Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Sorti en 1999

Réalisé par John Lasseter

Ecrit par Andrew Stanton, Rita Hsiao, Doug Chamberlin & Chris Webb

 

Avec :

Tom Hanks >>> Sheriff Woddy

Tim Allen >>> Buzz Lighyear

Joan Cusack >>> Jessie

Kelsey Grammer >>> Stinky Pete

Don Rickels >>> Mr. Potato Head

Jim Varney >>> Slinky Dog

Wallace Shawn >>> Rex

Etc

(j’ai regardé le film en VO)

 

Dontesque ?

Lorsque Woody est dérobé par un employé de magasin de jouets afin d’être vendu à un musée Japonais, les autres jouets d’Andy doivent aller à son secours.

 

~oOo~

Je n’ai pas attendu : après avoir revu le 1, j’ai lancé le 2 directement. Honnêtement je me souvenais très mal du film, ne l’ayant vu qu’une seule fois, c’est-à-dire à sa sortie au cinéma. Et c’était il y a pas mal de temps… or j’ai déjà du mal à me souvenir de ce que j’ai vu il y a cinq ans, alors ! Mais, au moins, je me souvenais l’avoir adoré et j’étais vraiment enthousiaste à l’idée de le redécouvrir…. D’autant que le premier volet, à la revoyure, m’avait énormément plu, comme vous le savez. Et si on prenait en plus en compte la réputation de la trilogie, sur laquelle les gens ne tarissent pas d’éloges… mettons simplement que les attentes étaient hautes les gens, vraiment hautes. Et le film ne les a vraiment pas trahies, même pas un peu. C’était aussi excellent que je m’y étais attendue et l’avais espéré, cela m’a même encore plus plu que le premier volet. Et ce, je pense, pour trois raisons :

(1) Déjà, cette suite est aussi drôle que Toy Story. J’ai beaucoup, beaucoup ri devant ce film. Rex, notamment, est toujours une source d’amusement pour moi mais tous les clins d’œil à d’autres films -2001, Star Wars, Jurassic Park, etc- m’ont également fait sourire et c’est vrai que j’ai un gros faible pour les jouets martiens que nos héros, ici, retrouvent dans la camionnette du livreur de pizza. Ces petits bonhommes verts ne manquent jamais de me faire rigoler et je suis ravie que les créateurs de Toy Story aient décidé de les garder, il eut vraiment été dommage de ne pas les ramener dans la suite. Par ailleurs Toy Story 2 nous offre également les premières apparitions de barbies et ça, c’est bon pour mon moral. Bon parfois on rigole un peu en se demandant combien de gens ont perdu leur vie et/ou ont été blessés dans toute cette affaire … -cf. la traversée de la route qui cause quand même un gros carambolage- mais surtout on rigole et les blagues visuelles –le « butte » sur les fesses de Buzz par exemple… ou bien encore sa réaction au grand saut de Jesse dont le sous-entendu n’échappera pas aux adultes- et les répliques qui font mouche foisonnent tandis que la dynamique entre les personnages divertit et fait qu’on ne voit pas le temps passer.

(2) Ensuite, Toy Story 2 fait les choses en plus grand. Ce coup-ci nous n’avons pas que deux jouets dans la nature –on a même droit à plus de deux Buzz dites-donc- ! Eh non, c’est toute une petite troupe qui s’aventure en dehors de la maison et qui se retrouve, notamment, dans un grand magasin de jouets. Je vous laisse imaginer toutes les opportunités que cela offre aux créateurs… et croyez-moi qu’ils en profitent. Et le casting s’agrandit avec l’ajout, notamment, de Jesse, une cow-girl au caractère bien trempé et Bull’s Eye, le cheval le plus adorable de l’ouest. Bref on a plus de personnages, plus d’aventure, l’impression également de passer plus de temps plus loin de la maison d’Andy, et du coup l’excitation est au rendez-vous.

