Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Sorti en 2015

 

Réalisé par Irie Yu

Ecrit par Watanabe Yusuke

D’après le roman de Yanagi Koji

 

Avec :

Kamenashi Kazuya >>> Kato Jiro

Fukada Kyoko >>> Rin

Iseya Yusuke >>> Yuki

Jasper Bagg >>> Campbell

Richard Isaac Moss >>> Graham

Richard Shelton >>> Marks

 

Dontesque?

Un militaire sur le point d’être exécuté est gracié pour intégrer une branche d’espionnage japonaise ultra-secrète. Très vite, il est chargé d’une mission de la plus haute importance.

 

~oOo~

Parler de Kaito Yamaneko m’a donné envie de regarder plus de Kame, que voulez-vous. Et il se trouve que j’avais ce film-là dans la liste de mes « trucs dans lesquels faire le ménage » alors cela se goupillait bien. J’ai aussi The Vancouver Asahi mais cela ne sera pas pour tout de suite : il faut se garder un peu de Kame en réserve quand même ! Voyons ! Quant à savoir pourquoi j’ai commencé par ce film-là plutôt que l’autre… honnêtement, je me gardais le meilleur pour la fin : The Vancouver Asahi a un casting de fou et même si JOKER GAME a Iseya Yusuke –qui est très peu présent au final :’(- que j’aime tout particulièrement, il offre également son rôle féminin principal à Fukada Kyoko, or Fukakyon et moi avons une relation assez… mettons que nous avons eu des hauts et des bas. Et que la dernière fois que je l’ai vue était un bas… avec Kame… ce qui ne me laissait pas présager du meilleur, mais je ne suis rien sinon optimiste, et c’est malgré tout avec enthousiasme que je me suis dit « allez, let’s go ! ». Dans le pire des cas, il me resterait au moins Kame dans un très joli costume, et c’est toujours mieux que rien. Au final… heureusement qu’il était là et qu’il le portait ce costume ! Parce que JOKER GAME c’était… nul, c’était nul –bien sûr, c’est mon blog donc ce que je présente comme un fait, est mon opinion-. J’aimerais vous dire que c’était au moins mauvais de façon intéressante mais, non, c’était juste super plat, je me suis ennuyée, au bout d’une heure même Kame ne me suffisait plus, j’avais juste envie que cela s’arrête. On en était arrivé à un point où j’étais juste agacée et priais pour que le film devienne pire, à défaut de devenir meilleur, histoire au moins de briser ma léthargie. C’était juste tellement médiocre.

Au moins, le film est joli. Il n’est pas très bien monté, mais les images sont belles. J’ai apprécié les couleurs, j’ai apprécié les décors, j’ai apprécié le casting, bien entendu, et j’ai apprécié les costumes. Esthétiquement, c’était plaisant. Le souci c’est que c’est à peu près tout, en dehors de mon amour de Kame, que je puisse retenir de positif de ce film, et je m’en vais vous énumérer les problèmes que j’ai eus avec en plusieurs points, que j’ai organisés en liste, parce que j’avais la flemme de faire des efforts : si le film n'en fait pas, je ne vois pas pourquoi moi je devrais ! Let’s go.

(1) L’action est plate. Il y a plusieurs soucis avec les scènes d’action de ce film. L’un d’entre eux, qui ne s’exprime pas avec la même intensité dans chaque scène selon le décor où elle est plantée, est que le réalisateur ne semble pas maîtriser la « géographie » de ses scènes. En action, c’est important de donner des repères aux spectateurs pour que l’action et son environnement soient toujours clairs, or ce n’est pas maîtrisé dans JOKER GAME. En fait, le film semble même volontairement essayer de nous plonger dans la confusion parfois, usant de trop de cuts, et filmant l’action de manière à ce qu’on ne puisse pas vraiment voir la chorégraphie. Faut dire que les chorégraphies de combats sont très, très peu impressionnantes dans ce film. Peut-être qu’elles auraient pu passer à une autre époque –et encore, elles auraient quand même été mal filmées- mais, malheureusement pour JOKER GAME, on vit dans un monde post-Jason-Bourne et post-tout-un-tas-d-autres-films-d-espionnage-avec-des-scènes-d-action-qui-ont-relevé-la-barre. Bref, l’action de ce film est médiocre et mal filmée. Mal mise en musique aussi d’ailleurs… l’OST du film n’est pas désagréable, je n’ai juste pas trouvé que les morceaux s’accordaient particulièrement aux images, et ils avaient tendance à rendre une action déjà peu impressionnante, plus poussive encore. En général, en vérité, j’avais le sentiment de voir un film un peu « au rabais »… même son générique d’introduction –que j’ai trouvé sympa en soi- semblait correspondre à un opening de drama plutôt qu’à un opening de film.

