconnu des situations. Par exemple lorsqu’il lit un texte et voit certains mots en gras donnant la phrase « Why are you here ? » - qu’on peut en gros traduire par un  « Qu’est-ce que tu fais-là ? »  teinté d'un « A quoi tu sers ? »-. Ce n’est pas ce qu’il se passe dans la réalité, certes, mais je sais que quand je fais une crise d’angoisse,  j’ai tendance à ne retenir que les informations les plus négatives et à les assembler n’importe comment. Je ne vous donne pas d’exemple car je n’ai pas envie de vous assommer avec ma vie mais j’ai reconnu une illustration d’une situation que je connais. Les sons amplifiés lorsqu’il commence à stresser, ça aussi c’est quelque chose que je conçois. Le film nous met vraiment bien devant les yeux son angoisse et il nous fait également passer sa lassitude de tout. A ce stade, nous dit Wesley, la seule chose qui le préoccupe encore est de savoir pourquoi il ne se préoccupe de rien parce que ça le fait flipper… et ça aussi, je reconnais le sentiment. A mon sens l’ouverture du film pose efficacement le personnage. Même la musique nous parle de sa déprime tandis que les Nine Inch Nails nous chantent « Je crois que je peux voir l’avenir parce que je répète toujours la même routine / Il me semble qu’à une époque j’avais un but mais ce n’était peut-être qu’un rêve [ … ] Les jours sont tous les mêmes / etc ». Paye ta joie.  Notez, le film est drôle quand même. L’action part souvent dans les cascades les plus improbables et c’est à la fois plutôt spectaculaire et amusant. Je pense que dans cette catégorie là le « tir en cercle » et la « voiture qui fait un salto au dessus de l’autre voiture pour que le personnage puisse descendre quelqu’un par le toit » sont mes favorites. Et après il y a les petits gags visuels. Tenez, je vous parlais de James McAvoy balançant un clavier à la tête du personnage de Chris Pratt –qui était un sacré connard en effet-, c’était déjà plutôt drôle comme scène, mais le film fait également en sorte que quelques touches se détachent du clavier et nous épèlent « Fuck You » à l’écran, histoire de rajouter une petite blague. En général j’ai trouvé que Wanted était visuellement pas mal pensé du tout et c’est vraiment plus l’histoire qui déconne.

[Par Mila, James McAvoy est] Wanted[Par Mila, James McAvoy est] Wanted
[Par Mila, James McAvoy est] Wanted[Par Mila, James McAvoy est] Wanted[Par Mila, James McAvoy est] Wanted

On va le dire tout de suite, cette histoire n’a aucun sens à mes yeux. Rien dedans n’est crédible, le seul moyen pour que tous les évènements se produisent serait de partir du postulat que les personnages sont tous cons. L’organisation menée par le personnage de Morgan Freeman repose sur un système plus que difficile à avaler et les décisions de plusieurs personnages, décisions qui ont un impact majeur sur tout le film, m’ont laissée tout à fait perplexe. Et ce qui me rend plus triste dans cette histoire c’est qu’il aurait été *si* facile de résoudre la grande majorité de ces problèmes en faisant de Wanted quelque chose de l’ordre de Total Recall, en laissant planer le doute quant à la stricte réalité de l’ensemble. Par exemple le film aurait pu nous proposer plusieurs scènes de Wesley créant une situation fantasmée dans sa tête et en sortant juste quelques secondes plus tard -genre: sa patronne l'engueule, il lui envoie une droite, cligne des yeux et revient à la réalité-. Deux scènes comme cela -une d'une fraction de seconde, l'autre peut-être durant une minute histoire qu'il y ait un allongement du temps- au début du film auraient suffi à nous faire nous demander si, après le générique de fin, Wesley ne s’est pas réveillé, si tout ceci n’était pas qu’un fantasme de plus.  Ou le film aurait pu le faire autrement –je suis pas scénariste, mes idées valent ce qu’elles valent ><- mais à mon sens semer le doute permettait de justifier la plupart des choix sans retirer quoi que ce soit à l’idée générale. Parce que le film ressemble *vraiment* à un long fantasme du personnage. Wesley est un homme qui se sent prisonnier de son existence, il vit sans excitation, sa copine le trompe avec son meilleur ami mais il n’a pas le courage d’y faire quoi que ce soit, sa patronne lui marche dessus et il est pris de crises d’angoisse un peu tout le temps. Son père est parti quand il était tout jeune, il est coincé. Et subitement voilà que son angoisse était en fait un super-pouvoir caché, qu’une nana aux allures de top model vient le sortir de sa vie banale, que les lois de la physique n’ont tellement plus d’importance qu’il n’est certainement coincé nulle part, que son père avait une excellente raison de ne pas être présent, qu’il prend sa revanche sur sa petite amie, son meilleur ami, sa patronne, etc.  Il y a du drame dans cette nouvelle réalité, il s’en prend pleine la gueule, il y a des épreuves et tout n’est pas parfait mais en même temps on parle d’un type qui voulait ressentir quelque chose à nouveau et même dans les fantaisies, il y a des épreuves pour que la réussite soit plus douce. Par ailleurs Wesley vit dans un monde d’aliénés par excellence –le bureau avec toutes les petites cases- et se retrouve dans un autre monde d’aliénés dont il ressort seul être indépendant et pensant pour lui-même, si ça ce n’est pas l’ultime victoire !

