Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Sorti en 1998

Réalisé par John Lassetter & Andrew Stanton

Ecrit par John Lassetter, Andrew Stanton & Joe Ranft

 

Avec :

Dave Foley >>> Flik

Julia Louis-Dreyfs >>> Atta

Kevin Spacey >>> Hopper

David Hyde Pierce >>> Slim

Joe Ranft >>> Frank

Denis Leary >>> Francis

Hayden Panettiere>>> Dot

Etc etc etc

 

 

Dontesque?

Flik, une fourmi aux idées un peu trop originales pour sa fourmilière, se retrouve responsable de la perte d’une offrande destinées aux effrayantes sauterelles. Il se met alors à la recherche de valeureux guerriers pour l’aider à protéger les siens et engage, sans le savoir, une troupe de cirque ambulant.

 

~oOo~

Après avoir revu Toy Story, j’ai eu envie de revoir d’autres films produits par Pixar –et co-produits par Disney donc cela fait quand même partie du projet Disney- et j’ai repensé à 1001 pattes parce que c’est encore un film que je n’ai vu qu’une seule fois quand j’étais jeune, que j’avais le vague sentiment d’avoir aimé mais dont, honnêtement, je me souvenais très très peu, ce qui en faisait un candidat parfait pour une revoyure. En plus, à sa tête, se trouvent John Lasseter et Andrew Stanton qui ont tous les deux bossé sur Toy Story donc je ne me faisais pas trop-trop de souci pour être honnête. Bon, en même temps, je me fais rarement du souci vis-à-vis des films Pixar, j’ai tendance à plutôt avoir confiance en ce studio. Même s’ils n’arrêtent pas d’engager Randy Newman apparemment o.o Et, vraiment, je n’ai rien contre ce type ou même contre toutes ses compositions –en l’occurrence je trouve que les paroles et la mélodie de Time of Your Life sont assez plates cela dit…  - , mais quand il les chante, j’ai vraiment en tête trop de parodies et je ne peux pas m’empêcher de rire. Enfin revenons au film : pour la seconde fois, j’ai bien aimé. Mais pour autant que je puisse en juger –car je ne les ai pas tous vus, il me manque Cars, les films-suites en dehors des Toy Story, Vice-versa et Le Voyage d’Arlo quand même ! Cela viendra, cela viendra. -, c’est quand même un des longs métrages les plus plats du studio à mon sens.

Il y a des tas de choses à y apprécier bien entendu ! Par exemple, je trouve l’animation très réussie. Le film est sorti trois ans après Toy Story, à l’époque ils avaient encore du mal à animer les êtres humains en particulier mais : pas d’êtres humains dans 1001 pattes donc c’est un problème réglé et apparemment ils n’ont pas le même souci avec les insectes donc, vraiment tout va bien, et j’adore la façon dont les membres de la troupe de cirque, en particulier, ont été pensés. De toute façon, ils sont très clairement mes personnages favoris de ce film –et  j’inclus la puce qui tient le cirque parce qu’elle me fait beaucoup rire-. J’adore la mante religieuse et la façon dont ses pattes avant deviennent des manches de magicien, ainsi que la manière dont cela se reflète dans son attitude. J’adore le blase du pauvre phasme qui se retrouve cantonné à des rôles de bâtons à cause de son physique et qui n’en peut plus. J’adore la coccinelle que tout le monde prend pour une femelle à cause de son physique alors qu’il est mâle et se retrouve à essayer de compenser en agissant de façon aussi exagérément virile qu’il peut. Et surtout, surtout, j’adore la chenille dodue à l’accent allemand, parce qu’elle me fait particulièrement rire et que je la trouve particulièrement adorable. Etc. La petite troupe de cirque est colorée, drôle, diversifiée et un véritable plaisir à suivre. Et, au passage, le film en général est drôle. Ce n’est pas le film Pixar à m’avoir le plus fait rire mais voir une fourmi paniquer parce qu’une feuille est tombée et lui a fait perdre « la ligne » formée par les autres, le « Génial ! C’est trop beau pour être vrai ! » de Flik qui pense avoir trouvé les plus grands insectes guerriers au monde –et, oui, c’était trop beau pour être vrai-, le moment où la coccinelle perd le phasme dans une mêlée de branches, ou encore le sort d’une mouche qui s’approche trop de la lumière, sont autant de moment qui m’ont faire rire ou sourire devant l’écran. Par ailleurs, le film a ses touches drôlement sombres qui, pour moi, sont un plus : l’affrontement avec le méchant à la fin est haletant et menaçant, débouchant sur une conclusion qui, franchement, serait limite gore si on nous la montrait. Ailleurs dans le film, lorsque Flik pénètre dans la ville des insectes, un d’eux fait la manche et sur son écriteau on peut lire « un gosse m’a arraché les ailes » et, ça aussi, cela a quelque chose de sinistre. Même la blague de la mouche qui va vers la lumière électrique tandis que son pote essaie de l’arrêter, est plutôt sombre en fait. Et personnellement j’apprécie beaucoup l’association de cela aux couleurs et à l’humour du reste du film.

