Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bilan de mon année 2015 en quatre petits tops

–sauf le dernier qui est plutôt long-

 

Je vous avais promis de faire un retour sur mon année 2015 et comme, parfois, je tiens mes promesses –non parce que le faire tout le temps, c’est relou en fait et je me délecte de vos déceptions alors…-, voici le bilan qui arrive. J’ai fait des petits tops de trucs, de films, de séries. La plupart ont un article sur ce blog mais ce n’est pas le cas de tous et, après tout, vous pourriez en avoir loupé un. Ce qui serait dommage parce que tout ce qui est cité dans  cet article est bon. Okay, okay, correction: j’aime tout ce qui est cité dans cet article. Forcément. Et écoutez je ne vais pas m’embarrasser de quinze pages d’introduction, on va tout de suite commencer. Ah si, quand même avec une précision : j’ai classé les films/séries/dramas non pas en fonction de leur qualité mais en fonction d’à quel point je suis contente de les avoir regardés. Evidemment la qualité joue sur le contentement mais ce n’est pas le seul facteur donc si vous vous retrouvez avec Le Parrain en cinquième position et Tremors en première, ne vous étonnez pas –cela n’arrive pas ici, je vais pas vous spoiler, mais vous voyez l’idée-. Sur ce : go !

 

 

 

7  films de 2015

Oui que 7… cela ne fait pas beaucoup mais je n’ai pas eu beaucoup le temps d’aller au cinéma cette année et, qui plus est, j’en ai passé beaucoup à rattraper ma culture cinéma à la maison donc… forcément. Note: Star Wars VII the Force Awakens n'est pas sur la liste. Je l'ai vu plutôt tard et honnêtement j'ai chialé une bonne partie du temps donc je n'ai pas *tout* vu/enregistré. En terme d'émotion il serait numéro 1, c'est clair, mais j'ai prévu d'aller le revoir en 2016 -non parce qu'en plus je l'ai vu d'un siège tout devant sur le côté donc pas dans des conditions idéales...et je veux tester la 3D- et je me ferai une vraie idée à ce moment-là. Sur ce, allons-y.

 

7 – John Wick

Un homme qui avait déjà tout perdu se venge des hommes qui ont tué son chien.

Pas un fim au scénario bien complexe pour lancer notre classement mais j’ai un faible et pour les films d’action et pour Keanu Reeves, vous le savez, si bien que John Wick m’a forcément beaucoup enthousiasmée. L’histoire est simple, on ne risque pas de s’y perdre, mais le casting, la façon dont le filme entrouvre la porte sur un monde caché qu’on aimerait découvrir davantage et, surtout, l’action clean, joliment filmée et mise en musique, et très fluide, font que j’ai adoré ce film et ne regrette pas d’avoir acheté le DVD pour pouvoir le revoir quand bon me semble. La sympathie instinctive que m’inspire Kinyou est bien entendu un gros bonus~ |ARTICLE|

6 - Ant Man/Age of Ultron

Un cambrioleur est solicité pour enfiler une combinaison lui permettant de devenir tout petit afin de contrer les plans dangereux d’un homme d’affaire cupide / Les Avengers affrontent une intelligence artificielle programmée pour protéger le monde mais qui a mal tourné. 

Ah cela faisait longtemps que je ne vous avais pas fait de top donc vous l’aviez peut-être oublié mais je triche. Tout le temps. Donc oui j’ai mis deux films en quatrième position. En même temps ils sont un peu dans le même thème, ce sont deux films du MCU. Cela dit Ant-Man est un petit film d'aventure fort sympathique là où Age of Ultron a une échelle plus grande. Je n'ai vu aucun des deux films au cinéma, je les ai tous les deux rattrapés lors de mon voyage dans le MCU de cette fin d'année. Et j'ai apprécié les deux. Ant-Man avait l'avantage, bien qu'étant frustrant à certains égards, de nous présenter un personnage un peu différent des autres -rapport à sa situation familiale- et une action particulièrement divertissante et drôle tandis qu'Age of Ultron réunissait pour la seconde fois toute une bande de personnages que j'adore voir interagir. Age of Ultron n'est pas parfait du tout mais j'aime tellement voir ces personnages à l'écran, que voulez-vous! Et puis bon même si l'action de The Avengers était meilleure, on n'est pas privé de spectacle. Quant à l'antagoniste décevant, à ce stade, cela continue de me peiner et de freiner les films mais je rentre sans attente dans tous les films du MCU à ce niveau-là donc au moins la déception n'est pas trop cuisante. |ARTICLE Ant Man||ARTICLE Age of Ultron|

5- Kingsman : The Secret Service

Un jeune voyou se retrouve recruté, comme son père avant lui, par un service d’espionnage

Kingsman est un film dont j’ai aimé l’humour, l’action violente, et, surtout, le protagoniste que je trouve très attachant, en grande partie grâce à l’acteur principal qui a beaucoup de charme. Et un accent britannique. Comme beaucoup des acteurs de ce film. Mes oreilles disent merci. Bon j’en voudrai toujours au film d’avoir coupé Money for Nothing avant que Knopfler puisse commencer à chanter mais tout film qui commence par du Dire Straits est forcément bon, je crois qu’il y a une loi quelque part dans la constitution qui l’établit. Donc oui, Kingsman est sur la liste. |ARTICLE|

4 - It follows

Une jeune femme se retrouve suivie par une entité menaçante qui peut prendre toutes les apparences.

Bon It Follows peut être compté comme un film de 2014 mais comme il est sorti en France en 2015, je considère que ça, ce n’est pas de la triche. Film d’horreur plutôt pas mouvementé, je l’apprécie parce que passer des nuits blanches et fixer les reflets nerveusement pour vérifier qu’il n’y a rien derrière moi sont mes activités favorites, clairement. J’adore avoir peur dès que quelqu’un marche vers moi, ça donne tout de suite à la vie un certain piment. Non, plus sérieusement, l’horreur est un genre que j’adore, c’est pas nouveau, et c’est assez rare que je tombe sur un film aussi efficace et bien foutu qu’It Follows donc quand cela arrive, ça fait plaisir. Le réalisateur a bien compris exactement ce qu’il fallait montrer ou ne pas montrer, l’idée de base est terrifiante et le casting nous vend les personnages sans problème : bien joué. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

3- The Martian

Un astronaute laissé pour mort tout seul sur Mars doit trouver le moyen de survivre et de rentrer chez lui.

Pour une raison que je ne m’explique toujours pas, The Martian était un des films que je m’étais jurée d’aller voir au cinéma. Pour une fois, j’ai tenu ma résolution : j’y suis allée. Et j’ai bien fait. Parce qu’entre deux plans magnifiques de Mars, le film m’a fait flipper pour le personnage, m’a fait rire avec lui, m’a fait pleurer d’émotion telle la loque hyper-sensible que je suis et parce qu’au bout des 2h20 de film, j’aurais juré que Seul sur Mars n’en avait duré que la moitié.  Bonne pioche donc. |ARTICLE|

2- Slow West

Un jeune homme voyage à travers le far west à la recherche de sa bien-aimée, accompagné d’un cow-boy qui n’a pas dévoilé toutes ses intentions.