[MP2016: Jeu d'Espions] JOKER GAME  ジョーカー・ゲーム
[MP2016: Jeu d'Espions] JOKER GAME  ジョーカー・ゲーム
[MP2016: Jeu d'Espions] JOKER GAME  ジョーカー・ゲーム
[MP2016: Jeu d'Espions] JOKER GAME  ジョーカー・ゲーム
[MP2016: Jeu d'Espions] JOKER GAME  ジョーカー・ゲーム

(2) L’histoire n’est pas bien palpitante. Elle est assez simple et succombe à pas mal de clichés, méchants débiles inclus. Ce ne serait pas forcément un problème si le film faisait preuve de plus de second degré, mais s’il fait preuve d’humour à certains moments bien entendu –il ne m’a pas fait hurler de rire cela dit : rien d’impressionnant de ce côté-là non plus-, ce n’est pas un film qui cherche à s’amuser de ses clichés tant que cela. L’histoire est, donc, plutôt simple et ne réserve aucune surprise pour qui a vu deux films dans sa vie : j’avais vu venir absolument tous les twists, il n’y en a pas un seul qui m’ait surprise, ne serait-ce qu’un peu. Les enjeux ne pèsent jamais suffisamment lourd dans la balance pour que je me sois investie, et j’ai suivi tout cela d’un œil ennuyé tandis qu’on essayait de me persuader que le personnage principal était trop un génie, et que, oui, il avait ses moments, en effet, mais tout semblait tellement forcé que je restais blasée. Sans oublier qu’il manquait de charisme de toute façon.

(3) Les personnages sont tristement ennuyeux. Pardon Kame, je t’aime, vraiment. Et tu portes drôlement bien le costume, c’est vrai… mais… ce personnage avait la personnalité d’une feuille de papier vierge, et c’est en partie à cause de Kame, qui n’est pas à son meilleur dans les rôles les plus retenus. Il n’est pas terriblement mauvais, il est juste « meh ». Après coup, si on m’avait demandé de décrire sa personnalité, j’aurais été bien incapable de lui coller plus de deux adjectifs sur le dos. Et, au passage, je n’ai pas bien compris quel était le critère pour l’embaucher… si on nous avait parlé avant de ses super pouvoirs d’observation, pourquoi pas, mais là le film semble nous dire qu’il a été choisi pour avoir tué un officier en protégeant un camarade, et je ne vois vraiment pas en quoi c’est un critère suffisant. Parce que c’est cet aspect de lui qui fait qu’il met sa mission en danger avec le personnage de Fukakyon, et parce qu’être recruté pour avoir tué quelqu’un, dans une branche dont la règle est « ne mourrez pas, ne tuez pas », c’est quand même fort. La raison pour laquelle Jiro se devait d’être au centre de ce film m’a échappé en gros. Et les autres personnages ne sont pas mieux lotis. Les méchants sont oubliables -et plutôt mal joués en plus-, et Rin, le personnage de Fukakyon, est une grosse blague. Sincèrement, le film aurait tout aussi bien pu se passer d’elle, elle n’apporte rien de terriblement essentiel, et, surtout, son personnage est attendu et au centre de scènes qui m’ont fait grimacer. Mon top2 : 1/ la scène où elle est fouettée par les méchants… un peu à l’image du reste du film, on est dans le « au rabais », à aucun moment je n’ai cru qu’elle se faisait réellement torturer. En fait la scène m’a mise mal à l’aise car, à la place, elle poussait des gémissements qui m’ont fait me demander si cette scène était censée me faire éprouver de la compassion/douleur pour elle, ou si elle était destinée à émoustiller le public concerné à grand coup d’érotisme déplacé. 2/ la scène où elle et Jiro se livrent à leur « « pasion » » -avec plein de guillemets parce que, la passion, faut la chercher… surtout dans cette scène-. Dans Second Love, le manque d’alchimie physique entre ces deux-là avait fait des dégats, et dans JOKER GAME, c’est rebelote. La mise en scène de ce passage est jolie, mais les deux acteurs, dans leur élan de « passion », gardent les lèvres désespérément fermées et rigides, rendant le tout d’un risible consommé. A ce niveau de « bout-de-bois-attitude », le film aurait carrément mieux fait d’appliquer à cette scène sa politique « scènes d’action », qui consistait à faire en sorte qu’on en voit le moins possible, et de simplement faire disparaitre ses personnages derrière un mur, afin que je me sente moins gênée pour les deux acteurs.

Bon, en clair, ce n’était pas la joie ce film. Si vous êtes vraiment, vraiment fan d’un des interprètes, pourquoi pas –c’est ce que j’ai fait et je suis au moins ressortie du film avec quelques screencaps sympathiques de l’ami Kame-, mais sinon, j’ai envie de vous dire de ne pas perdre votre temps. Ce n’est pas le pire film que j’ai vu, malheureusement –ça l’aurait rendu plus intéressant-, il est juste très, très fade, et il y a tellement de bonnes choses à regarder que, pff, pourquoi gâcher vos précieuses minutes à regarder JOKER GAME ?

Franchement, c'est con, la bande-annonce continue de bien me parler...

Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Asiatique, #Japon, #Joker Game, #2010s, #2015, #Irie Yu, #Watanabe Yusuke, #Yanagi Koji, #Adaptation, #Kamenashi Kzuya, #Fukada Kyoko, #Iseya Yusuke, #Jasper Bagg, #Richard Isaac Moss, #Richard Shelton, #Action, #Spy, #Thriller, #Romance

Partager cet article

Repost 0