Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Saison 4

 

8 épisodes

Diffusée en 2012

 

Avec :

Lenora Crichlow >>> Annie

Russell Tovey >>> George

Aidan Turner >>> Mitchell

Sinead Keenan >>> Nina

Michael Socha >>> Tom

Damien Monoly >>> Hal

 

Dontesque?

Le fantôme d’une jeune femme, un vampire et un couple de loups-garous cohabitent dans une maison et essaient tant bien que mal de vivre une existence normale.

 

~oOo~

YES ! I WATCHED IT ! Tellement je suis fière de moi, je pense que je mérite que vous m’applaudissiez. Allez, au moins un peu, gimme les applaudissements ! Non, plus sérieusement, j’ai un peu trainé les pieds à la regarder cette saison mais finalement j’ai pris tout mon courage dans mes deux petites mains et je me suis lancée. Bon. Causons du verdict. Et je vais commencer par la conclusion : c’était une saison acceptable. Elle était moins bonne que les précédentes –et pas pour les raisons que j’aurais pensé !- mais elle est quand même pleine de bonnes choses, de personnages que j’aime et de moments qui m’ont fait rire. Elle ne ressemblait pas exactement aux saisons précédentes mais il reste que j’aime vraiment le trio principal si bien que j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder tout cela. Je ne veux pas rentrer dans les détails mais en clair j’essaie de vous dire que cette saison ne me fait clairement pas regretter d’avoir commencé et continué la série donc, si vous hésitiez à vous lancer dans Being Human, pour le moment je continue de vous y pousser fortement. Voilà. Maintenant si vous n’avez jamais regardé Being Human, fermez cette fenêtre. Si, si, fermez cette fenêtre et allez regarder la série depuis le début. Car cet article va forcément spoiler. Donc pour résumer :

 

  • Si vous n’avez jamais rien regardé de Being Human ou n’avez vu que les saisons 1 et 2, faites demi-tour maintenant –ne lisez même pas les lignes d’après, elles sont nulles de toute façon-.

  • Si vous avez vu les trois premières saisons en entier, vous pouvez lire tout ce qui est en noir.

  • Si vous avez vu les quatre premières saisons –ou toute la série- vous pouvez absolument tout lire, faites-vous plaisir.

 

Et comme cela personne ne sera spoilé \O/ 

Et oui, du coup, j’ai pas changé l’image d’intro –ou tout le casting- parce qu’on ne sait jamais, il y a peut-être des gens qui ne savent pas que le casting a changé donc, dans le doute, j’ai laissé Mitchell, Annie et George plutôt que de les remplacer par Hal, Annie et Tom, notre nouveau trio principal… avec lequel, honnêtement, je pensais que j’aurais du mal… et en fait non. J’avais sérieusement peur que Mitchell me manque trop mais la décision de le tuer était une bonne décision, le personnage avait été bien exploité et n’avait plus tellement d’endroit où aller donc, même si j’ai regretté la présence d’Aidan Turner à l’écran, j’ai bien vécu l’absence de Mitchell. Et les nouveaux personnages ne font pas partie de mes soucis avec cette nouvelle saison, non, je les ai tous aimés.