Peu de temps après avoir vu ce film, j’ai revu ce film. Et ce faisant, j’ai découvert que la seconde fois, je l’aimais encore mieux. Slow West est à la fois très drôle –de manière sombre mais quand même- et très cruel, très irréel dans sa présentation et très terre à terre dans certaines de ses résolutions, très joli et à la fois ... très joli aussi –oui pour le coup il est très joli tout le temps en fait….-. Le rythme est lent, le film souvent presque contemplatif mais je le trouve fascinant et c’est encore un DVD que j’ai acheté sans le regretter. |ARTICLE|

1 – Mad Max : Fury Road

Une guerrière aide les esclaves sexuelles d’un tyran à le fuir et est poursuivie par une armée de types complètement barrés.

Oui bah forcément en même temps. Après l’avoir vu au cinéma, revu au cinéma, rerevu au cinéma, vu en DVD, revu en DVD, vu en streaming parce que je n’avais le DVD sur moi et rererevu en DVD en l’espace de franchement pas si longtemps que cela, je pense qu’on peut dire que … j’aime bien ce film o.o En même temps, j’arrête pas de vous le dire : film d’action = ♥ .Et dans cette catégorie Fury Road frappe fort, frappe très fort même. J’ai arrêté de le revoir pour le moment parce qu’il faut bien passer à autre chose et que je veux avoir le plaisir de le redécouvrir quand le temps aura un peu passé mais la gigantesque course-poursuite que nous propose George Miller est un spectacle qui m’ébahit à chaque fois. Il n’y a pas un temps mort dans ce film à mon sens et si je ne nie pas les incohérences de certains éléments ainsi que la faiblesse de la conclusion, la simplicité du scénario et le peu de dialogues n’empêchent  pas Fury Road de nous parler de ses personnages et de son univers. Bref, c’était super prévisible mais Fury Road FTW en gros. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

 

5 dramas de 2015

J’ai vu très très peu de dramas cette année. Surtout en entier. Par exemple, si j’avais fini Oh My Ghost, My Beautiful Bride –qui étaient tous les deux très bons-, ou Last -dont j'avais absolument adoré la première moitié- ils se seraient très certainement retrouvés dans ce classement … mais je ne les ai pas finis. Et cela n’a rien à voir avec leur qualité, j’ai juste eu beaucoup de mal avec les dramas cette année. Mon top5 se fait donc parmi une toute petite sélection mais ce n’est pas grave, le voici tout de même.

 

5- I Remember You

Un jeune homme traque le psychopathe qui a assassiné son père et enlevé son petit frère.

J’ai un peu hésité à mettre Sensory Couple sur la liste parce que j’en trouvais l’OTP adorable mais finalement je me suis décidée pour I Remember You qui, s’il est loin d’être parfait, avait des thèmes qui me parlaient, une histoire plutôt sombre tout en gardant un ton relativement léger agréable, et des personnages auxquels je me suis attachée. Jang Nara est une actrice que j’apprécie pour le mélange de vulnérabilité et de solidité qu’elle arrive à faire passer dans la plupart de ses rôles, Seo In Guk est purement adorable, Park Bo Gum m’a brisé le cœur. I Remember You m’a probablement plus parlé émotionnellement qu’intellectuellement mais je préfère toujours cela que l’inverse dans les dramas et, en plus, celui-ci est joli à regarder. |ARTICLE|

4- Tantei no Tantei

Une détective enquête sur d’autres détectives tout en cherchant celui qui a rendu possible le meurtre de sa sœur des années plus tôt.

Quand j’y pense, ça a été une année bizarre pour moi, j’ai passé mon temps à commencer des dramas et des séries policières en mode « un épisode = une affaire »…. Enfin du moins des séries dont je pensais qu’elles appartiendraient à cette catégorie parce que j’ai fait beaucoup d’erreurs de jugement dans le tas. Et c’est un peu cela avec Tantei no Tantei, un drama que j’ai commencé à regarder je ne sais même plus pourquoi, et qui m’a accrochée là où je ne m’y attendais franchement pas. Avec un personnage principal très solide et très charismatique ainsi qu’une volonté de prendre quelques risques scénaristiques inattendus, Tantei no Tantei s’est avéré être une expérience prenante et très plaisante, une excellente surprise en somme. Et c’est pour cela que tenter tout et n’importe quoi sans aucune raison en particulier, c’est BIEN les enfants :D Sauf si on vous propose de la drogue. Auquel cas c’est plutôt pas une bonne idée. |PODCAST|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

3- Angry Mom

Une mère inquiète pour sa fille et, se sentant impuissante, infiltre l’école de celle-ci et découvre la réalité sombre qui se cache dans le bâtiment.

Ce drama qui nous avait été vendu comme une rom-com improbable et dérangeante entre une mère de famille mariée et le professeur de sa fille qui la pense lycéenne, semblait être parti pour être un désastre. Heureusement il s’est avéré que le résultat n’avait rien à voir avec la promotion et Angry Mom m’a touchée droit dans mon petit kokoro avec ses personnages ultra attachants –Bok Dong ah ;A;-, les liens qui les unissaient, son ambiance sombre malgré tout ponctuée de touches d’humour bienvenu, et sa jolie réalisation accompagnée d’un OST un peu jazzy fort sympathique. Regarder Angry Mom était parfois éprouvant tant j’avais envie de tirer les personnages hors de l’histoire pour leur permettre de souffler deux secondes mais j’ai vécu la série à fond et c’est avec regret que j’ai dit « au revoir » à tous ces personnages qui, vers la fin, avaient commencé à former une petite famille dont je me sentais un peu membre. Angry Mom n’est pas parfait, le début est bancal et certains personnages n’ont jamais le développement qu’ils auraient mérité, mais somme toute c’était une excellente surprise et un drama très efficace. |ARTICLE|

2- Pinocchio

Un jeune homme cherche à se venger des responsables de la destruction de sa famille tout en tombant amoureux d’une jeune fille victime d’une condition qui l’empêche physiquement de mentir.

C’est vrai, Pinocchio a été plus largement diffusé en 2014 … mais je parle toujours des dramas dans l’année de leur fin de diffusion puisque, d’après moi, on ne peut juger de la réelle qualité d’un drama qu’après en avoir vu la conclusion. Donc : Pinocchio. C’était le retour d’une équipe gagnante et cela n’a pas loupé, je suis tombée sous le charme. Je m’en veux un petit peu de n’avoir jamais écrit de bilan sur ce drama du coup… mais au moins vous avez les récaps de Cernes pour ceux que cela intéresse et ça fait déjà une sacrée lecture. Mais pour expliquer vite fait ce qui m’a plu dans ce drama, je dirais que le thème central, celui du mensonge en général et celui du poids des médias, m’intéressait. Je dirais aussi que c’est rare de trouver un drama qui arrive à gérer une équipe de personnages sans se foirer quelque part, sans partir dans des tensions inutiles pour rallonger le scénario, et je dirais enfin que c’est toujours rafraichissant de voir deux personnages de drama arriver à communiquer comme le faisait l’OTP de ce drama. C’était pas parfait mais c’était quand même drôlement bien foutu. Je me suis émotionnellement beaucoup investie dans ce drama, j’ai adoré le casting, je me suis prise d’affection pour tous les personnages et même s’il y a des détails qui auraient du être modifiés, c’est un drama que j’ai adoré suivre, de son début à sa fin. |PREMIERES IMPRESSIONS| |RECAP|

1 – Heart to Heart

Une jeune femme agoraphobe rencontre un psychologue qui a la phobie de ses propres patients.

