Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Saison 5

 

6 épisodes

Diffusée en 2013

 

Avec :

Lenora Crichlow >>> Annie

Russell Tovey >>> George

Aidan Turner >>> Mitchell

Sinead Keenan >>> Nina

Michael Socha >>> Tom

Damien Monoly >>> Hal

Kate Bracken >>> Alex

 

Dontesque?

Le fantôme d’une jeune femme, un vampire et un loup-garou cohabitent dans une maison et essaient tant bien que mal de vivre une existence normale.

 

~oOo~

Et voilà les gens, j’ai enfin regardé la saison  5 de Being Human. La série est finie. Excusez-moi pendant que je vais pleurer dans un coin. Non, okay, je n’ai pas pleuré en fait. Parce qu’honnêtement j’ai trouvé le final décevant, je pensais vraiment qu’il serait meilleur et j’ai beau vraiment bien aimer la dernière image de la série –qui cela dit n’a pas l’air d’être la même sur Netflix et sur les DVDs dans le commerce ? J’ai vu la version Netflix pour ma part-, non, j’ai juste été déçue. Il y a de bons moments dans la saison 5 et des personnages que j’aime toujours beaucoup donc je ne regrette absolument rien, je suis ravie d’être allée jusqu’au bout... mais j’espérais que le bout serait plus satisfaisant. Enfin voilà. Maintenant les gens, c’est le moment de faire demi-tour si vous n’avez pas vu au moins les saisons 1 à 4 de Being Human. Je suis désolée mais je ne veux spoiler surtout personne et donc…

 

=> Si vous n’avez jamais rien regardé de Being Human ou n’avez vu que les saisons 1, 2 et 3, faites demi-tour *maintenant*.

=> Si vous avez vu les quatre premières saisons en entier, vous pouvez lire tout ce qui est en noir.

=> Si vous avez vu les cinq premières saisons vous pouvez absolument tout lire, faites-vous plaisir.

 

Okay, donc comme je vous le disais, cette fin de série a été une déception pour moi et, pour le coup, Being Human a péché exactement là où je m’y attendais : la série a voulu faire trop grand. Vraiment, à un moment où la vraie chose à faire, à mon sens en tous cas, était de se recentrer bien sur les personnages, de calmer le jeu, et de revenir à quelque chose de plus petit, la série a voulu non seulement garder l’ampleur de la précédente –qui n’en tirait finalement pas tant de choses que cela- mais même monter la barre. Et… non. Mais on y reviendra plus tard, parlons d’abord un peu des personnages. 

Pour moi, le MVP ça reste Tom dans cette histoire. Enfin… disons en tous cas qu’il a été le cœur de cette saison. Ce gamin me touche droit dans le palpitant et il a été ma source numéro 1 de « aw » déchirants. Je suis sans cesse émerveillée par sa gentillesse et la façon dont il prend les choses aussi à cœur, la façon dont il veut toujours tout faire aussi bien que possible et fait plus d’efforts que quiconque. Et je disais « gamin » parce que oui, à bien des égards, il est toujours un peu un gosse –c’est sans doute pour cela que dans l’épisode 2 il s’amuse autant avec le fantôme enfant qui hante la maison un moment-. Et d’ailleurs cela donne quelques scènes franchement drôles comme celle où il se tourne vers Hal et Alex pour qu’ils lui apprennent comment on fait les bébés. Le pauvre n’a pas vraiment eu droit à ce genre de discussions avec McNair et il sent bien que les abeilles et les fleurs ne sont pas une représentation de la réalité mais il n’a pas beaucoup de détails pour autant. Cela dit, d’accord, il est enfantin à certains égards mais c’est aussi un adulte et un adulte très bien d’ailleurs, et je suis juste tellement contente qu’il ait ses amis à ses côtés pour le lui rappeler. Alex pour lui dire « Tu es le meilleur d’entre nous », Hal pour lui dire « Tu es le meilleur homme que j’ai jamais rencontré », parce que c’est juste déchirant de voir Tom se rabaisser encore et encore à grands coups de « Je déçois mon  père jour après jour », « je suis un idiot, je ne comprends jamais rien » et « je n’ai pas réussi dans la vie, pas vrai ? ». RAH FAITES LUI UN CALIN BORDAYL T.T L’épisode où l’ex-présentateur météo le manipule a été un des plus difficiles pour moi. Et même si j’avais eu une pointe de sympathie pour le présentateur quand il essaie d’acheter le même jacuzzi que Nicolas Cage parce que tel est le pouvoir de Nicolas Cage, cette pointe de sympathie a été réduite à néant très très très TRES rapidement. Et après cela j’ai juste espéré qu’il crève parce que c’était trop dur de le voir manipuler et voler Tom comme cela. Pauvre Tom trop innocent, trop gentil, tellement désireux de bien faire et trop naïf dans son tout nouveau costume beaucoup trop grand pour lui. Cet épisode est l’épisode qui m’a le plus émue avec celui où un certain Bobby, gardé des années enfermé à cause de sa condition, sort dans le monde pour la première fois et y est guidé par, devinez qui, Tom bien entendu. Parce que Tom, encore une fois, déborde de gentillesse mais aussi parce qu’il est tellement content, pour une fois dans sa vie, d’être le mentor, de ne pas se sentir être un raté. Arf. Mon cœur.