Bien entendu, j’avais déjà rencontré Tom donc le fait que je l’apprécie n’était pas une surprise. C’est un personnage que je trouve extrêmement touchant. L’acteur le fait ressortir comme étant extrêmement sensible et très vulnérable si bien que j’ai un peu constamment envie de lui faire des câlins et; à la fois, il incarne aussi une certaine idée de la virilité. C’est-à-dire que d’un côté il est le type qui démarre au quart de tour, démonte des vampires et a été élevé pour combattre mais, d’un autre côté, il est l’enfant qui n’a pas eu d’enfance, qui rêve de son premier gâteau d’anniversaire et essaie très maladroitement de faire comprendre à Annie qu’il aimerait bien habiter avec elle et George parce qu’il se sent tout seul. Sa relation avec Annie m’a d’ailleurs pas mal émue parce qu’ils sont amis, certes, mais elle a également un regard très maternel sur lui. Elle est attendrie par Tom, elle l’aime et lui fait confiance, elle lui met un toit au dessus de la tête et  lui impose des règles qui le saoulent comme un ado rebel qui veut faire le mur, elle  lui fait souffler ses premières bougies. Un peu comme Mitchell et Tom considéraient leur ancienne maison comme « la maison d’Annie » parce qu’elle l’occupait avant  eux, Hal et Tom arrivent dans une maison dont Annie est la gardienne et cette maison devient la sienne à nouveau. Elle est toujours la présence accueillante, celle qui réunit les autres et les gardent ensemble. Et bref, elle offre un foyer à Tom et j’ai aimé leurs interactions que j’ai trouvées vraiment jolies et touchantes. Et pour revenir au jeune homme, je pense que c’est le personnage qui m’a finalement le plus frappée droit au cœur dans cette saison. Je trouve vraiment désarmante la naïveté qu’il a encore vis-à-vis de certaines choses et qui se heurte à un monde difficile dans lequel il a du grandir beaucoup trop vite. Et okay, sa grammaire n’est pas excellente mais, Hal le dit lui-même, il a le plus grand des cœurs et sa loyauté est remarquable… et justement, j’ai adoré la relation qui s’installe entre Hal et lui. George et Mitchell avaient une amitié exceptionelle qui m’a serré et réchauffé le cœur de manière intense sur trois saisons et une amitié qui m’avait été en gros proposée « établie » au début de la série. Ce n’était pas un handicap, ça ne lui a rien enlevé mais, du coup, c’est intéressant de voir quelque chose de différent, de voir la naissance étape par étape d’une autre intense amitié. Au début Hal et Tom se supportent à peine, à la fin Hal voit toute la valeur de Tom qui, lui, déclare très simplement qu’Hal est son meilleur ami.

[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4

Et au-delà de tout ce qu’elle a de touchant, cette relation est surtout vraiment drôle, elle nous offre plein de moments de comédie vraiment amusants, mes favoris tournant généralement autour de leur travail qu’Hal déteste et où ils n’arrêtent pas de se chamailler. Leur concours de « qui pourra obtenir le numéro de la demoiselle gothique le plus vite » était à mourir de rire parce qu’ils sont aussi nuls l’un que l’autre. La gothique en question est déjà quelqu’un de très très très à part et, en plus, on a un loup-garou qui s’exprime encore en termes « d’abeilles et de fleurs » et un vampire qui n’a dragué personne depuis des centenaires de peur d’égorger quelqu’un par erreur. Les regarder n’arriver nulle part m’a fait mourir de rire. Notez qu’en dehors de leur relation, il y a des tas d’autres moments amusants dans Being Human S04, et j’aime beaucoup notamment la façon dont Annie fait une fixation sur la qualité de son thé, mais c’est vrai qu’Hal et Tom ont été ma source de comédie numéro 1. Et, encore une fois, ils étaient également touchants. Hal est quelqu’un de très coincé, très à fond dans ses règles qu’il suit à la lettre pour ne pas déraper de manière irrattrapable et il a également un petit côté snob prononcé ce qui fait qu’il prend Tom, qu’il estime mal éduqué, de haut au début tandis que notre lycanthrope déteste les vampires en général… et tout cela créé une dynamique de conflit qui fonctionne vraiment et dont j’ai adoré voir l’évolution. Une scène que j’aime beaucoup, par exemple, se situe dans l’épisode Puppy Love, l’épisode où Tom tombe amoureux et se trouve –en quelque sorte- une petite amie pour la première fois. Il la coache et, en retour, elle lui apprend à s’exprimer mieux et à argumenter, à gagner des débats. L’épisode est plein de moments adorables comme tout mais je pense que mon favori doit être celui où Tom et sa copine organisent un petit débat en face d’Hal, comme deux étudiants qui font un exposé et Hal, étant le personnage qu’il est, aurait pu être super agacé et estimer que tout ceci n’est qu’une perte de temps mais, à la place, il semble juste ravi d’être inclus. Faut dire que dans cet épisode il commençait à être un peux jaloux que Tom passe moins de temps avec lui mais, aussi, simplement, il semble content de participer et c’était une petite touche qui m’a beaucoup plu.