Si Heart to Heart se retrouve en tête c’est parce que de tous les dramas que j’ai vus cette année, c’est celui qui m’a rendue le plus heureuse. Encore une fois, il y a des défauts. Des retournements que j’aurais voulu éviter, des personnages dont l’écriture n’était pas forcément toujours au point… mais les deux personnages principaux de ce drama, une fois passés les premiers épisodes où le héro est difficile à avaler avant de prendre un virage subit pour le meilleur, les deux leads, forment un couple auquel je n’ai pas pu résister parce qu’il se dégage un tel confort, une telle chaleur et une telle sincérité de leur relation qu’ils ont formé pour moi une sorte de cocon dans lequel j’étais plus que ravie de me réfugier. La réalisation toute douce, la musique un peu mélancolique, les excellents acteurs –en particulier Choi Kang Hee qui m’a fait tomber amoureuse de l’héroïne à chaque épisode… l’héroïne est mon gros coup de cœur de ce drama de toute façon- tout cela a participé à faire d’Heart to Heart un drama qui porte décidément bien son nom parce que de cœur, il en déborde, et il a touché le mien de la meilleure des façons. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

 

10 séries et dramas pas de 2015 mais que j’ai découvert/e/s en 2015

 

10- Paranoïa Agent (anime, Japon)

Un enfant à rollers attaque différentes personnes à la batte dans la ville de Tokyo et fascine autant qu’il terrifie la population.

Anime choisi sur un coup de tête, Paranoïa Agent s’est trouvé être un anime pas forcément évident d’accès mais très intéressant. Angoissant, il nous plonge dans la tête de ses personnages en utilisant tous les moyens à sa disposition, ce qui donne une animation et une mise en scène très intéressantes. Mon épisode favori, l’épisode 2, utilise particulièrement bien les images, je trouve, pour nous illustrer et faire ressentir la panique de son personnage principal mais il y a des tas de bonnes choses à retenir dans tout l’anime. Je ne vais pas mentir, il m’est arrivée de me sentir un peu perdue en regardant la série mais en faisant un effort, je retombais sur mes pieds et dans tout ce qu’il a de sombre et pessimiste, Paranoïa Agent était un regard intéressant sur notre société et un anime qui m’a tenue en haleine. |ARTICLE|

9- The Booth at the End (USA)

Un homme dans un restaurant familial, toujours assis à la même place, échange des « miracles » contre des actes divers.

Petite étrangeté, Booth at the End est très différente de ce que je regarde d’habitude, du moins au niveau du format, mais cette série dont les deux saisons, au total, ne durent que 2h30 chacune, m’a conquise grâce à ses dialogues intelligents, son originalité et ses très bons acteurs qui s’impliquent tous dans leurs performances. En même temps il faut bien parce que la série repose entièrement sur eux : il n’y a qu’un décor et tout est dans les dialogues, on nous raconte les choses, on ne nous montre pas. Et généralement c’est plutôt pas bon, la télé –comme le cinéma- est un art visuel dans lequel la règle est souvent « montre, ne dis pas »  mais, en l’occurrence, c’est parfaitement exécuté. La série m’a par ailleurs introduite à Xander Berkeley qui joue le rôle principal et, l’ayant trouvé particulièrement charismatique et habile dans les nuances, j’ai mis ses projets sur ma liste de « choses à voir ». Qui fait maintenant un volume de plus du coup. Non parce que sa filmographie, elle est pas exactement brève en fait. |ARTICLE|

8- Unfair (Japon)

Une policière enquête sur un serial-killer tout en tâchant de reconstruire sa relation avec sa petite fille.

Encore un de ces dramas que j’avais commencés en me disant qu’il y aurait une enquête par épisode et que, du coup, je n’apprécierais pas. Mais bon, Eita oblige, fallait bien le regarder. Encore une fois : grosse grosse surprise. Déjà parce que les enquêtes durent plus d’un épisode, elles durent le temps qu’elles ont besoin pour se résoudre et puis surtout parce qu’il y a un fil rouge dans le tas, qu’il est important, qu’il est au centre du drama et que du coup on suit effectivement une progression. Et surtout j’ai eu un coup de cœur énorme pour le personnage principal qui, là où dans certains dramas elle serait sans doute résumée à une d’entre elles, nous est présentée sous des facettes différentes ici: femme désirable, mère qui cherche à recoller les morceaux, enquêtrice douée mais vétérante - ?- blasée, mentor pour son partenaire. Elle est un personnage très solidement écrit et très solidement interprété, un personnage que j’ai pu admirer tout en m’y attachant. Et puis elle est entourée par un Eita, dans le rôle d’Ando son partenaire, ultra-attachant –okay c’est Eita donc ça va un peu de soi mais le rôle est écrit comme cela également- et d’une jeune actrice adorable dans le rôle de sa fille, Mio. Les scènes d’Ando et Mio étaient presque trop pour moi parce que je régressais en mode « couinement de hamster » devant la choupitude extrême à l’écran. C’était un excellent drama, une très bonne surprise, et je vous le recommande. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

7- Psych (USA)

Un faux-medium et son partenaire s’insèrent dans des enquêtes de la police de Santa Barbara.

Je vous en ai parlé il y a peu de temps, j’avais commencé Psych en me disant qu’en raison de son format cette série me permettrait de tuer le temps sans accaparer mon attention et tuer toute ma productivité. Ouiii.... comment vous dire....

Je me suis retrouvée happée et j’ai avalé les épisodes à une vitesse impressionnante, à la limite du flippant en fait. Série policière qui, pour moi, a surtout été une excellente comédie, Psych m’a conquise avec l’excentricité de ses personnages, l’énergie de son acteur principal, ses références constantes, ses idées pour déplacer les personnages dans des contextes différents, … dans un mois qui n’a pas été facile, j’ai toujours pu compter sur Psych pour, à chaque épisode, me faire rire, voire parfois provoquer carrément de vrais fous rires. |ARTICLE|

6- Osozaki no Himawari (Japon)

Une bande de jeunes gens un peu paumés se rencontrent, se lient d’amitié, se soutiennent, s’engueulent et grandissent tous ensemble.

Après qu’on me l’ait conseillé pendant des années, j’ai fini par regarder ce drama et c’était tout ce qu’on m’avait promis que ce serait. Les Japonais ont une certaine facilité avec le tranche-de-vie, je pense parce qu’ils n’ont pas peur de la simplicité, et Osozaki no Himawari est la très jolie histoire de jeunes gens qui ne savent pas trop où ils vont dans la vie, deviennent amis, et se trouvent une direction. Le drama peut se montrer drôle mais il réserve aussi des moments difficiles à ses personnages parce que la vie, c’est pas toujours évident. Nos protagonistes ont des complexes, des frustrations, mais en s’épaulant les uns les autres, ils arrivent à s’épanouir dans le décor tranquille de leur petite ville perdue au milieu des montagnes. Dès l’épisode 1, je me suis attachée aux personnages –le fait que le rôle principal soit allé à Ikuta Toma, aka l’acteur qui rivalise avec Eita niveau sympathie, a aidé- , je me suis intéressée à tous les liens qu’il y avait entre eux. Osazaki no Himawari est l’occasion de se trouver une petite oasis où retrouver des amis et les regarder grandir, « fleurir » sous nos yeux, c’est un drama devant lequel il fait bon se retrouver et tous les gens qui me l’avaient conseillé avaient raison. |ARTICLE|

5- Parks and Recreation (USA)

Dans le service des parcs et loisirs de la petite ville de Pawnee, Leslie Knope et son service cherchent à améliorer le quotidien des habitants.

