Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 1994

Réalisé par Michael Schaack

Ecrit par Akif Pirinçci, Martin Kluger & Stefaan Schieder

D’après le roman d’Akif Pirinçci

 

Avec :

Ulrich Tukur >>> Francis

Mario Adorf >>> Bluebeard

Klaus Maria Bandauer >>> Pascal

Wolfgang Hess >>> Kong

Mona Seefried >>> Felicity

 

Dontesque?

Lorsque Francis, un chat domestique, suite à un déménagement, se retrouve dans un nouveau quartier peu accueillant, il ne tarde pas à se rendre compte que la réalité qui se cache derrière les apparences déjà peu glorieuses, est bien plus sombre encore.

 

~oOo~

Dans la catégorie « films d’animation étonnamment sombres –parce que les posters ne le laissent pas vraiment supposer- avec des animaux », j’avais trois titres majeurs sur ma liste : Watership Down –vu, lu, adoré… surtout le roman quand même-, The Plague Dogs –vu, pas lu, adoré, m’a vidée de toutes mes réserves de larmes- et Felidae, un film d’animation allemand qui s’est forgé une sacré réputation au fil du temps apparemment et un film que j’avais vraiment hâte de découvrir même si je craignais un peu qu’il me sape le moral comme les deux autres. Heureusement cela n’a pas été le cas et le sentiment principal que m’a laissé Felidae est un profond sentiment d’ennui parce que, moins heureusement, j’ai été assez déçue par ce film, je m’attendais à mieux, à plus marquant, à plus passionnant. Et finalement j’ai juste vraiment eu du mal à m’intéresser à tout ce qu’il se passait à l’écran. Encore que l’animation, elle, était prenante pour le coup.

Non parce que tout n’était pas décevant quand même, il y avait des choses qui se tenaient et notamment j’ai beaucoup aimé tout ce qui relevait des images. Les chats ont parfois des designs un tout petit peu étranges –okay, surtout un : Kong… on m’aurait dit que c’était un chien que je n’aurais pas été plus surprise que cela-  mais ils sont animés de façon très réaliste, je retrouvais dans le film des mouvements et attitudes félines connues. Et quand le film part dans le surréalisme total et, surtout, très sombre, il est extra. Oui car le film ne recule vraiment pas devant le glauque au fait. Donc on y voit des cadavres de chats égorgés, des corps que l’on fait danser au bout de fils, etc. C’est un monde sanglant et très cru dans lequel se déroule Felidae donc soyez quand même prévenus. Pour un public adulte je pense qu’il n’y a pas de souci mais pour un public plus jeune il vaut peut-être mieux faire attention. Je ne suis pas pour la « censure pour enfants », je n’aime pas l’édulcoration à l’extrême  de beaucoup de productions pour enfants d’aujourd’hui mais Felidae est un film pour adultes, un film avec ses scènes violentes et même une scène de sexe félin :P. Je pense qu’on aurait pu me le montrer quand j’étais jeune –j’aurais sans doute eu peur, okay, mais je m’en serais sortie- mais, bref, ça va quand même drôlement dépendre du gamin et, en clair, comme Watership Down, comme Plague Dogs, Felidae est un film pour adultes avec ses moments difficiles. Pas pour les mêmes raisons cela dit. Enfin les trois ont des images cauchemardesques, surtout Watership Down et Felidae pour le coup, et les trois ont des thèmes adultes, qu’ils donnent dans la critique de régimes totalitaires, dans le rapport que nous entretenons à Dieu et nous-mêmes ou dans la façon dont nous traitons les espèces que nous jugeons inférieures, mais à la différence des deux films de Martin Rosen, Felidae est moins émotionnellement difficile parce que je trouve qu’il est nettement plus difficile de trouver la moindre accroche aux personnages. Mais j’y reviendrai et pour finir ce que je disais, les images de Felidae sont très agréables avec, en particulier, des séquences rêvées qui offrent une imagerie cauchemardesque qui m’a particulièrement parlé.