L’acteur qui interprète Hal, au début, m’a semblé légèrement maladroit mais cela s’est rapidement estompé et finalement je suis tout à fait tombée sous le charme du personnage. Je suis vraiment contente de pouvoir dire qu’en regardant la série, je n’ai jamais fait la comparaison avec Mitchell. Jamais sérieusement en tous cas. Bien sûr qu’il m’est arrivé de penser à Mitchell une ou deux fois parce qu’après tout ce personnage a pas mal occupé mes pensées donc c’était inévitable et aussi parce que les personnages partagent non seulement la même soif de sang et peur de perdre le contrôle mais, également, le poids d’une prophétie qui les concerne directement… mais Hal et Mitchell sont néanmoins très différents de caractère et donc les comparaisons s’arrêtaient très très tôt et  n’ont en rien tempéré mon appréciation de notre nouveau personnage suceur de sang. Comme je le disais, Hal est quelqu’un qui veut contrôler sa vie jusque dans les détails, il est très coincé. Cela ne veut pas dire qu’il n’a aucun égard ou aucune affection pour les autres : non seulement on le rencontre en compagnie d’un ami auquel il est visiblement profondément attaché mais, dès sa première rencontre avec Annie, il fait preuve d’une certaine gentillesse avec elle sur certains détails –lorsqu’il examine le parchemin fait en peau d’humain et que cela dérange trop la jeune femme, il lui demande s’il serait plus facile pour elle que ce soit autre chose et, parce qu’effectivement ce serait plus facile pour elle, il concède que le parchemin n’est que du papier… c’est tout con mais il a l’air de sincèrement se préoccuper de ses sentiments à ce moment-là-. Mais, quand même, il n’est pas facile à vivre et dès qu’on menace de le priver de ses règles ou de son contrôle sur sa vie, il peut devenir blessant très vite. C’est donc ce qui rend son évolution et son inclusion progressive dans la « famille » d’autant plus émouvante et intéressante. Bon et puis il y a aussi un contraste sympa dans l’idée d’un vampire ancien, puissant et sérieux qui passe la serpillière dans un fast-food en chantant très faux de la pop joyeuse. La seule chose que, scénaristiquement –c’est-à-dire niveau « effet sur l’histoire »… parce que par exemple je n’aime pas le fait qu’il se montre blessant à l’égard d’Annie ou Tom, mais ses réactions font partie de ce qui rend le personnage intéressant-, je n’aime pas à propos de Hal est la façon dont il rentre dans la série.

Et là j’en viens donc aux sujets qui fâchent parce que, oui, il y en a. Essentiellement mon problème vient de la façon dont la saison 4 effectue un virage aussi radical en, parfois, marchant un peu sur les saisons précédentes. Je m’explique en trois points –j’aime bien les chiffres-.