Parks and Recreation, à l’instar de Psych et Osozaki no Himawari, se retrouve dans cette liste parce que c’est une série qui m’a rendue heureuse. Son personnage central, Leslie Knope, est un modèle pour moi, j’aime son ambition et, surtout, son absence totale de cynisme -dont je suis parfaitement incapable-, la façon entière dont elle se passionne, le sérieux avec lequel elle prend les choses mais, malgré tout, toute sa fantaisie. Chaque saison elle devenait une personne plus extraordinaire encore et influençait tout son entourage, faisant d’eux des gens meilleurs. Elle est entourée par toute une troupe de personnages plus attachants les uns que les autres –certains ne le sont pas tout de suite mais à la fin j’aimais tout le monde- et chaque personnage est traité avec affection par la série. Et je crois que c’est ce que j’ai préféré dans Parks and Rec finalement, cette facilité avec laquelle la série me faisait rire sans taper dans des sentiments négatifs. Ca faisait du bien de se poser devant quelque chose d’aussi positif, d’aussi optimiste. C’est quelque chose de rare et je l’ai pleinement apprécié. |ARTICLE|

4- Being Human (UK)

Un loup-garou, un vampire et un fantôme essaient de vivre un semblant d’existence normale dans la même maison.

Je n’ai toujours pas fini Being Human -l'article sur la saison 2 est prévu pour ce week-end-. Du coup dans une liste des meilleures séries, je ne l’incluerais pas puisque, pour ce que j’en sais, la conclusion détruit peut-être tout le reste mais puisqu’on n'est pas dans ce type de liste les deux premières saisons de Being Human, celles que j’ai vues donc, comptent. J’ai des articles de prévus sur la question mais pour le moment tout ce que je peux dire c’est que grâce à un casting très impliqué et une écriture bien rythmée qui fait avancer les choses rapidement tout en se permettant des petits moments entre personnages, je me suis énormément attachée aux trois protagonistes et cette série me va droit au cœur. Je me vois dans ces personnages et il n'y a pas un seul épisode qui me laisse indifférente. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai du mal à la finir : mon cœur est dedans et j’ai peur que Being Human me le brise. Mais je la finirai. Et elle a sa place ici.|ARTICLE sur la saison 1|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

3- X-Files (USA)

Les agents Mulder et Scully du FBI enquêtent sur des affaires que la science ne semble pas pouvoir expliquer.

Je vous jure, j’ai essayé d’écrire sur X-Files mais dans le genre galère… c’est galère. Je ne savais pas par où commencer parce qu’il y a beaucoup trop à couvrir, parce que la série a fait couler tellement d’encre et fait naitre tellement de références partout que je ne savais pas trop ce que mon avis sur la question aurait comme valeur. Pas que mon avis en général ait une valeur inestimable mais là j’étais encore plus en mode « à quoi bon ? ». Mais je n’allais bien entendu pas ne pas évoquer X-Files ici parce que cette série a pas mal marqué mon année 2015. La série existait dans un coin de mon esprit parce qu’elle fait partie d’une culture populaire commune depuis un moment et parce que j’en avais vu quelques épisodes il y a longtemps –dont l’épisode avec Eugene Tooms qui m’avait terrifiée- . J’avais même essayé plusieurs fois de me plonger dedans, sans succès. Mais cette année, je me suis lancée et je ne sais pas ce qu’il s’est passé ce coup-ci, je me suis retrouvée passionnée. J’ai avalé la série et quand j’ai eu les sous, je me suis acheté le coffret pour la regarder à nouveau –un peu déçue cela dit parce que le coffret est assez moyen-. Forcément, parce que j’ai un faible pour l’horreur, le fantastique, l’inexpliqué, les « cas de la semaine » d’X-Files avaient de l’attrait pour moi et, à côté de cela, je me suis prise de beaucoup d’affection pour Mulder et Scully, j’avais envie de démanteler des conspirations avec Mulder, j’admirais la solidité de Scully et son esprit, et oui je suis descendue dans les fin-fonds du ship. Un jour je trouverai le moyen de vous causer de cette série pour de vrai mais en attendant, voilà mon petit paragraphe. Mais bon, je ne vous ai rien appris, c’est surtout moi qui étais en retard sur ce coup-là.

2- N no Tame Ni (Japon)

Un vieux policier enquête sur une affaire impliquant six personnes en particuliers et remue le passé.

Je n’ai que de l’amour pour ce drama. De l’amour pour ses personnages complexes, pour en particulier son héroïne dont la résilience et la douceur à travers les épreuves m’ont laissée admirative, de l’amour pour ses acteurs, de l’amour pour ses surprises et son scénario qui m’a intriguée tout le long, de l’amour pour ses images qui n’ont pas cessé de m’émerveiller, de l’amour pour toutes les fois où il m’a brisé le cœur mais de l’amour pour tous les sourires à travers les larmes. Je n’ai que de l’amour pour ce drama. Après l’avoir vu une première fois, j’ai eu peur de le voir une seconde fois, j’ai eu peur que ce ne soit pas aussi bon la seconde fois mais, après la seconde fois, je n’ai toujours que de l’amour pour ce drama. Et je vous invite à l’aimer avec moi. |ARTICLE|

1 – Hannibal (USA)

Le FBI engage Will Graham, un homme qui a la capacité de se glisser dans l’esprit des autres, pour les aider à attraper un serial-killer et demande au docteur Hannibal Lecter de garder un œil sur sa santé mentale sauf qu’Hannibal Lecter n’est pas exactement le type le plus recommandable au monde lui-même.

Alors, à l’instar de Being Human, Hannibal est une série que je n’ai pas encore terminée : je n’en ai encore vu que les deux premières saisons -parei: l'article sur la saison 2 est pour ce week-end-. Faut dire qu’entre chaque j’ai décidé de prendre le temps de digérer, d’écrire mes pensées, peut-être de revoir quelques épisodes. Mais je ne peux pas concevoir que la série puisse me décevoir à ce stade honnêtement. J’admire et respecte le travail qui a été fourni sur Hannibal, de sa réalisation impeccable qui nous en dit énormément sur les personnages et créé une ambiance très particulière et dérangeante, aux acteurs qui vivent leurs rôles et me donnent envie de leur donner tous les awards du monde –en particulier je pense que je vais avoir du mal à voir Hannibal Lecter joué par qui que ce soit d’autre que Madds Mikkelsen à ce stade- en passant par l’OST étrange un peu déstabilisant et une histoire à la fois attendue parce qu’on en connait la fin et pourtant surprenante dans les tours et détours qu’elle prend. C’était encore une série que je commençais en pensant « okay série procédurale avec un petit twist » et encore une série à propos de laquelle je me plantais –ça devient une habitude… je pense qu’il va falloir que je commence à me lancer dans tous les trucs qui me tentent le moins en fait :D-. J’avais des raisons de commencer Hannibal mais je ne m’attendais pas du tout à accrocher à ce point et maintenant je vais aller me lamenter sur fait que dans une saison, je devrai passer à autre chose……………. :( |ARTICLE S01|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

 

25 films pas de 2015 que j’ai découverts cette année

Bon… deux choses

  1. Oui 25 ça fait beaucoup –d’autant que, spoiler, j’ai encore triché- mais j’ai vu beaucoup de films cette année.
  2. Vous vous souvenez de mon passage Le Parrain/Tremors au tout début de l’article ? Remettez-vous cela en tête en lisant le classement parce que le numéro 1 va probablement vous sembler moins bon que les trois quarts des films qui sont en dessous de lui sur la liste. Mais souvenez-vous, ce n’est pas la liste des « meilleurs films » mais de ceux que je suis le plus contente d’avoir vus cette année.
  3. Je vais tâcher d’être rapide sinon on y est encore demain^^

Prêts ? Let’s go^-^

 

25- Camille (US)

Un jeune homme de bonne famille tombe amoureux d’une courtisane mais la tragédie les attend au détour du chemin.

