Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2013

Réalisé par Eran Creevy

Ecrit par Eran Creevy

 

 

Avec :

James McAvoy >>> Détective Max Lewinsky

Mark Strong >>> Jacob Sternwood

Andrea Riseborough >>> Sarah Hawks

Peter Mullan >>> Roy Edwards

Etc

 

 

Dontesque?

Après avoir laissé filer le criminel qu’il pourchassait et, dans la course poursuite, avoir été blessé d’une balle à la jambe, le détective Lewinsky n’est plus que l’ombre de l’homme qu’il était. Mais lorsqu’une nouvelle affaire éclate au grand jour et qu’elle semble impliquer sa nemesis, le détective est bien obligé de sortir de sa torpeur.

 

 

6.5/10

Après être allée voir Docteur Frankenstein et avoir discuté avec Athena Zelda de toutes les qualités -okay pas *toutes*, ce serait trop long- de James McAvoy, je me suis dit qu’il était temps de reprendre mon exploration de sa filmographie. C’est une exploration que je mène lentement parce que je ne veux pas me retrouver à court de choses à explorer trop vite mais je la mène avec enthousiasme et c’est donc gaiement que je me suis dirigée vers Welcome to the Punch qui, s’il n’est pas le film le plus salué de l’acteur, m’attirait simplement parce qu’il se range dans la catégorie « action » et qu’à côté de cela j’avais surtout le choix entre des drames et d’autres drames. Je n’ai rien contre le drame mais c’est vrai que je suis quand même plus souvent d’humeur à regarder autre chose. Bref, j’ai décidé de lancer Welcome to the Punch et malheureusement je vous avoue que j’ai été un peu déçue. Le film n’était pas mauvais mais il ne correspondait pas vraiment à mes attentes. Au début je n’ai pas réussi à cerner pourquoi mais après avoir bien réfléchi à la question j’ai fini par comprendre: c’est à cause du titre. C’est marrant, je vous avoue que la plupart du temps j’oublie même l’importance que peut avoir un titre, probablement parce qu’il est rare que je me sente « trahie » par rapport à celui-ci. Mais lorsque le contenu d’un film ne correspond pas à mes attentes, subitement, je me rends compte d’à quel point un titre peut modeler les dites-attentes.

En l’occurrence « Welcome to the punch » m’évoque trois choses : (1) qu’on va avoir un film d’action (2) que le personnage principal –ou les personnages principaux- va se retrouver dans un monde complètement nouveau ou que son univers va se retrouver chamboulé , d’où le « welcome to » (3) ce basculement va être subit et brutal comme un coup dans l’estomac, c’est l’effet produit par le mot « punch ».  Par exemple The Raid pourrait s’appeler « welcome to the punch ». Mais en l’occurrence Welcome to the punch ne se rapproche réellement de son titre que dans sa dernière image et c’est pour cela que j’ai été déçue. Je m’attendais à quelque chose de plus subit, de plus étonnant avec un personnage plus brutalement plongé dans une situation qui le dépasse alors qu’au final Welcome to the punch est un trhiller plutôt dans la moyenne avec un look également plutôt dans la moyenne et même assez lassant au bout d’un moment. Tout le film donne dans une palette froide, un peu verte-bleue, et pour tout vous dire cela a fini par m’ennuyer, les couleurs me manquaient. Je n’ai pas eu le sentiment que le film faisait grand-chose de son esthétique en fait. Peut-être avec plus de contraste, un éclairage différent ou juste une autre bande-son, peut-être que cela aurait marché. Au début par exemple, il y a une scène de course poursuite joliment rythmée, très fluide, très classe. Mais le reste du film m’a semblé visuellement banal avec des couleurs fades et finalement ennuyeuses. Après cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas quand même de bons moments, l’action  est notamment tout à fait acceptable, mais il n’y a rien non plus qui m’ait particulièrement impressionnée.

[Qu'y a t-il dans un nom?] Welcome to the punch[Qu'y a t-il dans un nom?] Welcome to the punch
[Qu'y a t-il dans un nom?] Welcome to the punch[Qu'y a t-il dans un nom?] Welcome to the punch

Quant au scénario, je l’ai trouvé relativement prévisible. Sans dire que j’avais anticipé absolument toutes les étapes, je dirais quand même que les grandes lignes n’étaient pas si bien dissimulées que cela. En fait, vraiment, c’est dommage mais cette image finale où le monde de notre personnage principal bascule en effet du tout au tout est le moment où j’aurais voulu que le film commence. Ou en tous cas j’aurais voulu que l’on s’y retrouve à la quinzième minute et que le film continue à partir de cela… mais on n’a pas toujours ce qu’on veut dans la vie j’imagine. Au moins c’est vrai que j’ai apprécié les personnages, même ceux sur lesquels on en sait finalement très peu. Par exemple on ne sait vraiment pas grand-chose de Sarah Hawks, la coéquipière de Lewinsky, mais j’ai aimé son attitude en général et le fait qu’elle n’hésite jamais à remettre son coéquipier à sa place sans mâcher ses mots. C’est pourquoi j’ai été assez déçue que, finalement, elle soit peu utilisée... mais de toute façon on ne peut pas vraiment dire que Welcome to the Punch soit un exercice en écriture de personnages et la plupart sont probablement oubliables. Sur le moment j’ai apprécié le meilleur ami de notre gangster ainsi que le mercenaire sans merci qui vit avec sa grand-mère mais dans un mois il y a fort à parier que j’aurai zappé leur existence parce qu’au final même les deux personnages véritablement centraux de Welcome to the Punch ne sont pas excessivement mémorables. Pourtant il y a un certain charme au personnage de Mark Strong avec son attachement évident à sa famille et sa politique de ne pas tuer si ce n’est pas nécessaire ! Et l’acteur est charismatique. Mais encore une fois : sous-développé. Et finalement s’il y a vraiment une chose que je vais retenir de ce film c’est bien James McAvoy. Prévisible, certes, et biaisé, peut-être, mais j’ai trouvé qu’il donnait un relief appréciable au personnage. Lewinsky est un flic brisé qui a perdu son mojo et ses convictions jusqu’à ce qu’il retrouve son obsession, obsession dans laquelle il se perd complètement jusqu’à ce que finalement tout ce en quoi il croyait se trouve retourné sans dessus dessous. En soi c’est intéressant mais le film ne le creuse pas suffisamment et c’est James McAvoy qui rend le personnage plus intéressant qu’il ne devrait l’être en faisant vraiment ressortir son obsession et son instabilité. Il semble toujours être à deux doigts de craquer, la prestation a juste ce qu’il faut d’intensité et cela nous donne un personnage qui m’a accrochée.

Mais ne nous mentons pas, si McAvoy n’était pas le lead, je me serais sans doute rapidement ennuyée. Encore une fois, le film est décent, c’est juste qu’il n’est jamais aussi bon que sa propre ouverture –la scène de course poursuite du début est clairement ma favorite-, qu’il m’a laissée frustrée –rapport au fait que j’aurais voulu que sa fin soit quasiment son début-, que j’ai vu mieux et que mes attentes étaient différentes, plus grandes que cela –rapport au titre-. Je ne me suis pas ennuyée, j’ai beaucoup apprécié Mark Strong et, surtout, James McAvoy dans les rôles principaux et il y a plusieurs scènes d’action qui font leur effet tout à fait correctement mais quitte à regarder un film d’action ou un film avec McAvoy, j’ai de meilleures sélections parmi lesquelles piocher.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0