[Ici, personne ne veut devenir un cat's] Felidae[Ici, personne ne veut devenir un cat's] Felidae
[Ici, personne ne veut devenir un cat's] Felidae[Ici, personne ne veut devenir un cat's] Felidae
[Ici, personne ne veut devenir un cat's] Felidae[Ici, personne ne veut devenir un cat's] Felidae

C’est donc à côté de cela que le film m’a déçue. Déjà : est-ce que les personnages se devaient vraiment d’être des chats ? Cela n’a l’air de servir à rien ! Felidae est un film noir dans lequel on trouve des tas de stéréotypes : de la victime innocente à l’enquêteur intelligent et solitaire en passant par la femme fatale. Tous les personnages auraient pu être humains. Alors j’imagine que l’intérêt était d’avoir le monde des humains au dessus du monde félin mais je n’ai même pas trouvé que c’était si nécessaire que cela et les thèmes de Felidae auraient tout aussi bien pu être traités en mettant en scène des humains. Après : pourquoi pas des chats après tout ? Ce n’est pas parce que ce n’est pas nécessaire que c’est forcément une mauvaise idée ! Sauf que les chats de Felidae se servent d’ordinateurs et lisent des gros bouquins d’archéologie.  Et ça, cela m’a dérangée parce que cela donnait le sentiment que le scénariste  avait écrit son histoire pour des êtres humains en oubliant plus tard de complètement finir la transition. Cela m’a dérangée car je n’ai pas eu le sentiment que le film allait au bout de son idée : d’un côté il était aussi réaliste que possible dans les mouvements de ses personnages et sa manière crue d’aborder certaines choses et de l’autre il nous balançait un chat lisant des hiéroglyphes… j’ai trouvé que les deux n’étaient pas réconciliés comme il fallait. Mais, cela dit, le plus gros défaut que j’ai trouvé à Felidae est qu’il ne m’a absolument *pas* fait m’investir dans son histoire, même pas un peu. Histoire qui, au passage, était quand même assez prévisible. Sans avoir deviné absolument toute la conclusion, j’en avais quand même deviné 90% ce qui est assez triste dans un film qui se base en grande partie sur son mystère. Et une fois le mystère gâché il pouvait rester les personnages mais, encore une fois, je n’ai strictement *rien* ressenti à leur égard, même pas un petit peu. Que ce soit Francis, le personnage principal –qui ne se la fermait jamais… enfin de temps en temps, si, okay, mais l’abus de narration intérieure, dans un film qui était déjà bien verbeux, m’a paru plus relou qu’autre chose… je suis pas contre la narration , j’aime les films à dialogues et je comprends que Felidae ne faisait que coller au style noir qu’il voulait se donner mais, encore une fois, je n’ai pas trouvé cela bien fait et c’est juste devenu saoulant au bout d’un moment-, le comic-relief Blackbeard, l’innocente Felicity ou tous les autres, je n’ai *jamais* ressenti quoi que ce soit pour eux parce qu’eux-mêmes ne semblaient pas plus touchés que cela par les évènements de toute façon. Y a bien un moment où Felix essaie de nous convaincre qu’il est triste et touché par une mort  en particulier mais je ne sais pas si cela venait de l’acteur, de l’écriture, de l’animation ou des trois, je n’ai jamais ressenti réellement sa peine. Le seul personnage qui, à un moment donné, à une réaction émotionnelle à laquelle j’ai vraiment cru est Kong.  Au-delà de cela rien et Blackbeard avait beau essayé de me faire rire, cela ne marchait pas non plus.

Ce n’est pas un film que je regrette d’avoir regardé parce que c’est une curiosité, un film étrange aux images parfois fascinantes, et je ne vous le déconseille pas, au contraire : je pense qu’il vaut le coup d’être regardé au moins une fois, juste parce qu’il propose quelque chose qu’on ne voit pas souvent. Mais j’aurais tendance à vous dire de rentrer dedans plus par curiosité –et la curiosité c’est cool hein ! Parait qu’elle a tué le chat mais je pars du principe que contrairement à l’ami Francis, vous ne faites pas partie de la catégorie des félins- que dans l’attente d’une histoire qui vous émeuve réellement.

Tag(s) : #Cinéma Occidental

Partager cet article

Repost 0