Cet épisode, par ailleurs, est exactement ce sur quoi j’aurais voulu que la série s’arrête. On a un super montage très feel-good où Hal et Alex coachent un vampire qui veut arrêter le sang et où Tom aide Bobby à mettre sa vie en ordre, à essayer de nouvelles choses, à prendre confiance en soi. Et après ce montage on a cette scène où Tom, Alex et Hal sont sur le canapé tandis que le vampire –Crumbs- et Bobby jouent à un jeu de rôle sur le côté. Tom, épuisé, dort sur l’épaule d’Hal –et c’est adorable- et c’est une image très paisible sur laquelle j’aurais voulu voir se terminer la série. Encore une fois j’y reviendrai mais, en attendant, pour causer d’Hal et Tom, cela me rend presqu’un peu triste mais ils sont décidément le centre du trio qui n’est pas tant « Hal/Alex/Tom » que « Hal/Tom + Alex sur le côté ». Qu’on s’entende bien : j’apprécie beaucoup Alex. J’aime bien l’actrice et je trouve qu’Alex est un personnage très sympathique, très engageant, mais à aucun moment elle ne m’a semblée être aussi ancrée dans le trio principal que l’avait été Annie. Dans la dynamique du trio originel, Annie était essentielle, elle ne pouvait absolument pas être soustraite alors qu’Alex m’a semblée très retirée dans cette saison, comme venant en bonus. Je ne sais pas, aussi agréable que soit son personnage, je ne l’ai juste jamais trouvée aussi forte que les deux autres. Après je me suis sentie émue pour elle, j’ai eu un peu les yeux mouillés lorsqu’elle dit au revoir à sa famille –la musique aidait pas mal faut dire… la musique est toujours extra dans Being Human et celle utilisée pour cette scène était particulièrement jolie, particulièrement triste aussi- et j’ai trouvé cela drôlement triste et, aussi, intéressant parce que compréhensible, de la voir péter un plomb à l’idée de passer le restant de son existence dans les mêmes habits, les mêmes chaussures. Et puis, oui, la série continue sur le Hal/Alex et je mentirais si je vous disais que je n’y ai pas accroché mais, pour être honnête, c’était surtout parce que j’étais drôlement éprise d’Hal.