(1) Hal vient d’un trio beaucoup trop identique au trio George/Mitchell/Annie. Les rôles sont un peu redistribués mais on a un loup-garou, un vampire et un fantôme qui vivent ensemble. Et il y a même la même façon de « gérer les quotas ». C’est-à-dire que dans presque chaque trio on va avoir deux blancs et un noir -ce n’est pas vrai du dernier pour le coup- , à deux hommes et une femme. Au passage on pourrait s’interroger aussi sur la répartition des « tares fantastiques ». Ainsi les hommes se retrouvent-ils avec les problèmes d’addiction, d’excès sexuels, de colère, de violence tandis que les femmes se retrouvent constamment invisibles aux yeux de la majeure partie du monde, attachées à d’autres personnages sans lesquelles elles disparaissent et elles sont en charge des tâches ménagères et d’élever les enfants. Bon, bon, c’est aller un peu loin honnêtement parce que la série est pleine de personnages féminins marquants et complexes, sans oublier qu’Annie a survécu à ses deux compères, a également un pouvoir énorme qu’elle a eu du mal à contenir par le passé, etc. Donc pour revenir à mon problème principal : on a trois trio aux compositions quasi identiques dans cette série – ben oui, faut compter George/Tom/Annie aussi- et ça rend la chose presque… commune. Dans la saison 2 la situation de notre trio était présentée comme exceptionnelle et… finalement non, c’est banal les gens. C’est un petit reproche, rien de vraiment fatal, mais ça m’a un peu fait tiquer.

[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4

(2) La mort de George –qui se situe dans l’épisode 1 et était évidente vu le changement de casting donc j’estime que je peux le laisser en noir-. Celle de Nina m’a un tout petit peu moins choquée, probablement parce que j’avais été préparée –je savais que le casting changeait- et parce qu’elle se fait hors écran. Je trouve un peu dommage que, tant qu’à faire, ils n’aient pas pu la tuer dans la saison 3 où, en plus, il y avait une occasion parfaite de le faire mais j’imagine qu’il fallait que le bébé naisse et, pour tout vous dire, j’aimais plutôt bien le George de début de saison 4. C’est très difficile de le voir aussi brisé mais je trouvais que ce n’était pas un si mauvais point de départ. En revanche sa mort ? Non. Ce n’était pas qu’il ne pouvait pas mourir mais j’ai trouvé que c’était vraiment fait trop brusquement et qu’au-delà du fait qu’éliminer la moitié des personnages connus d’entrée de jeu était un changement de repères assez énorme, cela minimisait encore une fois la fin de la saison 3 et, surtout, … ce n’était pas très bien fait. Dans la saison 4 on nous jette à un moment donné « oh les loups-garous ne peuvent pas devenir des fantômes » mais, euh, pourquoi ? Cela ressemble plutôt à une excuse jetée comme cela pour justifier le fait que Nina et George disparaissent vraiment. Et j’aurais vraiment pu me ranger derrière mais on nous *montre* l’esprit de George. Il y avait son fantôme, il y avait une porte et on le *voit* passer sereinement la porte, ce que je n’ai juste pas trouvé crédible du tout. Laisser sa gamine comme cela sans plus de tiraillements d’âme ? Nope. C’était simple pourtant : si on ne nous montrait pas le fantôme de George –et plus tard celui de Leo-, c’était réglé. Mais là, lors de l’épisode 1 tout ce que j’avais à l’esprit c’était « Non, George ne ferait pas cela ».

(3) Il y a un gros changement d’échelle dans cette saison. Dans chaque saison de Being Human on avait effectivement des arcs de saisons, avec des « grands méchants » et il y avait toujours un peu l’idée que ce qui arrivait à nos protagonistes pouvait avoir des répercussions mondiales mais, néanmoins, tout restait vraiment à une échelle la plus humaine possible. Là subitement on commence à parler d’enfant élu, de prophétie non pas liée au sort d’un personnage mais au sort de l’humanité toute entière, de vieilles légendes et de voyage temporel –plus ou moins-. Dans les saisons 1, 2 et 3, on avait le sentiment que George, Mitchell et Annie –puis Nina- étaient les personnages principaux qui agissaient sur le monde autour tandis que dans cette saison 4, j’ai eu plutôt le sentiment que le monde agissait sur les personnages principaux et ça change vraiment l’ambiance de la série. Alors, encore une fois, ce n’est pas *nécessairement* un problème mais c’est vrai que, déjà, j’aimais bien ce que la série avait de plus intimiste et, ensuite, le virage est rapide et donc un peu déstabilisant. Cela dit moi je m’inquiète surtout de l’avenir parce que là les enjeux étaient quand même assez énormes du coup je me demande si la saison 5 va essayer de faire plus gros, plus spectaculaire ou si elle reviendra à une plus petite échelle. On verra bien mais je ne suis pas certaine que la grande échelle ait vraiment fonctionné dans cette saison 4. C’est-à-dire que j’ai beaucoup aimé suivre les personnages à travers tout cela mais il y a des choses qui m’ont parue un peu expédiées –je pense notamment au très inquiétant Mr Snow qui est trop peu utilisé-. Donc voilà, je ne sais pas trop où la série va nous emmener ensuite. Mais eh, j’ai envie de le découvrir donc tout va bien quand même !