Je ne pensais pas apprécier ce film parce que ce que je connaissais de l’histoire ne me plaisait pas mais le point de vue emprunté sur le personnage féminin central, faisant d’elle une victime des préjugés de tout son entourage, m’a finalement beaucoup intéressée. Le film était particulièrement joli à regarder et j’ai passé un bon moment à envier leurs robes à tous les personnages féminins.|ARTICLE|

24- Blancanieves (Espagne)

Une jeune femme se retrouve livrée à sa cruelle belle-mère après la mort de son père.

J’avais un peu peur de Blancanieves, cette adaptation muette en noir et blanc de Blanche-Neige, replaçant le personnage dans un contexte espagnol et utilisant le monde de la tauromachie. Au final j’ai trouvé, à ce jour, mon adaptation favorite du conte dans un film qui m’a laissée béate d’admiration devant son esthétique et sa capacité à me transmettre toutes les informations et toutes les émotions dont j’avais besoin/envie sans me parler. C’était également sympa de regarder quelque chose de différent de d’habitude et je vous invite à tenter le coup. |ARTICLE|

23- The Rock/Con Air/Point Break (US)

Un scientifique pétochard et un criminel spécialisé dans l’évasion doivent pénétrer dans Alcatraz pour arrêter un groupe terroriste / Nicolas Cage se retrouve dans un avion plein de criminels supra dangereux et doit trouver un moyen de s’en sortir tout en n’abîmant pas sa coupe de cheveux / Un agent du FBI infiltre un groupe de surfeurs qu’il pense responsable d’une série de casses de banques.

Oui, trois films, rien que cela. Mais j’ai décidé de les réunir parce qu’honnêtement je les ai tous appréciés un peu pour la même chose. The Rock et Con Air sont super divertissants parce que complètement décomplexés dans une action et des scénarios absurdes … oh et aussi parce qu’ils ont tous deux Nicolas Cage et que Nicolas Cage me divertit un peu tout le temps. Quant à Point Break il est complètement « cheesy » mais l’association Patrick Swayze/Keanu Reeves fait des merveilles et, contre toutes mes attentes, le film m’a en fait pas mal sapé le moral parce qu’il y a quand même des moments drôlement tristes dans le tas. Enfin à la revoyure je me suis quand même surtout amusée. |ARTICLE: The Rock||ARTICLE: Con Air||ARTICLE: Point Break|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

22- Confessions (Japon)

Une professeure ayant perdu sa petite fille dans des circonstances tragiques met en place une vengeance terrible contre les responsables.

A la revoyure, j’admets que Confessions peut s’avérer trop lourd dans la réalisation pour quiconque ne rentre pas dedans et le film aurait peut-être gagné à parfois y aller plus mollo sur les ralentis mais je reste très admirative de la prestation de Matsu Takako dans le rôle principal et du scénario, de l’histoire qui fait froid dans le dos d’un piège vengeur qui se referme sur ses victimes. Le final de ce film m’a donné des frissons la seconde fois comme la première et je trouve Confessions fascinant. |ARTICLE|

21- Flowers (Japon)

Plusieurs générations de femmes se suivent et nous ouvrent leur cœur.

Film délicat se déroulant sur trois générations et adaptant son style esthétique à chaque génération pour le plus grand plaisir de ma rétine, Flowers donne la part belle à des actrices qui rivalisent de beauté et de justesse. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai regardé les fragments de vie de ces femmes et le film m’a laissée sur un sentiment un peu mélancolique mais très doux et plein d’espoir. |ARTICLE|

20- New World (Corée du Sud)

Trois branches de gangsters s’affrontent pour un trône et la police s’en mêle.

Pas exactement original dans son contenu, New World fait du très bon boulot  en instaurant tout le long une tension palpable à chacune de ses scènes si bien qu’aucune ne semble gâchée ou inutile. On est toujours dans l’anticipation de la catastrophe, de l’explosion, et quand cela arrive, c’est un festival. Les lignes se brouillent dans ce film où l’on ne sait plus trop quel camp on est censés soutenir et les personnages charismatiques, servis par des acteurs toujours impeccables, ont tous eu un impact sur moi. Le film ne réinvente pas le film de gangsters mais il est drôlement efficace et j’en ai apprécié chaque seconde. |ARTICLE|

19- The Slipper and the Rose (Angleterre)

Une comédie musicale adaptant le conte de Cendrillon.

Grosse surprise que ce film qui, en adaptant le conte de base, corrige en grande partie les problèmes que j’avais avec la plupart des adaptations de Cendrillon –et en particulier celle de Disney-. L’acteur qui interprète le Prince, en particulier, a beaucoup de charme et, même au niveau de l’écriture, il a pour le coup été mon personnage favori. Après, le bilan n’est pas non plus parfait, il y a des moments où je me suis posée des questions sur l’avancement du scénario mais le film est plein d’humour et, surtout, plein de bonnes chansons ce qui, pour une comédie musicale, est quand même plutôt pas mal. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

18- Guardians of the Galaxy / Iron Man 3 (US)

Un brigand humain, un raton-laveur de l’espace, un arbre qui parle et marche, une guerrière verte et un guerrier bourrin doivent joindre leurs forces pour sauver la galaxie / Tony Stark a du mal à se remettre des évènements de The Avengers mais, privé de tout, doit repartir de zéro pour faire face à une organisation terroriste terrible.

… Eh ouais, encore deux films pour une seule « marche » :DDD M’en fous, c’est mon blog et je fais ce que je veux. Et à cette « marche » j’ai donc réuni deux films Marvel parce que cela me semblait plutôt pas mal: une fois de plus ça reste dans le même thème. Cela dit j’ai apprécié ces films pour des raisons différentes. Guardians of the Galaxy est une aventure fun et pas prise de tête dont j’aime  les idées. Malgré des soucis de rythme à mon sens, les personnages avaient une bonne dynamique de groupe et le film, par ailleurs, était particulièrement agréable à regarder, très coloré. Iron Man 3 –oui je compte pas les 1 et 2 parce que je les avais vus avant 2015- est également drôle, c’est aussi une aventure fun et pas prise de tête mais, en plus, c’était la fin –pas *vraiment* mais bon- du chemin d’un personnage que j’avais adoré suivre et j’ai donc d’autant plus apprécié cette conclusion qui, à mon sens, achève très bien de développer Tony Stark.|ARTICLE: Guardians||ARTICLE: Iron Man 3|

17- Kundo: Age of the Rampant (Corée du Sud)

Un homme brisé en quête de vengeance rejoint une bande de brigands qui volent aux riches pour donner aux démunis.