[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2
[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2
[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2
[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2

(3) Enfin, malgré qu’il fasse les choses en plus grand, Toy Story 2 garde toujours un œil sur l’essentiel, gardant les mêmes thèmes que son prédécesseur. On n’a pas l’impression d’être en train de regarder autre chose en gros. Et c’est bien entendu super important… parce que cela ne sert à rien de faire une suite plus « grande » si on perd l’âme de ce qui faisait la série. Mais Toy Story 1 parlait essentiellement de la relation d’un enfant à ses jouets, de la peur d’un jouet d’être remplacé, d’un jour n’être plus qu’un truc qu’on oublie sous le lit et auquel on ne repense pas... et ici, c’est toujours le nœud de l’intrigue tandis que Woody réalise petit à petit qu’Andy va inévitablement grandir et que leur temps ensemble est forcément compté. Et dans la catégorie des trucs que Toy Story 2 fait en « plus grand », il nous balance aussi de l’émotion en encore plus fort, je trouve. Là où le premier volet m’avait serré la gorge en me proposant la crise existentielle de Buzz et la peur de Woody, le second m’a complètement brisé le cœur lors de la séquence résumant le passé de Jesse. Mon seul souci avec ce passage, en fait, c’est la musique –je sais pas ce que j’ai avec la musique de ces films, sérieusement-. Je pense sincèrement que la scène n’avait pas besoin d’une chanson, pas besoin de paroles en fait, et qu’un instrumental aurait bien mieux rendu. Là j’avais un peu le sentiment de m’entendre dicté ce qui m’était déjà montré et j’aurais préféré que le film laisse parler les images, un peu à la manière de la superbe –et très triste- introduction de Là-Haut. Néanmoins, cet aperçu du passé de Jesse était un moment émouvant qui m’a, à nouveau, fait ressentir cette culpabilité à l’égard de mes jouets oubliés que Toy Story fait si bien ressortir chez moi.

Et puis à côté de cela, c’est naturel, l’animation s’est également améliorée. Le chien de ce volet-ci est nettement moins laid que celui du volet précédent, les personnages humains font moins peur également… ce n’est pas encore tout à fait cela, on a pas encore atteint le niveau des productions Pixar actuelles –naturellement- mais il y a quand même une grosse amélioration. Par ailleurs, j’aime l’attention du film aux détails. Par exemple, à un moment donné on va voir, dans le fond du décor, des toits de maison et, dans la gouttière, il va y avoir un avion en plastique échoué là. Et c’est le genre de trucs que les animateurs n’avaient pas besoin d’ajouter mais c’est un détail qui rend le toit plus réaliste parce que, oui, on s’attendrait à voir ce genre de choses ici, cela donne de la vie au quartier parce que cela nous dit qu’un enfant a probablement joué dans le jardin de cette maison. Et, au passage, je ne sais pas depuis combien de temps l’avion est dans cette gouttière mais si lui aussi est vivant –et il n’y a pas de raison qu’il ne le soit pas- il doit se sentir bien seul quand même. Sans oublier que les intempéries ne doivent pas être faciles à vivre. Aw.

Enfin tout cela pour dire que Toy Story 2 c’est très drôle, c’est très divertissant, c’est très touchant et c’est de mieux en mieux animé. A partir de là, je ne vois vraiment pas ce qu’on pourrait demander de plus –à part plus d’instrumentaux et moins de chansons pour ma part… et pourtant je suis du genre à vraiment aimer les chansons en général, je voudrais plus de Disneys musicaux :(-. Encore une fois, Toy Story 2 n’est rien de nouveau mais je vous encourage à vous y replonger et, si vous ne l’avez pas vu, à sortir le speedo et sauter du plongeoir pour la première fois.

8,5/10

[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2
[Disney Project] Toy Story 2
[Disney Project] Toy Story 2[Disney Project] Toy Story 2
Tag(s) : #Cinéma Occidental, #Disney, #Cinéma, #Pixar, #USA, #Toy Story, #Toy Story 2, #1990s, #1999, #John Lasseter, #Andrew Stanton, #Rita Hsiao, #Doug Chamberlin, #Chris Webb, #Tom Hanks, #Tim Allen, #Joan Cusack, #Kelsey Grammer, #Don Rickels, #Jim Varney, #Wallace Shawn, #Animation, #Amitié, #Aventure, #Comédie, #Drame

Partager cet article

Repost 0