[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5

Hal est décidément un personnage que je trouve intéressant. Oh et au passage : sa scène sur Putting on the Ritz ? Parfaite. Tellement parfaite. Elle spoile donc je ne vous l’inclus pas dans l’article mais si vous voulez la regarder elle est ICI et elle est parfaite. J’ai une sorte de gros faible pour les mecs qui dansent et chantent donc forcément, forcément. Je veux regarder cette scène pour le reste de ma vie. Mais pour revenir au personnage en général, je le trouve intéressant et j’aime beaucoup ce que la série a fait avec cette histoire de personnalités multiples. Ce n’est pas juste qu’il perd le contrôle comme c’était le cas pour Mitchell, Hal a posé de telles barrières entre le monstre et l’humain qu’il a en lui, que les deux ont fini par vraiment se séparer. Cela dit ça me fait me poser des questions sur moi-même quand même parce que j’adore « bad Hal », je le trouve drôlement fun à suivre. Déjà que dans Buffy je préférais Spike au mauvais Angel que je préférais au bon Angel. Dans Interview with a Vampire je préfère Lestat. Dans les saisons 1 et 2 de Vampire Diaries –les seules que j’ai vues…. En vérité je ne suis pas certaine d’avoir regardé toute la seconde- je préfère Damon à… euh… à l’autre –Stefan ?-. Enfin en l’occurrence je ne préfère pas le mauvais Hal au bon, c’est juste que j’aime vraiment bien le mauvais aussi. Mais le bon Hal est un personnage que j’aime énormément également et j’aime ses conflits, je trouve que l’acteur les faits vraiment joliment ressortir et qu’il nous donne envie de voir le personnage s’en sortir. Lorsqu’Hal a peur que la mauvaise partie de lui prenne le dessus, on peut vraiment sentir la terreur qui le prend et bref, oui, je me suis attachée et intéressée à lui. Et bien entendu, on revient toujours à cette fameuse amitié avec Tom parce qu’elle me réchauffe tellement le cœur les gens. Ils me font rire et ils me font aussi m’attendrir souvent et j’adore l’influence que Tom a sur Hal. Hal est souvent vraiment agacé par son copain loup-garou –au début, par exemple, lorsque Tom a transformé la maison entière en déchetterie, c’est assez amusant de voir un Hal en pleine cure de désintox qui pète moins un plomb à cause du manque de sang qu’à cause du bordel, … et bien entendu la rivalité pour obtenir le titre d’employé du mois était un grand moment également- mais le plaisir qu’il prend à être en sa compagnie est également *tellement* évident. Lorsqu’ils se balancent de la nourriture à la figure parce que l’agacement est arrivé à son comble, alors qu’Hal est quand même un grand malade de la propreté et de l’ordre, on peut le voir sourire pendant la bagarre parce qu’en fait, il s’amuse avec Tom. Et il a beau se moquer, le fait est qu’il ne laisse *personne d'autre* se moquer de Tom. Lorsque leur patronne fait des remontrances injustifiées à Tom, Hal refuse de le laisser passer. Lorsque le type de la météo brise Tom, Hal en arrive sérieusement aux envies de meurtre. L’amour est profond entre ces deux-là les gens. Aw, même à la fin de la série, alors qu’on approche de la fin du monde, Tom arrive à caser une phrase qu’il avait gardée en réserve depuis des plombes pour la sortir à Hal et l’impressionner. Tellement de sentiments les gens. Et oui, j’ai juste vraiment aimé les personnages. Pas seulement les personnages principaux d’ailleurs, il y avait aussi de très bons personnages secondaires de passages tels que Bobby, Crumbs –qui était parfois un peu surjoué mais qui a quand même réussi à vraiment m’émouvoir par moments tout en me faisant flipper de temps en temps- ou même Dominic Rooks qui, un peu comme Lucy dans la saison 2, était ce type de personnage qui était clairement dans le mauvais camp mais voulait faire le bien.

Mais si j’ai vraiment bien aimé les personnages alors : qu’est-ce qui ne fonctionnait pas ? Eh bien tout simplement, comme je le disais au début, la série a visé trop grand. Au lieu de se concentrer sur l’essentiel, elle a voulu faire trop de choses et conclusion, la dernière saison de Being Human m’a laissé les yeux très très secs, quelque chose que je n’avais jamais imaginé. Sincèrement je pensais que tout finirait dans les larmes, de joie ou de tristesse peu importe, mais j’imaginais vraiment que ce serait les grandes eaux et en fait, bah, non. Et je pense que c’est parce que dans ma tête les personnages n’étaient pas autant un « set inséparable » que l’étaient Mitchell, Annie et George. Vous voyez, c’est là que l’échelle des dernières saisons a fait du mal à la série : elle a laissé beaucoup moins de temps pour les plus petits moments. Hal, Tom et Alex n’ont véritablement eu que 6 épisodes pour nous convaincre qu’ils forment une petite famille et ce n’est pas suffisant, en tous cas pas si on doit aussi nous parler de la fin du monde en même temps. Si la série s’était terminée sur l’idée qu’ils sont une famille en devenir ça aurait fonctionné. C’est d’ailleurs pour cela que j’aimais ma fin avec Crumbs et Bobby !!! On était dans une histoire touchante à échelle humaine et ce que cette fin nous disait était que les personnages n’étaient encore qu’au début d’un long long voyage personnel, au début de la formation d’une plus grande famille, au début d’une nouvelle dynamique. Et c’était très bien. Mais là elle essaie vraiment de nous dire qu’ils sont déjà devenus cette famille impossible à séparer et autant je veux bien le croire d’Hal et Tom à la limite, autant des trois, non. Elle veut nous vendre une chenille comme un papillon en quelque sorte. Parfois il faut faire plus petit et là, la série va dans le trop et même pas de manière subtile.

Non parce que leur histoire de Diable, c’était quand même gravement pas subtil et quand on en arrive à écrire un jeu de carte où une manche se termine sur « trinité –de figures- vs trois cartes 6 –donc 666- » c’est qu’il est temps de se poser des questions. La fin elle-même était également très grossière par moment et je n’ai pas été convaincue. Et, en parlant de subtilité, j’ai été également vraiment très très très déçue que cette saison 5 nous montrent les « hommes avec les bâtons et cordes » qui sont censés se trouver normalement de l’autre côté des portes, ces mêmes hommes qui ont essayé de piéger Annie dans les saisons précédentes en passant par les postes de télévision, la radio, etc. La mort dans Being Human a toujours été inquiétante parce qu’on n’en savait finalement pas grand-chose et là, la série nous met ces hommes sous les yeux et nous casse absolument tout ce qu’ils avaient d’inquiétant du coup –le leader était même plutôt mignon quand on y regarde bien o.o-. Dans les saisons 2 et 3 ils étaient sérieusement flippants, une menace constante et sournoise mais là ? Plus rien. Et le pire c’est que leur apparition n’avait strictement rien de nécessaire parce que non seulement elle n’apporte rien de spécial au scénario mais, en plus, qu’est-ce qu’Alex avait de si exceptionnel qu’ils se *devaient* de venir la chercher ? Non, je ne suis pas convaincue, désolée.