Dans cette sorte de Western à la Tarantino se déroulant en pleine ère de Joseon, j’ai trouvé de quoi m’enthousiasmer énormément : bien entendu la réalisation qui emprunte à plusieurs styles pour donner quelque chose d’assez épique et à la fois drôle, le style de narration éclaté, les acteurs qui s’en donnent à cœur joie, une action exubérante mais parfois très élégante, un antagoniste plus travaillé que je ne l’avais espéré et un souffle héroïque appréciable. La narration est de trop et il y a deux trois temps morts dans le film qui sont directement liés à cette narration mais somme toute le film est une fantastique chevauchée. |ARTICLE|

16- Rambo: First Blood (US)

Un vétéran de la guerre du Vietnam se retrouve injustement traqué par un shérif et ses subordonnés.

Le premier film Rambo souffre un peu de l’image que sa suite renvoie sur lui, je m’étais imaginé quelque chose de vraiment bourrin, et finalement c’est un drame efficace avec un Sylvester Stallone très touchant que j’ai découvert. L’accent n’est pas du tout mis sur les tueries –d’ailleurs Rambo ne tue en gros personne- même s’il y a de l’action et qu’elle est réussie. A la place nous avons droit à la triste réalisation d’un homme qu’il ne trouve plus sa place dans une société pour laquelle il s’est battue et qui, à présent, le rejette. C’est un triste constat et un film qui m’a plu d’une façon à laquelle je ne m’attendais pas du tout. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

15- John Dies at the End (US)

David Wong parle à un journaliste d’une drogue vivante, de dimensions parallèles et d’un homme mort qui lui parle au téléphone.

Au résumé, vous l’avez sans doute deviné, John Dies at the End est un film assez étrange. C’est aussi un film plus qu'imparfait qui pré-suppose qu'on ne se pose pas trop de questions, qui prend un virage que j’ai trouvé regrettable dans sa seconde moitié et un film qui ne plaira pas à tous les publics mais j’ai aimé son humour absurde, ses inventions bizarres et horrifiques, ses tours et détour scénaristiques, … J’ai aimé l’étrangeté de l’histoire et j’ai aimé son inventivité. Les personnages étaient agréables à suivre et malgré mon petit regret sur la fin, c’est un film que je me sens carrément de revoir et partager. |ARTICLE|

14- The Guest (US)

Une famille en deuil accueille le frère d’arme de leur fils mort à la guerre mais le jeune homme n’est pas la personne qu’il prétend être.

A l’instar de John Dies at the End, the Guest essuie un virage en milieu de film qui aurait pu être mieux exécuté… la différence est que j’aime autant la première moitié de The Guest que la seconde. La première est tendue, on se demande qui est ce personnage, on appréhende le moment où tout va péter. La seconde est plus mouvementée parce que, justement, tout pète mais dans les deux parties on retrouve le même humour sombre qui m’a beaucoup fait rire et le charisme d’un acteur principal à la fois inquiétant et charmant. La fin du film, dans son décor surréaliste appuyé d’une bande-son flottante, a été un gros coup de cœur pour moi et c’est un film que j’aurais aimé voir au cinéma pour le coup. |ARTICLE|

13- Housebound (Angleterre)

Une adolescente à problèmes qui avait fuit sa maison se voit obligée, par ordre du juge, d’y vivre à nouveau avec sa mère mais sent qu’une présence maléfique habite les murs.

Comédie très réussie sur fond de film d’horreur, Housebound a un scénario qui n’a pas cessé de me surprendre et des personnages qui m’ont beaucoup amusée et même touchée par moments. Le film s’est beaucoup joué de mes attentes, autant sur de toutes petites choses qu’à plus grande échelle et j’en ai aimé la comédie dans les dialogues, la comédie visuelle et la comédie dans, justement, le détournement des attentes. Je préfère ne pas trop en dire pour ne rien vous gâcher mais si vous voulez rire un peu, Housebound pourrait vous plaire. |ARTICLE|

12- Summer Time Machine Blues (Japon)

Un club de lycée tombe sur une machine à remonter le temps et decide d’aller dans le passé chercher la télécommande de la climatisation lorsqu’elle marchait encore parce qu’il fait vraiment très chaud.

A la base le voyage dans le temps est un concept fun et plein de possibilités et suivre la petite équipe de STMB tandis qu’elle se lance dans sa mission si insignifiante qu’elle en est hilarante, est un plaisir. Le budget du film n’est clairement pas énorme mais cela ne rend le film que plus sympathique encore parce que la petite échelle de l’aventure de départ, du budget et même des personnages qui ne sont pas des gens extraordinaires, font qu’on a vraiment le sentiment de passer une après-midi entre amis. Mais pas une après-midi comme les autres et c’est extrêmement divertissant de voir l’ampleur que la situation prend au fil du film. |ARTICLE|

11- Lego Movie (US)

Un légo parfaitement banal découvre qu’il n’est peut-être pas si banal que cela et qu’il va devoir construire des choses sans notice pour vaincre un super méchant.

Pour une publicité géante, Lego Movie a étonnamment beaucoup de cœur et une forme d’optimisme sincère qui fait du bien. Les personnages sont attachants, les situations sont drôles, les dialogues font mouche, Lego Batman est une de mes choses favorites au monde à présent, l’animation est remarquable et très impressionnante et les possibilités exploitées. J’ai adoré retrouver tous ces personnages connus tels que Gandalf ou Superman et j’ai apprécié que malgré tous ces « caméos », le film ne sorte pas de sa trame principale, il ne semblait pas encombré par ces apparitions. Je m’attendais à rire devant ce film et j’ai beaucoup ri mais je ne m’étais pas attendue à être vraiment touchée et pourtant,… pourtant ça a été le cas parce que le film délivre, à mon sens, un message extrêmement positif et le fait avec tant de bonne volonté que je n’ai pas su résister. En même temps j’avais pas envie de résister de toute façon. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

10- Lucky Number Slevin (US)

Un jeune homme amnésique, sur un malentendu, se retrouve au cœur d’une confrontation entre deux gangs ennemis et la situation n’est pas sur le point de se simplifier.

J’avais prévu de parler de ce film mais il est tombé pendant la mauvaise période et j’ai repoussé l’article, repoussé jusqu’à ce que finalement je ne l’écrive pas… mais c’était un excellent film, un film qui m’a tenue en haleine jusqu’au bout et m’a autant intéressée dans son histoire que sa structure parce que j’avais vraiment le sentiment que tout avait été pensé. Je n’ai pas envie de vous dire trop parce que c’est le type de film qu’il vaut mieux regarder en en sachant le moins possible mais en gros, j’ai beaucoup ri, j’ai été tenue en suspens, j’ai trouvé Harnett impeccable –et ce n’est pas toujours le cas, j’ai souvent eu du mal avec lui-, j’ai adoré voir Bruce Willis dans un rôle dont il semble avoir quelque chose à faire et c’était aussi particulièrement sympa de voir Lucy Liu interpréter un personnage différent de ceux qu’elle joue d’habitude. Cela m’a donné envie de la voir faire plus de comédie. Bref, je ne vous en dis pas trop mais je vous le conseille~

9- Rio Bravo (US)

Un sheriff doit faire face à une bande de gangsters et est entouré de tas de gens qui veulent l’aider même quand il préfèrerait qu’on le laisse tranquille.

