Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2014

Réalisé par Graham Annable & Anthony Stacchi

Ecrit par Irena Brignull & Adam Pava

D’après le roman Here Be Monsters ! d’Alan Snow

 

Avec :

Isaac Hempstead-Wright >>> Eggs

Elle Fanning >>> Winnie Portley-Rind

Ben Kingsley >>> Archibald Snatcher

Nick Frost >>> Mr. Trout

Richard Ayoade >>> Mr. Pickles

Tracy Morgan >>> Mr. Gristle

 

 

Dontesque ?

Dans les égouts de la ville, vivent les Boxtrolls : des trolls habillés de boites en carton leur servant également de carapace et qui ne sortent que la nuit pour collecter des objets jetés afin de construire leurs inventions. Lorsque l’un d’entre eux est accusé d’avoir volé et dévoré un bébé, un exterminateur saute sur l’occasion et jure de détruire jusqu’au dernier des boxtrolls en échange d’une position haut placée. Mais la vérité est que le bébé n’a jamais été dévoré et a grandi pour devenir Eggs, un jeune garçon persuadé d’être un jeune troll.

 

~oOo~

Après avoir terminé Toy Story, j’ai eu envie de regarder plus d’animation. Parce que j’adore l’animation. Et du coup j’ai repensé à ce film-là dont je me souvenais avoir vu quelques posters et entendu dire qu’il s’agissait de strop-motion, quelque chose qui me plait beaucoup –bon après faut bien dire ce qui est : j’aime juste beaucoup l’animation en général…-. Par contre je n’en avais jamais lu le synopsis, vu une bande-annonce ou même réellement écouté une critique, si bien que c’était un peu la grande découverte, je me suis gaiement dit YOLO –oui, souvent je me dis YOLO dans la vie et, comme je suis une grande ouf, mes YOLO se terminent généralement avec mes fesses sur le canapé…-. En même temps quand on aborde une production Laika, on ne prend pas beaucoup de risques. Et, sans surprise, c’était un super film. Oh et j’ai quand même eu une (excellente) surprise : le casting. Comme je vous le disais, je n’étais vraiment pas très renseignée et, du coup, je ne savais pas que le film avait un casting de ouf comme cela !

La première voix que j’ai repérée, bien entendu est celle de Richard Ayoade. Parce que c’est difficile de ne pas la reconnaître, elle est super particulière, et du coup je dois bien admettre qu’en écoutant son personnage, tout ce que j’entendais c’était Moss de The IT Crowd. Mais cela ne m’a pas dérangée du tout, il tenait très bien son rôle et, si vous n’avez jamais regardé the IT Crowd, cela ne devrait pas vous distraire –cela dit vous devriez regarder the IT Crowd, c’est super. A côté de cela j’ai eu le grand plaisir de retrouver Nick Frost et Simon Pegg dans des rôles plutôt secondaires –surtout Simon Pegg- et, surtout, Ben Kingsley qui est tout à fait extra dans le rôle du méchant. Il a exactement la voix qu’il faut pour cela, une voix grave vraiment menaçante quand il faut mais qui devient doucereuse lorsqu’il fait des ronds de jambes aux hauts placés de la société. Il a aussi un joli moment musical qui fait partie de mes moments favoris du film parce que j’en aime particulièrement les paroles, je les trouve vraiment joliment écrites. Bref, vraiment, niveau casting, on n’a décidément pas à se plaindre et, comme prévu, niveau animation non plus. Le stop-motion et ce qui relève du digital se marient très bien l’un à l’autre et j’adore le design de la ville, du monde des trolls, de tous les personnages qui, pour les humains, qui, même au milieu de toutes les couleurs du film, ont ce quelque chose d’un peu gothique fort sympathique. J’adore tout particulièrement la façon dont les trolls bougent, rentrent dans leurs boites pour former des escaliers pour les autres, pour se cacher, etc. C’était un plaisir pour les yeux et ce jusqu’au bout car, après sur un générique de fin animé dans un autre style mais de toute beauté, le film enchaine sur une plaisanterie méta fort appréciable et se termine sur des illustrations et dessins préparatoires qui ne font pas de mal aux globes oculaires non plus.