[Disney Project] 1001 Pattes
[Disney Project] 1001 Pattes[Disney Project] 1001 Pattes
[Disney Project] 1001 Pattes[Disney Project] 1001 Pattes
[Disney Project] 1001 Pattes[Disney Project] 1001 Pattes

J’apprécie également les antagonistes que je trouve ce qu’il faut d’inquiétants –la sauterelle folle mise en laisse est un coup à me faire flipper pour tout vous dire… après c’est vrai qu’à la base j’ai la phobie de quasi tous les insectes, dont les sauterelles- sans que cela les empêche d’être également divertissants. Le fait d’explorer un tout petit monde est toujours quelque chose que j’apprécie beaucoup car j’aime voir notre monde à travers d’autres yeux et parce que j’aime voir la créativité qui peut aller avec. Les thèmes de « sois toi-même », de l’individu contre la communauté et de la révolte d’un groupe large mais maintenu en servitude contre le groupe plus réduit qui les tenaient dans cette position… sont des thèmes bienvenus et, bref, quand je vous dis que 1001 Pattes est –pour le moment- le film du studio que je trouve le moins passionnant, compte tenu du niveau des productions Pixar en général, cela ne signifie vraiment pas que je le trouve mauvais. Mon souci, en fait, se fait au niveau de l’histoire et des personnages fourmis.

Malgré toutes les bonnes idées, l’humour et les touches d’ombre bienvenues que l’on trouve dans ce film, la trame parait un peu usée pour être honnête. Le coup du type en lequel personne ne croit qui va sauver la vie à tout le monde et le coup des menteurs qui sont découverts, s’en vont honteux, rejetés et découragés, mais reviennent pour sauver la mise est également une histoire qui a été usée et abusée. Elle est dans Chicken Run, elle est dans Madagascar 3, elle est dans Galaxy Quest, dans pas mal de comédies romantiques, et elle est quasiment toujours prévisible. Après cela ne veut pas dire que cela rend forcément le film mauvais ! J’adore Galaxy Quest, j’aime beaucoup Chicken Run, etc mais, simplement, cela veut dire que le scénario du film risque de ne pas être palpitant et que cela force le-dit film à compenser avec autre chose. Et qu’il est primordial aussi de vraiment nous faire apprécier les personnages or, en l’occurrence, je trouve Flik assez fade. Il n’est pas antipathique, je ne lui trouve simplement ni véritable originalité ni accroche bien particulière. Il est « adéquat ». On s’attache à son sort le temps d’un film, mais je ne dirais pas que je m’y sois intéressée. Et la princesse à laquelle il fait les yeux doux ne m’a pas parue plus passionnante.

Il y a des tas de bonnes choses dans le ton, la forme et les éléments secondaires de 1001 Pattes, c’est juste que la trame principale, le squelette du film en quelque sorte, manque d’intérêt à mes yeux. Du coup c’est pour cela que le film, à mon avis, ne me restera pas éternellement en mémoire.

J'ai envie de vous dire: tout film associé de près ou de loin à baba O'Riley ne peut pas être entièrement mauvais de toute façon o.o

Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Occidental, #USA, #Disney, #A Bug's Life, #1990s, #1998, #Pixar, #John Jassetter, #Andrew Stanton, #Joe Ranft, #Dave Foley, #Julia Louis-Dreyfus, #Kevin Spacey, #David Hyde Pierce, #Denis LEary, #Hayden Panettiere, #Aventure, #Amitié, #Animaux, #Action, #Comédie, #Animation

Partager cet article

Repost 0