N’étant pas super fan de westerns et pas super fan non plus des westerns « John Wayne », je n’étais pas trop sûre de moi en lançant Rio Bravo mais, vous vous en doutez puisque le film est dans ma liste, j’ai eu une bonne surprise en le regardant, une excellente surprise même parce que je n’ai absolument pas vu passer Rio Bravo qui est pourtant un film plutôt long tapant dans un style auquel je n’accroche généralement pas trop avec un acteur principal auquel je n’accroche généralement pas trop. Mais que voulez-vous, parfois quand c’est bon, c’est juste bon. Les personnages de ce film sont super engageants et c’est fou mais on a beau passer les trois quarts du film à attendre, je ne me suis jamais sentie impatiente, je n’ai pas trouvé le temps long. Parce que j’étais ravie de profiter des dialogues du film, de son humour et parce que j’étais ravie d’apprendre à connaître ces personnages et, en particulier, celui de Dean Martin dont le besoin de rédemption m’a beaucoup parlé. Ce film avait tout contre lui –dans la quête de mon appréciation je veux dire- et qu’il ait réussi à m’aller droit au cœur tout en me faisant rire est peut-être finalement la plus grande surprise de mon année 2015. Oh et en plus il y a des jolies chansons au milieu :D |ARTICLE|

8- Edge of Tomorrow / Dredd (US)

Un lâche au coeur d’un conflit meurt chaque jour et se réveille la veille, devenant ainsi le seul espoir de l’humanité à gagner la guerre contre les envahisseurs extra-terrestres / Un policier également juge, jury et bourreau pénètre dans un bâtiment avec une nouvelle recrue aux pouvoirs psychiques développés et se retrouve aux prises avec un gang particulièrement dangereux.

RAH MAIS POURQUOI JE SUIS PAS ALLEE VOIR DREDD AU CINEMA ? T.T Edge of Tomorrow je peux vivre avec. C’est un très bon film et c’est pour cela qu’il a sa place ici : j’adore Tom Cruise et il fait de l’excellent boulot dans le rôle principal en nous vendant la lâcheté de son personnage et son évolution, Emily Blunt est extra dans un personnage qui a méchamment la classe, l’idée est divertissante et le film drôle tout en nous proposant de l’action exaltante. Bref, super film et je l’aurais vu au cinéma avec plaisir si j’avais eu la présence d'esprit d’aller le voir. Mais DreddDredd est tellement beau dans ses séquences au ralenti et ses explosions de couleur que j’aurais voulu piquer la machine à remonter le temps de la bande à Summer Time Machine Blues pour le découvrir sur grand écran. Ce n’est pas un film très compliqué : il y a deux personnes dans un building, elles sont la cible de tout le monde et elles doivent survivre. Mais c’est si bien mis en scène, le film ne perd pas une seule de ses secondes et surtout, ça a une gueule de fou. Non vraiment je mérite qu’on me tape sur les doigts parce que ne pas aller voir cela au cinéma était une erreur. |ARTICLE: Edge of Tomorrow|

7- Coraline (US)

Une petite fille, dans le salon de sa nouvelle maison, découvre une petite porte menant vers un monde merveilleux qui pourrait bien ne pas être si merveilleux que cela en y regardant de plus près.

Ce film d’animation est une petite merveille. C’est une adaptation parfaite du livre de Neil Gaiman non pas parce qu’il lui est 100% fidèle mais parce qu’il prend tout ce qu’il y avait de bon dans le livre et construit dessus pour donner une gemme qui s’adresse à tous les publics. L’animation est superbe et je n’ose même pas imaginer les heures de boulot que cela a du représenter. Le design des personnages est très inventif et j’aime beaucoup toute la part d’ombre de ce film qui ne se prive pas pour faire trembler les enfants et peut-être même pour inquiéter un peu certains adultes. Le personnage de Coraline, agaçant au début, nous devient peu à peu plus attachant tandis que son aventure la fait grandir et le film évite joliment plusieurs clichés dans lesquels il aurait facilement pu tomber. Si vous ne l’avez pas vu, je ne peux que vous encourager à y remédier. |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

6- First Class / Days of Future Past (US)

Tandis qu’Erik Lehnsherr est à la recherche du nazi ayant assassiné sa mère et que Charles Xavier fait des recherches sur les mutations tout en draguant les demoiselles, une menace mutante dans l'ombre risque de transformer la guerre froide en troisième guerre mondiale / Wolverine est envoyé dans le passé pour rectifier un évènement et éviter une catastrophe mondiale touchant à la fois les mutants et les autres êtres humains.

Cette année j’ai beaucoup donné dans les films adaptés de comics Marvel et la première « saga » que j’ai rattrapée à été X-Men parce que si j’en avais vu la trilogie de base, je m’étais arrêtée là. Et autant les deux films sur Wolverine m’ont déçue, autant le reboot s’attaquant à la jeunesse de Magneto, du professeur X et de Mystique –entre autres mais surtout eux- m’a énormément parlé. First Class se termine sur une note drôlement triste mais est sinon une aventure divertissante avec une ambiance rétro franchement sympa, ne serait-ce que dans ses antagonistes qui semblent droit sortis d’un film de James Bond. Days of Future Past est un très joli tour en montagnes russes également et même si j’ai encore des questions auxquelles j’aimerais avoir une réponse, j’ai apprécié le film à chaque tournant. Michael Fassbender et James McAvoy dans les deux rôles masculins principaux rivalisent de charisme et la relation entre les deux personnages tire sur ma corde sensible tandis que Jennifer Lawrence interprète avec brio une Mystique que je suis ravie de voir enfin développée parce qu’elle a toujours été un de mes personnages favoris. Le troisième volet est prévu pour 2016 et j’ai hâte de le découvrir, en salle cette fois-ci. Pour voir sur grand-écran les cheveux disparaître du crâne de James McAvoy………….. nooooooonnnnn ;A; |ARTICLE: First Class||ARTICLE: Days of Future Past|

5- Dororo (Japon)

Un jeune guerrier parcourt le Japon à la recherche des démons qui lui ont volé ses organes et est rejoint dans sa quête par un voleur nommé Dororo.

Le fait que Dororo n’ait pas pu être une trilogie ou, au moins, deux films, va rester un de mes gros regrets je pense. Parce que l’histoire est tellement bonne que même les effets spéciaux foireux –faute de budget- n’ont pas pu entamer mon enthousiasme débordant pour ce film. On part d’un postulat très sombre mais il y a de tout dans Dororo : de l’humour, de l’aventure, de la tendresse, de la tragédie mais de l’espoir et cette relation centrale qui relie deux êtres qui en avait clairement besoin. Tsumabuki Satoshi est toujours bon quelque soit le rôle et ce n’est pas dans Dororo qu’il brise la règle tandis que si Shibasaki Kou n’est clairement pas convaincante en tant qu’homme –elle joue une femme travestie qui arrive à convaincre son entourage-, elle n’en est pas moins un très bon choix pour Dororo parce qu’elle et Tsumabuki Satoshi nous font croire au lien entre leurs personnages. C’est triste, on sent qu’il y a plein d’histoire à développer et j’avais très envie d’en voir plus mais malheureusement nous sommes laissés frustrés. Mais l’histoire est suffisamment intéressante, ce qui fonctionne fonctionne tellement bien, le casting est tellement bon et les personnages tellement attachants que la conclusion précipitée et les effets spéciaux n’ont jamais empêché Dororo d’être un gros coup de cœur. |ARTICLE|

4- Rurouni Kenshin: Kyoto Inferno /  The Legend Ends (Japon)

Après les évènements du premier film, Kenshin coule des jours heureux en compagnie de sa nouvelle famille mais le gouvernement fait appel à lui lorsqu'un ancien assassin, Shishio plein de haine envers le nouveau régime le menace très sérieusement et commence à aligner les cadavres tout en préparant une véritable guerre.