[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls
[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls
[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls
[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls[Ce qui se cache dans les égoûts] Les Boxtrolls

Pour revenir aux personnages cela dit, au-delà des interprètes, ils m’ont tous vraiment plu car je les ai trouvés plus complexes qu’ils auraient pu l’être et c’est très bien. Le film aborde plein de thème : la peur de l’étranger et le danger d’écouter les stéréotypes, la manipulation de la masse, ce que cette masse a d’effrayant, la déconnection des gens en haut de l’échelle sociale par rapport à la réalité des gens d’en bas qu’ils sont censés, à priori, diriger, et, à une échelle plus individuelle, la question de la famille, de l’identité, etc. Plein de thèmes adultes donc qui rendent le film plus intéressant sans plomber du tout le fun ou prendre le pas sur ce qui plaira plus au plus jeunes –qui risquent peut-être, okay, d’avoir un peu peur parfois parce que, par exemple, à la fin le méchant il a une tête qui fait peur quand même… sans oublier quelques passages dans le film un petit peu difficiles… mais eh, c’est ce qui fait l’impact du film et son intérêt, on va pas l’aseptiser quand même-. Et pour porter tout cela, le film a nécessairement besoin de personnages attachants et plus complexes que de simples stéréotypes, ce qu’il fait sans mal. Cela ne veut pas dire que tous les personnages sont surprenants : par exemple Eggs, le personnage principal, est finalement plutôt classique, on n’a pas l’impression de n’avoir jamais vu ce personnage, mais il est dans un contexte intéressant, il est attachant et il a un conflit que j’avais envie de suivre. Et à côté de cela, il y a aussi des surprises et des nuances. Par exemple, Winnifred –probablement mon personnage favori-, la petite fille qui vient en aide à Eggs aurait pu être juste une adorable petite fille triste que son père ne lui prête aucune attention –et ne parlons même pas de sa mère qui est si peu présente qu’à chaque fois qu’elle apparaissait je me disais « hein ? elle est pas morte dans sa jeunesse ? »-… mais Winnifred, si elle a bon cœur et du courage, est aussi susceptible, impatiente et fascinée par le morbide. Rien de bien méchant hein ! Mais elle veut entendre les histoires de montagnes d’os et de cadavres comme une enfant qui aime les histoires d’horreur tant qu’un monstre ne se présente pas à sa porte pour lui manger vraiment les doigts de pied. Ca la rend amusante et je l’ai trouvée vraiment extra. Par ailleurs, du côté des hommes de main du méchant Snatcher, si Mr. Gristle semble assez simple d’esprit et se contente de taper sur tout ce qui bouge avec beaucoup d’enthousiasme, Mr. Trout est étonnamment prône à la philosophie pour un homme de main et lui et Mr. Pickles sont en fait pris dans les mensonges de Snatcher et persuadés d’être des héros, d’être du bon côté, ce dont ils ne viennent à douter que petit à petit au fil du film. Ce ne sont pas des muscles sans personnalité ou personnalité et j’en suis venue à rapidement m’attacher à eux.

Même du côté de Snatcher, je trouve qu’il y a une nuance sympathique. Il va sans dire que c’est le méchant de l’histoire, qu’il est du mauvais côté de tout, mais il y a quelque chose dans sa motivation que je trouve plus intéressant que peuvent l’être certaines motivations d’autres méchants. Snatcher veut un « chapeau blanc » -le symbole de la plus haute position sociale- pour remplacer son chapeau rouge, il veut participer aux séances d’appréciation de fromage de la haute société –alors qu’il y est allergique en plus…-. Une partie de lui veut le pouvoir, ce qui est assez classique, mais en prenant en compte le tout, il me semble qu’il veut surtout la reconnaissance des gens d’en haut, il veut dépasser sa classe social, rejoindre les gens de la haute et en être respecté. Et ça lui donne, en plus de ce qu’il a d’effrayant, un petit côté à la fois compréhensible –le film parle aussi de rébellion de « classe inférieure » : [spoiler?] les Boxtrolls aussi apprennent à s’imposer au lieu de toujours se cacher et, ce faisant, ils se gagnent le droit de passer des égouts au grand jour… sauf que eux le font de la bonne des façons et pas en étant l’homme terrible qu’est Snatcher [/spoiler?] - et même quelque chose de pathétique parce qu’il s’est tellement enfermé dans ses envies de s’élever qu’il ne se rend même pas compte que ce qu’il convoite pourrait le tuer –le fromage, symbole de la réussite sociale, nourriture à laquelle il est gravement allergique-.

En clair, c’est un film que j’ai franchement apprécié. Je n’en savais vraiment pas grand-chose si bien que j’ai eu le plaisir de tout découvrir et le plaisir fut réel. Je pense que je n’ai donc pas besoin de vous préciser que c’est un film que je vous recommande~

Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Occidental, #Laika, #USA, #The Boxtrolls, #2010s, #2014, #Graham Annable, #Anthony Stacchi, #Irena Brignull, #Adam Pava, #Alan Snow, #Here be monsters !, #Adaptation, #Isaac Hempstead-Wright, #Elle Fanning, #Ben Kingsley, #Nick Frost, #Richard Ayoade, #Tracy Morgan, #Animation, #Famille, #Aventure, #Amitié, #Fantastique, #Coming of age, #Kid(s)

Partager cet article

Repost 0