Le film *est* un fantasme mais pas un fantasme du personnage, c’est un fantasme « exemple » destiné à un  spectateur auquel Wesley s’adresse directement… et ce de manière assez brutale d’ailleurs. Je vous avoue que les « J’étais ordinaire et pathétique comme vous » et « Et vous, vous avez fait quoi dernièrement ? » m’ont fait un peu mal. J’ai le sentiment que le film voulait nous dire de nous bouger les fesses et d’accomplir quelque chose mais c’est plus blessant qu’autre chose en fait. Parce que cela fait se sentir le destinataire du message honteux et minable, pas plein de potentiel, ce qui est un peu le contraire d’un message inspirationnel –je m’inspire à inventer des mots de mon côté, oui-.  Après peut-être que c’était l’intention du film mais il ne me semble pas quand même. Bref, y a des maladresses dans le tas. Ou bien je suis passée à côté de tout le truc, c’est possible aussi bien entendu, mais en attendant j’ai trouvé l’écriture très bancale.  Mais j’ai quand même bien aimé le thème général et j’ai également accroché au casting. James McAvoy est impeccable, il nous vend la transition de son personnage son problème, de l’employé qui s’ennuie de sa vie et n’ose pas l’ouvrir au type qui a complètement le contrôle de sa situation en passant par le jeune homme flippé qui ne comprend rien à ce qu’il se passe autour de lui. Et j’ai également eu un faible pour Angelina Jolie dans ce rôle. Au début surtout,  j’adorais la façon dont elle regardait Wesley, il y avait quelque chose dans son regard qui sonnait très « Aw, puppy :’) » comme si elle était super attendrie de le voir essayer de protester à la situation alors qu’il avait autant de choix et pouvoir de réaction qu’une huitre qu’on balance contre un mur –pauvre huitre T.T -. Fox et Wesley construisent une camaraderie ensemble à laquelle j’ai plutôt bien accroché et même si on ne peut pas dire que les personnages vont me marquer à vie, le temps d’un film j’ai aimé les suivre tous deux.

Je me suis beaucoup amusée à regarder ce film. A part quand il s’adressait à moi directement c’est-à-dire. Mais le reste du temps je me suis beaucoup amusée. C’était fun de voir jusqu’où l’action pourrait aller,  j’avais envie de voir Wesley se libérer de sa réalité initiale, j’aimais bien Fox, c’est toujours sympa de regarder Morgan Freeman à l’écran, l’OST était sympathique. C’est vrai que l’histoire n’est carrément pas en béton mais d’un autre côté la surenchère est assumée et le film prend au moins son action avec un certain second degré –m’a-t-il semblé en tous cas et c’est comme cela que je l’ai prise- . Donc, yep, j’ai bien apprécié.

6.5/10

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0