Donc pour conclure sur le dernier point un peu décevant de cette dernière saison, je dirais que j’ai été un peu moins séduite par les personnages secondaires. Enfin, j’ai beaucoup aimé Cutler, notre antagoniste récurrent qui veut faire la guerre à coup d’hashtags, campagnes de communication et « focus groups », il était franchement divertissant et, oui, même attachant, sans compter que sa backstory m’a également intéressée…. Donc quand je dis « personnages secondaires » je pense plus aux personnages de passage. Ce n’est pas qu’il n’y en a pas de bons, franchement, j’aime vraiment bien Alex, l’écrivaine gothique était très drôle, le fantôme qui vient semer la zizanie dans le foyer m’a donné la rage –on ne s’en prend pas à Annie bordayl è.é- , j’étais ravie de retrouver Adam, etc. Mais si tous ces personnages étaient divertissants, leurs circonstances et histoires, que cela vienne des idées à la base ou de l’exécution, n’égalaient vraiment pas, niveau émotion, celles de notre zombie girl de la saison précédente, celles de la première apparition d’Adam ou même celles de Gilbert –encore lui !-. J’ai pas mal ri dans cette saison 4 mais je me rends compte que j’ai nettement moins pleuré, je ne me suis pas sentie aussi profondément agrippée que cela avait été le cas dans les saisons précédentes.

C’était quand même une bonne saison. Et, quand je parle de cette histoire de « m’agripper », je ne dis évidemment pas que je ne me suis pas sentie touchée par plein de choses mais, et c’est bien entendu très étroitement lié au virage pris par la série et à son changement d’échelle, l’émotion était moins viscérale pour moi. Je ne pense pas pouvoir prétendre que les saisons précédentes de Being Human étaient parfaites mais parce qu’elles l’atteignaient, je les tenais à un niveau d’ « excellence émotionnelle ». C’est-à-dire que j’attendais d’elles qu’elles me donnent mal au ventre à la fois parce que je riais trop dans les moments drôles et parce que je me sentais trop mal dans les moments tristes. Et j’ai envie de vous dire que si cette saison 4 a réussi à faire 70% de cela en me faisant vraiment rire et en me mettant la larme à l’œil à défaut de me faire fondre en larmes comme une enfant de quatre ans, eh bah c’est loin d’être catastrophique. Donc voilà, j’ai redouté de la lancer cette saison 4 et c’était pas aussi bon que les précédentes à mes yeux pour des tas de raisons, mais j’aime nos nouveaux personnages et notre nouveau casting donc j’ai quand même hâte de voir la saison 5~ (et je commence aussi à envisager de tenter la version USA un de ces jours après avoir laissé passer suffisamment de temps).

7.5/10

[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4[L'enfant de la prophétie] Being Human - saison 4
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Série, #Angleterre, #Being Human, #2010s, #2012, #Toby Whithouse, #BBC Three, #~ 10 épisodes, #Lenora Chrichlow, #Russell Tovey, #Sinead Keenan, #Michael Socha, #Damien Monly, #Kate Bracken, #Surnaturel, #Amitié, #Famille, #Drame

Partager cet article

Repost 0