[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5

[spoiler] Je suis quand même contente que la série se termine sur le canapé et devant la télé. C’était exactement là que je voulais laisser les personnages quelle que soit la fin de la série parce que le canapé a toujours été l’endroit qui réunissait toutes les petites familles de la série et que regarder la télé en famille est une occupation tellement banale, tellement ordinaire et tellement humaine que c’était l’image parfaite sur laquelle nous laisser. Donc un très bon point à la série pour cela. Même si elle nous la joue « Inception » en laissant planer le doute, une idée que je ne trouve pas du tout inintéressante, quelque part dans un univers je me dis que ces trois-là regardent la télé sur le même canapé et cela me fait plaisir. Je trouve cela dit toujours que cette fin aurait eu plus d’impact si la série avait eu plus de petits moments à trois entre ces personnages et qu’elle aurait été plus poignante entre George, Mitchell et Annie justement parce qu’eux avaient eu plus de ces moments-là. Mais, malgré tout, c’était une jolie image. Annie, Tom et Hal étaient également devenus un véritable trio en regardant leur premier programme télé ensemble et bref, le canapé est un symbole qui devait trouver sa place dans le final.

Et je suis également contente qu’Annie, Nina, George et Mitchell aient été cités dans une conclusion où Hal –le mauvais Hal mais cela n’en rend ses mots que presque plus importants- nous dit que la quête d’humanité des personnages n’est pas une quête perdue mais qu’ils n’ont simplement jamais réalisé que vouloir son humanité c’est déjà la posséder. Je ne suis pas certaine que ce soit vraiment quelque chose que personne n’ait réalisé avant cela, Annie a eu ce genre de discours auparavant, mais c’est quand même une jolie phrase qui résume très bien ce que Being Human a toujours été : l’histoire d’êtres humains imparfaits qui ne doivent non pas trouver leur humanité mais la réaliser, l’entretenir et la protéger.

Je n’ai pas été super convaincue par le plan du Daible et honnêtement je n’ai pas bien cru au « Sans eux tout est incomplet » d’Hal car je le sentais toujours plus attaché à son ancien trio qu’au nouveau. Enfin. Excepté Tom. J’ai eu le sentiment qu’en fait Tom aurait au moins voulu vivre avec Léo à ses côtés. Je ne sais pas, quelque chose m’a manqué, toutes les grandes déclarations des personnages semblaient arriver trop tôt dans une évolution qui n’avait pas encore eu lieu et, en conséquence, l’impact émotionnel n’a pas été autant en rendez-vous que la série l’entendait ou que je l’aurais souhaité. Question de timing, question d’un développement mal calibré, question de saisons n’ayant pas bien su choisir ses focus et échelles –encore ce mot, je sais-. [/spoiler]

Bref j’ai été déçue par ce final. Pas au point de regretter d’avoir commencé la série –clairement pas, pas du tout même, je suis ravie d’avoir regardé Being Human- et même pas au point de regretter d’avoir rencontré tous ces nouveaux personnages, quitte à perdre les anciens, parce que j’aime vraiment Hal, parce que Tom me va droit au cœur et parce qu’Alex, même en retrait, est un personnage agréable. J’aurais juste voulu que la série se concentre plus sur l’essentiel, ne cherche pas à faire plus spectaculaire et me brise le cœur à l’idée de devoir quitter tous ces personnages. Vous vous en êtes certainement rendu compte parce que cela se sent même dans la passion que j’ai mis dans ces articles, les trois premiers étaient nettement plus enflammés, j’avais nettement plus *vécu* les trois premières saisons, mais j’ai aimé regarder les deux dernières également et, pour conclure, Being Human cela reste une excellente série que je ne peux que conseiller à tout le monde.

7/0

[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5[Sur le canapé, la dernière émission] Being Human - saison 5
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Série, #Angleterre, #Being Human, #2010s, #2013, #Toby Whithouse, #BBC Three, #~ 10 épisodes, #Lenora Crichlow, #Sinead Keenan, #Michael Socha, #Damien Monoly, #Kate Bracken, #Surnaturel, #Amitié, #Famille, #Fin du monde

Partager cet article

Repost 0