MOAR KENSHIN ! Ces deux films pourraient se trouver là juste parce qu’ils sont beau à regarder. On pourrait se débarrasser de l’histoire que je resterais probablement scotchée devant toute cette trilogie juste parce que l’éclairage est beau, juste parce que les couleurs me donnent envie de faire un poster de chaque image. Il se trouve qu’en plus ces films tournent autour d’un personnage que j’apprécie, interprété par un acteur que je trouve attachant et évoluant dans un monde que je trouve divertissant, remplis d’antagonistes aux looks très « mangas » -forcément-. Il se trouve aussi que les images vont quand même drôlement mieux avec la super OST si bien que juste les plaquer sur mon mur ne fonctionnerait pas aussi bien et que les scènes d’action sont un enchantement pour mes petits yeux parce que j’adore les chorégraphies. Les thèmes qui sont au cœur de ces deux films –notamment celui d’un monde qui se meurt et de valeurs qui se perdent dans un pays qui évolue et s’ouvre à l’étranger pour le meilleur et parfois le pire- sont également des thèmes qui me parlent. Après je ne trouve pas que le script soit ce que les Kenshin réussissent le plus et le dernier volet m’a lééégèrement déçue parce que je m’attendais à plus épique mais la qualité des trois films Kenshin est restée constante à mes yeux si bien qu’ayant adoré le premier, je ne pouvais qu’adorer les deux suivants. ET RAH CES IMAGES BORDAYL. |ARTICLE: Kyoto Inferno||ARTICLE: The Legend Ends|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

3- Journey to the West (Chine)

Un jeune homme voyage dans le but d’exorciser des démons à l’aide d’un livre de comptines pour enfant et fait la rencontre d’une chasseuse de démons aux méthodes bien plus musclées.

Un coup de cœur récent pour le coup et je vous en parlais il y a pas longtemps : je suis tombée raide dingue de Journey to the West qui fait un mix très réussi de tas de styles différents. A la fois conte fantastique, comédie, romance, farce, Journey to the West est coloré et super divertissant tout en ne se privant pas d’aller puiser dans des idées très sombres. Comme il va à fond dans ce qu’il fait sans faire de compromis, il est certain que son étrangeté ne plaira pas à tout le monde mais je suis rentrée dans ce film et même s’il n’est pas parfait –parce qu’il y a des scènes qui ne fonctionnent pas très bien, en effet-, je me suis laissée happée par son charme. Les décors ne semblent jamais très réels, les images de synthèse ne sont pas parfaitement intégrées mais parce que j’étais embarquée par l’histoire et les personnages, cela ne m’a pas dérangée et j’irais presque jusqu’à dire que cela a fini par faire partie du charme de l’ensemble à mes yeux. On pourrait certainement parfaire Journey to the West mais je suis tombée amoureuse du film tel quel et, puisqu’il y a une suite de prévue, j’ai hâte de découvrir cette suite. |ARTICLE|

2- Captain America: the Winter Soldier (US)

Captain America, aidé de Black Widow et d’un nouveau camarade, se retrouve à devoir fuir ses anciens allies tout en tâchant de démanteler une immense conspiration.

Plein d’amour pour ce film. La fan de films d’action qui est en moi a bu ce film comme le meilleur des élixirs, se réjouissant de chaque scène. En bonus, le film développe un personnage qui en avait besoin –Black Widow-, m’a fait enfin complètement tomber sous le charme de Captain America, m’a fait rire et a même pas mal tiré sur ma corde sensible. Je ne nie pas les problèmes de scénario qui sont assez évidents mais The Winter Soldier m’a offert tellement de bonnes choses que les défauts me sont passés au dessus de la tête, j’étais bien trop occupée à encourager les personnages de derrière mon écran pour m’en préoccuper. J’étais investie dans cette histoire et puis, quand même, surtout, cette action les gens, ces chorégraphies *O* On m’avait dit du bien de The Winter Soldier mais rien de précis –parce que j’avais évité les précisions- et après avoir regardé un Thor : The Dark World dont on m’avait également dit beaucoup de bien mais que j’avais trouvé moyen, je ne m’attendais pas à ce que The Winter Soldier pulvérise toutes mes attentes. C’est ce qu’il s’est passé et j’en suis ravie. |ARTICLE|

 

Sur ce……

 

Suspens…

 

La première place revient àààààààààààààààà…

 

 

1 – SPEED (US)

Un officier de police doit sauver les passagers d’un bus dans lequel explosera une bombe si le moindre passager descend ou si le bus descend en dessous des 80km/h.

Vouip o.o

Clairement SPEED n’est pas le meilleur film de la liste  -j'imagine qu'il faudrait revenir à Rio Bravo pour cela-, ne serait-ce que parce que la moitié de ses acteurs ne sont pas capables de délivrer une ligne de façon réellement convaincante… mais si on parle de films que je suis contente d’avoir regardé parce que j’ai passé un super moment devant, j’ai découvert SPEED cette année et je l’ai vu plus de fois que n’importe quel film cité sur cet article et je l’ai apprécié à chaque fois. Au même titre que Die Hard -auquel il est évidemment apparenté-, ce film est regardable à l’infini pour moi. « Un moment à tuer ? Regarde SPEED ! ». Les personnages de Keanu Reeves et Sandra Bullock sont ultra sympathiques, principalement celui de Keanu Reeves parce que Keanu lui-même est irrésistible même quand il joue hyper maladroitement –peut-être même *surtout* quand il joue maladroitement en fait-. L’idée du film, celle de mettre les gens dans un bus avec ce type de restriction, est un parfait point de départ pour film d’action et, en plus, le film est drôle. Le fait que les personnages secondaires, à défaut d’être un tant soit peu complexes, soient suffisamment définis pour me rester en tête après avoir regardé le film est un bonus. SPEED n’est en aucun cas en grand film mais, de ma liste, c’est celui qui, une seconde après l’avoir terminé, m’a fait me dire « oui, je vais le revoir maintenant tout de suite parce que c’était juste trop fun ». |ARTICLE|

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-

 

Et voilà les gens, c’était mon bilan de l’année 2015 =D

Commencé et fini avec Keanu Reeves maintenant que j'y pense... ce qui me parait très bien ♥

2015 a été une année différente des autres mais une bonne année parce que j’ai découvert plein de choses et rattrapé d’autres que j’avais laissées de côté bien trop longtemps~

Partagez vos découvertes avec moi les gens et profitez bien de 2016 !!!

 

[Bilan] 2015 en quatre petits tops  –sauf le dernier qui est moins court-
Tag(s) : #Blablas, #Bilans Annuels

Partager cet article

Repost 0